Lundi 25 janvier 2016

Marxisme et psychanalyse

(Alice de Charentenay)

Au cours de cette séance, trop largement intitulée « Marxisme et psychanalyse », je ne présenterai pas la longue histoire des relations mouvementées de ces deux champs disciplinaires, mais je me concentrerai sur l’histoire du concept de fétichisme. Cette notion, empruntée à l’ethnologie de leur époque, a été employée par Marx comme par Freud pour caractériser la construction du désir, désir de la marchandise dans un cas, désir de la mère dans l’autre. S’agit-il pour autant du même concept, ou d’une pure coïncidence ? J’essaierai de montrer qu’en dépit d’une disjonction des objets et des méthodologies des deux disciplines, plusieurs auteurs comme Emily Apter ou Slavoj Žižek proposent d’employer avec profit et honnêteté les apports de l’une et de l’autre dans une analyse des mécanismes idéologiques et de leur efficace.

Je précise que si la séance est ouverte aux débats, elle ne sera pas le lieu de mener le procès de la psychanalyse. Aucune connaissance particulière n’est requise au-delà des notions élémentaires de psychanalyse proposées par le programme de Terminale générale.