9ème séance (6 février 2013): La description phénoménologique des problèmes raciste et antisémite permet-elle de les résoudre ? Recherche d’une solution dialectique entre phénoménologie et marxisme (Yoann Malinge)

 

Au sortir de la guerre, Sartre a déjà publié L’être et le néant, son grand essai d’ontologie phénoménologique. L’ambition était notamment de montrer que la réalité-humaine échappe à l’être de l’en-soi, et qu’elle existe selon un mode d’être particulier, celui du pour-soi. Toutefois, les hommes concrets, les hommes en situation ne cessent d’être objectivés par autrui. Ce sont des « Juifs » ou des « Noirs », par exemple. Et cette objectivation s’accompagne concrètement d’une oppression.

La question est donc de savoir s’il faut défendre ces hommes par un humanisme universaliste ou si leur oppression peut être dépassée par une autre attitude. Pour répondre à cette question, il faut d’abord envisager la situation des Juifs et celle des Noirs afin de comprendre en quoi elles sont particulières, et par là, excluent, pour être modifiées, le recours à un humanisme de type républicain.   Sartre procède ainsi, dans différents textes, à une analyse phénoménologique de ces différentes situations. C’est alors l’occasion pour lui de mettre en jeu concrètement certains développements ontologiques de L’être et le néant.

Toutefois, il s’agira de se demander si une solution existentialiste suffit à résoudre les problèmes du racisme et de l’antisémitisme. Si l’ontologie phénoménologique de L’être et le néant fournit une partie de la solution, il faut encore se demander quelle place elle occupe dans le processus de résolution de ces problèmes concrets que sont le racisme et l’antisémitisme.

 

 

Indications bibliographiques

Œuvres de Sartre par ordre d’importance pour mon propos:

Réflexions sur la question juive, Gallimard, Folio essais, 1985.

Situations II, ed. Arlette Elkaïm-Sartre,Gallimard, NRF, 2012, p.44-178 (Reportages aux États-Unis, voir en particulier, p.133-160 pour la situation des ouvriers américains en général, et plus particulièrement  p.161-185 : « Ce que j’ai appris du problème noir » et « Le problème noir aux États-Unis ».

Situations III, Gallimard, NRF, 1949, « Orphée noir », p.229-286.

Cahiers pour une morale, Gallimard, appendice.

La Putain respectueuse, dans Théâtre complet, Gallimard, La Pléiade.

L’enfance d’un chef, nouvelle extraite du Mur, dans Œuvres romanesques, Gallimard, La Pléiade.

On peut voir que la question juive est déjà présente dans les lettres de Sartre à Simone De Beauvoir : Lettre au Castor et à quelques autres, II, Gallimard, NRF, 1983 : lettres du 6 et du 16 janvier 1940.

Enfin, mon analyse s’appuiera sur l’Esquisse d’une théorie des émotions et sur L’être et le néant, en particulier les analyses relatives au regard, menées dans le premier chapitre de la partie III, « L’existence d’autrui ».

Pour le contexte: 

Cohen-Solal Annie, Sartre, Gallimard, Folio essai, p.412-417 et plus généralement sur son premier voyage aux États-Unis « De Buffalo Bill au président Roosevelt, Premier voyage en Amérique » p.383-417.

Kaspi André, Les Américains, tome II, ed. du Seuil, 2002.

Bacharan Nicole, Les Noirs américains, Perrin, 2010.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *