Notes (au brouillon) de l’exposé

Lectures de Marx

29/10/2012

 

Livre II du Capital, 1ère section : Les métamorphoses du capital et leur cycle

 

Introduction : l’austérité du livre II du Capital. Labyrinthique, ce qui a trait à la nature bâtarde de l’abstraction ici mise en œuvre : ni abstraction pure du livre I, ni concret du livre III. Celles et ceux qui se sont frotté-e-s à sa lecture le savent. Engels le savait déjà… Cf Correspondance d’Engels.

Le volume II va provoquer une grande déception parce qu’il est purement scientifique et ne contient pas beaucoup de textes d’agitations.

Engels, lettre à Sorge (3 juin 1885).

Tempéré par d’autres jugements :

… Je ne doutais pas que le second volume vous procurât le même plaisir qu’à moi. Les développements qu’il contient sont en vérité d’un niveau si élevé que le lecteur vulgaire ne se donnera pas la peine de les approfondir et de les suivre jusqu’au bout.

Engels, lettre à Danielson (13 novembre 1886).

Sorge (communiste allemand émigré aux USA) est secrétaire général de l’Internationale à New York, Danielson est un économiste russe. Deux types de discours donc. Adresse au militant, adresse à l’économiste. Spécificité du livre II qui fait son aridité mais également son intérêt parce qu’il donne peut-être à voir l’architecture réelle du Capital, et va nous permettre de dresser un parallèle avec un livre I « expurgé » de ses excursus politiques. Attention, il ne s’agit pas de séparer le bon grain « scientifique » de l’ivraie politique mais de savoir faire la différence entre les différents régimes de discours afin de suivre la progression logique du Capital, nécessairement discontinue et interrompue dans l’exposition de fait que Marx en a donnée. En fait, il s’avère que le livre II est également rempli d’excursus, livre labyrinthique dans lequel il est difficile de ne pas se perdre.

Dernière citation, en hommage à R. Luxemburg :

A ceux qui souhaitent lire l’ensemble du Capital, la camarade Luxemburg conseille de laisser d’abord de côté le livre II « la conscience tranquille » et de lire le livre III. Le livre III traite de problèmes qui touchent plus directement les observations d’un homme ordinaire dans sa vie pratique.

Notes prises lors d’un exposé de R. Luxemburg

(In R. Luxemburg, A l’école du socialisme, Agone 2012, p. 150).

Bref retour sur le livre II dans ses rapports au livre I. Ouverture du livre II sur kes trois stades du procès cyclique du Capital déjà exposés dans le livre I. Rappel :

  1. Conversion d’argent en marchandise (A-M).

  2. Consommation productive : procès de production dont traite spécifiquement le livre I.

  3. Conversion de la marchandise en argent (M’-A’).

3 stades du cycle donc. Et livre I ne se préoccupait que du second. Cf ouverture de la 7ème section (« Le procès d’accumulation du capital ») :

On présuppose ici que le capital parcourt d’une manière normale son procès de circulation. L’analyse de ce procès ressortit au livre II.

Marx, Le Capital, I, P.U.F., p. 633.

Inversement, dans l’ouverture du livre II :

Le premier et le troisième stade n’ont été discutés au livre Ier que dans la mesure où c’était nécessaire pour l’intelligence du deuxième stade, le procès de production du capital. C’est pour cette raison qu’on n’a pas pris en considération les différentes formes que le capital revêt à ses différents stades, qu’il prend et dépouille tour à tour en répétant son cycle. Elles vont constituer le premier objet de notre examen.

Marx, Le Capital, II, E.S., p.27.

D’où le titre de notre première section « Les métamorphoses du capital et leur cycle ».

Notion de métamorphose très importante : il va être ici question de changements de formes, discours qui n’est rendu possible que par le fait de distinguer la valeur de ses formes, qu’elles soient phénoménales (rente, profit, intérêt…) et/ou formes fonctionnelles dont il va être question ici (capital-argent, capital-marchandise, capital productif).

Rappel : définition du capital et de son énigme comme « somme de valeur avancée en vue de se mettre en valeur ». Objet paradoxal : cette valeur qui enfante selon les mots de Marx.

D’où trois élucidations :

  • Notion de valeur : Section I du livre I sur la marchandise et la monnaie.

  • Notion de valorisation : Autres sections du livre I

  • Notion de métamorphose (puisque valorisation suppose procès qualitatif de changements de formes) : livre II.

Livre I s’occupe de la valorisation à proprement parler. Livre II va s’occuper de la circulation. Différence très importante qu’il faut avoir en tête lorsqu’on va lire le livre II.

D’où aussi gain en concrétude lorsqu’on va aborder le livre II. Pas rentrer dans débats qui ont agité Althusser et cie. Cf Lire le Capital, exposé d’Establet. On peut garder ces débats pour le moment où l’on sera arrivé peut-être au terme du livre II et même au terme du livre III, si jamais on y arrive…

Juste distinction schématique : Valeur (livre I) Formes fonctionnelles [Funktionsformen] (livre II) d’un cycle complet mais abstrait c’est-à-dire ici isolé Formes phénoménales [Erscheingungsformen] (livre III) qui nous installeront dans un monde où la diversité des capitalistes viendra complexfier les choses.

Dans le livre Ier nous avons étudié les divers aspects que présente le procès de production capitaliste, en soi, en tant que procès de production immédiat, et, dans cette étude, nous avons fait abstraction de tous les effets secondaires résultant de facteurs étrangers à ce procès. Mais la vie du capital déborde ce procès de production immédiat. Dans le monde réel, le procès de circulation, qui a fait l’objet du livre II, vient le compléter.

Marx, Le Capital, III, E.S., p. 47.

Qu’est-ce qu’il faut garder en tête pour l’étude de ce livre II, et plus particulièrement de cette première section dont nous allons nous occuper ici ? Clauses d’abstraction :

  • Suivi ici d’un atome de capital. Naturellement, nécessité d’une combinaison des atomes de capital. Seul, ne fonctionnerait pas puisque achat = vente pour un autre etc. Mais chaque atome parcourt le cycle à son rythme et c’est cela qu’on va étudier ici.

  • Marchandises se vendent à leur valeur (pas de différence entre les prix et les valeurs. N’interviendra que dans le livre III)

  • Rapports de valeurs demeurent constants : cad par exemple que, dans le procès de reproduction simple, je pourrai remplacer en intégralité les éléments de mon capital productif. Valeur du coton n’aura par exemple pas augmenté entre la vente de mon produti et mon réinvestissement, ce qui nécessiterait un surinvestissement de ma part pour remplacer mon capital productif. (Exemple de Marx cf Capital II, p. 99)

  • Dernière chose : il sera ici question du capital industriel, le seul qui crée (avec tous les guillements qu’il faut mettre au mot) de mla survaleur et qui ne se borne pas à l’approprier (comme le capital-argent du banquier ou capital-marchandise du marchand).

Le capital industriel est le seul mode d’existence du capital où sa fonction ne consiste pas seulement en appropriation, mais également en création de plus-value [survaleur], autrement dit, de surproduit. C’est pourquoi il conditionne le caractère capitaliste de la production (…) . Les autres variétés de capital qui ont apparu avant lui au sein de conditions de production sociale révolues ou en décadence, se subordonnent à lui et subissent des modifications appropriées dans le mécanisme de leurs fonctions (…). Quant au capital-argent ou au capital-marchandise (…), ils ne représentent plus que des modes d’existence des différentes formes fonctionnelles que le capital industriel prend et rejette alternativement dans la sphère de circulation, modes d’existence promus à l’indépendance et développés à part [verselbständigte und einseitig ausgebildete Existenzweisen] en raison de la division sociale du travail.

Marx, Le Capital, II, E.S., p.53.

Rapide commentaire : Subordination des marchands et des banquiers aux capitalistes n’interdit pas leur développement autonome du fait de la division du travail portée par le mode de production capitaliste, on y reviendra.

3 stades donc :

  • A-M

  • M-M’ (P)

  • M’-A’

3 cycles également pour Marx, qui vont faire l’objet de la plus grande partie de ce livre II et sur lesquels je vais commencer par travailler :

  • A-M…P…M’-A’ (Le cycle du capital-argent)

  • P…M’-A’-M'[T/Mp]…P’ (Le cycle du capital productif)

  • M’-A’-M…P…M’ ou M…P…M’-A’-M (Le cycle du capital-marchandise)

Dans la notion de cycle est contenue l’idée, vous le voyez que le terme du procès nous reconduit à son point de départ. Idée de Marx déjà évoquée que le mouvement du capital est fondamentalement un mouvement de reproduction (simple ou élargie, en fait élargie), ce qui pointait déjà dès les textes de jeunesse (à partir de L’idéologie allemande à travers la notion, empruntée à Hegel de « présupposition », paradoxe intenable dans le cadre d’une explication linéaire simple d’un présupposé qui est posé par cela même dont il est le présupposé). Et ici, les trois cycles vont nous permettre d’appréhender en totalité le cycle du capital et de ses métamorphoses, dans la mesure où, on va le voir, seule une coupe arbitraire et abstraite (mais ici mauvais abstraction qui s’ignore) permettrait de déterminer un point de départ « réel » du procès (A, P ou M) et d’isoler un cycle déterminé qui dirait la vérité du cycle capitaliste et de ses métamorphoses. Au contraire, il va nous falloir garder à l’esprit ces trois cycles, leur logique spécifique et leur combinaison pour saisir le procès de circulation dans sa totalité (individuel rappelons-le) [D’autant plus que réalité nous met sous les yeux on le verra la succession des formes du capital mais également leur juxtaposition, ce qui signifie que tout capital est divisible, même à un instant t, en des fractions qualitativement différentes (A, P, et M) selon des rapports donnés.].

Trois cycles donc, trois logiques spécifiques, qui vont être présentées par Marx dans les 4 premiers chapitres de la section II. Un chapitre par cycle, plus un qui fait la synthèse.

Explication rapide des cycles à partir des schémas de la feuille. Moment de traduction.

  1. Le cycle du capital-argent. [Chapitre le plus long : les développements autour des stades serviront pour les autres cycles.]

  1. Premier stade : A-M

Premier stade : achat des moyens de production et de la force de travail. Deux marchés différents : le marché des marchandises et le marché du travail. Premier achat porteur d’enjeu puisque fait intervenir un premier rapport quantitatif entre Mp Et Ft, dans la mesure où les Mp doivent absorber la Ft. Si le rapport n’est pas adéquat, on aura des machines (pour concrétiser ça) inutilisées ou des travailleurs sous-employés.

Premier stade donc : conversion du capital-argent (Ier support de la valeur, forme de l’avance) en capital productif. Et le moment typique de cette conversion est bien sûr l’achat de la force de travail, cf Capital I, section II « Transformation de l’argent en capital ». Capital-argent va pouvoir s’actualiser comme « valeur enfantant », retour sur les mystères de la survaleur du livre I.

Il nous reste ici à examiner la chose d’un autre point de vue, par rapport spécialement au capital argent en tant que forme de manifestation [Erscheinungsform] du capital.

K. Marx, Le Capital, II, E.S., p.31.

Principal problème auquel on se heurte : la forme-argent rabat le rapport capitaliste sur le rapport marchand. Du fait de la forme de manifestation du capital sous la forme de l’argent, on perd de vue que cet argent est ici une forme fonctionnelle du capital. Rapport de subordination de la forme-manifestation (ou encore forme phénoménale) à la forme-fonction doit être gardé à l’esprit. Deux notions de forme très différentes ici, l’une qui serait héritée d’Aristote, dotée d’un très haut degré d’effectivité, la forme en tant qu’elle est fonction, l’autre héritée du kantisme et rabattue sur l’apparition. Mais le même terme dit la parenté entre les deux types de forme, comme en témoigne la progression du livre II au livre III dans le schéma dressé plus haut.

De ce point de vue, le capitalisme ne se distingue pas du monde féodal par exemple (et le salaire de la corvée) par le simple fait que le rapport d’exploitation est médiatisé par l’argent. Plus complexe. Attention à ne pas prendre les formes phénoménales pour des fonctions réelles. D’où mécompréhension du rapport capitaliste tel qu’il s’exprime dans le salariat. Forme phénoménale de l’argent le fait passer pour un rapport d’échange simple entre deux sujets indépendants de l’échange, qui se rencontrent ponctuellement, pour lesquels il n’en va pas dans l’échange de leur existence même. Indépendance du sujet par rapport à l’échange : postulat de la pensée bourgeoise, cf les robinsonnades. Or ne vaut que dans le cas où échange est échange du surplus produit par une communauté auto-subsistante. Mais pas dans mode de production capitaliste dans lequel

  • rapport marchand fait que production en vue de l’échange.

  • rapport proprement capitaliste fait intervenir asymétrie et existence même des échangeants.

Il faut garder à l’esprit la forme fonction derrière mais également la nécessité d’en passer par la forme phénoménale. Il faut garder à la fois en tête le rapport capitaliste asymétrique et le rapport marchand. Si l’on oublie le premier, on fait de l’économie vulgaire (Rabat capitalisme sur monde marchand) si on oublie le second, on va retomber dans proudhonisme qui ne veut voir qu’un vol dans le rapport capitaliste.

Garder à l’esprit les deux formes, c’est se donner la possibilité de voir

l’état de fait sur lequel se fonde l’acte A-M[Mp/T] (…), la répartition non au sens ordinaire, comme répartition des moyens de consommation, mais la répartition des éléments de la production eux-mêmes.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 34.

Cad la séparation des travailleurs et des moyens de production. Problème n’est pas dans l’échange marchand lui-même (pas de vol renouvelé) mais dans l’état de fait qui lui préexiste, cette séparation. D’où énigme doit être résolue en tenant ses deux bouts, l’échange marchand « juste » et l’exploitation. Et prolétarisation croissante…

Deux présuppositions donc de ce premier stade :

  • Production de marchandises achetables par le capitaliste

  • Existence de prolétaires « libres ».

Exemple russe et les deux problèmes que pose le passage du servage au capitalisme agricole:

  • manque de capital-argent (cycle à ses débuts, lancement difficile). Problèmes d’avance. Mais ça va venir dit Marx… Problème accessoire, que le cycle va résoudre.

tout vient à point à qui sait attendre, et avec le temps, le capitaliste industriel dispose non seulement de son propre argent, mais aussi de l’argent des autres.

Marx, Le Capital II, E.S., p.35

  • surtout, manque de maind’oeuvre disponible. Pas encore déconnexion du travailleur et des moyens de production. Dans livre I, laissé à un événement en dehors du cycle, l’accumulation originaire, la rapine, le pillage et la violence.

A-M suppose donc la présence d’ouvriers séparés de Mp, donc de capital productif sous ses deux formes, ce qui pointe la dépendance du cycle du capital-argent par rapport au cycle du capital productif.

  1. Deuxième stade : fonction du capital productif

Avant tout retours sur exposés du livre I. Retour sur quelques thèmes spécifiques. Pas de métamorphose ici mais une valorisation… Consommation productive interrompt circulation à proprement parler. A garder en tête.

Lien développement du salariat / développement de la production marchande. Puisque salarié doit se procurer ses moyens d’existence sous forme de marchandise. Et inversement développement de la production de marchandises suppose développement de la division du travail et donc du salariat.

Puissance de dissolution de la forme marchande capitaliste : fait de la vente (et non plus de l’auto-consommation) l’intérêt (et rend donc dépendant des marchés) puis dissout même petite production marchande.

Excursus sur la théorie des formations sociales

Quelles que soient les formes sociales de la production, les travailleurs et les moyens de production en restent toujours les facteurs. Mais les uns et les autres ne le sont qu’à l’état virtuel tant qu’ils se trouvent séparés. Pour une production quelconque, il faut leur combinaison. C’est la manière spéciale d’opérer cette combinaison qui distingue les différentes époques économiques par lesquelles la structure sociale est passée. [Welches immer die gesellschaftlichen Formen der Produktion, Arbeiter und Produktionsmittel bleiben stets ihre Faktoren. Aber die einen und die andern sind dies nur der Möglichkeit nach im Zustand ihrer Trennung voneinander. Damit überhaupt produziert werde, müssen sie sich verbinden. Die besondre Art und Weise, worin diese Verbindung bewerkstelligt wird, unterscheidet die verschiednen ökonomischen Epochen der Gesellschaftsstruktur.]

  1. Troisième stade : M’-A’

Point de départ ici : M’ en tant que rapport de la valeur-marchandise à la valeur de capital dépensé dans sa production. Pas simple vente dans circulation simple. Problème de la vente qui va se poser, et ajouter de « nouveaux coefficients de l’efficacité d’un capital » (en dehors de ceux théorisés au livre I comme le taux de survaleur).

Attention Rapport A-A’ qui résume le cycle du capital-argent n’est pas qu’un pur rapport quantitatif de valorisation. Identité forme phénoménale masque hétérogénéité réelle de la forme-fonction, comme tout à l’heure, illusion nait d’une confusion entre les deux formes. Dans A’, part de A et a. Capital avancé et survaleur. L’un se reconvertit en forme-argent primitive, l’autre commence sa course sur le marché. Forme-argent joue deux rôles, forme récurente d’une valeur primitivement avancée en argent, mais aussi forme première convertie d’une valeur qui commence son cycle. Hétérogénéité marche aussi pour M’ (= M + m), mais forme-marchandise maintient lien apparent avec procès de production. Posera potentiellement des problèmes pour la réalisation de M’ en A’.

Autre illusion, perte de vue du cycle puisque on semble avoir affaire à une suite discontinue de procès ponctuels. A’ semble nous faire revenir au point de départ, hors du cycle puisque Argent (liquidité) = forme phénoménale du capital la plus potentiellement déconnectée du cycle, n’a pas besoin de recommencer le procès (on le verra). Garder à l’esprit métamorphoses et non formes figées. Essentiel : le passage.

  1. Le cycle total

Synthèse des trois stades.

Etudions maintenant l’ensemble du mouvement A-M…P…M’-A’, ou sa forme explicite A-M[T/Mp]…P…M'(M+m)-A'(A+a). Le capital apparaît ici comme une valeur qui passe par une série de transformations connexes, dont l’une est la condition de l’autre, par une suite de métamorphoses qui sont autant de stades ou de phases de son procès d’ensemble. Deux de ces phases appartiennent à la sphère de la circulation, la troisième à la sphère de la production. Dans chacune d’elle, la valeur-capital revêt un aspect différent, auquel correspond une fonction différente et spéciale. Au cours de ce mouvement, on assiste non seulement à la conservation de la valeur avancée mais à son accroissement, à son augmentation de grandeur. En conclusion, au stade final, elle retourne à la forme même qu’elle avait au point de départ du procès d’ensemble. C’est pourquoi le procès d’ensemble est un procès cyclique.
Les deux formes que la valeur-capital prend dans le cadre de ses stades de circulation, sont celles de capital-argent et de capital-marchandise ; sa forme pendant le stade de la production est celle capital productif. Le capital, qui dans le cours de son cycle total, prend puis rejette ces formes, et accomplit chaque fois la fonction correspondante, est du capital industriel, – industriel en ce sens qu’il embrasse toute branche de production exploitée en mode capitaliste.
Capital-argent, capital-marchandise, capital productif ne désignent donc pas ici des sortes autonomes de capital, dont les fonctions formeraient le contenu de branches d’affaires séparées et également autonomes. Ils ne désignent que des formes fonctionnelles particulières du capital industriel, qui les prend toutes les trois successivement.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 50.

Commentaire rapide. Procès de circulation se définit comme une suite de métamorphoses qui ne doit pas faire perdre de vue l’individualité du capital en question ainsi que la subordination du cycle au capital industriel. C’est à dire l’unicité du capital en question derrière ses formes et l’unité de son procès. Fonctions différentes mais subordination à un même procès. Formes ne sont porteuses d’une logique qu’en tant qu’elles sont des fonctions de ce capital. Exemple de la marchandise, qui n’est plus appréhendée en tant que telle mais dans la fonction qu’elle remplit au sein du cycle.

Cycle de métamorphoses ouvre la possibilité formelle de blocages, voire de crises (Cf Théories sur la plus-value, p.606-614 : Disjonction de l’achat et de la vente.). 3 blocages possibles :

  • A-M : thésaurisation, pas de T ou de Mp à acheter. Argent se fige en trésor.

  • M-M’ : Mp sans fonction ou force de travail innoccupée.

  • M’-A’ : Amoncellement de marchandises invendues.

Par ailleurs rythmes différents de métamorphoses d’un même capital : différence entre les pôles du capital fixe et du capital circulant. Sur un procès très long (temps suffisament long pourqu’il soit question du remplacement des machines qui s’usent les moins vites), même chose. Possible bilan comptable sous cette forme sur durée très longue. Mais sinon, multiplicité cycles. Conséquences sur procès cyclique seront étudiées dans section II, « La rotation du capital ».

Excursus sur l’industrie des transports. Produit = procès de production lui-même.

1er cycle à la fois autonome et pris dans circulation générale des marchandises.

Spécificité de cette première forme du procès cyclique :

  • Cycle du capital-argent : expression la plus éclatante du principe moteur de la production capitaliste : « faire de l’argent ». Avance qui a pour but valeur d’échange. Illusion historique, effective de vouloir faire de l’argent sans produire nous dit Marx :

C’est pourquoi toutes les nations adonnées au mode de production capitaliste sont prises périodiquement du vertige de vouloir faire de l’argent sans l’intermédiaire du procès de production.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 54.

  • Production subordonnée à l’enrichissement. Rapport de subordination à la forme-argent.

  • Valorisation apparaît : du capital au capital valorisé (on verra qu’il n’en est pas ainsi pour les autres formes de circulation). Expression sous la forme de valeur la plus indépendante, l’argent.

  • Point de vue de la forme : A’ est homogène à A. Cycle du capital-argent n’exprime que le procès de la valorisation de l’accumulation. Purement quantitatif. Consommation etc., tout y est secondaire. Ex consommation de l’ouvrier n’entre pas dans le cycle, condition extérieure. Cycle porteur de l’illusion mercantiliste donc : déléguer à l’extérieur la consommation improductive, ne garder que la consommation productive.

Cycle à la fois exemplaire du cycle du capital et naturellement unilatéral. Peut prêter à illusion marchande si l’on fixe cette forme au lieu de la considérer comme un cycle. Car cela rend manifeste ses présuppositions :

  • Le caractère capitaliste du procès de production lui même, dont dépend la valorisation.

  • Forme monétaire d’arrivée n’est qu’un nouveau point de départ, transitoire.

Cf plus haut : investissement d’argent suppose le mode de production bourgeois, l’existence du capital productif. C’est donc lui qu’il nous faut désormais prendre pour point de départ d’un cycle nouveau porteur de sa logique propre.

  1. Le cycle du capital productif : P…M’-A’-M…P

Changement : ici, « fonctionnement périodiquement renouvelé du capital productif. » Point de départ et point d’arrivée ne sont pas indépendants du cycle, ils n’existent qu’à travers lui. Reproduction et non valorisation.

  • Ici, circulation apparaît comme médiatrice dans la reproduction continue.

  • Forme de la circulation simple de la marchandise.

  1. Reproduction simple (question se pose ici puisque valorisation hors du procès : si P’ supérieur à P, alors reproduction élargie.

Circulation commence avec deuxième stade M’-A’ qui est aussi le stade final de la première forme. Ici, conversion en argent permet séparer valeur-capital de la survaleur (reproduction simple). Procès de valorisation du capital est ici terminé. Considérations sur le rapport entre M et m, A et a.

Troisième stade A’-M plus important. M apparaît ici comme partie d’un P antérieur, et dans M il y a T…

L’argent qu’on avance ici à l’ouvrier n’est qu’un équivalent converti d’une partie de la valeur-marchandise qu’il a lui-même produite.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 66.

Présupposition apparaît véritablement ici ainsi que reproduction : supposition posée par le procès lui-même : « l’argent est toujours l’expression d’un travail antérieur ». On dépasse les formes phénoménales en faisant leur faisant jouer tour à tour le rôle dominant dans un même procès : ainsi l’argent n’apparaît plus ici comme valeur indépendante, comme ce pouvait être le cas. Apparaît subordonné au procès. Et ainsi de suite. Variation permet de faire apparaître la forme-fonction véritable derrière les apparences.

Paradoxe final du salaire :

A l’aide d’une partie de son travail antérieur, le capitaliste donne [à l’ouvrier] un bon sur son propre travail à venir.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 67.

Puisque consommation peut être différée dans le temps.

Capital-argent apparaît comme simple moyen d’achat.

Capital-argent apparaît comme cimple moyen de la conversion du capital-marchandise en capital productif.

Cette seconde forme permet donc une critique de la première puisque l’argent y perd son indépendance factice. A-M peut être porteur de blocage tout comme M-A. Mais argent ne se périme pas…

Critique de Say : Consommation productive n’est pas une simple consommation. Pas simple échange. Création, production d’où surproduction.

Exclusion de la consommation du cycle ouvre la possibilité de crises : vente à marchand en gros mais marchandise ne s’écoule pas… Information différée, surproduction. Illusion d’une consommation alors que simple médiation.

A voir surtout : comparaison entre les trois formes, entre les trois cycles.

  1. L’accumulation et la reproduction sur une échelle élargie.

Suppose que PP’. P’ n’exprime pas la production de survaleur mais la reproduction élargie.

P…M’-A’-M’…P’

Différentiel n’a pas la même signification que pour A…A’ : ici valorisation, là élargissement de la reproduction, la capitalisation de la survaleur produite.

  1. L’accumulation d’argent

Thésaurisation lorsque a suffit pas à être réinvesti. Il faudra donc na, c’est-à-dire tant de fois la survaleur produite pour atteindre unité qui permettra de passer de P à P’.

  1. Le fonds de réserve

En cas de coups durs…

  1. Le cycle du capital-marchandise : M’-A’-M…P…M’ ou M’-A’-M’…P…M » (reproduction élargie).

M est à la fois produit et condition des deux premiers cycles. (Achat suppose vente…).

Différences de cette troisième figure :

  • Circulation totale apparaît ici sans interruption par le procès de production (figure I) et sans être totalement subordonnée au procès de production (figure II).

  • Point de départ = M’ quand bien même reproduction simple. Valorisation supposée.

Différences entre les trois cycles :

  • Figure I : recommencement possible. Cycle potentiellement clos, achevé.

  • Figure II : recommencement nécessaire. Cycle appelle sa reproduction. [Economie politique vulgaire prend ainsi la production pour but du procès du capital]

  • Figure III : 2 phases du procès de circulation ouvrent le cycle puis production le termine. Cycle tout autant inachevé que le II.

Spécificité de la troisième figure :

  • Point de départ : M’ comme rapport capitaliste, valeur-capital mise en valeur, valorisée. Consommation dans sa totalité (prod et improd) = condition du cycle.

  • Mouvement non du capital avancé mais du capital mis en valeur.

  • Point de départ = forme convertie de P mais pas seulement métamorphosée. Accroissement et conversion effective dans procès de production.

Spécificité réelle : lien à la consommation. Présupposition. M comme point de départ, intermédiaire et final. On part d’une somme de marchandises inorganisées, simplement juxtaposée, la collection de marchandises qui ouvre le livre I, et toute la répartition se faut au cœur du cycle. Ce qui fait de M

une forme de mouvement commune à tous les capitaux industriels individuels mais en même temps la forme de mouvement de la somme des capitaux individuels. C’est donc la forme de mouvement du capital collectif de la classe capitaliste, un mouvement tel que celui de chaque capital industriel individuel apparaît dans son sein seulement comme mouvement partiel, entremêlé à l’autre et conditionné par lui.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 90.

A-A’ : valorisation

P…P (P’) : accumulation et reproduction

En III, le mouvement de la valeur-capital apparaît d’emblée comme une simple partie du mouvement de la masse générale des produits, tandis qu’en I et en II, le mouvement de M’ constitue un simple moment dans le mouvement d’un capital isolé.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 92.

Cycle suppose le marché et les marchandises qui s’y trouvent.

Quesnay (physiocratie) vs les mercantilistes : Prise en compte de la totalité contre la dépendance vis-à-vis d’autres Etats consommateurs, le cycle de la seule valorisation qui suppose un marché extérieur qu’il ne présuppose pas dans son cycle.

  1. Les trois figures du procès cyclique

chaque cycle patticulier présuppose (implicitement) l’autre, mais la répétition du cycle sous une forme exige le parcours du cycle sous les autres formes.

Marx, Le Capital II, E.S., p. 94.

D’autre part, capital donné n’est pas uniforme. « Le cycle total est donc l’unité effective de ses trois formes ».

Dialectique discontinuité (métamorphoses) / continuité. Le cycle du capital industriel est l’unité des trois cycles sans exception.

Succession et juxtaposition. L’un rend possible l’autre et vice-versa.

Mouvement de changement de formes compréhensible que à travers la valeur :

Ceux qui considèrent l’avènement à une existence indépendante de la valeur comme une pure abstraction oublient que le mouvement du capital industriel est cette abstraction in actu. La valeur traverse ici différentes formes, différents mouvements, dans lesquels elle se conserve et en même temps se met en valeur, s’agrandit.

Ibid., p. 97.

Cycle suppose identité à soi, métamorphose et comparaison à soi via valorisation. Tenir toujours unité du cycle et de son « sujet » (même si le terme est mal chois, puisqu’il n’est en un sens rien d’autre que le cycle qu’il parcourt), diversité de ses formes, accroissement réel.

Mécanismes si changement dans les valeurs.

Subordination progressive au capitalisme. Cycle fait face à un marché qui peut dépendre de productions non capitalistes mais ça ne saurait durer…

[Le mode de production capitaliste] tend à convertir autant que possible toute production en production marchande ; le principal moyen d’y arriver, c’est justement d’entraîner ainsi toute production dans son procès de circulation ; une production marchande développée ne peut être que production capitaliste de marchandises.

Ibid., p. 102.

Commerce de gros et crises

Complexité du cycle. Ne se réduit pas à échanges symétriques et à des métamorphoses symétriques.

  • Toute métamorphose peut mettre en scène des capitaux individuels différents. Ex charbon et coton, deux capitaux industriels différents dans un même acte de circulation A-M. Cotonnier achète du charbon. Voire plus, M peut être non pas un capital-marchandise. Cf achat de Mp à modes de prod non capitalistes. Enfin, dans cas de la force de travail, A-T. Asymétrie nécessaire puisque T n’est capital que pour l’acheteur…

  • Métamorphose non plus n’est pas symétrique. A-M ne se double pas forcément de M-A. Ex A’-M’ comme réalisation de la survaleur en consommation. Rentre pas dans circulation : vente dans cycle qui ne correspond pas à un achat dans cycle. Besoin juste que pris globalement, ça marche.

On voit ainsi que la question de savoir comment les divers éléments du capital social, par rapport auxquels les capitaux individuels ne sont que des composants à fonction autonome, se remplacent mutuellement dans le procès de circulation, – tant au point de vue du capital qu’à celui de la survaleur, – ne se résout pas par l’étude de simples entrelacements de métamorphoses dans la circulation des marchandises qui sont communs aux démarches de la circulation du capital et à toute autre circulation de marchandises : il faut ici une autre méthode d’examen.

Ibid., p. 106

Ce seront les schémas de reproduction de la section III.

Rapport au marché, toujours présupposé. Fermier moderne vs paysan traditionnel.

C’est un fait que que la production capitaliste est la production marchande qui devient la forme générale de la production ; mais si les choses sont ainsi, si elles le deviennent de plus en plus au fur et à mesure du développement de cette production, la raison en est qu’ici le travail apparaît lui-même comme marchandise, que l’ouvrier vend le travail, c’est-à-dire la fonction de sa force de travail, et nous avons admis qu’il la vend à une valeur déterminée par ses frais de reproduction. Au fur et à mesure que le travail se fait travail salarié, le producteur se fait capitaliste industriel ; c’est pourquoi la production capitaliste (et par suite la production marchande) n’apparaît avec toute son ampleur que le jour où le producteur agricole direct est un salarié. C’est le rapport entre le capitaliste et le salarié qui fait du rapport monétaire, du rapport entre l’acheteur et le vendeur, un rapport immanent à la production même. Mais ce rapport a son fondement dans le caractère sociale de la production, non du mode d’échange ; au contraire, c’est celui-ci qui résulte de celui-là. C’est d’ailleurs le lot de la conception bourgeoise, pour laquelle tout se ramène à de bonnes petites affaires, de ne pas voir dans le caractère du mode de production le fondement du mode d’échange qui y correspond mais l’inverse.

Ibid., p.108.

But du capitalisme : le déséquilibre… Contre la loi de Say. But du capitaliste : le déséqulibre. Du fait de l’existence de la survaleur. Différence entre l’apport du capitaliste et sa demande. Retour au mercantilisme et à sa dépendance vis-à-vis de consommateurs extérieurs… Reproduction simple peut seule équilibrer le processus mais abstraction.

  1. La période de circulation

  2. Les frais de circulation

    1. Frais de circulation proprement dits

      1. La durée de la vente et de l’achat

Conversion prend du temps. Fluidité du mouvement ne doit pas laisser croire à un automatisme du processus. D’où délégation de la fonction de marchand par les capitalistes. Frais de métamorphoses. Attention cependant,

Une fonction improductive en elle-même, mais constituant un moment nécessaire de la reproduction, qui était auparavant exercée par un grand nombre de gens à titre accessoire, ne change pas de caractère lorsque la division du travail en fait l’exercice exclusif d’un petit nombre de personnes, leur occupation particulière.

Ibid., p.121.

Leimotiv du livre II : Ne pas prendre forme phénoménale pour forme fonction. Délégation de la fonction marchande peut avoir des conséquences mais ne change pas fondamentalement la donne. Notamment, ne crée pas de valeur bien sûr.

C’est comme si une partie du produit se transformait en une machine qui vendrait et achèterait le reste du produit.

Ibid., p.122.

      1. La comptabilité

Comptabilité : Frais de socialisation à proprement parler.

La comptabilité, comme contrôle et résumé mental du procès, devient d’autant plus nécessaire que le procès se passe davantage à l’échelle sociale en perdant le caractère purement individuel ; elle est donc plus nécessaire dans la production capitaliste que dans la production éparpillée des artisans et des paysans, plus nécessaire dans la production communautaire que dans la production capitaliste. Mais les frais de la comptabilité se réduisent avec la concentration de la production et à mesure qu’elle se transforme en une comptabilité sociale.

Ibid., p.124.

Commentaire bref : existence en acte de la totalité du cycle. Naît de la socialisation des procès qui complexifie les capitaux industriels, leur fractionnement etc. Nécessité dans production communautaire mais à frais réduits.

      1. La monnaie

Forme la plus immédiate : Produit qui sert d’intermédiaire. Valeur figée dans la monnaie, cad temps de travail qu’elle représente, doit être pris en compte. Et usure de la monnaie.

    1. Frais de garde (cad qui résulte du blocage, volontaire ou non, du cycle des métamorphoses. Frais de conversion encore, mais pour raisons inverses).

Se distingue des premiers en tant qu’ils peuvent intervenir dans procès de production.

      1. La formation des provisions en général

Vs économie politique et traitement des provisions, symptômatique de sa méthode et de ses illusions. Smith : provision = phénomène capitaliste. Lalor au contraire estime qu’elle diminue avec prod capitaliste. Les deux sont vrais mais provision en général = forme phénoménale abstraite qui doit se distinguer selon les fonctions qu’elle remplit :

  • fonds de consommation individuel : dans cadre non marchand bien sûr. Ex : antique économie paysanne. Provision existe donc mais pas sous la forme de marchandise. Confusion de Smith forme / fonction. Lui sert à défendre rationalité du capitalisme prévoyant… Notion abstraite de provision joue un rôle axiologique…

  • capital productif : dépend de la régularité et de la vitesse des arrivages. Garantie contre dysfonctionnements du marché (et son inscription spatio-temporelle : gain en concrétude). Provisions diminuent de ce point de vue avec le développement de la production (de la régularité des arrivages, de leur vitesse, du crédit qui permet achat à n’importe quel moment) Fluidification du processus qui doit être conquis vs naturalité. D’ailleurs, dernier obstacle diminution des provisions : durée naturelle de la prod par ex agricole qui rend nécessaire provisions.

  • provision de marchandises : Voir suivant

      1. Provision de marchandises proprement dite

Capitalisme = développement de la provision de marchandises. Car :

  • demande joue un rôle secondaire : prod dépend valeur capital et non demande.

  • Développement du salariat nécessite de toutes façons développement de la provision de marchandises

Frais donc… Paradoxe : fluidité du procès ne peut être absolue. Nécessaire arrêt sous forme de stock. Gain en concrétude du livre II vs le capital-flux du livre I.

    1. Frais de transport

Derniers frais, les plus concrets. Découlent du caractère spatial (et non conceptuel) du processus. Développement en même temps que processus capitaliste puisque conversion des produits en marchandises (vs auto-subsistance sans déplacement) et élargissement des marchés eux-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *