Lundi 7 mars 2016

L’interprétation de Marx par Michel Henry

(Paul Guerpillon)

Michel Henry

Michel Henry (1922-2002), l’un des plus importants phénoménologues de la seconde moitié du XXème siècle, a consacré toute son œuvre à la construction de ce qu’il appelle lui-même une phénoménologie de la vie. C’est dans cette perspective que s’inscrit son monumental Marx (Gallimard, 1976). Il s’y efforce en effet de développer une lecture phénoménologique systématique de l’œuvre marxienne, telle qu’elle impose selon lui la mise hors jeu de tous les « marxismes ». Toute l’évolution de la pensée de Marx se laisserait ramener à une ambition unique : fonder la réalité dans la vie concrète, subjective et immanente de l’individu. Ce serait dès lors dans une phénoménologie de la vie individuelle que se donne la vérité de la pensée marxienne, bien plutôt que dans une dialectique de l’histoire, un structuralisme socio-économique ou encore une politique révolutionnaire.

Il s’agira d’abord pour nous de dégager la fécondité d’une telle lecture pour l’intelligence de l’œuvre de Marx. Mais on essaiera plus précisément de montrer comment la mise en lumière d’une phénoménologie authentiquement marxienne de la vie impose de faire jouer Marx contre la phénoménologie henrienne elle-même.

Indications bibliographiques

HENRY, M., Marx, Paris, Gallimard, 1976 [deux volumes ; rééd. en un volume : 2009].

HENRY, M., C’est moi la Vérité, Paris, Seuil, 1996 [en particulier, sur Marx, le chapitre XIII (« Le christianisme et le monde ») et la conclusion (« Le christianisme et le monde moderne »)]

HENRY, M., « Le concept de l’être comme production » in Phénoménologie de la vie III. De l’art et du politique, Paris, P.U.F., 2003.

RICOEUR, P., « Le Marx de Michel Henry » in Lectures II, Paris, Seuil, 1999.