Programme du séminaire APE

Programme du séminaire (2012-2013)

 

Séance 1 : mardi 13 novembre 2012. 18h-20h

Séance introductive : que visons-nous au juste ?

L’enjeu de cette séance est d’introduire le séminaire : expliquer ce qui nous conduit à tenter des approche pluridisciplinaires de l’économie et cerner les difficultés et les espérances d’une telle démarche. Cette année, nous nous appuierons pour cela sur des extraits de Naissance de la biopolitique (1978) de Michel Foucault.

L’optique de cette lecture ne sera pas tant de revenir sur la pensée de Foucault (cf les séances de l’année dernière) que de voir les liens éventuels avec le texte d’ouverture de l’année dernière (Pierre Bourdieu, « Le champ économique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1997) et de se demander ce que nous pouvons faire d’un tel texte aujourd’hui – avant d’ouvrir, comme d’habitude, à la discussion collective.

Bibliographie : extraits téléchargeables sur https://www.sites.google.com/site/pepseconomie/home/seminaire-ape-12-13 et envoyées d’ici là par mail.

Séance 2 : mardi 27 novembre 2012. 18h-20h

Sur le crime.

Depuis les années 1970, la science économique s’est étendue à de nouveaux objets qu’elle n’avait jusqu’alors pratiquement pas abordés et qui faisaient l’objet d’autres disciplines (l’éducation, l’économie domestique, les inégalités…). L’économie du crime s’est ainsi développée à partir des travaux de Gary Becker. Nous allons chercher à comprendre ce qui a permis ce développement en examinant le contexte historique et les évolutions philosophiques qui ont accompagné ce nouveau champ de l’économie. Nous nous intéresserons alors aux effets concrets de ces théories.

Intervenant : Corentin Durand.

Séance 3 : mardi 11 décembre 2012. 18h-20h

Les agences de notation.

Intervenant : Pierre Pénet.

Séance 4 : mardi 8 janvier 2013. 18h-20h

L’économie complexe : un nouveau paradigme ?

L’économie complexe, en s’inspirant de nombreux domaines des sciences de la nature (biologie, météorologie, physique quantique etc.), s’attache à définir de nouvelles techniques d’analyse économique, en pointant les manquements du corpus standard. Hétérogénéité des agents, déséquilibres, structure en réseau de l’économie, incertitude radicale, rationalité limitée…, autant de concepts au cœur de l’approche complexe de l’économie et largement ignorés des modèles classiques. Nous nous interrogerons sur les nouveautés de ces techniques, leurs sources d’inspiration, à quel point elles nous permettent de mieux appréhender l’économie, et notamment l’étude des crises.

Intervenant : Alan Kirman.

Bibliographie : 

Alan Kirman, « The Economic Crisis is a Crisis for Economic Theory », 2010, 35 pages

Peter Howitt et al. « Beyond DSGE Models: Toward an Empirically Based Macroeconomics », 2008, 10 pages

Séance 5 : mardi 22 janvier 2013. 18h-20h

L’enseignement de l’économie (1). Quels effets des théories ?

Intervenants : Sarah Kolopp, Pablo Zamith.

Séance 6 : mardi 5 février 2013. 18h-20h

L’enseignement de l’économie (2). Quelles luttes pour quels effets ?

Intervenants : Florentin Letissier, Brice Le Gall, Michel Vernières, un représentant de l’APSES et un représentant de l’AFEP (sous réserve).

Séance 7 : mardi 19 février 2013. 18h-20h

Où en est la sociologie des économistes ?

Intervenants : Frédéric Lebaron, Thomas Angeletti, Julien Dufour, Arthur Jatteau.

Séance 8 : mardi 19 mars 2013. 18h-20h

La montée en puissance de l’économie néoclassique.

Cette séance aura pour objectif de s’interroger sur le succès et la diffusion des théories néoclassiques et de leurs auteurs (Barro, Friedman, Lucas) depuis les années 1970 : pourquoi et comment ces théories ont-elles connu un tel essor ? Trois pistes d’explication seront ici abordées et discutées : la première d’ordre pratique (meilleure explication des faits économiques), la seconde, la deuxième d’ordre plutôt épistémologique (Yael Dosquet), la troisième de type plus institutionnelle (évolution du corps enseignant, mutation de l’université). On reprendra ainsi un des questionnements directeurs du séminaire, qui était de mieux comprendre l’omniprésence des théories néoclassiques dans nos cursus d’économie, en identifiant leur genèse, leurs implications, leurs avantages, et leurs limites.

Intervenants : Yaël Dosquet, Olivier Godechot

Bibliographie :

-Yaël Patrick Dosquet, « Le cheval, le bâton, et la main invisible », 2012, 37 pages

-Frédéric Lebaron, « La croyance économique », Seuil, 2000, 260 pages.

-Olivier Godechot, « How did the Neoclassical Paradigm conquer a Multi-disciplinary Research Institution ? », Revue de la Régulation, 2011, ? pages (http://regulation.revues.org/9429?&id=9429).

-Brice Le Gall, “Des savoirs critiques aux savoirs pour l’entreprise ou la normalisation d’un département universitaire d’économie”, Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n°6, 2007, 16 pages.

Séance 9 : mardi 2 avril 2013. 18h-20h

L’essor des marchés financiers.

Cette séance aura pour objectif de mieux comprendre les réformes et les grandes évolutions qui ont transformé le secteur financier depuis les années 1970 : réformes permettant la financiarisation des dettes publiques (autrement dit suppression de la “planche à billets” en 1973 en France), réformes modifiant les marchés du crédit (allégement de la régulation du crédit et des taux de change), réformes dans le fonctionnement des marchés financiers (réformes Naouri en France au milieu des années 1980). L’idée n’est pas de critiquer a priori ces changements dans l’architecture financière internationale et française, mais de mieux cerner leurs tenant et aboutissant.

Intervenant : Jean-Pierre Guillou

Bibliographie :

“Comprendre la finance contemporaine”, Regards croisés sur l’économie, n°5, 2008, 296 pages

Film “Inside Job”, Charles H. Ferguson, 2010, 2 heures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *