Lundi 15 février 2016 – Lecture des textes du Marx de la maturité

Lecture de l’Introduction de 1857 (II) : « La méthode de l’économie politique »

(Paul Guerpillon)

Il s’agira au cours de cette séance de poursuivre notre étude de l’Introduction de 1857, en proposant de lire ensemble, de la façon la plus suivie possible, sa troisième section : « La méthode de l’économie politique ».

Ce texte a exercé une influence décisive sur la tradition marxiste, qui a souvent voulu y reconnaître l’exposé définitif de la méthode scientifique de Marx. Si un tel jugement ne va pas sans poser problème, reste que ces quelques pages bénéficient incontestablement d’un statut particulier, en ce qu’elles constituent peut-être le seul texte où Marx construit de façon développée une véritable épistémologie : comment doit procéder la science ? quel doit être, plus précisément, son point de départ ? En suivant le texte, on essaiera de dégager le geste d’invention conceptuelle auquel Marx est conduit pour répondre à ces questions : l’élaboration d’un nouveau concept d’abstraction, dont la fécondité vaut non seulement pour la tradition marxiste, mais aussi pour l’épistémologie en général dans son questionnement sur les rapports entre genèse et structure.

Indications bibliographiques :

– MARX, Karl, « Introduction de 1857 », dans la Contribution à la critique de la l’économie politique, Paris, Editions sociales, GEME, 2014 ; ou dans les Manuscrits de 1857-58 (Grundrisse), Paris, Editions sociales, 1980 (en deux tomes) et 2011 (en un volume).

– ALTHUSSER, Louis, Pour Marx, Paris, La Découverte, 2005, et en particulier « Sur la dialectique matérialiste » (pp. 161-224).

– Dans une perspective althusserienne, on trouve une brève lecture de l’Introduction de 1857 dans le premier des Cahiers marxistes-léninistes: « Processus réel et processus de pensée » (transcrit par l’équipe du séminaire sur le site des Armes de la critique)

– Pour un exposé des principales compréhensions auxquelles a donné lieu le concept d’abstraction de l’Introduction de 1857, on trouve en ligne : TOSCANO, Alberto, « Le fantasme de l’abstraction réelle« , Période, 2015.