La planification en Chine populaire

par Nathan Sperber

Lundi 29 janvier 2018
18h30-20h30
Salle 236 – 29 rue d’Ulm

Cette séance abordera trois âges distincts de la planification en Chine populaire : la période allant du premier plan quinquennal jusqu’au lancement de la “Réforme et Ouverture”, recoupant largement l’ère maoïste (1953-1978) ; une phase de transformation structurelle qui voit une sortie de la planification collectiviste et une généralisation de l’allocation de marché puis de rapports de production capitalistes (1978-2002) ; et enfin la période actuelle, marquée par une stabilisation relative des macro-institutions de la vie économique chinoise, où la planification perdure en milieu capitaliste avec un statut relégué et sous des formes nouvelles.

Pour chacune de ces trois époques, la présentation s’efforcera de marier l’exposé factuel et la mise en lumière des enjeux d’interprétation fondamentaux soulevés par les expériences chinoises successives de la planification. Ces enjeux ont trait, inter alia, aux rapports potentiels que la planification entretient avec le socialisme, le collectivisme, le capitalisme, le dirigisme ; à la relation de dépendance et d’exploitation, à l’époque maoïste, entre économie urbaine planifiée (organisée en unités de production ou danweis) et collectifs ruraux en autarcie (les “communes du peuple”) ; à la nature du rapport social entre travailleurs et cadres à l’intérieur des danweis ; à la faillite des schémas transitologiques libéraux au miroir de la trajectoire de l’économie politique depuis 1978 ; à la subordination de la planification chinoise actuelle à un projet national de développement qui la dépasse et dont l’orientation foncière reste en question.