lundi 10 octobre 2016

Le fétichisme de la marchandise : théorie marxiste et description ethnographique sont-elles compatibles ?

Quentin Ravelli

Dans une société capitaliste, l’ordre social repose sur la production et la consommation de marchandises. Cette activité suppose que se reproduise sans contestation les rapports sociaux de classes. Mais pour éviter la contestation, il faut aussi que ces rapports sociaux nous apparaissent autrement qu’ils ne sont en réalité : comme le dit Marx dans *Le Capital*, il faut qu’il y ait un « fétichisme de la marchandise », c’est-à-dire que l’on croit – illusoirement – que la marchandise possède une identité propre, désirable pour elle même, qui nous fasse oublier la violence des relations sociales. Cette conception du XIXe siècle permet-elle de mieux comprendre les marchandises d’aujourd’hui ? Marx se plaçait d’un point de vue théorique général, de compréhension du système capitaliste mondial, qui peut sembler incompatible avec une approche par observation et description des interactions entre individus.  Pourtant, qu’il s’agisse de médicaments dangereux qui suscitent des scandales médicaux, ou de crédits immobiliers à risque de type *subprime* à l’origine de la crise financière mondiale et de nombreux mouvements sociaux, on retrouve le fétichisme – et sa faillite – sous des formes variables à étudier au cas par cas. A partir d’une étude de l’intérieur d’une multinationale pharmaceutique en France et des groupes de lutte contre les banques en Espagne, la théorie marxiste et l’observation ethnographique peuvent converger, et se renforcer.

La séance est ouverte à toutes et à tous. Elle aura lieu de 18h à 20h au 29 rue d’Ulm, salle 235A (2e étage).