Lundi 14 décembre – Lecture des textes du jeune Marx

Introduction à  la lecture l’Idéologie allemande (1ère séance)

C’est quoi l’Idéologie allemande?

(Juan Sebastian Carbonell & Alexandre Feron)

Extrait du chapitre « Feuerbach »

Dès sa première publication, l’Idéologie allemande, a été présentée, tant par les éditeurs soviétiques (Riazanov, Adoratski) que par les éditeurs occidentaux (Landshut et Mayer), comme un « exposé systématique du matérialisme historique ». Pourtant lorsqu’on se plonge dans le texte édité sous ce titre, on est dérouté : on y trouve, d’une part un ensemble de textes, certes souvent brillants, mais dont il est difficile de saisir la cohérence, et d’autre part d’interminables joutes polémiques contre des adversaires aujourd’hui largement oubliés (Bruno Bauer, Max Stirner, Karl Grün, Georges Kuhlmann).

L’objet de cette première séance introductive sur l’Idéologie allemande est d’essayer de comprendre ce paradoxe. Pour cela, il nous faudra tout d’abord restituer la chronologie précise des travaux de Marx et d’Engels durant les années 1845-46. Or, nous verrons que ce qu’on désigne sous le titre d’ « Idéologie allemande », n’est pas le résultat d’un projet unique décidé au printemps de 1845, mais plutôt ce qui reste d’une succession de projets différents, tous inachevés, et puis finalement abandonnés vers la fin 1846 (au moment où Marx se lance dans une critique de Proudhon).

Cependant, lorsque cet ensemble a été exhumé dans les années 1920 (notamment grâce aux efforts de David Riazanov), les éditeurs ont cherché à donner au texte, et en particulier le chapitre 1 « Feuerbach », une cohérence logique qui n’existait pas. Et, ce qui complique encore les choses, les éditeurs successifs ayant chacun des idées très différentes sur ce qu’est cette « logique », on aboutit au fait que les différentes éditions de l’Idéologie allemande présentent des textes très différents – d’où l’extrême difficulté de se retrouver, par exemple, dans diverses traductions françaises (Molitor, Badia, Rubel, Fondu/Quétier). Il nous semble donc important, dans un second temps, d’une part, de décrire les fragments hétéroclites qui composent le chapitre « Feuerbach », et d’autre part de présenter les différentes manières dont ils ont été recomposés par les éditeurs successifs. Cela nous amènera à faire un tableau comparatif des différentes éditions françaises.

Enfin, dans le dernier moment de cette séance, nous voulons revenir plus précisément sur cette histoire de l’Idéologie allemande. Il s’agira pour nous de montrer à quel point l’édition des textes de Marx et d’Engels porte nécessairement en elle une dimension politique. C’est le cas des éditions soviétiques puis est-allemandes des années 1920 à 1960 (MEGA1 puis MEW), mais également pour ce qui concerne les éditions « occidentales » (qui cherchent, par exemple, à mettre en lumière le côté « humaniste » du texte, voire même sa compatibilité avec les valeurs chrétiennes). A partir des années 1970 et le lancement de la MEGA2, la tendance est de proposer des éditions qui se veulent « historiques et critiques » – et après 1990, on va même jusqu’à prôner la nécessité d’éditions « non-idéologiques » pour notre « ère post-idéologique ». Mais, on pourra se demander si l’exaltation de la scientificité et l’objectivité ne cache pas elle-même des choix politiques, notamment le fait de produire des éditions presque illisibles pour le grand public et seulement destinées à des chercheurs.

Grandes étapes de l’édition de l’Idéologie allemande

– Notes de l’exposé (à venir)

****

Indications bibliographiques

A/ Traductions françaises (ordre chronologique)

[1933] – Chapitre 1 « Feuerbach » (extraits) dans la Revue Commune, n°3, p.175-190, 1933 ; n°4, p.432-452, 1933 (disponible sur Gallica)

[1937] – Edition quasi complète du texte aux Editions Costes (trad. J. Molitor) – absence de tout appareil critique – à partir de l’édition de Landshut et Mayer (1932)

[1952] – Chapitre 1 « Feuerbach » aux Editions sociales (introduction d’Emile Bottigelli) – à partir du texte de la MEGA1 (1932) (c’est cette version qui est sur marxists.org et sur le site Classiques des sciences sociales)

[1968] – Edition complète de l’Idéologie allemande aux Editions sociales (trad. dirigée par Gilbert Badia – Henri Augier, Jean Baudrillard, Renée Cartelle) – s’appuie d’une part sur la MEW et d’autre part, pour le chapitre « Feuerbach » sur les nouvelles éditions russe (1965) et est-allemande (1966).

  • [1974] – Nouvelle édition du chapitre « Feuerbach » en 1974 aux Ed. sociales – s’appuie sur le Probeband de la MEGA2 (1972)
  • [1976] – Edition complète révisée aux Ed. sociales (avec un décalage de pagination) – ajoute les modifications proposées par le Probeband – [réimpression 2012]
  • [1982] – Edition du chapitre « Feuerbach » avec des extraits des autres chapitres aux Editions sociales/Messidor – reprend traduction de 1976

[1982] – Edition reconstituée, partielle et très subjective par Maximilien Rubel dans Œuvres. Tome 3 : Philosophie (Gallimard) – Sa recomposition du Chapitre « Feuerbach » est reprise dans le volume Philosophie (Gallimard, Folio) et dans Feuerbach. Conception matérialiste contre conception idéaliste (Folio plus philosophie, 2009)

[2014] – Chapitre 1 et 2 aux Editions Sociales pour la GEME (trad. G. Fondu & J. Quétier) – à partir du texte du Marx-Engels-Jahrbuch 2003

 B/ Sur l’histoire de l’établissement du texte

BLANK, Daniel, et CARVER, Terrell, A Political History of the Editions of Marx and Engel’s « German Ideology Manuscripts », Palgrave Macmillan, 2014

CARVER, Terrell, « The German Ideology never took place », dans History of Political Thought, vol XXXI, n°1, printemps 2010, p.107-128

RIAZANOV, David, « Communication sur l’héritage littéraire de Marx et d’Engels » (1923), publié dans L’homme et la société, n°7, jan-fev-mars 1968, p.255-268 (disponible sur Persée)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *