Lundi 24 avril 2017

Lectures de textes de Marx

   Le Capital, Livre I, Section V            « La production de la survaleur absolue et relative »

(Tristan Auvray)

La cinquième section sur « La production de la survaleur absolue et relative » comprend trois chapitres qui consistent en une reprise et un approfondissement des notions abordées dans les troisième et quatrième sections, pour aboutir à la résolution de l’énigme de la production de survaleur : « Le secret de l’autovalorisation du capital se dénoue en ce point, dans le fait qu’il dispose d’un quantum déterminé de travail d’autrui non payé. »

La caractéristique de cette section réside dans la critique que Marx opère à l’encontre de l’économie politique (Smith, Ricardo, Mills) pour montrer la spécificité de son analyse de la survaleur :

  • Dans le quatorzième chapitre, il s’insurge contre la naturalisation de la survaleur qu’opère l’économie politique. La production de survaleur n’est pas inhérente au travail productif, comme le croient les classiques, mais est la marque d’un mode de production historiquement situé – ce que montre Marx en décrivant les étapes menant de la subordination (« subsomption ») formelle du travail au capital à sa subordination réelle. Il peut exister des déterminants naturels au taux de survaleur mais pas à l’existence de la survaleur elle-même.
  • Le quinzième chapitre, plus technique, est un hommage et une critique à l’égard de Ricardo qui a compris que l’augmentation de la productivité du travail avait des effets tant sur la valeur de la force de travail que sur la survaleur. Marx examine l’argument sous toutes ses coutures en soulignant la nécessité de considérer deux autres déterminants de la valeur de la force de travail et de la survaleur (et donc du taux de survaleur) : la durée de la journée de travail et l’intensité du travail, cette dernière étant définie comme « une augmentation de la dépense de travail dans le même laps de temps« . Ce chapitre présente donc l’effet indépendant ou simultané de trois variables (forces productives, intensité du travail, durée de la journée de travail) sur deux autres variables (valeur de la force de travail et survaleur, et par suite sur le produit de valeur et le taux de survaleur). Un tableau synthétique de ces effets est présenté pendant la séance. Marx critique notamment dans ce chapitre les hypothèses de Ricardo (constance de la journée de travail et de l’intensité de travail) qui le conduisent à une analyse erronée des conflits de classe : la diminution des forces productives (liée à une plus faible fertilité des sols) se traduit bien par une augmentation de la valeur de la force de travail (travailler plus pour subsister) ; néanmoins, dans la réalité (notamment 1799-1815), les capitalistes n’ont pas été confrontés à une baisse de la survaleur car ils ont su la compenser par une augmentation de la journée de travail et de l’intensité du travail. Le conflit de classe n’est donc pas, comme le prétend Ricardo, entre rentiers (qui exercent un prix de vente du blé élevé) et capitalistes (qui doivent payer des salaires de subsistances plus importants), mais bien entre salariés et capitalistes, ces derniers cherchant à augmenter, ou tout au moins à maintenir constant, le taux d’exploitation.
  • Le seizième chapitre reprend diverses formulations du taux de survaleur ou du taux d’exploitation. Marx critique la conception classique (surtravail/journée de travail = survaleur/produit de valeur = s/(v+s)) qui induit que le rapport est nécessairement inférieur à 100% et qui produit « la fausse apparence d’un rapport d’association, dans lequel le travailleur et le capitaliste partageraient le produit proportionnellement aux différents facteurs qui le constituent. » Il faut au contraire préférer la formule surtravail/travail nécessaire = survaleur/valeur de la force de travail = s/v, qui montre « le caractère spécifique du rapport capitaliste, à savoir l’échange du capital variable contre la force de travail vivante et son corolaire, le travailleur exclu du produit« . Le capitaliste achète la force de travail, et lorsqu’il la consomme le travailleur produit non seulement i) une valeur égale à sa force de travail pendant la période de travail nécessaire (soit un équivalent au capital payé par le capitaliste), ii) mais aussi une survaleur pendant la période de surtravail (c’est à dire la création d’une valeur qui ne coûte au capitaliste aucune valeur de remplacement). Si pour Smith (et la naturalisation de l’économie politique) le capital est « un commandement sur du travail« , pour Marx il est essentiellement « un commandement sur du travail non payé« .

La séance aura lieu de 18h à 20h en salle Théodule Ribot (salle « Prestige »), au rez-de-chaussée à gauche, au 29 rue d’Ulm.