Séance du 27 mai 2013 : Trotsky et l’histoire (Pierre M.)

 Trotski Diego Rivera, « L’homme à la croisée des chemins » (1935)

Léon Trotsky (1879-1941) est l’un des grands révolutionnaires et théoriciens marxistes du XXe siècle. Président du Soviet de Pétrograd en 1905 et en 1917, il est l’organisateur de l’insurrection d’octobre et le fondateur de l’Armée rouge. Il fonde en 1923 l’Opposition de gauche en réponse à la bureaucratisation du Parti Communiste d’Union Soviétique, puis la Quatrième internationale en 1938 face à l’échec patent du Komintern.

S’il fut une figure historique de premier plan, le rapport de Trotsky à l’histoire n’est pas banal, puisqu’il fut l’une des nombreuses victimes d’une vaste entreprise de falsification. Calomnies, manœuvres, exil, meurtres, la bureaucratie stalinienne a tout tenté pour effacer jusqu’à la mémoire de son principal opposant. Pourtant plus de soixante-dix ans après son assassinat par un agent du NKVD, il reste une référence pour de nombreux militants révolutionnaires.

Dans le champ universitaire, cependant, le travail de sape du stalinisme semble avoir porté ses fruits puisque Trotsky y est tout bonnement ignoré. En dehors des trotskistes, peu se sont penchés sur ses œuvres, alors que beaucoup de théoriciens marxistes ont été réétudiés à la loupe à partir des années 1970. Certes, contrairement aux penseurs du marxisme occidental, Trotsky était plus dirigeant révolutionnaire que philosophe.  S’il a dû effectuer sa formation académique dans les geôles du Tsar, en déportation ou en exil, ses écrits sont une somme d’une richesse considérable pour quiconque s’intéresse au marxisme. Il faut pour cela étudier de près ses textes dont l’écriture est mue par les impératifs les plus directs de la lutte des classes et non par le calendrier universitaire. Alors se dessine une conception de l’histoire qui laisse toute sa place au sujet et pense un champ des possibles ouvert, face à une « histoire sans sujet » et surdéterminée, telle qu’on peut la trouver chez Althusser et ses adeptes. Face à la tendance à une restriction du champ des possibles à la tactique, Trotsky nous permet de penser l’espace de la stratégie dans le devenir historique. Face à une vision linéaire du temps historique, Trotsky intègre la pluralité contradictoire des temporalités avec le concept de développement inégal et combiné. Enfin Trotsky est l’un des marxistes qui s’est le plus servi de l’écriture de l’histoire comme d’une arme politique et sans doute la figure historique qui personnifie le mieux le vertige entre écriture de l’histoire et ce qu’il faut bien appeler l’ « histoire ».

 

Bibliographie sélective (avec lien vers les textes sur marxists.org)

Trotsky, Histoire de la révolution russe, Tome 1 : La révolution de février, Tome 2 : La révolution d’octobre, traduction Maurice Parijanine, (Rieder, 1929-1932) et Seuil (1950,1967,1995)

Trotsky, La révolution permanente, 1928-1931

Trotsky, Ma vie, essai autobiographique, 1930 (1953 pour la traduction française aux éditions Gallimard)

Trotsky, Journal d’exil, 1935, (1960 et 1977 pour la traduction française aux éditions Gallimard)

Trotsky, La révolution trahie, 1936

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *