Séminaire littéraire des Armes de la critique, 4e année (2016-2017)

Contact : vincent.berthelier (à) ens.fr

Organisateur/trice-s : Vincent Berthelier (ENS Ulm), Jordi Brahamcha-Marin (université du Maine), Alice de Charentenay (Paris 4 / université de Picardie), Juliette Ciresa (Paris 3), Quentin Fondu (EHESS / université de Bielefeld), Anaïs Goudmand (EHESS / université de Lausanne),  Marion Leclair (Paris 3), Laélia Véron (ENS Lyon).

Liste et programme des séances en bas de la page.

Il y aura environ une séance par mois. Chaque séance durera trois heures (pauses comprises !) et accueillera plusieurs interventions (deux ou trois) et d’importants moments de discussion. 

Les séances du premier semestre auront lieu un vendredi par mois (salle et horaire variables). Toutes les séances sont ouvertes à tou-te-s et nous encourageons tou-te-s celles et ceux qui le souhaiteraient à y participer !

Genres littéraires et idéologie

Le Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC), membre des séminaires associés « Les Armes de la critique », poursuit ses activités pour la quatrième année consécutive et invite tou-te-s celles et ceux qui le souhaiteraient à nous rejoindre. 

Poursuivant notre effort de pédagogie et d’auto-formation à la recherche par la recherche, nous souhaitons, cette année, continuer l’étude d’auteur-e-s ayant promu une approche matérialiste dans l’appréhension des phénomènes littéraires ou culturels, une perspective malheureusement trop peu présente dans les cursus académiques. Relisant collectivement, et dans une visée critique, ces théoricien-ne-s qui nous ont précédé-e-s, il s’agit pour nous, et pour tou-te-s celles et ceux qui voudraient partager cette aventure, de nous interroger sur la manière dont ils-elles peuvent nous aider à questionner le présent et nourrir notre propre recherche. L’année 2016-2017 sera pour nous l’occasion d’accentuer ce lien entre écrits théoriques et pratique de la recherche en proposant, pour chaque séance ayant trait à un-e théoricien-ne côté d’un compte-rendu synthétique de sa pensée, une tentative d’application de cette dernière à un texte, un-e auteur-e, un texte, un genre, etc. 

C’est d’ailleurs dans cette optique que s’inscrit notre thème de l’année, « Genres littéraires et idéologie ». Nous prétendons aborder ce sujet classique, les genres littéraires, selon une approche méthodologique originale. En effet, les genres littéraires, comme le roman, le théâtre, la poésie, etc., doivent nous apparaître pour ce qu’ils sont : des constructions historiques mouvantes, nées d’une situation contextuelle donnée et dans la forme desquelles se cristallisent un (ou plusieurs) discours idéologique(s). La démarche du critique s’apparente ainsi, pour Fredric Jameson, au travail de l’archéologue ou du géologue, dans la mesure où elle consiste à dégager les différentes strates idéologiques « sédimentées » dans l’œuvre. 

Ainsi, le théâtre représentait, selon Pierre Barbéris, la forme par excellence de la société d’Ancien Régime en mobilisant des caractères figés, et non pas, comme permettra de le faire le roman, des personnages définis par leurs conditions socio-économiques. A l’inverse, le roman (dont Ian Watt lit « l’essor » au dix-huitième siècle en Angleterre comme un effort de la classe moyenne émergeante pour contester les valeurs de l’aristocratie) est selon Lukacs le genre de la bourgeoisie triomphante. Quelle place le roman continue-t-il à occuper aujourd’hui ? Et qu’en est-il du théâtre, de la poésie, de l’essai ou encore des formes contemporaines hybrides, en particulier la littérature de témoignage sur laquelle nous avons déjà eu l’occasion de nous interroger ? Quels sont les outils, théoriques, sociologiques, historiques, qui pourraient nous aider à rendre compte des éventuels glissements subis par tous ces genres ? Autant de questionnements que nous souhaiterions aborder cette année, sans que cette liste soit pour autant exhaustive.

Séances (liste susceptible de modifications)

30 septembre. Introduction aux problématiques de l’année : pragmatique des genres littéraires

  • Alix Bouffard (université de Strasbourg). De quoi l’idéologie est-elle l’expression ? Enjeux d’une approche matérialiste de l’idéologie
  • Vincent Berthelier (ENS Ulm). Usages actuels du concept d’idéologie en littérature
  • Anaïs Goudmand (EHESS / université de Lausanne). Éléments de définition des genres littéraires

28 octobre. Vie et mort du roman bourgeois (XVIIIe siècle – début du XXe siècle) ? Enjeux historiques et esthétiques

Exemplier des trois interventions

25 novembre. Les genres de l’essai (voir l’appel à communication pour le 31 octobre)

16 décembre. Constructions des genres illégitimes (voir l’appel à communication pour le 2 décembre)

  • Juliette Ciresa (ENS Ulm / Paris 3). Dégradations de l’aventure au XVIIe siècle : l’exemple coupable de Clélie, de Mlle de Scudéry
  • Alice de Charentenay (Université de Picardie). Jouer et déjouer les genres illégitimes : l’exemple du Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau
  • Anaïs Goudmand (EHESS / UNIL). Stratégies de délégitimation des genres « grand public » du XIXe siècle à nos jours : une continuité des discours critiques ?

27 janvier. La sociologie bourdieusienne de la littérature

24 février (17h-20h). Genres et types littéraires (voir l’appel à communication)

24 mars (17h-20h). Théorie et critique littéraires chez Sartre et les sartrien-ne-s (voir l’appel à communication pour le 5 mars 2017)

28 avril (14h30-17h30). Une approche matérialiste de la poésie est-elle possible ? (voir l’appel à communication pour le 7 avril)

23 juin (14h30-17h30). Matérialisme et théorie littéraire : séance de bilan

  • Laélia Véron (ENS Lyon, IHIRM / Paris 3). Critique, théorie littéraires et marxisme en France (de 1945 à nos jours)
  • Vincent Berthelier (ENS Ulm). Barbéris : un programme de lecture marxiste
  • Marion Leclair (Paris 3). Quelles catégories pour l’analyse marxiste des textes littéraires? L’Inconscient politique de Fredric Jameson comme méthode