Lundi 18 avril 2016

Intervention d’Alain Badiou sur son rapport au marxisme

 

Badiou image

Lors cette séance du séminaire, nous accueillerons le philosophe Alain Badiou. Son intervention portera sur la critique marxiste de l’économie politique ainsi que sur le rapport entre la partie politique de sa philosophie et le marxisme.

Depuis le début des années 80, alors même qu’il continue à défendre  le communisme comme perspective politique, Badiou entretient une relation assez énigmatique avec le marxisme. Dans la Théorie du sujet (1982), Badiou affirmait qu’il fallait accorder plus d’importance aux écrits politiques de Marx qu’à ses travaux d’économie politique (et notamment le Capital). De manière plus générale, ses travaux contiennent certes des références au marxisme, mais celles-ci sont relativement dispersées et peu développées: la critique marxiste du capitalisme semble donc plutôt absente de ses ouvrages.

Il semblerait cependant que, depuis quelques années, Badiou accorde de plus en plus d’importance au marxisme. Les  quatre points majeurs de ce qu’il appelle « l’idée communiste » (abolition de la propriété privée, organisation de la production autrement que par la spécialisation et la division de travail, indifférence à l’égard des identités comme la nation, la race, la religion, le genre, et disparition de l’État et de la loi, remplacés par une libre association des individus) sont, par exemple, une reprise explicite des termes mêmes de Marx. Or, chez Marx, ces formules font suite à son analyse critique de la structure du capitalisme: qu’en est-il de Badiou? Comment Badiou se situe par rapport à l’articulation chez Marx entre critique de l’économie politique et perspective communiste? Et comment Badiou conçoit-il le rapport entre sa propre philosophie et les principes philosophiques du marxisme? Bref, il s’agira lors de cette intervention d’essayer de mieux comprendre le rapport que Badiou entretient avec le marxisme et la critique de l’économie politique.

Indications bibliographiques:

Principaux ouvrages philosophiques

– Théorie du sujet, Paris, éd. Seuil (collection « L’ordre philosophique »), 1982

– L’Être et l’Événement, Paris, éd. Seuil (collection « L’ordre philosophique »), 1988

– Logiques des mondes. L’Être et l’Événement, 2, Paris, éd. Seuil (collection « L’ordre philosophique »), 2006

Ouvarges philosophiques qui présentent ses idées d’une manière plus accessible :

– Manifeste pour la philosophie, Paris, éd. Seuil (collection « L’ordre philosophique »), 1989

– Second manifeste pour la philosophie, Paris, éd. Fayard (collection « Ouvertures »), 2009 (réédition poche Flammarion Champs, 2010)

–  La Relation énigmatique entre politique et philosophie, éd. Germina, 2011

Essais politiques

– Le Mouvement ouvrier français contre le syndicalisme, Marseille, éd. Potemkine, 1976

– Théorie de la contradiction, Paris, éd. François Maspero (collection Yenan série « Synthèse »), 1975. (pdf) Théorie de la contradiction (1975)

– Circonstances, 1. Kosovo, 11-septembre, Chirac/Le Pen, Lignes & Manifeste, 2003

– Circonstances, 2. Irak, foulard, Allemagne/France, Lignes & Manifeste, 2004

– Circonstances, 3. Portées du mot « juif », Lignes & Manifeste, 2005

– Circonstances, 4. De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Éditions Lignes, 2007

– Circonstances, 5. L’Hypothèse communiste, Éditions Lignes, 2009

– Circonstances, 6. Le Réveil de l’Histoire, Éditions Lignes, 2011

– Circonstances, 7. Sarkozy: pire que prévu, les autres : prévoir le pire, Éditions Lignes, 2012

– Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre, Fayard (collection « Ouvertures »), 2016