Lundi 2 novembre 2015

Georges Sorel et Marx : syndicalisme, violence et révolution

 (Yohann Douet)

masereel_cross_airFrans Masereel, La passion d’un homme, 1928

La séance du lundi 2 novembre aura pour thème la vie et la pensée de Georges Sorel (1847-1922). Sorel a longtemps suivi une carrière d’ingénieur polytechnicien, et n’est venu tard au marxisme qu’après sa retraite anticipée, à 45 ans. Il rentre alors en dialogue critique avec l’oeuvre de Marx et se rapproche rapidement du mouvement « révisionniste » (en particulier de Bernstein) à la fin des années 1890. Et il devient alors l’un des principaux théoriciens du syndicalisme révolutionnaire, en combinant son marxisme avec des éléments théoriques issus de différentes traditions philosophiques (dont celles issues de Nietzsche et de Bergson).

Sorel est donc un personnage éminemment paradoxal : rentier et retraité, il prend le parti du prolétariat avec passion ; en dialogue avec les grands penseurs de son époque, il prône un anti-intellectualisme radical. Mais ses écrits, bien que nombreux et hétérogènes, sont unis par une intuition fondamentale : la centralité de la lutte des classes. Sorel pense ainsi qu’il faut intensifier autant que possible la « scission » entre les classes. C’est à cette fin qu’il défend la « violence prolétarienne », et conçoit la « grève générale » comme un « mythe », capable d’attiser la volonté de lutte des « producteurs » contre la bourgeoisie et l’Etat.

La complexité de la pensée de Sorel explique sans doute sa réception chaotique : le fascisme italien s’en est revendiqué, alors que le mouvement ouvrier l’a largement laissé oublié, sauf pour l’accuser d’être un esprit confus (Lénine) ou un essayiste petit-bourgeois. Mais certains penseurs marxistes de premier plan ont profondément été influencés par sa pensée, dont Walter Benjamin et Antonio Gramsci.

Après une brève présentation biographique et contextuelle, nous étudierons sa conception du marxisme et les idées les plus originales qu’il a élaborées (en particulier dans les Réflexions sur la violence), puis nous conclurons en évoquant la postérité de l’oeuvre de Sorel, et ce qui en demeure pertinent pour notre époque.

Notes de l’intervention

Bibliographie indicative:

Textes de Sorel:

Essais de critique du marxisme, et autres études sur la valeur-travail, L’Harmattan, 2007.

Les illusions du progrès, suivi de L’avenir socialiste des syndicats, Âge d’homme, 2007.

Matériaux d’une théorie du prolétariat, Slatkine, 1981.

Réflexions sur la violence, Entremonde, 2013.

Sur Sorel :

– Charzat, Michel, Georges Sorel et la révolution au XXème siècle, Hachette, 1977.

– Portis, Larry, Georges Sorel : présentation et textes choisis, La Brèche-PEC, 1989.

– Sand, Shlomo, L’illusion du politique : Georges Sorel et le débat intellectuel 1900, La Découverte, 1985.

 Un Cahier de l’Herne sur Georges Sorel (recueil d’articles sur et de lui), dirigé par Michel Charzat a été publié en 1986. Articles sur Sorel et Gramsci (de Charzat), Sorel et Lukacs (de Löwy).

 Dernière source à signaler : la revue Cahiers Georges Sorel (devenue en 1988 la revue Mil neuf cent), dirigée par Jacques Julliard. Articles en libre accès sur Sorel et le marxisme (de Yves Guchet), Sorel et le fascisme (de Charzat), Sorel et Benjamin (de Chryssoula Kambas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *