LUNDI 13 JUIN

La question nationale dans la IIe Internationale

(Paul Guerpillon)

Les indications laissées par Marx et Engels quant au statut de la nation dans le développement historique des sociétés sont aussi fragmentaires qu’ambiguës. Quand, au tournant du siècle, les mouvements de revendications nationales se sont développés de façon spectaculaire en Europe, la IIe Internationale se trouvait d’abord bien mal armée pour faire face à ces nouveaux enjeux. C’est dans ce contexte que les principaux/ales théoricien-ne-s marxistes ont été amené-e-s à produire un intense travail d’élaboration conceptuelle de la question nationale, dont il s’agira pour nous de ressaisir la dynamique. On essaiera d’étudier comment les déplacements qu’a connus la question nationale entre les années 1880 et la veille de la Première Guerre ont été tributaires non seulement des situations historiques particulières par rapport auxquelles le mouvement socialiste a dû se positionner en Europe, mais encore de la logique interne au développement qu’a suivi, au fil des polémiques, la discussion théorique. C’est cette logique qu’on s’emploiera à dégager, en essayant de reconstituer l’articulation entre ce qui nous semble être les trois grands moments de cette histoire : la querelle entre Rosa Luxemburg, Karl Kautsky et le « social-patriotisme » polonais ; l’émergence de l’austro-marxisme et de la théorie de la nation d’Otto Bauer ; la reprise par Lénine de la question nationale à la veille de Première Guerre mondiale.

La séance aura lieu de 18h à 20h au 29 rue d’Ulm (Salle 236, 2e étage). Elle est ouverte à toutes et à tous.

Indications bibliographiques :

– HAUPT, G., LÖWY, M., WEILL, Cl., *Les marxistes et la question nationale*, Paris, Maspero, 1974 [recueil des principaux textes marxistes sur la question nationale jusqu’en 1914, accompagné de deux études intéressantes de G. Haupt et M. Löwy].