Lundi 29 février 2016 – Lecture des textes du Marx de la maturité

Lecture des Grundrisse (1857-58) : « Le fragment sur les machines »

(Yohann Douet & Alexandre Feron)

Cette séance sera consacrée à une lecture du « fragment sur les machines » des Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse ». Le titre du passage est, en fait, celui  de la traduction italienne de la section des Manuscrits de 1857-1858 intitulée « Capital fixe et développement des forces productives ».

La séance sera divisée en deux parties. La première, assurée par Alexandre Féron, consistera en une lecture suivie du texte. Elle s’attachera en particulier à le resituer dans le développement théorique de Marx. Il s’agira donc de montrer que si ce texte est bien unique par certains aspects (importante analyses de la l’automation, de la libération du travail,…), il doit aussi être lu comme un moment de la pensée de Marx, et non comme son point d’aboutissement.

La seconde partie sera assurée par Yohann Douet. Il cherchera à faire un bref panorama des lectures auxquelles a donné lieu ce passage, qui a eu une influence de premier ordre sur différents groupes théoriques et politiques, notamment en Italie (bordiguistes, opéraïstes, autonomistes).

Bibliographie:

Riccardo Bellofiore et Massimiliano Tomba, Marx et les limites du capitalisme : relire le « fragment sur les machines » (publié dans la revue Période)

K. Marx, Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse », trad. J.-P. Lefebvre et alii, Éditions sociales, 2011, p. 650-670