Séance du 10 décembre 2012: Marx et l’analyse matérialiste de conjoncture. Lecture du Dix-huit brumaire (Alexandre Feron)

 

Cette séance fait suite à celle du 22 octobre et poursuit l’analyse des textes que Marx consacre à la séquence 1848-1852 (Révolution de février, IIe République et coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte).

On a souvent dit qu’il existait un écart entre les grandes oeuvres théoriques (Idéologie allemande, Manifeste du Parti communiste, Capital) et les écrits historico-politiques, et notamment le Dix-huit Brumaire, dans lesquels Marx s’attache à la compréhension d’une situation concrète. Notre lecture du Dix-huit Brumaire cherchera à mettre en lumière les principes méthodologiques de l’analyse matérialiste de conjoncture que Marx propose dans ce texte et montrer en quoi il n’est pas possible d’opposer aussi clairement deux parties du corpus. Ces analyses se basent sur les grands principes matérialistes exposés dans les oeuvres théoriques et les mettent simplement à l’oeuvre dans une situation concrète. Il n’est plus possible alors de procéder à des abstractions afin de dégager des régularités: tous les éléments de la conjoncture doivent être pris en compte dans leur singularité.

Notre exposé se concentrera plus particulièrement sur deux aspects du texte de Marx. Tout d’abord, il s’agira de dégager les principes d’une analyse matérialiste du comportement politique (qu’est-ce qu’un parti? qu’est-ce que la République? comment comprendre un changement dans le comportement politique?). Puis, nous reviendrons sur la célèbre analyse de la paysannerie parcellaire (chapitre VII), pour montrer les principes d’une analyse matérialiste de classe sociale.

– Texte de l’exposé

Bibliographie (pour les deux séances)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *