Cahiers marxistes-léninistes – n°9/10 (I)

Vive le léninisme!

Introduction

 « L’action politique, ce n’est pas un trottoir de la perspective Nevski » (Tchernychewski, cité par Lénine)

« On aurait tort de croire que nous nous sommes éloignés de notre objectif : la conquête du pouvoir par le prolétariat. Non. Nous nous en sommes considérablement rapprochés, pas en ligne droite, mais de biais ». (Lénine, T.25, p.315)

Le cercle d’Ulm commence, dans ce cahier, l’étude systématique du léninisme. L’énigme du trait qui unit le marxisme au léninisme doit se résoudre en une théorie, sans laquelle nous serons condamnés au hasard des exceptions soviétique, chinoise, pour ne prendre que les plus éclatantes, et aux nécessités de l’échec, autre nom du hasard. La théorie léniniste, consignée dans son œuvre, se présente comme une lecture conséquente de Marx. Mais cette conséquence n’a pas la figure d’une ligne droite. A la limite de la métaphore s’ouvre le champ d’une science originale : la politique.

La définition de la politique sera, comme il est nécessaire, polémique: le léninisme se constitue contre une « orthodoxie » marxiste : l’économisme et ses variantes. Aussi a-t-elle pu d’abord être désignée dans une image dont la célébrité dissimule encore la fonction théorique : celle du maillon de bois:

« Quelle que soit la résistance ou la solidité de tous les autres maillons de cette chaîne, rien n’y fera. Le maillon de bois sautera, et toute la chaîne se rompra. Il en va de même en politique. »

Que cette image indique une révolution théorique, on ne le sait pas assez. Et pourtant Lénine a bien « renversé » une orthodoxie typique restituant en un endroit décisif (la pratique politique), la théorie de Marx. La conséquence : cette chose impensée à travers les bavardages : une révolution socialiste.

(Transcription Alexandre Feron)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *