Séance du 20 mai 2013 : Marx lecteur d’Eugène Sue (Alice de Charentenay & Anaïs Goudmand)

En 1845, Marx et Engels publient La Sainte Famille, ouvrage consacré à la « critique de la critique ». Le cinquième chapitre, « La Critique critique sous les traits du marchand de mystères », est rédigé par Marx, et répond à un article d’un collaborateur de Bruno Bauer, Szeliga, qui faisait l’éloge des Mystères de Paris d’Eugène Sue. Lui répondant, il s’attaque donc à l’analyse et au sens politique de l’œuvre de Sue, ce qu’il développe dans le huitième chapitre.

Nous reprendrons ensemble ces arguments, sous forme d’une critique de cette critique de la critique. Comment le regard d’économiste politique de Marx peut-il éclairer l’œuvre du feuilletoniste Sue ? Comment en comprend-il la portée politique ?

Au-delà de ces questions d’exégèse marxiste, nous aimerions élargir le débat à celui du rôle politique de la fiction : si la fiction, censée dire le faux, peut vulgariser ou galvaniser, ne peut-on en attendre davantage ? Peut-elle jouer un rôle social ?

– Une version retravaillée de cette intervention a été publiée sous le titre « Fiction et idéologie : Marx lecteur des Mystères de Paris«  dans la revue Contexte.

Bibliographie:

Marx et Engels, La Sainte Famille ou Critique de la Critique critique contre Bruno Bauer et consorts, chapitre 5, « La Critique critique » sous les traits du marchand de mystères ou « la Critique critique » personnifiée par M. Szeliga, et chapitre 8, « « Vie terrestre et transfiguration de la critique critique », ou la critique critique personnifiée par Rodolphe, prince de Gerolstein ». (Texte accessible en ligne  sur marxists.org ou sur le site « Classiques des sciences sociales« )

Pierre Macherey, « De la Sainte Famille à L’Idéologie allemande »  (mise en contexte dans la carrière de Marx).

Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *