8ème séance (23 janvier 2013) : La Révolution pétrifiée: la question du stalinisme (Mathieu Pams)

 

Alors que les tomes 2 et 3 des Situations tentaient une lecture des événements politiques sous la dépendance théorique des deux socles théoriques que sont L’être et le néant et les Cahiers pour une morale, le texte « Le fantôme de Staline » est à l’inverse l’initiateur de la réflexion théorique qui conduit de Questions de méthode aux deux tomes de la Critique de la raison dialectique.

C’est en effet le stalinisme, conjoncture singulière dévoilée par un événement singulier, Budapest, qui entraîne Sartre à produire une défense de l’engagement à l’épreuve de l’opacité radicale que produit la déviation au sein de l’entreprise révolutionnaire. Pour cette raison, le stalinisme est triplement déterminant pour le projet critique : il en est la motivation en tant qu’il appelle l’expérience critique, il est ensuite le point d’orgue de l’interrogation sur l’intelligibilité des luttes, enfin, il est le cas paradigmatique de la « praxis-processus », concept destiné à véhiculer la contradiction fondamentale de l’histoire chez Sartre.

 

  • Situations VII, « Le fantôme de Staline »
  • Situations IX, « Le socialisme qui venait du froit »
  • Critique de la raison dialectique, I, p. 628-650 sur la praxis-processus
  • Critique de la raison dialectique, II, p. 60-282 sur l’interprétation de l’histoire de l’URSS et les caractères essentiels du stalinisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *