LUNDI 23 NOVEMBRE – LECTURES DE TEXTES DE MARX

Lecture des Thèses sur Feuerbach

(Paul Guerpillon)

Rédigées entre mai et juin 1845, à peine trois ou quatre mois avant la mise en chantier de ce qui deviendra *L’Idéologie allemande*, les onze *Thèses sur Feuerbach* font incontestablement charnière dans le parcours philosophique de Marx. La Préface de la *Contribution* de 1859 ne déclarait-elle pas, en ce sens, que le printemps 1845 devait servir, pour Marx et Engels, à « régler [leurs] comptes avec [leur] conscience philosophique d’autrefois » ? Surtout, les *Thèses* n’ont-elles pas elles-mêmes mis en scène cette rupture à travers leur mot d’ordre final : « Les philosophes ont seulement interprété différemment le monde, ce qui importe, c’est de le changer » ? Reste à élucider le sens de cette charnière, sur lequel les commentateurs ne se sont jamais accordé.

Sans prétendre régler la question, nous essaierons, à travers une lecture suivie du texte dans sa lettre même, de justifier deux positions : 1/ que loin de signifier un abandon de la théorie au profit de l’action révolutionnaire, la dernière thèse doit se comprendre elle-même comme un programme philosophique ; 2/ que ce programme philosophique, le Marx des *Thèses* ne parvient pas encore à le tenir lui-même jusqu’au bout.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

– BALIBAR, Étienne, *La philosophie de Marx* (chapitre II : « Changer le monde : de la praxis à la production »), La Découverte, Paris, 1993.

– LABICA, Georges, *Karl Marx, les Thèses sur Feuerbach*, Syllepse, Paris, 2014.

– MACHEREY, Pierre, *Marx 1845, Les « Thèses » sur Feuerbach*, Amsterdam, Paris, 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *