Lundi 1ier février 2016 – Lecture des textes du Marx de la maturité

Lecture de L’Introduction de 1857 (sections I et II)

(Guillaume Fondu)

Après avoir travaillé les textes du « Jeune Marx » lors du premier semestre, nous abordons maintenant ce qui a pu être désigné comme les textes de la « maturité ». Le premier texte que nous étudions est l’Introduction de 1857, qui fera l’objet de deux séances. Lors de cette séance on se penchera sur la première partie du texte (les deux premières sections). Une deuxième séance (le 15 février) portera sur les deux dernières sections.

Considérée comme le geste inaugural qui mènera Marx au Capital, l’Introduction de 1857 revêt un statut particulier au sein du marxisme. Du fait de sa préséance chronologique et thématique, on a pu la prendre pour le « discours de la méthode » de Marx, contenant en germe les œuvres futures.

Nous tâcherons de faire la part des choses en pointant les enjeux polémiques auxquels répond cette introduction. Elle offre effectivement une leçon de méthodologie, mais de méthodologie critique, et ce à travers une lecture interne des apories de l’économie politique et de sa dégénérescence vulgaire. On voit ainsi se dessiner en creux dans ce texte le paradigme économique qui fera l’objet de la critique de Marx et englobe Proudhon et les siens, véritables ennemis du moment. Nous profiterons de ce texte pour tenter d’expliciter ces enjeux et faire rapidement le point sur les doctrines visées.

Bibliographie

Marx, Karl, Introduction de 1857, dans la Contribution à la critique de la l’économie politique, Ed. sociales, GEME, 2014 ; ou dans  les Manuscrits de 1857-58 (Grundrisse), Ed. sociales, 1980 (en 2 Tomes); ré-édition en 2011 (en 1 volume)

On conseillera  de lire l’Introduction de 1857 mais également les deux textes qui l’encadrent dans les Grundrisse (Manuscrits de 1857-1858):

  • le court brouillon sur Bastiat et Carey (deux économistes « vulgaires »)
  • les premières pages consacrées à la critique de Darimon (disciple de Proudhon).