Séance du 22 octobre 2012: exposé d’Alexandre Dupont

Les luttes de classes en France et Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte :

Marx face à la Seconde République

(version pdf)

 

D’un jugement laudatif de Marx quant aux perspectives révolutionnaires ouvertes en France par 1848 dans les Luttes de Classes en France : « Le 25 février 1848, octroya la République à la France, le 25 juin lui imposa la révolution. Et après Juin révolution voulait dire : subversion de la société bourgeoise, alors que, avant Février, cela avait signifié : subversion de la forme de l’État »[1], on passe à une critique en règle de ce processus dans Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte : « La période de 1848 à 1851 ne fit qu’évoquer le spectre de la grande Révolution française, depuis Marrast, le républicain aux gants jaunes qui prit la défroque du vieux Bailly, jusqu’à l’aventurier qui dissimule ses traits d’une trivialité re- poussante sous le masque mortuaire de fer de Napoléon »[2]. Ce décalage n’est que l’une des nombreuses évolutions que l’on peut observer entre ces deux œuvres sur la Seconde République écrites à deux années d’intervalle.

Les luttes de classes en France et Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte portent en effet sur la même période – grosso modo la Seconde République en France – mais sont écrits dans deux contextes bien différents. Concernant les Luttes de classes, il s’agit en fait d’un recueil d’articles publié pour la première fois sous ce titre par Engels en 1895, c’est-à-dire bien après la mort de Marx. Ces articles sont écrits par Marx en 1850, à chaud donc puisque le dernier article est rédigée au futur : « La lutte de Bonaparte avec Changarnier est la suite de sa lutte avec le parti de l’ordre. Aussi, la rentrée de l’Assemblée nationale, le 11 novembre, se fait-elle sous des auspices menaçants. Ce sera la tempête dans un verre d’eau »[3]. Les événements qu’il décrit viennent de se dérouler et les processus qu’il a dégagés se poursuivent. Il faut même aller plus loin et établir une distinction entre les trois premiers articles et le quatrième. Les trois premiers – « de février à juin 1848 », « de juin 1848 au 13 juin 1849 » et « du 13 juin 1849 au 10 mars 1850 » – sont écrits au début de l’année 1850 et paraissent à partir de mars dans la Neue Rheinische Zeitung. Quant au dernier – « L’abolition du suffrage universel en 1850 » – il est écrit à l’automne 1850 et constitue un tournant dans l’analyse de Marx puisqu’il a pu observer, d’après les événements récents, que la République parlementaire n’est pas « la serre chaude de la Révolution »[4] qu’il entrevoyait à la fin de son dernier article du printemps.

Le dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte est postérieur aux articles qui composent les Luttes de classes. Répondant à une commande d’un ami de Marx, il est composé de sept chapitres qui sont autant d’articles destinés à paraître dans une revue américaine – projet qui avortera – et qui sont rédigés de janvier à mars 1852, c’est-à-dire après le coup d’Etat du 2 décembre 1851 qui sanctionne la prise de pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte en France. Pour en finir avec l’histoire éditoriale de l’ouvrage, on peut souligner qu’un anonyme permet à Marx de créer une revue à New-York, La Révolution, dont le premier numéro contient déjà Le dix-huit Brumaire, qui connaîtra une réédition en 1869, donc du vivant de Marx. Nous ne sommes pas ici face à un assemblage a posteriori de textes sur le même sujet, comme c’était le cas pour le premier ouvrage, mais bien face à un projet qui vise à expliquer la prise de pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte. Ce contexte historique et éditorial différent explique les différences que l’on peut observer entre les deux ouvrages – et on soulignera notamment que le Dix-huit Brumaire, à la différence des Luttes de classes, est écrit après l’arrêt du processus révolutionnaire, c’est-à-dire dans un contexte où l’événement « révolution de 1848 en France » est clos.

Il est essentiel de partir de cette analyse des conditions d’écriture et de parution des ouvrages qui nous occupent si l’on prétend expliciter l’analyse historique de Marx. Il est en effet compliqué de rendre raison de deux ouvrages qui, tout en évoquant les mêmes événements, présentent des divergences analytiques et interprétatives parfois importantes. La chose est d’autant plus difficile si l’on prétend reconstituer le mouvement général de la période selon Marx. Il est donc illusoire de prétendre pouvoir « raconter » la Seconde République d’après Marx et il vaut mieux exploiter les évolutions que l’on peut observer aux différents temps de l’écriture. Si je me limiterai ici au strict plan du récit des événements et de leur agencement, il me semble que cela nous ouvre également des perspectives quant à l’approche de la méthode historique et de l’épistémologie de Marx que nous étudierons dans une prochaine séance.

Dans un premier temps, je m’intéresserai donc à la périodisation de la Seconde République chez Marx, en tentant de comprendre les raisons qui l’amènent à couper son récit à tel ou tel moment, et la valeur dont il investit un certain nombre d’événements ayant pour lui une portée symbolique.

Dans un second temps, je me proposerai d’analyser trois éléments sous-jacents du discours historique de Marx qui lui permettent de rendre raison des phénomènes qu’il observe : la dialectique entre révolution et contre-révolution, la question du rapport entre économie et politique – et donc la question de savoir dans quelle mesure il y a un champ du politique autonome – et enfin le problème de la prospective ou comment Marx tente de prévoir l’avenir.

Dans un dernier temps, j’examinerai rapidement l’historiographie actuelle de la Seconde République pour un comparatif entre Marx, historien de l’immédiat, et les historiens de la fin du XXe siècle, historiens du long terme donc.

 

Penchons-nous d’abord sur les grandes coupures que Marx voit dans une période qu’il décrit de la façon suivante concernant le processus révolutionnaire : « Chaque parti frappe par derrière celui qui veut le pousser en avant et s’appuie par-devant sur celui qui le pousse en arrière. Il n’y a rien d’étonnant que, placé dans cette position ridicule, il perde l’équilibre et, qu’après avoir fait les grimaces inévitables, il s’écroule avec d’étranges cabrioles. La révolution suit ainsi une ligne descendante. Elle se trouve engagée dans ce mouvement rétrograde avant même que la dernière barricade de février ait été enlevée et qu’ait été constituée la première autorité révolutionnaire »[5]. Cette analyse dans Le dix-huit Brumaire vient confirmer une intuition que Marx entrevoit déjà les Luttes de classes : la République constituée en 1848 correspond au régime de la domination de la classe bourgeoise.

En conséquence, Marx n’observe globalement dans les deux ouvrages qu’un seul et même processus : la progressive affirmation de la dictature de la bourgeoisie au sein de la République avant que les apories de sa situation ne la conduisent à abdiquer volontairement son pouvoir politique en faveur de Louis Bonaparte, médiocre intrigant, en échange de la sauvegarde de sa domination économique et sociale.

Marx considère que la Révolution de Février est un malentendu. Face à la domination d’une aristocratie financière qui caractérise le régime de Louis-Philippe, se dresse une large coalition allant de la bourgeoisie industrielle au prolétariat pour renverser ce pouvoir. Les lendemains de février correspondent à une grande période d’incertitude sur les rapports de force qui vont s’instituer au sein du camp des vainqueurs. La polarisation se fait autour de la bourgeoisie – qui s’inscrivait juste dans une lutte d’influence avec l’aristocratie financière – et du prolétariat – dont les revendications s’affirment déjà dans la revendication d’une république et du suffrage universel. Les petits-bourgeois et les paysans jouent le rôle d’arbitre et font pencher la balance du côté des bourgeois qui en profitent pour liquider le prolétariat. C’est la fin de la première étape du mouvement de 48 : le prolétariat, l’avant-garde éclairée de la révolution, est vaincu et ses revendications abandonnées.

Marx indique deux dates différentes pour la fin de ce premier moment. Dans Les luttes de classes, il prend classiquement les journées de Juin. Après avoir montré comment la bourgeoisie accule par différentes provocations le prolétariat à la lutte, il décrit les Journées de Juin comme le moment d’anéantissement du processus révolutionnaire lui-même par la destruction de la classe qui l’incarnait en tant que force politique. La coupure qu’il choisit dans le Dix-huit Brumaire est à la fois plus inattendue et plus révélatrice. Marx situe en effet la rupture le 4 mai 1848, c’est-à-dire à l’élection de l’Assemblée Constituante qui assoit déjà la bourgeoisie comme classe dominante du nouveau régime. Marx écrit : « L’Assemblée nationale, qui se réunit le 4 mai, issue des suffrages de la nation, représentait la nation. Elle était une protestation vivante contre les pré- tentions des Journées de février et avait pour mission de ramener à la mesure bourgeoise les résultats de la révolution »[6]. Les événements qui suivent – l’arrestation le 15 mai des chefs du mouvement ouvrier et l’écrasement du prolétariat pendant les Journées de Juin – ne sont plus que les conséquences logiques et obligées d’un résultat acquis depuis la mise en représentation politique des rapports de force sociaux qui sanctionne déjà la victoire de la bourgeoisie. Pour le dire autrement, l’élection au suffrage universel de la Constituante n’est plus la mise en représentation et donc le moment du déchaînement de la lutte des classes que Marx décrit en 1850, elle est déjà la victoire de la bourgeoisie. Celle-ci en profite d’ailleurs pour attribuer les mesures qu’elle prend pour asseoir sa domination de classe – comme l’impôt des 45 centimes qui dresse les paysans contre la République – au prolétariat avant de l’écraser.

Par conséquent, et il faut garder cet aspect bien présent à l’esprit, Marx attribue les principales ruptures de la période à des modifications des rapports entre classes – et plus précisément à la neutralisation progressive par la bourgeoisie des classes qui pourraient gêner sa domination. Mais ces modifications des rapports entre classes passent chez Marx de ce que l’on pourrait appeler, pour reprendre un terme de l’époque, les « journées » révolutionnaires, à des épisodes parlementaires qui sanctionnent des évolutions profondes dont ils sont les révélateurs, l’événement prenant dans le Dix-huit Brumaire une place bien plus anecdotique que dans les Luttes de classes. On le voit d’ailleurs avec la période suivante qui commence avec l’écrasement du prolétariat et s’achève avec la mise au ban de la petite bourgeoisie, représentée à l’Assemblée par la Montagne. Marx place la rupture au 13 juin 1849 dans les Luttes de Classes, c’est-à-dire au moment la Montagne prétend, en lointain écho des Journées de Juin, faire sa journée révolutionnaire – journée qui est un échec total et que Marx érige en paradigme de l’impuissance d’une classe qui peine à comprendre où se trouve son intérêt, à savoir dans l’alliance avec un prolétariat qui peut seul diriger le mouvement révolutionnaire. Dans le Dix-huit Brumaire, la rupture est placée au 29 mai 1849, c’est-à-dire à l’élection de l’Assemblée législative et elle sanctionne une double réalité : la défaite de la petite bourgeoisie qui culmine avec le 13 Juin mais aussi la marginalisation absolue des républicains bourgeois (le parti du National comme l’appelle Marx).

Pour décrire cette période, il faut en effet distinguer quatre faisceaux d’explication. Premièrement, la petite-bourgeoisie et le parti de la Montagne qui la représente à la Constituante ne sont pas récompensés de leur soutien à l’écrasement du prolétariat puisque leurs intérêts de classe sont une menace trop importante pour la domination de la bourgeoisie ; ils sont donc progressivement mis hors du jeu, avec d’autant plus de facilité qu’ils n’ont aucune velléité révolutionnaire. Si leur alliance avec le prolétariat au début de 1849 recrée un front révolutionnaire, le fait que la Montagne prenne la tête de ce front le condamne à l’impuissance : « au lieu de tirer un supplément de force du prolétariat, le parti démocrate avait infecté ce dernier de sa propre faiblesse et, comme cela se produit d’ordinaire lors des prouesses démocratiques, les chefs eurent la satisfaction de pouvoir accuser leur « peuple » de désertion, et le peuple celle de pouvoir accuser ses chefs de duperie »[7]. Le problème de la Montagne, c’est qu’elle ne comprend rien à rien et notamment rien à la lutte des classes qu’elle prétend dépasser au nom de son idéal démocratique et de sa représentation fausse du « peuple » alors même que ses ennemis savent à quoi s’en tenir en termes de rapports de force.

Le deuxième facteur explicatif à prendre en compte, c’est l’établissement de la Constitution de la République. Marx n’a de cesse de le répéter tout au long des deux ouvrages, la République est le régime politique propre à assurer la domination de la bourgeoisie en tant que classe, elle est la forme de cette domination. La période de la Constituante est donc celle de la République bourgeoise en puissance, celle où la dictature de la bourgeoisie s’exprime dans toute sa plénitude. Cependant, rapidement, cette période transitoire pose problème. Alors que les républicains bourgeois veulent la prolonger à tout prix dans la mesure où elle assure une domination de classe sans dissensions, les autres fractions de la bourgeoisie s’efforcent dans les premiers mois de 1849 de détruire toute l’œuvre de la fin 1848 en établissant comme règle de la République le viol permanent de la lettre de la Constitution au nom de son esprit : la perpétuation de la domination de la classe bourgeoise.

Pour comprendre cette attitude de la bourgeoisie royaliste, il faut recourir au troisième facteur explicatif de la période : l’élection triomphale de Louis-Napoléon Bonaparte, médiocre aventurier, à la présidence de la République le 10 décembre 1848. Cette élection, explique Marx, a deux sens et deux conséquences. Premier sens, elle est la révolte des paysans qui ont enfin compris que la bourgeoisie avait des intérêts de classe divergents des leurs et cette révolte s’exprime en attribuant à Bonaparte la représentation de leur intérêt de classe. C’est d’ailleurs le deuxième sens de cette élection. Bonaparte est tellement médiocre et dépourvu d’idées qu’il peut tout représenter : le prolétariat vote pour lui contre Cavaignac, les paysans contre les riches, les bourgeois royalistes contre la République etc. Seulement, cette élection a une première conséquence, c’est que la République parlementaire, ou République bourgeoise, est constituée à moitié, et que cette moitié ressemble fort à la monarchie, ce qui conduit la bourgeoisie à la violation permanente de la Constitution pour sauvegarder sa domination de classe, que Bonaparte personnifie très vite.

La deuxième conséquence, qui est aussi le dernier facteur d’explication de la période, c’est que l’élection de ce monarque républicain recrée la division au sein de la bourgeoisie que la lutte contre le prolétariat puis contre la petite-bourgeoisie avait unie. Alors que les républicains bourgeois se trouvent marginalisés par leur volonté de prolonger la période de la Constituante, avec pour idée que le provisoire est seul à même de prolonger l’unité de la bourgeoisie et donc sa domination de classe, les bourgeois royalistes, qui ont leurs propres prétendants à faire valoir et des intérêts divergents au sein de la même classe – propriété foncière contre capital –, s’empressent de pousser la Constituante à la dissolution. Cette bourgeoisie royaliste réunie au sein du parti de l’ordre triomphe avec les élections à la Législative et complète le Janus bifrons de la République bourgeoise constituée : « De même que l’Assemblée nationale constituante représentait le Cavaignac revenu dans son sein, Bonaparte représentait l’Assemblée nationale législative qui ne s’était pas encore détachée de lui, c’est-à-dire l’Assemblée nationale de la République bourgeoise constituée »[8].

Avec l’élection de l’Assemblée législative, la République bourgeoise est donc constituée autour des deux éléments qui la définissent jusqu’en décembre 1851 : d’une part Louis-Napoléon Bonaparte, à l’exécutif, d’autre part le parti de l’ordre au législatif. Marx fait commencer ce troisième moment au 29 mai 1849 dans le Dix-huit Brumaire pour y inclure la défaite de la petite-bourgeoisie, mais nous avons vu qu’elle est en fait actée dès cette date, même si l’anéantissement des républicains bourgeois en fait la seule force qui puisse potentiellement s’opposer au parti de l’ordre. Marx subdivise ce moment en une multitude d’étapes dans le Dix-huit Brumaire. En réalité, avant le coup d’Etat, la seule date qui ait une signification réellement importante, même si elle ne change pas complètement la donne en termes de dynamiques générales, c’est le dyptique de mai 1850 à savoir les élections complémentaires du 10 mai qui voient l’élection, à Paris notamment, des trois candidats présentés par les socialistes, et plus largement le triomphe des candidats d’opposition au parti de l’ordre, d’une part, et d’autre part, le 31 mai lorsque l’Assemblée décide la suppression du suffrage universel pour assurer sa domination.

Marx souligne ce retour du parti révolutionnaire ou socialiste – qui amalgame alors le prolétariat aux bourgeois républicains – dans les Luttes de classes où le troisième chapitre – et donc le troisième article – qui s’achève sur les élections du 10 mai, est traversé par une vague d’optimisme sur la reprise du mouvement révolutionnaire face à la position ultra-réactionnaire du parti de l’ordre qui attaque comme socialiste toute volonté de changement. Il est même convaincu qu’une nouvelle révolution est sur le point d’éclater et compare la situation au début de l’année 1848 : « Le prétexte général étourdit les classes semi-révolutionnaires, il leur permet de s’illusionner elles-mêmes sur le caractère déterminé de la révolution à venir, sur les conséquences de leur propre action. Toute révolution a besoin d’une question de banquets. Le suffrage universel, c’est la question de banquets de la nouvelle révolution »[9]. Nous reviendrons largement ensuite sur ce jugement prospectif, sur l’erreur que Marx commet à ce moment-là et sur la façon dont il l’explique. Mais on peut déjà souligner qu’il ne renie pas son interprétation d’un retour du mouvement révolutionnaire en mai 1850 dans le Dix-huit Brumaire mais qu’il attribue encore une fois son échec à la nullité profonde de la Montagne, qui aura stérilisé le prolétariat pendant toute la Seconde République.

Le vrai grand mouvement de cette dernière période, celui qui ne se dément pas, c’est en tout cas l’affrontement qui naît dès la fin 1849 entre les deux forces de la République bourgeoise constituée : le parti de l’ordre et Louis-Napoléon Bonaparte. Cet affrontement est logique et inévitable à au moins deux titres. D’abord, toutes les fractions auxquelles elle pouvait s’opposer étant mises hors jeu, la bourgeoisie ne peut que recommencer à s’entre-déchirer. Ensuite, le pouvoir de Bonaparte lui permettant de se construire une figure royale, les fractions monarchistes – orléanistes, légitimistes, bonapartistes – se recréent automatiquement pour faire valoir leur prétendant et les intérêts économiques qui y sont liés au sein de la classe bourgeoise : propriété foncière pour les légitimistes, capital pour les orléanistes.

Il n’est possible ici que de dégager des tendances générales, même si Marx se plaît à détailler les mille et une mesquineries qui d’un côté comme de l’autre prouvent la nuisance politique de Bonaparte et du parti de l’ordre : renvoi de ministres du parti de l’ordre, placement d’hommes de paille au cœur du pouvoir du côté du premier, motions de défiance contre le Président et refus de lui donner satisfaction du côté des seconds. En ce qui concerne Bonaparte, son action peut se résumer en peu de mots. Prenant le contre-pied du parti de l’ordre qui ne voyait en lui qu’un imbécile et un incapable, il fait avancer ses pions, place ses partisans, travaille au corps l’armée pour se la concilier au détriment de Changarnier, représentant au sein de l’armée du parti de l’ordre et se construit une popularité par des tournées en France. En outre, via la société du 10 Décembre, il se crée une armée privée dans le lumpen prolétariat, qu’il abreuve d’argent par des loteries qui détournent les deniers de l’Etat. Cela n’indique pas une admiration de Marx pour Bonaparte, qui ne voit en lui qu’un médiocre, qu’un filou parvenu à se faire une place dans la société. Cela traduit surtout le profond mépris dans lequel il tient le parti de l’ordre.

Celui-ci s’affirme, on a vu pourquoi, comme le principal opposant à Bonaparte, et la fin de la Seconde République consiste donc en un conflit entre le Président et l’Assemblée. Mais l’opposition du parti de l’ordre est vouée à l’échec pour deux raisons. La première, c’est que Bonaparte ne fait que se servir des armes forgées contre la République par le parti de l’ordre lui-même à l’époque de sa domination absolue. On peut lire dans sa totalité ce très beau passage de Marx, qui souligne la valeur littéraire de l’auteur : « La bourgeoisie française s’était cabrée contre la domination du prolétariat travailleur, et c’est elle qui mit au pouvoir le sous-prolétariat ayant à sa tête le chef de la société du 10 Décembre. La bourgeoisie avait tenu la France toute haletante dans la crainte des horreurs futures de l’anarchie rouge, et c’est Bonaparte qui lui escompta cet avenir en faisant, le 4 décembre, descendre de leurs fenêtres à coups de fusils, par les soldats de l’ordre saouls d’eau-de-vie, les bourgeois distingués du boulevard Montmartre et du boulevard des Italiens. La bourgeoisie avait fait l’apothéose du sabre, et c’est le sabre qui la domine. Elle avait supprimé la presse révolutionnaire, et c’est sa propre presse qui est supprimée. Elle avait placé les réunions populaires sous la surveillance de la police, et ce sont ses salons qui sont, à leur tour, placés sous la surveillance de la police. Elle avait dissous la garde nationale démocratique, et c’est sa propre garde nationale qui est dissoute. Elle avait proclamé l’état de siège, et c’est contre elle que l’état de siège est maintenant proclamé. Elle avait remplacé les jurys sont, à leur tour, remplacés par des commissions militaires.

Elle avait livré aux prêtres l’instruction publique, et maintenant, c’est sa propre instruction qui est livrée aux prêtres. Elle avait déporté sans jugement, et maintenant c’est elle que l’on déporte sans jugement. Elle avait réprimé à l’aide de la force publique tout mouvement de la société, et maintenant le pouvoir d’État réprime, à son tour, tout mouvement de sa propre société. Pour l’amour de son porte-monnaie, elle s’était révoltée contre ses propres politiciens et littérateurs. Maintenant, non seulement ses politiciens et littérateurs sont à l’écart, mais on pille son porte-monnaie, après l’avoir bâillonnée et après avoir brisé sa plume. La bourgeoisie avait crié infatigablement à la révolution, comme saint Arsène aux chrétiens : Fuge, tace quiesce ! (fuis, tais-toi, reste tranquille !) et maintenant c’est Bonaparte qui crie à la bourgeoisie : Fuge, tace quiesce !

La bourgeoisie française avait résolu depuis longtemps le dilemme posé par Napoléon : « Dans cinquante ans, l’Europe sera républicaine ou cosaque. » Elle l’avait résolu dans le sens de la « République cosaque ». Aucune Circé n’avait, en jetant un mauvais sort, transformé en monstre le chef-d’œuvre de la république bourgeoise. Cette république n’avait perdu que l’apparence de la respectabilité. La France actuelle était déjà tout entière dans la république parlementaire. Il avait suffi d’un coup de baïonnette pour crever l’enveloppe extérieure et faire apparaître le monstre à tous les yeux. »[10]

Deuxième raison pour laquelle le parti de l’ordre est parfaitement impuissant à résister à Bonaparte : la couardise d’une bourgeoisie qui n’a peur que d’une chose, la Révolution. Alors même que le parti de l’ordre se trouve contraint de faire des concessions à la Montagne pour lutter contre Bonaparte, la crise du 20 janvier 1851 illustre parfaitement le « crétinisme parlementaire » du parti de l’ordre. Le parti de l’ordre refuse de fournir une nouvelle dotation à Bonaparte. Pour faire accepter cela, il a besoin des voix de la Montagne, qui demande l’amnistie des insurgés de Juin en échange, ce qui fait pousser les hauts cris au parti de l’ordre. Il suffit alors que Bonaparte agite le spectre rouge pour que l’Assemblée se jette à nouveau dans ses bras au lieu de tenter la confrontation.

On a là tous les éléments qui permettent d’expliquer le coup d’Etat et sa réussite. On se souvient que cela part de la question de la révision de la Constitution pour permettre à Bonaparte de se représenter (le mandat unique avait été instauré) en mai 1852. Bonaparte, tout en voulant prolonger son pouvoir, est déjà plus ou moins résolu au coup d’Etat. La Montagne est en embuscade, et espère réaliser un coup lors des présidentielles, sa popularité étant grandissante, et se déclare contre toute révision en bénéficiant d’une minorité de blocage à la Chambre. Le parti de l’ordre, tétanisé, déchiré entre des solutions qui signifient toutes la fin de la République parlementaire qui assurait la domination de classe de la bourgeoisie, finit par ne pas décider et se laisse diriger par les événements. Il ne reste plus à Bonaparte qu’à avancer ses pions, d’autant plus que se produit pendant l’année 1851 une scission entre parti de l’ordre parlementaire et bourgeoisie dans le pays. Celle-ci, qui profite depuis 1850 d’une prospérité économique retrouvée, n’aspire qu’à jouir de son argent et à la stabilité politique, que pourrait représenter Bonaparte investi d’un pouvoir personnel. Elle se jette donc à corps perdu dans ses bras, le suppliant presque de lui enlever tout pouvoir politique tant qu’il sauvergarde sa domination économique et sociale. C’est la chute de la République parlementaire le 2 décembre et l’arrivée au pouvoir du médiocre Bonaparte, de Soulouque.

 

Il est maintenant temps d’aborder – trop rapidement et trop partiellement – trois éléments structurants du discours de Marx sur la Seconde République qui me paraissent intéressants pour plusieurs raisons, mais principalement parce qu’ils éclairent les postulats historiques de Marx. Pour le dire mieux, il s’agit de trois thématiques fortes qui sont autant de déclinaisons de la théorie de la lutte des classes, mais qui correspondent aussi, au moins pour les deux premières à des interrogations actuelles de l’historiographie, ce qui me permettra de faire le lien avec ma troisième partie.

Marx construit son discours historique autour de l’affrontement inévitable entre deux classes : la bourgeoisie et le prolétariat. Ces deux classes ne représentent pourtant pas toute la France, loin de là. Contrairement à ce que pourrait laisser croire une vulgate un peu rapide, Marx ne divise pas la société en deux, ou plutôt il le fait de manière très fine. Il constate d’abord qu’il y a des classes qui ne sont ni la bourgeoisie, ni le prolétariat, et qui jouent pourtant une importance décisive : il s’agit de la petite-bourgeoisie et de la paysannerie, voire du sous-prolétariat, que je n’analyserai pas ici. Et Marx comprend bien que le camp que vont choisir ces classes est décisif dans le rapport entre révolution et contre-révolution. Qu’elles penchent du côté de la bourgeoisie, et c’est la contre-révolution. Qu’elles penchent du côté du prolétariat, et ce peut être la révolution. Dans le premier cas, c’est la situation avant les Journées de Juin, où le prolétariat est désigné comme la classe à abattre. Dans le second cas, c’est la situation du printemps 1850, qui donne tant d’espoir à Marx, puisqu’il voit l’alliance entre prolétariat, petite-bourgeoisie, une partie de la paysannerie et même une partie de la bourgeoisie. Le cas du printemps 1850 m’intéresse encore plus car il montre que Marx a saisi un autre processus très important. Nous l’avons vu, si le prolétariat est rejoint par ces différentes classes, si le 10 mai sont élus à Paris un bourgeois républicain, un petit-bourgeois utopiste et un ancien de Juin, c’est parce que le parti de l’ordre s’est radicalisé au point de voir dans toute proposition d’évolution une expression du socialisme. Face à cette radicalisation, la petite-bourgeoisie et la bourgeoisie républicaine se radicalisent dans l’autre sens et acceptent de s’allier avec ceux qu’elles avaient écrasé deux ans plus tôt. Marx ne s’y trompe pas qui parle alors de socialisme petit-bourgeois et de socialisme républicain parce qu’il y a relative unité d’action. Contre-révolution et révolution entretiennent donc un rapport dialectique qui conduit à une radicalisation mutuelle en période de tension. De l’autre côté, Marx explique par cette réalité historique l’absence globale de réaction du prolétariat au 2 décembre. Se souvenant de l’expérience de Juin 1848, le prolétariat sent bien qu’un soulèvement de sa part, quand bien même le parti de l’ordre l’appelle de ses vœux, aura pour seule conséquence une nouvelle alliance de la bourgeoisie et donc la reconstruction de l’unité du camp de la contre-révolution. Cette intuition s’appuie aussi sur l’expérience décrite plus haut de janvier 1851 où le parti de l’ordre a préféré se jetter à nouveau dans les bras de Bonaparte par peur du rouge.

Mais revenons quelques instants sur l’alliance révolutionnaire du printemps 1850. On semble ici face à une aporie : que font des bourgeois alliés au prolétariat ? La théorie générale de Marx sur la Seconde République est en effet résumée en une phrase au début du dernier chapitre du Dix-huit Brumaire : « La République sociale apparut, en tant que phrase, que prophétie, au seuil de la révolution de février. Au cours des Journées de juin 1848, elle fut étouffée dans le sang du prolétariat parisien, mais elle rôda comme un spectre, dans les actes suivants du drame. On proclama la République démocratique. Elle disparut le 13 juin 1849, emportée dans la fuite de ses petits bourgeois, mais dans sa fuite elle jeta derrière elle sa publicité doublement fanfaronne. La République parlementaire s’empara, avec la bourgeoisie, de toute la scène et s’étendit dans toute sa plénitude, mais le 2 décembre l’enterra, aux cris angoissés de : « Vive la république ! » poussés par les royalistes coalisés »[11]. L’idée de République connaît donc une triple dégradation au cours de la Seconde République qui trouve son expression achevée dans l’Empire. Très rapidement néanmoins, on est face à une République parlementaire, expression de la domination de classe de la bourgeoisie. A priori donc, les bourgeois républicains n’ont rien à faire avec le prolétariat dans sa lutte du printemps 1850 contre le parti de l’ordre. Et ce dans la mesure où les choix politiques ne sont que l’expression d’une position économique dans la société et donc de la division de la société en classes, la politique n’étant alors que la poursuite de la domination économique par d’autres moyens. C’est du moins ce qu’on pourrait penser à lire trop vite Marx. En effet, sans jamais le dire, celui-ci confère au politique une autonomie au sein du champ de la vie sociale. Pourquoi les républicains bourgeois rejoignent-ils le prolétariat en 1850 ? Parce que la domination absolue du parti de l’ordre recrée des divisions en son sein entre légitimistes et orléanistes sur la question du régime, qui dans tous les cas ne doit pas être républicain. C’est-à-dire qu’au moment même où la domination de classe de la bourgeoisie est la plus éclatante que la bourgeoisie elle-même, en en voulant toujours plus, la remet irrémédiablement en cause. Ce qui se comprend assez bien puisqu’il n’y a plus d’opposition assez forte pour garantir son unité contre un ennemi. La question, quand bien même elle serait liée à des perspectives économiques, a donc une véritable autonomie qui permet de rendre compte de la période concernant les divisions au sein de la bourgeoisie parvenue au pouvoir. Les analyses de Marx sur les dynamiques et les mots d’ordre de la Montagne alliée au prolétariat montrent bien aussi que la politique n’est pas une pure expression des intérêts économiques : « On enleva aux revendications sociales du prolétariat leur pointe révolutionnaire et on leur donna une tournure démocratique. On enleva aux revendications démocratiques de la petite bourgeoisie leur forme purement politique et on fit ressortir leur pointe socialiste. C’est ainsi que fut créée la social-démocratie »[12]. Peu importe que Marx approuve ou pas cette alliance – et il la désapprouve clairement – sa simple existence montre la possibilité, sur le terrain politique de concilier des antagonismes économiques apparemment irréconciliables. Il y a donc dans le même temps lien très fort et autonomie du politique par rapport à l’économique.

Reste une question à examiner : la prospective chez Marx. Autrement dit, quand Marx n’analyse plus la situation qui se déroule devant ses yeux, ou qui s’est déroulée quelque temps avant, et qu’il essaye de prévoir les événements à venir à partir de ses observations et de ses grandes lignes théoriques, cela fonctionne-t-il ? On trouve dans les deux ouvrages trois moments de prospective. Le premier à la fin du troisième chapitre des Luttes de classes : c’est la fameuse théorie de la République parlementaire comme « serre chaude de la Révolution » et c’est un ratage total. Marx pense que l’alliance révolutionnaire du printemps 1850, que nous avons décrite bien des fois, conduit inexorablement vers une révolution du type février 1848, avec le suffrage universel comme question de banquets. Force est de constater que ce n’est pas le cas, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les Luttes de classes est affublé d’un quatrième chapitre dans lequel Marx analyse, et tente aussi de justifier, les raisons de son échec prédictif. Ce chapitre se termine là aussi par une nouvelle analyse prospective qui, pour le coup, est assez réussie puisque Marx parvient à dégager les grandes raisons et les grandes dynamiques de la lutte entre Bonaparte et le parti de l’ordre, et qu’on retrouve cette analyse dans le Dix-huit Brumaire pour expliquer les raisons qui amènent le coup d’Etat. Elles ont été évoquées plus haut, je n’y reviens pas. Enfin, à la fin du Dix-huit Brumaire, Marx consacre un chapitre à la prospective concernant le Second Empire qui commence et termine par cette phrase aux accents prophétiques : « Mais le jour où le manteau impérial tombera enfin sur les épaules de Louis Bonaparte, la statue d’airain de Napoléon s’écroulera du haut de la colonne Vendôme »[13]. En soi, la prédiction est juste à dix-huit ans près et effectivement la colonne Vendôme s’écroule mais après que le manteau impérial est tombé des épaules de Louis Bonaparte. Plus sérieusement, Marx a raison sur le fait que le pouvoir de Bonaparte ne pourra pas se maintenir mais il se trompe de raison. Il considère que c’est parce que la classe paysanne va finir par prendre conscience de ses intérêts communs avec le prolétariat et s’allier avec lui pour faire une révolution qui est en fait déjà en cours puisque tout le pouvoir se trouvant rassemblé dans les mains d’un seul homme, il n’y a plus qu’à déloger cet homme pour réussir une révolution prolétarienne. Or s’il y a bien une constante dans le règne de Napoléon III, c’est qu’il bénéficie jusqu’à la fin du soutien d’une grande partie de la paysannerie et que son échec vient du fait que, construit sur les souvenirs du Premier Empire, il est poussé à se légitimer par la guerre, ce dont il s’avère incapable à l’heure de vérité.

Plutôt que de continuer à distribuer bons et mauvais points à Marx pour ses talents en prospective – qui sont somme toute limités – il vaut mieux s’intéresser pour finir à l’argumentation sur laquelle il appuie ses exercices de prospective, ou la justification de leur échec par la suite. Et pour cela on peut analyser rapidement le quatrième article des Luttes de classes qui fait ressortir deux raisons majeures. D’abord la nullité de la Montagne et l’importance de laisser le prolétariat mener le mouvement révolutionnaire, ce qui affine le modèle révolution/contre-révolution distingué plus haut. Ensuite, et surtout, la prospérité économique retrouvée qui aurait détourné le prolétariat de la cause révolutionnaire. Au-delà du débat pour savoir si cette analyse est juste ou non, il est intéressant de voir que Marx en revient ici à une interprétation économique à plus long terme que l’analyse politique qu’il déroulait depuis le début des Luttes de classes. Il arrive par la suite dans le Dix-huit Brumaire, écrit par ailleurs avec plus de recul, à une association plus harmonieuse des faits politiques et des grandes tendances économiques, l’analyse de la paysannerie à la fin de l’ouvrage étant un modèle du genre ; et il semblerait qu’on ait là une façon d’écrire l’histoire qui s’affirme puisqu’on la retrouve par la suite, tant dans les articles sur la guerre civile américaine que dans la Guerre civile en France.

 

Finissons cette brève étude historique des deux œuvres de Marx sur la Seconde République par un aperçu sur le regard de l’historiographie actuelle sur ce régime. Il faut commencer par dire que jusque dans les années 1970, l’historiographie a plutôt suivi les thèses de Marx sur 1848, c’est-à-dire la condamnation de cette expérience révolutionnaire comme moment où les aspirations utopiques et chevaleresques se fracassaient contre la réalité d’une lutte des classes devenue trop évidente pour être passée sous silence par un combat bourgeois qui tentait de faire revivre 1789. Une grande partie de mes remarques seront ici inspirées des quelques pages de Sylvie Aprile sur l’historiographie de 1848 dans son volume de l’Histoire de France dirigée par Joël Cornette : 1815-1870. La Révolution inachevée[14].

Jusque dans les années 1970 donc, on condamne plutôt l’expérience de la Seconde République à partir des analyses de Marx (ou aussi de Tocqueville qui avait écrit, aux lendemains des Journées de Juin : « Il y a eu des révolutionnaires plus méchants que ceux de 1848, mais je ne pense pas qu’il y en ait eu de plus sots »[15]). C’est par exemple le cas dans la fameuse collection de la fin des années 1960, Les Trente Journées qui ont fait la France. Le vingt-quatrième volume, rédigé par Henri Guillemin a pour titre : 24 février 1848 : La première résurrection de la République. Sylvie Aprile note que cet ouvrage reprend les trois grands choix méthodologiques de Marx : centrer l’analyse sur Juin 1848, sur Paris, sur les revendications politiques plutôt que sur la pratique.

Le tournant historiographique sur la Seconde République est plus ou moins l’œuvre d’un seul historien : Maurice Agulhon. Sans revenir trop longuement sur sa biographie ni sur la genèse de sa pensée, on peut préciser dès l’abord que c’est un historien de gauche devenu non marxiste mais pas anti-marxiste et que ses recherches l’amènent à la Seconde République de façon décentrée puisque sa thèse porte sur les structures de sociabilité et de politisation dans le Var de la fin du XVIIIe siècle à la Seconde République justement. Trois ouvrages sont à retenir : La République au village, partie de sa thèse sur la Seconde République, 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1851), volume de la Nouvelle Histoire de la France contemporaine, et Les Quarante-huitards, ouvrage laissant la parole aux contemporains de 1848, tout en organisant cette parole dans un but explicatif.

Cet ensemble d’ouvrages a profondément marqué l’historiographie car il a montré la Seconde République sous un jour nouveau. Non pas l’échec absurde de révolutionnaires utopiques et inefficaces mais bien un jalon dans l’enracinement républicain et démocratique de la France contemporaine. Pour le dire clairement, Agulhon porte un jugement très favorable sur la Montagne, surtout lorsqu’elle agrège autour d’elle prolétariat et bourgeoisie républicaine parce que cette alliance est garante d’une diffusion des idéaux républicains, démocratiques et sociaux dans la société. Car le grand concept apporté par Maurice Agulhon à l’historiographie de la Seconde République, et bien au-delà, c’est celui de politisation. Je n’ai pas le temps de m’arrêter sur ce concept absolument central de l’historiographie politique contemporaine, mais il s’agit en fait de voir comment la politique est peu à peu appropriée par les secteurs populaires. Selon Agulhon, ce processus se fait par la diffusion par en haut (journaux, personnel politique républicain, instituteurs etc) des idées politiques dans les masses, et il a lieu seulement à gauche. Par ailleurs, la Seconde République représente un moment crucial de cette politisation.

On est donc loin d’une historiographie marxiste mais l’œuvre d’Agulhon a marqué toutes les générations suivantes dans ses grandes lignes, et je renvoie pour le constater la postface que Philippe Boutry a consacrée en 1998 à 1848 ou l’apprentissage de la République et dans laquelle il conclut : « Sans doute 1848 ou l’apprentissage de la République ne marque-t-il qu’une étape dans une historiographie de la IIe République qui vient de célébrer son cent-cinquentenaire. Sans doute encore de nouveaux objets d’étude se profilent-ils à l’horizon des historiens à venir de la IIe République : le rôle de la violence, l’affirmation de la capacité politique des femmes, les processus de politisation à droite, si ignorés encore et tout aussi constitutifs pourtant de notre modernité politique. Sans doute enfin Maurice Agulhon lui-même a-t-il progressivement orienté son attention et ses travaux, depuis 1973, vers d’autres champs d’études et d’autres problématiques, notamment dans le vaste champ de la symbolique républicaine. Un véritable livre d’histoire n’est pas un terme : c’est un jalon. »

Je finirai donc sur les trois grandes lignes historiographiques qui me paraissent aujourd’hui ouvertes, dans la lignée des travaux de Maurice Agulhon mais aussi en dialectique avec eux, à propos de la Seconde République. La première a en fait été initiée par Maurice Agulhon et quelques autres et se poursuit encore aujourd’hui, sur un mode moins intensif. C’est ce que Philippe Boutry a appelé le « moment labroussien » de l’étude de la IIe République, celui des grandes thèses d’histoire régionale et départementale. Elles ont énormément apporté, et continuent à apporter, notamment concernant les processus de politisation qu’elles observent de près. J’en cite deux qui me paraissent particulièrement réussies : celle d’Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880 (1975), qui remet en cause le modèle de politisation par le haut d’Agulhon et propose une politisation par le bas et celle, plus récente et faisant la synthèse des grands apports historiographiques sur la politisation, celle de Peter McPhee intitulée Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852 : classes sociales, culture et politique (1995).

Deuxième axe de renouvellement, l’introduction du concept d’histoire connectée ou pour le dire autrement, l’inclusion du processus révolutionnaire en France dans une histoire européenne voire mondiale de 1848. Je renvoie sur cette question à l’excellent manuel de Sylvie APRILE, Raymond HUARD, Pierre LÉVÊQUE et Jean-Yves MOLLIER, La Révolution de 1848 en France et en Europe. On retrouve là une préoccupation de Marx pour l’international qui avait été un peu passée sous silence au cours des décennies précédentes sauf en ce qui concernait l’Italie dont l’évolution politique avait un rôle proprement décisif dans la marche de la IIe République. Les préoccupations de Marx, mais aussi d’Engels, se retrouvent aussi dans une histoire renouvelée des Journées de Juin comme moment d’expression maximale des possibles politiques ouverts par Février. On se tournera ici vers Maurizio GRIBAUDI et Michèle RIOT-SARCEY, 1848, la révolution oubliée.

Pour finir, on signalera un questionnement qui poursuit les historiens contemporains de la même façon qu’elle poursuivait Marx : celle du coup d’Etat de décembre et de ses conditions de possibilités. On renverra par exemple à Comment meurt une république ? – Autour du 2 décembre 1851 (Aprile, Nathalie Bayon et Laurent Clavier ed) et à l’étude de Rémy Cazals, Bonaparte est un factieux !
les résistants au coup d’Etat, Mazamet, 1851 qui lie histoire locale, histoire des résistances républicaines en 1851 et études des processus de politisation. Tous ouvrages qui montrent que si l’historiographie ne s’inspire plus de Marx, ses questionnements restent les mêmes, ce qui ne rend que plus profitable et justifiée la lecture du récit des événements par un témoin engagé et voulant expliquer son temps.



[1] p. 71

[2] p. 15

[3] p. 171

[4] p. 153

[5] p. 35-36

[6] p. 19

[7] p. 44

[8] p. 91

[9] p. 153

[10] p. 99-100

[11] p. 99

[12] p. 41-42

[13] p. 115

[14] APRILE, Sylvie. La Révolution inachevée : 1815-1870. Paris : Belin, 2010. 670 p.

[15] TOCQUEVILLE. Souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *