Lundi 2 mai 2016

Walter Benjamin et le marxisme

(Charles Lugiery)

benjamin

Stéphane Mosès dans L’Ange de l’histoire distingue trois paradigmes dans la pensée de Walter Benjamin: un premier serait théologique un second esthétique et un dernier politique. Cependant il ne faut pas voir ces trois moments comme coupées les uns des autres: au contraire, chaque nouveau paradigme n’abandonne pas les concepts du précédent, mais les réélabore et leur donne un sens nouveau.

Interroger le rapport de Benjamin à Marx et au marxisme nous invite à étudier principalement ses écrits dans lesquels se dessine une pensée politique, ceux produits à la fin des années 30. Nous verrons alors que les catégories esthétiques et des considérations théologiques occupent une place centrale dans ces développements. La pensée politique de Benjamin culmine avec les « Thèses sur concept d’histoire ». Dans ce texte, Benjamin développe une réflexion sur la temporalité historique dans laquelle il va convoquer Marx, le messianisme juif, mais également des socialistes français pré-marxistes comme Fourrier et Blanqui pour nous livrer une critique de tout ce qui, à ses yeux, a rendu possible l’avènement des régimes fascistes en Europe.

Exemplier

Indications bibliographiques :

• Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire, Paris, petite bibliothèque Payot, 2013
• Walter Benjamin, Le Paris du second Empire chez Baudelaire, Petite Bibliothèque Payot, 2002.
• Michael Löwy, Avertissement d’incendie, Paris, l’éclat, 2014. (Une traduction des thèses sur le concept d’histoire suivi d’un commentaire de Michael Löwy)
•  Stéphane Mosès, L’Ange de l’histoire, Paris, folio essais, 2006.
• Un commentaire de Daniel Bensaïd sur les thèses sur le concept d’histoire: http://danielbensaid.org/Walter-Benjamin-theses-sur-le