Séance du 7 janvier 2013: notes de l’exposé d’Alexandre Feron

Partie I : Qu’est-ce que « la reproduction et la circulation de l’ensemble du capital social » ?

(analyse de KII, section 3)

Partie I : restituer le sens du texte de Marx, en faisant abstraction des différentes interprétations et usages qui en ont été faits (isolant souvent certains éléments de la section, du livre II et de la structure d’ensemble du K). Faut revenir au texte. Que dit-il ?

I/ Enjeux et sens de la section 3

Pour comprendre de quoi il s’agit dans ce texte, il faut l’interroger à trois niveaux : 1/ Sa place dans la structure d’ensemble de l’œuvre (dans progression d’ensemble). Inachèvement. Structure. 2/ Dimension de critique de l’économie politique (adversaire théorique) : qu’est-ce qu’il essaie de réfuter, critiquer ? 3/ Niveau d’abstraction : quelles sont les hypothèses en jeu ?

A/ Place de section 3 dans la structure d’ensemble du Capital

a/ Situation par rapport aux autres livres du Capital

Permet de saisir la spécificité de l’objet de la section 3 et de définir les termes du titre de la partie.

1/ Par rapport à KI, 7 (« Le Procès d’accumulation du capital »). Qu’est-ce que la reproduction et la circulation du capital ?

Premier grand développement sur la « reproduction » et la « circulation » du capital. L’introduction de la section 7 commence par une définition de la « circulation du capital » :

(I) Le premier mouvement qu’effectue le quantum de valeur censé fonctionner comme capital est la transformation d’une somme d’argent en moyens de production et en force de travail. Celle-ci se déroule sur le marché, dans la sphère de circulation. (II) La seconde phase de mouvement, le procès de production, est achevée quand les moyens de production sont transformés en une marchandise dont la valeur dépasse la valeur de ses composantes, autrement dit, en une marchandise qui contient le capital avancé à l’origine plus une survaleur. (III) Ces marchandises doivent ensuite être relancées dans la sphère de la circulation. Il faut les vendre, réaliser leur valeur en argent, retransformer cet argent en capital et ainsi de suite. Ce circuit, qui parcourt constamment les mêmes phases successives, constitue la circulation du capital. [KI, p 633]

A-MP/FT-…P… M’ – A’. Représentation linéaire et cyclique. Trois sphères/phases du mouvement du capital. « Métamorphoses du capital ». Constant et Variable. Reproduction simplet et élargie (A’-A).

A un premier niveau (première définition), le capital n’est rien d’autre que ce mouvement de la valeur, mouvement d’autovalorisation de la valeur. Le capital ce n’est pas une chose (argent, machine, travailleur, marchandise), mais une chose en tant qu’elle appartient à ce cycle. C’est l’intégration dans ce mouvement qui fait qu’une chose fonctionne comme capital. Etre du capital, ce n’est pas une qualité de la chose, mais un type de fonctionnement, une relation. KII, section 1, p 97 :

Le capital, étant de la valeur qui se met en valeur […] c’est un mouvement, un procès cyclique traversant différents stades et qui lui-même implique à son tous trois formes différentes de procès cyclique. C’est pourquoi on ne peut le comprendre que comme mouvement, et non comme une chose au repos. [KII, section 1, p 97]

Conséquence fondamentale : l’argent ce n’est pas du capital. Il y revient plusieurs fois dans KI. Il y revient en KII, section 3. L’argent peut fonctionner comme moyen de paiement (intermédiaire dans un circuit M-A-M), ou comme capital (début et fin du circuit A-M-A’). Donc le revenu (salaire des travailleurs, sv appropriée par les capitalistes, bref le fonds de consommation des travailleurs et capitalistes), ce n’est pas du capital.

Qu’en est-il de la reproduction du capital ? En quoi se distingue-t-elle de la circulation ? D’abord, la reproduction n’est pas spécifique au capitalisme. La reproduction sociale, c’est la production d’un société en tant qu’elle permet non seulement la production de biens nécessaires à l’existence de cette société, mais aussi en tant qu’elle produit les conditions de la répétition de cette production (poursuite dans le temps de cette société). Ex : non seulement produit du blé pour la consommation, mais également du grain pour replanter et poursuivre la production l’année suivante.

La reproduction capitaliste, c’est l’aspect spécifique que prend la reproduction sociale dans le mode de production capitaliste. Avec la même double dimension : 1/ produire ce qu’il faut pour les besoins du capital (valorisation de la valeur) : circulation du capital ; 2/ Faut produire les conditions de la poursuite de ce circuit l’année suivante. Conditions de la répétition de la circulation du capital. La reproduction du capital c’est donc la circulation du capital en tant qu’elle produit, en même temps que sa propre valorisation, les conditions de la poursuite de sa propre valorisation.

Or, la condition fondamentale : double séparation (libération) du travailleur. De ses moyens de subsistance et des moyens de production. Conditions sociales de la circulation du capital. Ce qui amène à une deuxième définition du capital : le capital, c’est le la valeur en mouvement, mais c’est aussi un rapport social. C’est un rapport social qui permet la valorisation de la valeur. Or, l’étude de la reproduction, c’est l’étude des conditions de la circulation de la valeur comme capital.

Maintenant on a défini « la circulation et la reproduction du capital ».

Sur quel aspect de la « circulation et la reproduction de capital » porte la section VII ? Quelle différence avec la section 3 de KII ?

Nous examinerons donc d’abord l’accumulation d’une manière abstraite, c’est-à-dire en tant que simple moment de production immédiat. [KI, p 634].

(1) Sphère de la production. Examen des conditions de  production de la survaleur. Objet de KI. (2) Mais aussi mouvement A-M en tant qu’il faut de la FT suffisante sur le marché. Condition de réalisation de la survaleur : relation entre population active et armée de réserve industrielle (marché du travail). Propose une « analyse pure » :

Pour faire une analyse pure il faut donc faire abstraction provisoirement de tous les phénomènes qui dissimulent le jeu interne de son mécanisme [KI, p 634]

Livre II : (1) l’ensemble du procès de circulation (phases 1 et 3), c’est-à-dire conversion Argent en MP (réinvestissement) et marchandise en Argent (réalisation de la valeur). Conditions de réalisation de la valeur et son réinvestissement (comme capital productif). (2) l’ensemble des circuits de reproduction. Plus le point de vue d’un capitaliste individuel, mais en quoi les circuits de capitaux se croisent.

2/ Par rapport à KIII : pas de fractionnement de la classe capitaliste en différentes parties avec des intérêts différents (capitaliste industriel, commercial, financier etc), donc survaleur n’est pas partagée. Pas de concurrence entre les capitalistes.

ð Livre II : capitalistes comme classe et sans concurrence. « Capital social »

Pourquoi prendre ce point de vue ? Pas réaliste. Il s’agit de mettre en lumière un certain nombre de phénomènes qui sont invisibles autrement. Si l’on saute immédiatement du capitaliste individuel qui veut maximiser la rentabilité de ses investissements à la concurrence entre ces capitalistes individuels, l’on manque quelque chose d’important. Mythe de l’individu qui s’est imposé par rapport aux autres. On rate l’interdépendance des circuits de capitaux.

Le « capital social » ce n’est pas la simple somme des capitaux individuels se reproduisant de manière autonome dans leur coin. Forme un tout organique, c’est-à-dire qu’il y a solidarité entre les différents circuits de reproduction. Ils s’enchevêtrent, s’entremêlent. Il ne peut y avoir reproduction sociale d’un capital individuel que dans la mesure où d’autres capitaux se reproduisent aussi. C’est ça « l’ensemble du capital social » dont Marx veut étudier la circulation et la reproduction dans la section 3.

Apport de la section 3, par rapport à 1 (circuit unique d’un capital individuel) et 2 (rotation, c’est-à-dire pluralité de circuits d’un capital individuel) : passage du capital individuel (point de vue abstrait où il faut présupposer la reproduction des autres capitaux) au capital social. Il s’agit de voir quel type d’enchevêtrement est nécessaire pour que l’ensemble des capitaux individuels se reproduise C’est-à-dire dégager les conditions macro-économiques de la reproduction micro-économique des capitaux. Quelle articulation entre les différents circuits de reproduction de capitaux (quelle forme doit prendre le capital social comme articulation des capitaux individuels en un tout) est nécessaire pour la reproduction individuelle et donc sociale des capitaux ?

Comment représenter ce mouvement du capital social ? KI, section 1 : Pas de représentation du mouvement du capital, seulement trois points de vue sur ce mouvement du capital (cycle du capital-argent, cycle du capital-productif, cycle du capital-marchandise). Or, cycle argent/productif favorisent le point de vue du capitaliste individuel (alpha et oméga du processus). Mais, cycle capital-marchandise nous donne une image du  capital social :

S’il est vrai que le cycle M’…M’ présuppose pour son déroulement un autre capital industriel sous la forme de M (=FT + MP) […] il convient dès lors de ne pas le considérer seulement comme forme générale du cycle, c’est-à-dire comme une forme sociale sous laquelle on peut considérer tout capital industriel individuel […]. C’est non seulement une forme de mouvement commune à tous les capitaux industriels individuels, mais en même temps la forme de mouvement de la somme des capitaux individuels. C’est donc la forme de mouvement du capital collectif de la classe capitaliste, un mouvement tel que celui de chaque capital industriel individuel apparaît dans son sein seulement comme mouvement partiel, entremêlé à l’autre et conditionné par lui. […] Il devient nécessaire de faire voir clairement comment les métamorphoses d’un capital individuel s’entremêlent avec celles d’autres capitaux individuels et avec la fraction du produit total qui est destinée à la consommation individuelle. [KII, p 90-92]

Deux autres formes produisent la double illusion : 1/ illusion d’un début du cycle (faut de l’argent au départ, sans se demande d’où il vient ; faut un investisseur, un entrepreneur) ; 2/ illusion d’un capital individuel isolable. Le capital-marchandise, dans la présentation même empêche ces illusions (même s’il masque d’autres aspects) et montre l’enchevêtrement et la solidarité des circuits de reproduction.

b/ Enjeux spécifiques de la section 3

1/ Les conditions de la reproduction du capital social

Condition (1) : il faut pouvoir réaliser la valeur produite [M-A], c’est-à-dire vendre la marchandise produite. Quelle est la condition ? faut des gens pour l’acheter. Bref, faut un équilibre entre l’offre et la demande (O=D). Mais, pas demande au sens de demande en valeur d’usage. Faut pouvoir acheter, c’est-à-dire avoir l’argent. Demande solvable (synthèse de qualité et de quantité). (1) faut demande de VU ; (2) faut argent pour échanger.

Condition (2) : Faut les moyens de production nécessaires à la production [A-MP]: (1) capital constant fixe (machine, bâtiments, routes etc) ; (2) matières premières (capital constant circulant). Faut une coordination entre les différents départements de l’économie. Important notamment dans le cas d’une expansion de l’économie (reproduction élargie) : conditions possibilité de l’élargissement de la reproduction d’un capital individuel, est l’élargissement de la reproduction de tous les autres capitaux dont il dépend.

Condition (3) : Faut main d’œuvre disponible [A-FT]. Donc faut que reproduction du capital soit la reproduction des conditions sociales de la production capitaliste : 1/ séparation entre travail et moyens de subsistance ; 2/ séparation des moyens de production. Bref faut la reproduction des rapports capitalistes. Objet de la section VII de KI. Notamment important lors de l’élargissement de la production : faut main d’œuvre disponible : armée de réserve : 1/ pour élargissement 2/ pour mettre pression sur salaires. Moyens de consommation.

2/ Le reflux de l’argent

Spécificité de la section 3 : condition (1), et dans une moindre mesure, condition (2). L’objet principal, c’est la circulation de la valeur, c’est-à-dire la manière dont l’argent investi par les capitalistes, revient de manière directe ou indirecte, reflux de la valeur, pour permettre une relance du circuit.

La question telle qu’elle se pose immédiatement est la suivante : comment le capital consommé dans la production est-il remplacé en valeur par une partie du produit annuel et comment ce processus de remplacement s’enchevêtre-t-il avec la consommation de la plus-value par le capitaliste et du salaire par l’ouvrier. [KII, p 47]

Les questions de reproduction matérielle (condition 2) sont secondaires dans la section et n’interviennent qu’en tant qu’elle est une condition de la reproduction du capital. Contre certaines interprétations néo-ricardiennes des schémas les traitent comme les conditions matérielles de l’équilibre ou encore input-output de Léontiev. Or, ce n’est pas le cas : prise en compte seulement des quantités de valeur ; et non les besoins en valeur d’usage. Division en 2 départements (selon VU)

Car, le capitalisme, c’est un mode de production dans lequel la valeur d’usage est subordonnée à la valeur d’échange. Ce qui est premier, ce qui est absolu, c’est la valeur d’échange, c’est-à-dire l’accroissement continu de la valeur, la valorisation de la valeur. C’est l’impératif  catégorique et la nécessité absolue de toute économie capitaliste. La valeur d’usage n’intervient qu’en tant qu’elle est nécessaire à cette valorisation. Elle est relative, secondarisée. Bref, s’il y a conflit entre les besoins en valeur d’usage et les nécessités d’accroissement de valeur d’échange, une société, si elle veut rester capitaliste, doit impérativement privilégier les seconds sur les premiers.

Ainsi, dans l’étude, ce qui est premier c’est le circuit de la valeur. Il ne s’agit pas de montrer les équilibres nécessaires de quantités matérielles (valeur d’usage), mais la nécessité du circuit de la valeur. Les premiers ne sont pris en compte qu’en tant qu’ils peuvent perturber la circulation de la valeur, c’est-à-dire seulement en tant de facteur de crise. Mais attention : il s’agit de montrer le mouvement de la valeur, mais ça ne veut pas dire qu’on suit les métamorphoses du capital-argent. Capital-marchand et le reflux d’argent.

L’objet principal est donc de montrer ce reflux de l’argent. C’est-à-dire la circulation de valeur dans la société en tant que cette circulation d’argent permet au capitaliste de relancer le cycle du capital, c’est-à-dire réinvestir dans un nouveau cycle, c’est-à-dire quelles sont les conditions pour que la circulation de capital de soit pas interrompue, qu’elle continue sans s’interrompre. S’agit donc de montrer la possibilité de la continuité de cycle, contre l’apparente anarchie du capitalisme (producteurs individuels).

3/ Question de la consommation

Double élargissement de l’analyse : 1/ ensemble du cycle (passage de KI à KII) ; 2/ Intégration de la consommation au circuit du capital. Montre importance primordiale de la question de la consommation dans la reproduction du capital. Condition nécessaire de la reproduction du capital (mais non suffisante).

Double nécessité de la consommation au circuit capitaliste. Nécessité (1) : nécessité de reproduire le travailleur, lui permettre de travailler le lendemain. Faut alimentation et conditions de vie suffisamment saines pour reproduction du capital. Sinon, maladies, perte de force, mort etc etc ; salaire comme frais d’entretien du salarié (comme pour une machine) pour qu’il continue à bien fonctionner ; Nécessité (2) : nécessité pour écouler la marchandise, c’est-à-dire réaliser la valeur. Travailleur doit devenir un acheteur de son produit. Contradiction VU vs VE.

Rem : cette double nécessité constitue une contre-tendance par rapport à la loi générale d’accumulation du capital KI). Du point de vue de la seule sphère de production : il est possible d’aboutir à une paupérisation absolue du travailleur ; mais du point de vue de la circulation d’ensemble, le travailleur doit avoir suffisamment de revenu pour acheter les marchandises produites. Donc deux points de vue sur le capitalisme, deux tendances qui s’opposent. C’est-à-dire une contradiction. D’une part entre la tendance à accroitre l’exploitation de manière indéfinie et donc mettre une pression sur les salaires. D’autre part, prise en compte de la nécessité de la dépense du travailleur dans le circuit d’ensemble. Deuxième facteur limite la possibilité de baisse des salaires. Crise de sous-consommation.

B/ Critique de l’économie politique (dogme de Smith)

L’objectif de Marx n’est pas seulement de produire une compréhension du capitalisme (faire œuvre d’économie politique), mais également de produire une critique de l’économie politique. Pas seulement une réfutation de thèses classiques, mais surtout la mise en lumière de ce qui n’a pas été vu ; ce qui n’était pas visible pour l’économie politique classique. Articulation entre les apparences produites par la circulation du capital et la théorisation de cette circulation dans l’économie. Travail de déconstruction idéologique.

Dans section 3 : objectif premier, bien vu par un grand nombre de commentateurs (notamment Luxemburg), c’est une critique du « dogme de Smith ». Grande importance pour tous les économistes ultérieurs.

Dogme : l’ensemble de la production annuelle peut se résoudre en revenu (v + sv). Problème : élimination du capital constant.

Confusion entre 1/ valeur du produit annuel (valeur totale des marchandises, services et biens, produits) : C + V + sv ; 2/ Valeur produite dans l’année, c’est-à-dire la nouvelle valeur : V +sv. Peut se résoudre en revenu. Ce n’est pas l’ensemble de la production qui peut se résoudre en revenu, mais l’ensemble de la production de biens de consommation. Mais, ce n’est qu’une partie de la production annuelle : l’autre partie, production de moyens de production (pour l’année suivante).

Source encore plus profonde : confusion entre le travail concret effectué dans l’année (qui a produit le produit total et donc la valeur totale ; production réelle) et le travail abstrait (qui a ajouté de la valeur, production de valeur). Capital constant transfert sa valeur sur le produit, capital variable ajoute de la valeur. D’où l’importance de cette distinction pour Marx dès le début de KI.

Contre Smith, il s’agit de faire jouer le tableau économique de Quesnay (physiocrate).

C/ Examen des hypothèses : variables et constantes de l’analyse

Emmanuel Barot distingue trois grands types d’hypothèses : 1/ hypothèses « systémiques » : permettent de dégager un système capitaliste « pur » (essence du capitalisme) – or, empiriquement, on a affaire à une réalité hybride. 2/ hypothèses « macro-économiques » : simplification des agrégats, point de vue ; 3/ hypothèses sur les variables, hypothèses « mathématiques » (relations entre les agrégats, taux de profit, composition organique)

(1) Capitalisme comme système achevé : 1/ système sans extériorité ; économie nationale sans commerce extérieur ou hypothèse d’un monde mondialisé (économie unique).

« Nous faisons abstraction ici du commerce d’exportation […] Pour appréhender l’objet de notre recherche dans sa pureté, débarrassé de toutes perturbations secondaires, il nous faut considérer ici l’ensemble du monde du commerce comme un seule nation et présupposer que la production capitaliste s’est établie partout et s’est emparée de toutes les branches d’industrie. » [KI, p 651, chapitre 22, note n°21]

En parlant des rapports entre les deux grandes sections d’une économie capitaliste, il dit que les proportions sont tels à deux conditions, dont la seconde est : « si ces rapports stricts ne sont pas altérés par le commerce extérieur » [KII, p 61]

Marx reconnaît que « La production capitaliste ne saurait exister sans  commerce extérieur », mais, « L’introduction du commerce extérieur dans l’analyse de la valeur des produits annuellement reproduite ne peut créer que de la confusion, sans apporter aucun élément nouveau, soit au problème, soit à sa solution. Il faut donc en faire entièrement abstraction » [KII, p 118]

2/ Système capitaliste pur : seulement deux classes : prolétaires et capitalistes ; pas de professions libérales, intermédiaires etc

(2) Capitalistes vus comme un classe : (pas de problème de distribution entre différents types de capitalistes : financier, marchand etc)

« Le capitaliste qui produit la survaleur, c’est-à-dire pompe directement aux ouvriers du travail non payé qu’il fixe en marchandise [capitaliste industriel], est certes bien le premier à s’approprier cette survaleur, mais n’en est aucunement le dernier propriétaire. Il doit ensuite la partager avec des capitalistes qui remplissent d’autres fonctions dans l’ensemble de la production sociale, avec le propriétaire foncier etc. La survaleur se scinde donc en différentes parties. Ses fractions reviennent à différents catégories de personnes et prennent des formes diverses, autonomes les unes par rapport aux autres, profit, intérêt, bénéfice commercial, rente foncière etc. […] Ce qui nous intéresse, c’est le producteur capitaliste en tant que propriétaire de toute la survaleur, ou si l’on veut, en tant que représentant de tous ceux qui participent avec lui au partage du butin. » [KI, p 633-634]

Voici comment il justifie cette abstraction : « le fractionnement de la survaleur en différentes parties ne change rien à sa nature ni aux conditions nécessaires dans lesquelles elle devient un élément de l’accumulation. Quelle que soit la proportion de valeur que le producteur capitaliste farde pour lui ou cède à d’autres, c’est toujours lui qui se l’approprie en premier lieu. » [KI, p 634]

1/ Donc au fait abstraction du capitaliste commercial (qui assure la distribution du produit et s’approprie une part de la survaleur) et du capitaliste financier (donc pas de système de crédit) : unité du capital et pas d’éclatement de la survaleur ; 2/ Pas de concurrence entre les capitalistes.

Ces hypothèses seront levées au KIII.

(3) Réalisation de la valeur : 1/ tout ce qui est produit sera vendu : c’est-à-dire situation normale, sans crise ; par de surproduction ;  2/ prix = valeur ; et non fluctuations selon l’offre et la demande (hypothèse levée en KIII) : «

« La premières condition de l’accumulation est que le capitaliste ait réussi à vendre ses marchandises et à retransformer en capital la majeur partie de l’argent ainsi obtenu. On présupposé ici que le capital parcourt d’une manière normale son procès de circulation. […] Nous supposons donc ici […] que le capitaliste qui produit la marchandise la vend à sa valeur » [KI, p 634]

Ces hypothèses sont supposées être levées au KII, mais en fait continuent à valoir. Seulement examen plus approfondi de certaines des conditions de cette réalisation.

(4) Stabilité technologique (différent de KI) : pas de changement de la composition organique du capital. Elément constant qui était variable en KI. Loi d’accumulation capitaliste. Tendance lourde du capitalisme. Paupérisation et prolétarisation.

(5) Taux d’exploitation constant

(6) Question de la force de travail : 1/ peu de lutte des classes ; 2/ jugée disponible (population)

(7) Rotation et question du capital fixe. Introduit dans KII, section 2. Trop compliqué dans les calculs. Tout le capital constant est considéré comme du capital constant circulant, c’est-à-dire dont la valeur est entièrement transféré au produit.

P 50

« par hypothèse, le capital fixe continuant à fonctionner sous sa forme naturelle a été exclu » [KII, p 51]

Rem (1) : section 11 du chapitre 20 prend en compte le capital fixe

Rem (2) : Importance pour les travaux du géographe David Harvey : « spatial fix » (double sens : ce qui fixe du capital et qui arrange une situation compliqué pour le capital ; lien entre développement de capital fixe et développement des industries de moyen de production ; urbanisme et aménagement du territoire, grands projets, dans accumulation capitaliste)

(8) Etat

(9) Système de crédit : pas seulement une question de partage de la survaleur. Fonction importante dans le régime d’accumulation capitaliste. Mais complique les choses. Ne faut lui attribuer des vertus qu’il n’a pas. Donc abstraction du système de crédit, mais pour faire apparaître sa place véritable dans le système capitaliste. 1/ Centralisation des capitaux 2/ assure mobilité des capitaux entre les branches d’investissement ; 3/ thésaurisation : ce qui est trésor, c’est-à-dire capital potentiel attendant d’être suffisamment important pour être réinvesti, devient capital disponible à tout moment, capital argent. Cf notamment la question du capital fixe (retour par usure n’est plus accumulation d’un trésor mais repayer un prêt). Il s’agit de faire voir la fonction du capital financier, avant l’analyse de son fonctionnement proprement dit.


II/ Exposé du contenu de la section 3 : circulation d’ensemble

A/ Deux secteurs ou départements de l’économie

selon valeur d’usage (c’est-à-dire de type de consommation)

–       Producteurs de Moyens de production (consommation productive) : c’est-à-dire producteurs de capital constant (machines, bâtiments etc) et circulant (matières premières, auxiliaires etc)

–       Producteurs de Moyens de consommation (improductive) : nécessaire et luxe. Permet la reproduction des capitalistes et des ouvriers.

Montrer équilibres et déséquilibres possibles dans l’économie : faut une bonne proportion entre les différents secteurs de l’économie. A quelles conditions un équilibre peut être trouvé. Conditions de l’équilibre et d’un développement soutenable du point de vue de la réalisation de la valeur. Montrer proportionnalité entre les secteurs de l’économie, c’est-à-dire possibilité d’une croissance équilibrée.

Nous voulons étudier à l’état pur et sans perturbation l’échange entre les deux grandes sections de production sociale : les producteurs de moyens de production et les producteurs de moyens de consommation. [KII, p 165]

B/ Reproduction simple

a/ Qu’est-ce que la reproduction simple ?

1/ Présentation. Circuit de reproduction du capital dans lequel la survaleur appropriée par le capitaliste n’est pas réinvestie dans la production pour l’élargir (croissance), mais entièrement dépensée comme revenu. Survaleur appartient au fonds de consommation des capitalistes. La survaleur (argent) ne fonctionne pas dans le circuit comme capital, mais comme revenu, c’est-à-dire comme moyen d’obtenir des biens de consommation. Situation de croissance 0, pas d’expansion économique (valeur produite chaque année d’augmente pas).

2/ Fonction. Pas une situation réelle du capitalisme. Nécessité de croissance. Dans la réalité, n’arrive que par accident (crise). C’est une abstraction (hypothèse) :

La reproduction simple, à la même échelle, apparaît ainsi comme une abstraction, en ce sens que, d’une part, en système capitaliste l’absence d’accumulation ou de reproduction à une échelle élargie est une hypothèse étrange, d’autre part, les conditions dans lesquelles s’effectue la production ne restent pas absolument identiques (et c’est pourtant ce que l’on suppose) d’une année à l’autre. [KII, p 48]

Pourquoi est-ce que la plus grande partie de la section est consacrée à la reproduction simple plutôt que la reproduction élargie (98 vs 31 pages ; trois fois plus grand) ?

Quelle fonction ?

Fonction (1) [pédagogique] : simplicité : avant d’entrer dans complexité de la reproduction élargie, permet de s’habituer à une manière de voir les choses ;

Fonction (2) [heuristique] montrer quelque chose à un certain niveau de réalité. Identifier à quel niveau se situe un phénomène. Par exemple : quels effets sont dus à l’élargissement du capital (croissance), ce qui est dû au circuit de reproduction lui-même (croissance 0). Continue de fonctionner dans le cadre de la reproduction élargie (mais intégré dans une structure supérieure) :

Cependant, du moment qu’il y a accumulation, la reproduction simple en forme toujours une partie ; elle peut donc être étudiée en elle-même et constitue un facteur réel de l’accumulation. […] Toutes [l]es circonstances n’intéressent que le côté quantitatif des divers éléments de la reproduction, mais non le rôle qu’ils jouent dans le procès d’ensemble en tant que capital reproducteur ou revenu reproduit. [KII, p 48-49]

Fonction (3) [critique] : permet de réfuter le dogme de Smith « Les difficultés principales […] surgissent non pas dans l’étude de l’accumulation, mais dans celle de la reproduction simple. » [KII, p 25]. C’est à ce niveau là qu’il faut se placer pour critiquer Smith.

 

b/ Conditions générales d’équilibre

Condition de la reproduction sociale : équilibre entre l’offre et la demande solvable. (O=D). C’est-à-dire, il faut autant d’offre en MP qu’il n’y a demande solvable, et autant d’offre en biens de consommation qu’il n’y a de demande solvable. Donc :

1/ Equilibre des biens de consommation. Consommation improductive (destruction du bien consommé). Offre : totalité de la valeur produite dans le département II. Demande solvable : l’ensemble du revenu disponible dans les départements I et II (revenu total disponible d’un société) : demande solvable ouvrière (salaires I et II) et demande solvable des capitalistes (survaleur I et II). Fonds de consommation des ouvriers et des capitalistes. Donc :

O [IIc + IIv = IIpl] = D [IIv + Iv + IIpl + Ipl]

IIc = Iv + Ipl

Comme équilibre entre les département ça veut dire : le produit du département II doit être égal à la « valeur ajoutée » de l’ensemble des départements. Valeur totale du produit de II doit être égale à la valeur crée/produite/ajoutée par l’ensemble de l’économie.

2/ Equilibre des moyens de production. Consommation productive (transfert de valeur sur un autre produit ; valeur réapparait sous une autre forme naturelle). Offre : totalité de la valeur produite par le département I. Demande solvable : deux sources : capital du département I et II, moyens pour produire des moyens de production ou pour produire des biens de consommation c’est-à-dire (en termes de valeur) le capital constant de I et de II.

O [Ic + Iv + Ipl] = D [Ic + IIc]

Iv + Ipl = IIc

Comme équilibre entre départements : valeur totale du produit de II doit être égale à la valeur transférée aux produits par les deux départements.

c/ Reflux de l’argent : circuit de l’argent

Met en lumière le circuit de l’argent, comment l’argent reflue vers le capitaliste. KI : argent qui fonctionne comme capital c’est de l’argent avancé mais non dépensée. C’est-à-dire de l’argent qui reflue vers celui qui l’a lancé dans le circuit au début. Fonction « magique » du capital, par opposition à l’usage de l’argent comme moyen de paiement.

Rem : Cette opposition de fonctions donne lieu à l’idée selon laquelle la richesse des capitalistes viendrait d’un meilleur usage qu’ils font de l’argent (épargne, investissement etc – alors que les pauvres « mangent » leur argent). Double erreur. Erreur (1) : en valeur absolue, capitaliste mange tout autant son argent que l’ouvrier (consommation improductive), et même davantage. La différence c’est que seulement une petite proportion de son argent fonctionne comme moyen de paiement. Erreur (2) : le fait de dépenser tout son argent (pour l’ouvrier) est la condition de reproduction des conditions du circuit d’accumulation capitaliste.

Description des circuits direct et indirect de « retour » de l’argent vers le capitaliste. En fait, ce n’est pas un retour. Le capitaliste ne « lâche » que l’argent (qui ensuite ne fonctionne plus comme capital), mais non la valeur, puisque l’argent est remplacé par d’autres formes du capital. Mais, il a besoin de récupérer « de l’argent » à la fin du cycle afin de pouvoir (1) mesurer la valeur produite (argent comme mesure de valeur), (2) relancer le circuit.

d/ Exploitation des travailleurs

Certes, la lutte des classes est moins présente dans KII que KI. Mais les descriptions du circuit de l’argent nous montre quelque chose de la place de l’ouvrier et exploitation à l’œuvre dans le mode de production capitaliste.

Le travailleur porte l’ensemble du processus alors que le capitaliste joue un rôle de parasite.  1/ En travaillant, le travailleur maintient la valeur des moyens de production (capital constant) ; 2/ Ensuite, avec son salaire, le travailleur rend possible la réalisation de la valeur qu’il a produite. Il achète ses propres produits avec l’argent qu’on lui avance (autant lui donner un bon). Or, cet argent, c’est lui qui la crée l’année précédente. Il se fait une avance à lui-même. En plus, il ne fait que se reproduire en tant d’ouvrier (entretien de sa FT) ; doublement pris dans circuit capitaliste (comme reproduction FT et comme acheteur de marchandises) ; 3/ Il produit un surplus par rapport à son salaire, ce qui permet de constitue le fonds de consommation du capitaliste. Capitaliste vit sur le dos de l’ouvrier.

A tous les niveaux, ouvrier est exploité et ne jouit que très partiellement des produits de son travail, et encore, quand il en jouit, tout cela apparaît comme émanant de la générosité du capitaliste qui veut bien l’employer (fétichisme de l’argent). Le capitalisme investit l’ensemble de l’existence de l’ouvrier, laquelle est entièrement soumise au mouvement du capital.

C/ Reproduction élargie

 

Faut même condition fondamentale : O=D. Modèle doit cependant être affiné.

1/ Equilibre des biens de consommation

Offre de biens de consommation : valeur du produit total du département II

Demande de biens de consommation : Iv + Iv’ + Iplc + IIv + IIv’ + IIplc

O [IIc + IIv + IIpl] = D [Iv + Iv’ + Iplc + IIv + IIv’ + IIplc]

IIc + IIc’ = Iv + Iv’ + Iplc

Donc la demande en MP de II doit être égale à la demande en biens de consommation issue de I. Grand équilibre reste le même entre les deux sections.

2/ Equilibre des MP

Offre de MP : valeur du produit total du département I. Demande en MP : capital constant de I et de II.

O [Ic + Iv + Ipl] = D [Ic + Ic’ + IIc + IIc’]

Iv + Iv’ + Iplc = IIc + IIc’

Question : dans quelle mesure cet équilibre est-il possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *