Lundi 5 octobre 2015

Les Cahiers marxistes-léninistes

Cette séance du séminaire sera l’occasion de présenter le travail de transcription des Cahiers Marxistes-léninistes auquel un certain nombre d’entre nous ont participé. Nous présenterons l’histoire des CML ainsi que certains textes qui nous semblent représentatifs de l’entreprise théorique et politique de la revue. L’ensemble des textes sera bientôt accessible sur le site du séminaire.

CML1

Les Cahiers Marxistes-léninistes ont été créés en 1964 en tant que revue du « cercle d’Ulm », c’est-à-dire de la cellule de l’union des étudiants communistes (UEC) de l’Ecole normale supérieure. L’objectif explicite était de « donner une formation théorique aux militants de l’UEC », mais cela dans un but immédiatement politique : conquérir l’hégémonie sur l’organisation de jeunesse du Parti communiste, à la fois contre la nouvelle direction « italienne » (« humaniste » et khrouchtchevienne), et contre la vieille garde stalinienne.

La ligne politique et théorique est althussérienne. Les auteurs sont, pour une part, des « althussériens » de la première génération qui participent durant ces mêmes années aux séminaires que leur caïman organise sur Marx (Etienne Balibar, Pierre Macherey, Roger Establet, Yves Duroux, Jacques Rancière, Jacques-Alain Miller), mais également la nouvelle génération qui arrive à l’ENS vers le milieu des années 60 (Robert Linhart, Benny Lévy, Jacques Broyelle, Dominique Lecourt, etc.), ou encore certains plus anciens (Régis Debray, Alain Badiou). La présence de la problématique althussérienne est notamment très présente dans les premiers numéros de la revue, où il s’agit de ferrailler contre divers représentants de « l’humanisme marxiste » (Sartre, Goldman, Gorz, Henri Lefebvre, etc. ; cf CML, n°1 et n°3), de distinguer « science marxiste » et « idéologie » (CML, n°1), ou encore d’analyser le concept de « rapport de production » (CML, n°3). D’ailleurs, un texte inédit d’Althusser lui-même occupe l’ensemble du n°11.

Cependant, ce qu’on découvre dans ces numéros, ce n’est pas seulement la répétition des thèmes philosophiques althussériens, mais une réelle volonté de se tourner vers l’étude positive du monde contemporain. En effet, l’un des objectifs proclamés était d’étudier les « rapports de production et les données actuelles de la lutte des classes ». Ainsi trouve-t-on à la fois une attention pour les luttes du « tiers-monde » dans une longue analyse de la situation algérienne par Robert Linhart (CML, n°2), un compte-rendu de l’ouvrage de l’économiste Charles Bettelheim sur l’Inde (CML, n°2), un article de Régis Debray sur la situation en Amérique latine (CML, n°5) ; mais également le souci de comprendre la situation française contemporaine, que ce soit dans le numéro entier consacré à la structure de l’agriculture française (CML, n°4), ou encore dans la volonté de proposer une analyse du milieu étudiant (ce qui les amène notamment à se confronter de manière critique à la sociologie de Pierre Bourdieu ; cf CML, n°3 et n°12/13). Enfin, le n°12/13 propose différentes analyses marxistes des phénomènes culturels.

La stratégie de transformation de l’UEC sera finalement un échec. Le « cercle d’Ulm » est exclu de l’UEC en avril 1966. En décembre 1966 une grande partie de ses membres vont participer à la fondation de l’Union des jeunesses communistes (marxistes-léninistes), parti maoïste. Si l’on peut déceler dès les premiers numéros des thématiques témoignant d’une ligne « pro-chinoise » (attention au Tiers-monde, à la paysannerie, etc.), à partir du n°14, les CML deviennent explicitement « l’organe théorique et politique de l’UJC(ml) ». Le destin des CML sera désormais lié à celui de cette organisation maoïste, et ils cesseront de paraître lorsque cette dernière se dissout en septembre 1968.

Notes de l’intervention d’Alexandre Feron (à venir)

Notes de l’intervention de Yohann Douet: présentation du CML n°11

Notes de l’intervention de Marion Leclair

Notes de l’intervention de Vincent Berthelier

 Bibliographie:

Cahiers Marxistes-léninistes, dans la rubrique « Archives du Séminaire Marx« 

Chateigner, Frédéric, « D’Althusser à Mao. Les Cahiers Marxistes-léninistes« , dans Dissidences, Le Bord de l’eau, n°8, p. 66-80

– « D’Althusser à Mao. Les Cahiers Marxistes-léninistes », Mémoire secondaire pour le DEA de sciences sociales ENS-EHESS, sous la direction de Frédérique Matonti, octobre 2004

 Hamon, Hervé, et Rotman, Patrick, Génération, T1 « Les années de rêve »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *