Séance du 6 mai 2013: notes de l’exposé d’Alexandre Feron

Capital marchand

Livre III, section 4

Section 4 : « Transformation du capital-marchandise et du capital-argent en capital commercial et capital du « commerce d’argent ». Expliquer le titre.

(note sur la traduction : « financier »)

I/ Qu’est-ce que le « capital marchand » ?

[chapitre 16 : « le capital commercial »]

Rappel sur le capital de circulation. a/ Livre II, section 1 « Les métamorphoses du capital et leur cycle ». Le capital n’est pas une chose, une substance, mais c’est de la valeur en mouvement ; c’est le mouvement même de transformation de la valeur d’une forme en une autre ; mouvement de « métamorphose ». Cycle : A-M[MP+FT]…P…M’-A’. Trois formes : capital-argent, capital-marchandise, capital-productif. b/ « Capital de circulation » : capital dans les moments A-M, M-A. Réalisation de la valeur, achat pour relancer le processus de production. Donc le capital en tant qu’il prend deux formes : argent et marchandise.

Autonomisation des fonctions du capital de circulation. a/ Hypothèse : un capitaliste (ou en ensemble de capitaliste) contrôle l’ensemble du processus de métamorphose. Mais : tendance du capitalisme : division du travail et autonomisation des différentes fonctions. Un capitaliste particulier prend en charge les fonctions de réalisation de la valeur des marchandises. Commerçant. Ce qui était différentes fonctions d’un capital unique, devient la fonction de capitaux différents :

Le mouvement du capital marchandise a été analysé au livre II (chapitre 3). Si l’on considère l’ensemble du capital social, une de ses parties […] se trouve en permanence sur le marché sous forme de marchandise, afin de s’y convertir en argent [M-A] ; une autre partie s’y trouve sous forme d’argent pour y être convertie en marchandise. Le capital social dans son ensemble est soumis à ces mouvements incessants de conversion et de métamorphose formelle. Lorsque cette fonction du capital engagé dans le procès de circulation se rend autonome, lorsqu’elle devient la fonction particulière d’un capital particulier, la fonction assignée définitivement, par suite de la division du travail, à une certaine catégorie de capitalistes, alors le capital-marchandise se transforme en capital commercial. [Vol VI, Editions sociales, p 279-280, je souligne]

b/ Qu’importe que ce soit le même capital ou des capitaux différents ? En fait : les cycles apparaissent radicalement différents. Il y a bien « transformation » du cycle. « Cycle du capital-marchandise » (M’-A-M…P…M’) vs « cycle du capital marchand » (A-M-A’). Ce qui était fonction d’un capital, devient cycle d’un capital autonome cherchant à se valoriser. Alors que la fonction capital-marchandise était M-A, le cycle du capital marchand est A-M-A’. De l’argent est avancé pour être valorisé. Double critère pour la transformation : 1/ autonomie (externalisation des fonctions); 2/ cycle capitaliste. c/ Capital marchand : capital commercial ou capital de négoce (A-M-A’), et capital de « commerce d’argent » (fonctions comptables, échange de devises etc) [chapitre 19 : « Le capital financier »]; formes autonomes du capital-marchandise et capital-argent.

Trois types de capitaux. On peut donc les distinguer selon les formes de la valeur qui sont possibles dans leurs cycles, le type de métamorphoses qui sont possibles. Cycle (1) : capital productif ; contient les trois formes de la valeur possible (A, FT/MP, M). Cycle (2) : capital marchand ; 2 formes possibles (A ou M) : A-M-A’. Cycle (3) : une forme possible (A) : A-A’.

Problème. Livre I, chapitre 4 : la circulation (l’échange) ne crée aucune valeur. La survaleur ne peut naitre du marché. Survaleur provient de la production. Donc, on comprend comment le capital productif s’approprie la survaleur (par l’exploitation du travail). Mais, autres cycles : comment peuvent-ils être capitalistes, c’est-à-dire être de l’argent se valorisant ? Bref d’où viennent les profits commerciaux ? D’où vient le « plus » ?

II/ Les profits commerciaux

[chapitre 17 : « Le profit commercial »]

Rappels terminologiques. Différence entre suvaleur (plus-value – travail non payé, la différence entre la valeur produite par les travailleurs et leur salaire) et profit (la part de la survaleur que s’approprie un capitaliste particulier) ; taux de survaleur (sv/v) et taux de profit (sv/v+c).

Méthode. Pourquoi commencer par capital-marchandise ? a/ Si on commerce par capital marchand : fonction autonome, cycle capitaliste, profits. Impression que l’échange est producteur de valeur. Illusion des marchands eux-mêmes. b/ Mise au point méthode :

Le capital marchand n’est absolument rien d’autre que la forme autonome d’une partie du capital industriel affecté au procès de circulation ; toutes les questions qui le concernent doivent donc être résolues en posant le problème comme si les phénomènes particuliers au capital marchand n’apparaissaient pas encore comme autonomes, mais toujours en connexion directe avec le capital industriel comme une de ses branches. [p 308]

Analyser la fonction. Or, la fonction reste la même qu’elle soit autonome ou pas. D’où importance de la construction logique du capital et le travail d’abstraction. Dégager des « formes pures » et analyser les spécificités. Différence entre capital-marchandise et capital marchand c’est le besoin de profit. Or, c’est la même fonction dans les deux cas et cette fonction c’est de réaliser de la valeur et non de la créer.

Problème. En tant que capitaliste, le capital marchand doit rapporter le taux de profit moyen (cf KIII, section 2). Or, comment le capital marchand peut-il générer du profit sans créer de valeur ? Comment peut-il s’approprier de la valeur qu’il de crée pas ?

A/ Origine des profits commerciaux : d’où vient la survaleur ?

a/ Critique de la conception apologétique du capital commercial

Théorie de la majoration.  C’est ce qui apparaît lorsqu’on observe les acteurs (commerçants) ; et la manière dont les acteurs conçoivent leur propre activité. Le capitaliste marchand achète un produit à son prix de production au capitaliste industriel. Ensuite le capitaliste marchand le revend plus cher ; il ajoute quelque chose au prix de production. Prix commercial. Les profits des capitalistes marchands sont donc la différence entre le prix commercial et le prix de majoration. Correspond à la majoration du prix de production moins les frais de circulation.

Illusion et fétichisme. Si cette description correspond bien aux apparences, ce n’est pas la réalité du fonctionnement. L’analyse scientifique essaie de dépasser les apparences pour montrer (1) le fonctionnement réel, (2) la manière dont ce fonctionnement réel produit un certain nombre d’apparences. Donc, les acteurs ne sont pas les mieux placés pour comprendre ce qu’ils font :

Comme le lecteur l’a constaté à ses dépens, l’analyse des rapports internes réels du procès de production capitaliste est chose très compliquée qui exige un travail minutieux. Si c’est faire œuvre scientifique que de réduire le mouvement visible, simplement apparent au mouvement interne réel, il va de soi que dans les têtes des agents de production et de circulation capitalistes naissent nécessairement des conceptions sur les lois de la production qui, s’écartant complètement de ces lois, ne sont plus que le reflet dans leurs conscience du mouvement apparent. Les idées d’un commerçant, d’un spéculateur en bourse, d’un banquier sont nécessairement tout à fait déformées ; celles des producteurs sont faussées par les actes de circulation auxquels leur capital est soumis et par l’égalisation du taux général de profit. [p 322]

Fétichisme : ce n’est pas un voile qui masque la réalité, mais le fait de tenir le mouvement apparent pour le mouvement réel. Juste descriptivement (il y a bien différence entre le prix auquel vend le producteur et le prix commercial), mais faux théoriquement (le commerçant n’ajoute pas de la valeur).

b/ Analyse du mouvement réel

Appropriation de survaleur. a/ Ne produit aucune survaleur mais participe au partage de la survaleur. Les profits des capitalistes commerciaux sont une part qu’ils prennent sur la survaleur produit par les travailleurs employés par les capitalistes industriels. b/ Comment est-ce que cette participation se manifeste ? En achetant une marchandise au capitaliste industriel il ne leur paient pas une partie de la survaleur produite. C’est-à-dire ils achètent la marchandise en dessous de sa valeur. Et ils la revendent à sa valeur. La différence entre prix de production et prix commercial c’est donc la part de survaleur qui revient au capitaliste commercial pour son cycle de reproduction élargie.

Complément à l’étude sur l’égalisation du taux de profit. a/ Comment est-ce que ce partage se fait ? Est-ce que le partage est équitable ou bien est-il le produit d’un rapport de force (qui fait les profits commerciaux peuvent être, selon les séquences historiques plus importants ou moins importants que les profits industriels) ? b/ Hypothèse : fluidité maximale des capitaux, possibilité de s’investir rapidement d’une branche dans une autre, d’un secteur dans un autre. Dès qu’il y a de plus grands profits dans un secteur, afflux de capitaux, c’est-à-dire augmentation de l’offre de capitaux, ce qui a tendance à faire baisse le taux de rendement (profit). Bref, il y a égalisation ou péréquation du taux de profit. Hypothèse de Marx : situation d’équilibre où taux de profit est le même dans tous les secteurs. Taux de profit moyen.

Si le capital marchand rapportait en pourcentage un profit moyen plus élevé que le capital industriel, une partie de celui-ci se transformerait en capital marchand. Si, au contraire, il rapportait un profit moyen inférieur, le processus inverse se produirait : une partie du capital marchand se transformerait en capital industriel. [p 293]

c/ Donc, les taux de profit des capitalistes marchands et industriels sont, par hypothèse, identiques. Donc égal partage de la survaleur (au même taux). d/ Conséquence : intégrer le profit commercial fait encore baisse le taux de profit général.

Situation concrète. a/ La fluidité des capitaux n’est pas assurée. D’autant plus que les capitaux commerciaux sont plus fluides que ceux de l’industrie (investissements de capital fixe plus importants, contrats de travail etc). Il est plus facile de passer du commerce vers l’industrie que le contraire :

Aucune espèce de capital ne possède plus grande facilité de modifier sa destination et sa fonction que le capital marchand. [p 293]

En partie faux : le capital « financier » possède une encore plus grande mobilité. Mais, important de noter des différents réelles de fluidité. Pression du capital, c’est rendre tout plus fluide

b/ De plus : il y a un rapport de force entre les capitalistes industriels et commerciaux selon époque. Qui met en concurrence qui ? Cas (1) : mise en concurrence des capitalistes commerciaux par capitalistes industriels (plus puissants), ce qui leur permet d’avoir un taux de profit supérieur. Cas (2) : inverse. Cf cours de David Harvey.

Problème. Si externalisation a pour conséquence de créer de nouveaux capitalistes qui ont aussi besoin de valoriser leurs investissements, donc de s’approprier une part de la survaleur, pourquoi est-ce que le développement va vers l’autonomisation ? Pourquoi est-ce que les capitalistes industriels acceptent ce partage de la survaleur qui fait baisser le taux de profit moyen ? Pourquoi ne pas tout unifier en une gigantesque entreprise ? Bref il faut se demander quel effet de retour cette autonomisation a sur la création et l’appropriation de survaleur par les capitalistes industriels ? Montrer en quoi cela est dans leur intérêt.

B/ Effet de retour du capital commercial sur la survaleur : Pourquoi autonomisation ?

Quel intérêt d’externaliser ces coûts ? Pourquoi division du travail ? Pas seulement un parasite : le capitalisme y gagne.

Effet sur la rotation sur capital industriel. a/ Dans cycle du capital industriel, il faut attendre que M’ soit vendue, c’est-à-dire que valeur marchandise se métamorphose en valeur argent, pour que le processus soit relancé. Faut attendre d’avoir écoulé toutes les marchandises à des consommateurs. Conséquence : un part importante du capital industriel est « bloqué » dans la sphère de la circulation. Ralentit la rotation du capital industriel. b/ Avec l’autonomie de capital marchand, la marchandise du capital industriel est immédiatement achetée et convertie en argent pour le capitaliste industriel. Le temps passé du capital industriel dans la sphère de la circulation est réduit au minimum. L’argent peut immédiatement servir à relancer le cycle. La rotation du capital productif est donc accélérée.

Faire baisser les coûts de réalisation. a/ D’abord par la spécialisation. Les capitalistes commerciaux peuvent déployer toute leur énergie, inventivité etc pour trouver le meilleur moyen de réaliser la valeur des marchandises (sans devoir se préoccuper des autres aspects). La fonction de réalisation est donc accomplie avec une plus grande efficacité. b/ Ensuite, il y a des économies d’échelle. Dans un cas, chaque industrie a son propre secteur de distribution etc. D’autre l’autre : plusieurs industries peuvent avoir recours à une même entreprise commerciale pour vendre leurs produites.

C/ Le salarié du capital commercial est-il exploité ?

Le problème. a/ Le cycle du capital commercial ne crée aucune survaleur. Toute la survaleur est produite dans le cycle du capital productif et provient de la différence entre la valeur produite par les ouvriers et leur salaire. Ils sont exploités parce qu’une partie de leur travail est non payé, et les capitalistes s’approprient ce travail non payé. b/ Mais, qu’en est-il des salariés du capital commercial ? Ils ne créent aucune valeur, leur travail est improductif, non pas au sens au il se sert à rien, mais au sens où il n’est pas créateur de valeur. Est-ce qu’ils sont exploités ? Ou bien y a-t-il de l’exploitation même s’ils ne créent pas de valeur ? Quelle différence entre les salariés sur commerce et les salariés de l’industrie ? Pose la question de la classe ouvrière et la définition du « prolétariat ».

L’exploitation des salariés commerciaux. a/ Rappel sur le salaire. N’est pas lié à la valeur produite (malgré illusion du salaire). Ce qui détermine le salaire : c’est la valeur des biens pour reproduire la force de travail du salarié (nourriture, éducation, selon attentes d’une société). b/ Le salaire des employés du commerce sont déterminés par ce que ça coût pour les reproduire. c/ Or, il y a une différence entre les salaires des employés du commerce et la part de survaleur que le capitaliste commercial peut s’approprier grâce à leur travail. La différence entre les deux, ce n’est pas de la survaleur, mais c’est bien du travail non payé. Du travail non payé qui détermine les profits du capitaliste commercial. d/ Situation qui les rend encore plus précaires parfois que les salariés de l’industrie. Ils ne sont que des frais qu’il faut comprimer au maximum.

Conclusion. Il ne faut pas réduire le prolétariat au seuls ouvriers (salariés industriels). Il faut inclure l’ensemble des salariés qui sont des instruments dans la main des capitalistes pour s’approprier des profits sous la forme de travail non payé. Dans un cas, les salariés « productifs » créent la survaleur qui sera partagée en profits, dans l’autre cas, les salariés « improductifs » permettre au capitalistes de s’approprier la survaleur créée par les autres sous forme de profits. Dans les deux cas, travail non payé, donc exploitation.

III/ Quelle relation entre capital marchand et capital industriel ?

[chapitre 18 «  La rotation du capital commercial »]

Que veut-on dire quand on parle d’autonomisation du capital-marchandise avec le capital marchand ? Quel rapport entre capital marchand et industriel ?

Dépendance réciproque. 1/ Dépendance du capital industriel par rapport au capital marchand. Nécessaire pour acheter ses marchandises, relancer le cycle, et réaliser la valeur créent par les travailleurs exploités. 2/ Dépendance du capital marchand par rapport au capital industriel. C’est lui qui crée la valeur ; ses profits ne sont que la participation à cette valeur qu’il n’a pas créée. Ne fixe pas ses propres prix (dépend de la valeur et de la concurrence).

Autonomie et crises. a/ Mais, accélération de la rotation et relance du cycle industriel : seulement première partie de la métamorphose. La valeur n’a pas été réalisée à proprement parler. Il faut encore réussir à vendre la marchandise, c’est-à-dire trouver une demande pour consommer (productivement ou improductivement) la marchandise. b/ Or, le cycle peut être relancé, production continue, sans que réalisation soit assuré. Donc autonomisation relative produit risque de grosse surproduction. Effet différé de la difficulté de réaliser la valeur. (effet encore différé lorsqu’on introduit le crédit . Crises. Ce qui était un petit déséquilibre, devient de plus en plus grand quand on ajoute des intermédiaire ou des mécanismes pour différer le moment de réalisation de la valeur :

Dans le système de crédit moderne, il [le capital marchand] dispose d’une partie importante de l’ensemble du capital-argent de la société, de sorte qu’il peut recommencer ses achats, avant même d’avoir vendu définitivement la marchandise déjà achetée ; peu importe d’ailleurs que notre commerçant vende directement au dernier consommateur ou que douze autres commerçants s’intercalent entre eux. Etant donné l’élasticité énorme du procès de reproduction qu’il est possible d’élargir constamment au-delà de toute limite fixée, la production elle-même ne limitera pas le commerçant ou, tout au plus, de façon élastique. Outre la spéculation entre M-A et A-M consécutive à la nature de la marchandise, une demande fictive est donc créée ici. Le mouvement du capital marchand, bien qu’il se soit rendu autonome, n’est jamais autre chose que le mouvement du capital industriel dans la sphère de circulation. Mais grâce à son autonomie, ses mouvements sont, entre certaines limites, indépendants des barrières élevées par le procès de reproduction qu’il impulse lui-même au-delà de ses propres limites. La dépendance à l’intérieur et l’autonomie à l’extérieur finissent par conduire les choses jusqu’au point où la connexion interne doit être rétablie par la violence, c’est-à-dire par la crise.

Ceci explique le phénomène suivant : les crises n’éclatent pas d’abord dans le commerce de détail qui a directement affaire aux consommateurs, mais dans les sphères du commerce en gros et des banques, celles-ci mettant à la disposition de celui-là le capital-argent social. [p 313-314]

Ainsi l’autonomie relative des cycles de capitaux est l’une des raisons des crises de surproduction (tension besoin d’expansion illimitée de la production et de capital marchand et besoins limités de la consommation) – crises c’est le moment de remise en adéquation entre la demande réelle (possibilité de réalisation de la valeur) et production (offre).

IV/ Genèse historique du capitalisme et capital marchand

[chapitre 20 : « Aperçu historique du capital marchand »]

Genèse logique et genèse historique du capitalisme. Deux logiques, ou encore les deux dialectiques ne sont pas identiques. a/ Genèse logique : construction conceptuelle pour permettre la plus grand intelligibilité du capitalisme, du simple au complexe. Capital-marchandise (livre II) : simple fonction ; au capital marchand : cette fonction en tant qu’elle a pris son autonomie. b/ D’un point de vue historique, le développement est inverse. Le capital marchand est premier par rapport au capitalisme ; il en est même une condition de possibilité. C’est l’accumulation d’argent aux mains de marchands, c’est-à-dire la concentration, qui a permis, en partie, le développement du capitalisme. Le mouvement réel de développement est donc inverse : d’abord autonomie par rapport à la production, le commerce, dans le mode de production capitaliste, est soumis de plus en plus à cette production.

Dans les limites du mode de production capitaliste, c’est-à-dire dès que le capital s’est emparé de la production elle-même en lui conférant une forme spécifique tout à fait modifiée, le capital marchand ne se présent plus que comme un capital doté d’une fonction particulière. Dans tous les modes de production antérieurs, le capital marchand apparaît comme la fonction par excellence du capital […].

Il n’est donc nullement difficile de comprendre pourquoi le capital marchand apparaît comme forme historique du capital, bien avant que le capital se soit assujetti la production elle-même. Son existence et son développement à un certain niveau sont eux-mêmes la condition historique pour le développement du mode de production capitaliste […]. [p 335-336]

Le capital marchand avant le capitalisme. a/ Apparaît avec forme du capitalisme (A-M-A’) – et ce phénomène est souvent utilisé pour montrer le capitalisme comme ayant existe de tout temps. b/ Mais, il ne peut y avoir appropriation de survaleur puisque pas encore de lien avec production (laquelle est trop peu développée). Donc profits ne proviennent pas du partage de la survaleur, mais du rôle d’intermédiaire que joue le commerçant. Lien entre territoires éloignés (hors concurrence, avant marché mondial, lien avec colonies), ou bien violemment : escroquerie et vol. Seul moyen de dégager profits. c/ Ce n’est qu’avec le capitalisme comme mode de production que le capital marchand peut fonctionner de manière « honnête ».

Soumission du commerce à l’industrie. Avec le développement du capitalisme, il y a une perte d’indépendance du commerce, de plus en plus soumis à l’industrie :

Au premier stade de la société capitaliste, le commerce domine l’industrie ; dans la société moderne, c’est l’inverse. [p 339]

Il va même jusqu’à formuler une « loi selon laquelle le développement autonome du capital marchand est un raison inverse du degré de développement de la production capitaliste. » [p 337]

Rôle du capital marchand dans passage du capitalisme. Rôle important. Comprendre rapport entre section 1 et 2 du livre I du Capital : passage d’une société marchande à une société capitaliste – question de la transition vers le capitalisme. Trois grands éléments dans ce chapitre : 1/ rôle dans l’accumulation ; 2/ orienter de plus en plus production vers la production pour la valeur d’échange et plus seulement valeur d’usage. Développement d’un marché de plus en plus mondialisé. 3/ Action dissolvante sur anciens rapports. Mais, Marx signale que cela ne suffit pas. Le développement du capital marchand permet le capitalisme, mais ne le produit pas directement.

Conclusion

Complexification de l’analyse du capitalisme. Passage de l’abstraction de la fonction (capital-marchandise) à un niveau plus concret (capital marchand). Permet de distinguer ce qui est propre à un niveau (par exemple : fonction de réalisation de la valeur, impossibilité de créer de la valeur dans l’échange etc ; bref l’extension du marché mondial en soi ne crée pas de valeur), et propre à un autre (possibilité de crises avec autonomie relative du capital marchand et industriel). Tension autonomie-dépendance : élément fondamental pour comprendre les crises.

Section 5 : un élément de plus. Jusqu’ici : abstraction du crédit et du système bancaire. Comme le capital marchand, historiquement antérieur au capital industriel, mais logiquement postérieur. Nouvelles réalités sont mises en lumière et de nouvelles difficultés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *