Pouvoir, ordre, domination : comment croire et pourquoi consentir ?

 

Notre séminaire se propose de penser les ressorts passionnels du politique, pour essayer de répondre à cette question : comment comprendre la possibilité empirique d’un consentement à une organisation du pouvoir qui, pour être légitimée par des théories de l’Etat, ne serait jamais légitime du point de vue de l’individu conscient, désirant et persévérant ? C’est le problème de la croyance et de la reconnaissance, mais aussi la dissociation des concepts de puissance et de pouvoir, de l’être-humain et du devoir-être-citoyen qu’il s’agira de penser ici. Nous prendrons pour point de départ une ligne problématique issue des analyses de Pierre Bourdieu et de Frédéric Lordon, et une prémisse marxiste : il y a des dominants et des dominés, il y a ceux qui capitalisent le pouvoir et le capital, et ceux qui s’en voient privés ; et c’est précisément à ce titre qu’il faut essayer de comprendre comment le scandale se voit reconnu comme norme, comment ce qu’il y a de proprement inhumain dans le politique peut être toléré et même conforté par des ressorts toujours humains, trop humains. Diverses approches seront explorées – de Platon à Foucault, en passant par Hobbes ou encore les pragmatistes – afin de voir comment, au sein de théories de l’Etat conceptuellement et idéologiquement très diverses, la question de l’adhésion et du consentement s’affirme comme la pierre de touche métaphysique et politique qui seule peut rendre pleinement compte du fonctionnement d’une société, jusque dans ses inégalités les plus criantes car les plus naturalisées.

Responsables : Cécile Debrand, Marouane Essadek, Pierre Folliet.

Contact mail: cdebrand@clipper.ens.fr

Le mardi une semaine sur deux, de 17h à 19h, en salle de séminaire (sous-sol du pavillon Pasteur)

 

Programme du premier semestre:

séance du 9 octobre 2012 : Introduction : affects et servitude passionnelle – Spinoza et F. Lordon. (Cécile Debrand, Marouane Essadek, Pierre Folliet)

séance du 23 octobre 2012 : Pierre Bourdieu, l’arbitraire du pouvoir et la violence symbolique. (Cécile Debrand)

séance du 14 novembre 2012 : La légitimité. (Marouane Essadek & Quentin Revol)

séance du 28 novembre 2012 : La fabrication du consensus – Paul Nizan et Serge Halimi. (Cécile Debrand)

séance du 12 décembre 2012 : La théorie critique – Adorno. (Pierre Folliet)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *