LUNDI 9 NOVEMBRE 2015 – LECTURES DE TEXTES DU JEUNE MARX

Lecture des Manuscrits de 1844 (II)

(Alix Bouffard)

Les Manuscrits de 1844 sont construits autour de deux concepts centraux qui ressortent de la lecture critique de l’économie politique faite par Marx, et que nous avons examinés lors de notre première séance : les concepts de propriété privée et de travail aliéné. Mais ils sont également le lieu d’apparition chez Marx du thème politique du « communisme », ainsi que le lieu de discussion des thèmes du naturalisme et de l’humanisme.

Lors de cette deuxième séance, nous repartirons de la notion d’aliénation pour étudier la façon dont Marx pense la possibilité d’une sortie de l’aliénation et fonde philosophiquement cette possibilité. Nous tenterons ainsi de préciser le sens du projet politique alors nouvellement défendu par Marx en 1844, celui d’une forme de communisme compris, à partir des termes de l’anthropologie qui parcourt les Manuscrits de 1844, comme une conciliation entre naturalisme et humanisme. L’examen du communisme des Manuscrits de 1844 appelle donc nécessairement une étude plus détaillée de cette anthropologie nourrie tout autant de Feuerbach que de Hegel : une anthropologie qui pense le rapport des êtres humains entre eux avec et par le rapport des êtres humains à la nature. Cette deuxième séance portera donc plus particulièrement sur le troisième manuscrit. Enfin, pour conclure cette lecture des Manuscrits de 1844, nous nous interrogerons sur l’héritage et les traces de ce texte qui, malgré son caractère inachevé et fragmentaire, a largement nourri les débats interprétatifs sur Marx et la reprise plus tardive de sa pensée philosophique et politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *