Séance du 11 mars 2013 : Féminisme et marxisme (Audrey Benoit)

S’interroger sur l’articulation du féminisme et du marxisme soulève d’emblée un certain nombre d’enjeux polémiques et politiques concrets, sur la question de la hiérarchie et de la priorité des luttes. L’objectif de l’intervention est, dans un premier temps, de revenir sur les bases théoriques, relativement méconnues, du féminisme matérialiste, afin d’évaluer l’intérêt, pour la postérité marxiste de Marx, d’une théorie de l’exploitation patriarcale.

Je proposerai une présentation à la fois historique et conceptuelle de la spécificité de ce courant féministe matérialiste, représenté notamment par les travaux de Christine Delphy, dans le champ très vaste des théories féministes contemporaines. Il s’agit donc à la fois de comprendre les enjeux, pour le féminisme, de l’adoption d’une approche matérialiste, et les enjeux, pour le marxisme, d’une intégration de la problématique de la domination patriarcale.

Or ces enjeux sont liés. La critique féministe portant à la fois sur la dimension économique de l’exploitation et sur l’aspect corporel de l’assujettissement, a une façon originale et qui lui est propre, de poser le problème de la domination. Je tenterai de montrer en quoi une réflexion matérialiste conduite d’un point de vue féministe permet de dépasser certaines dichotomies (matériel/symbolique, économique/culturel) et de donner toute la portée théorique et politique qu’elle mérite à la critique marxienne de l’idéologie. Par ailleurs, l’articulation du féminisme et du marxisme permet également, dans une certaine mesure, de reconsidérer l’intérêt de théories « constructivistes », comme celles de Judith Butler, pour la construction d’une anthropologie politique féministe matérialiste.

Indications bibliographiques:

Butler, Judith, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte, 2005.

Butler, Judith, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, Paris, Editions Amsterdam, 2009.

Delphy, Christine, L’ennemi principal, tome 1, Economie politique du patriarcat, Paris, Syllepses, 1998 ; tome 2, Penser le genre, Paris, Syllepses, 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *