Cahiers marxistes-léninistes – n°4 (IV)

PROBLÈMES THÉORIQUES ET POLITIQUES DE LA COOPÉRATION AGRICOLE

Méthodologiquement, notre étude part de la coopération au sens strict telle qu’elle a été définie par Marx.

Nous montrerons ensuite que la coopération agricole telle qu’elle existe en France ne fait pas intervenir le phénomène coopératif et qu’elle n’intervient qu’à l’aval et qu’à l’amont de l’exploitation agricole.

Nous posons alors le problème de la coopération de production tel qu’il a été posé par Engels en 1895 en relation avec la partie de la population paysanne qui nous intéresse directement : la paysannerie n’utilisant que la main-d’œuvre familiale.

LA COOPÉRATION AU SENS STRICT DU TERME

« Quand plusieurs travailleurs fonctionnent ensemble en vue d’un but commun dans le même procès de production ou dans des procès différents mais connexes, leur travail prend la forme coopérative. »[1]

Le mode fondamental de la production capitaliste est la coopération et son développement suit exactement le processus historique des transformations sociales conduisant au stade ultime actuel : le capitalisme monopoliste d’État.

L’évolution

Le point de départ historique du capitalisme s’effectue lorsque l’on passe de l’artisanat à la manufacture. Celle-ci se distingue par le plus grand nombre d’ouvriers exploités simultanément.

Cette différence au départ quantitative s’accentue.

1°) La valeur des moyens de production communs et concentrés est plus petite que la valeur des moyens de production disséminés qu’ils ont remplacés.

« C’est ainsi qu’un élément du capital constant diminue et par cela même la portion de valeur qu’il transfère aux marchandises. L’effet est le même que si l’on avait fabriqué par des procédés moins couteux les moyens de production. L’économie dans leur emploi ne provient que de leur consommation en commun. […] Donc, avant le travail lui-même, ses moyens matériels prennent un caractère social. »

2°) La coopération crée aussi une force nouvelle ne fonctionnant que comme force collective. Exemple cité par Marx (même page) :

« Qu’il s’agisse de soulever un poids d’une tonne, un seul homme ne le pourra point, 10 hommes seront obligés de faire des efforts ; mais 100 y parviendront aisément avec le petit doigt. »

Cette forme où les ouvriers se complétant mutuellement font la même besogne ou des besognes semblables est la plus simple de la coopération, mais elle se retrouve comme élément dans la forme la plus développée.

« La coopération telle que nous la trouvons à l’origine de la civilisation humaine, chez les peuples chasseurs, dans l’agriculture des communautés indiennes, etc., repose sur la propriété en commun des conditions de production et sur ce fait que chaque individu adhère encore à sa tribu ou à la communauté comme une abeille à son essaim. Ces deux caractères la distinguent de la coopération capitaliste. L’emploi sporadique de la coopération sur une grande échelle dans l’antiquité, le moyen-âge et les colonies modernes, se fonde sur des rapports immédiats de domination et de servitude. Sa forme capitaliste présuppose au contraire le travailleur libre, vendeur de sa force. Dans l’histoire elle se développe en opposition avec la petite culture des paysans et l’exercice indépendant des métiers, que ceux-ci possèdent ou non la forme coopérative. En face d’eux, la coopération capitaliste n’apparaît point comme une forme particulière de la coopération, mais au contraire la coopération elle-même comme la forme particulière de la production capitaliste. »[2]

Dans l’agriculture française, la coopération telle qu’elle vient d’être définie se réalise pleinement dans les exploitations capitalistes employant des ouvriers agricoles. En ce qui concerne les exploitations de type familial, la coopération se manifeste à un échelon inférieur temporaire résultant d’habitudes prises lors des modes de production précédant le capitalisme (ex. : travaux en commun à la moisson…).

LE DÉVELOPPEMENT DE L’AGRICULTURE

Le développement du capitalisme dans l’agriculture obéit aux mêmes lois économiques que dans l’Industrie. Cependant, selon la situation historique concrète, le capitalisme dans l’agriculture s’est développé d’une part de façon différente et d’autre part avec un décalage de temps important.

Schématiquement, deux voies de développement apparaissent caractéristiques.

La première voie est que les grands domaines sont conservés et se transforment progressivement en exploitations capitalistes comme en Allemagne, en Russie tsariste.

La seconde voie est que les grandes propriétés foncières sont liquidées par la révolution bourgeoise. Les terres sont confisquées et vendues aux paysans. Des exploitations en fermage font leur apparition. C’est par cette voie que s’est développé le Capitalisme agricole en France.

Depuis une quinzaine d’années en France se précise une évolution comparable à celle qui s’est produite au long de la Révolution industrielle à la fin du XIXème siècle.

Jusqu’à la 2ème guerre mondiale le progrès technique est resté limité dans l’agriculture et il existait un certain équilibre de productivité du travail agricole entre petits, moyens et gros paysans.

Avec l’entrée rapide du progrès technique cet équilibre s’est rompu. Les anciennes conditions de production ont été bouleversées en faveur des exploitants capables non seulement de mobiliser les capitaux nécessaires, mais aussi d’utiliser convenablement les nouveaux moyens de production. Dans le cadre du système capitaliste le progrès technique a décuplé les effets de la Concurrence naturelle entre les petits et les gros producteurs.

Le Progrès du Capitalisme dans l’agriculture marche de front avec la concentration de la production. Cette concentration entraîne le refoulement des petites exploitations paysannes par les grandes exploitations capitalistes en raison des avantages décisifs que celles-ci possèdent sur la petite production.

La pénétration du progrès technique dans l’agriculture, celle du Capital industriel et financier dans de vastes entreprises agricoles de type « intégrées » et la détérioration des termes de l’échange entre produits agricoles et produits industriels ont accéléré de façon spectaculaire le rythme des départs du secteur agricole qui a perdu, entre 54 et 62, 1.300.000 travailleurs.

Depuis la deuxième guerre mondiale, la motorisation des travaux agricoles pose aux exploitations modestes des problèmes insolubles : en 45 on comptait 35.000 tracteurs, en 1957 : 500.000, en 62 plus de 800.000.

Un tracteur de 30 cv fait en moyenne l’ensemble des travaux en 300 heures pour 10 hectares contre 1500 avec un cheval, mais il faut lui trouver une utilisation suffisante, ce qui n’est pas le cas de la petite exploitation. En fait, le bénéfice de la motorisation se fait essentiellement sentir au-delà de 30 hectares ; or actuellement, le groupe le plus sensible économiquement est le groupe des 15-25 hectares qui s’est privé et endetté pour se motoriser : pour ce groupe l’achat du tracteur a été le début de la misère et non le début de la libération du travail continuel.

Il ne s’agit pas là d’un fait absolument nouveau, mais simplement de l’application à l’agriculture de la politique générale des Trusts. L’argument de la rationalisation, celui de la productivité sont constamment mis en avant. Nous retrouvons ici la même tactique qui a accompagné l’introduction du système Taylor dans l’industrie : l’organisation scientifique du travail, qu’il soit urbain ou rural, est constamment présentée comme un fait en soi, comme une réalité indépendante du régime social où il se situe. Une confusion est volontairement créée entre le développement souhaitable et nécessaire des forces productives d’une part, et l’aggravation des rapports de production d’autre part. La modernisation de l’agriculture serait un bienfait si elle ne correspondait pas à la concentration monopolistique. Les Trusts veulent développer un nouveau marché ouvert à leurs machines et engrais par l’expropriation des exploitations modestes. Cette agriculture rationalisée à leur service direct leur fournira des produits alimentaires à bon marché pour peser sur le prix de la force de travail.

L’objectif de cette opération a déjà été proclamé ouvertement par Debré : 800.000 exploitations familiales doivent quitter la terre entre 62 et 70.

Paradoxalement c’est le gouvernement lui-même qui développe le mot magique : réformes de structures.

Mais les crédits nécessaires à cette transformation proclamée n’existent aucunement. Il n’y a pas de crédits publics parce que les monopoles veulent une agriculture transformée par le capital privé, c’est-à-dire bancaire, comme l’industrie s’est transformée dans le passé.

Toute une mise en scène est construite pour faire croire que l’Etat veut participer au relais. Il a été fait un bruit considérable autour des SAFER. Celles-ci devaient assurer une nouvelle répartition des terres mis en vente au profit des exploitations familiales, ce qui évidemment était de la démagogie. En effet les SAFER avaient acquis en tout et pour tout au 1er novembre 64 : 53.250 hectares. Sur cette surface il n’avait été rétrocédé que 7.000 ha. Il n’é été créé que 300 exploitations nouvelles dont 200 attribuées à des rapatriés.

De même, les crédits nécessaires au développement des Cuma n’ont pas été augmentés, au contraire.

En réalité, toute cette politique technocratique et la législation de 1962 légalisent et accélèrent la liquidation de l’agriculture familiale.

LA COUCHE SOCIALE EN PÉRIL : LA PETITE PAYSANNERIE

La propriété parcellaire (Marx, Le Capital, III, 3, 183)

« Le paysan est simultanément le libre propriétaire de son terrain, instrument principal de sa production et champ d’activité indispensable à son travail et à son capital.

[…] Il est évident que la libre propriété des paysan-cultivateurs est la forme la plus normale de la propriété foncière pour la petite exploitation, c’est-à-dire dans un mode de production où la propriété de la terre est la condition qui permet au cultivateur d’être propriétaire du produit de son propre travail et où, qu’il soit libre propriétaire ou non, le cultivateur devra produire avec sa famille ses moyens de subsistance en tant que travailleur autonome et isolé. Pour que ce mode de production puisse se développer pleinement, la propriété du sol est tout aussi nécessaire que la propriété des outils pour le libre développement de la propriété artisanale. Pour le développement de l’agriculture elle-même, elle constitue un moment nécessaire. Les causes de son déclin indiquent ses limites. Ces causes sont : la disparition de l’industrie domestique des campagnes, son complément normal, par suite de l’essor de sa grande industrie, […] la concurrence de la grande culture capitaliste ou des plantations. Il faut aussi ajouter les perfectionnements de l’agriculture qui d’une part entraînent la baisse des produits agricoles et nécessitent d’autre part des dépenses plus élevées et des moyens de production plus coûteux.

La propriété parcellaire exclut par sa nature même le développement des forces productives sociales du travail. […] Les moyens de production sont éparpillés à l’infini, le producteur lui-même se retrouve isolé. Le gaspillage de force humaine est immense. La détérioration progressive des conditions de production et le renchérissement des moyens de production sont une loi inéluctable de la propriété parcellaire. Les bonnes années sont un malheur pour ce mode de production. »

Cette couche moyenne pauvre qui se situe juste après le salarié agricole constitue dans un pays capitaliste comme la France une classe sociale bien déterminée mais les problèmes de sa détermination en tant qu’unité sociale sont particulièrement compliqués.

C’est la situation des petits paysans qui parviennent seulement à survivre en utilisant la main-d’œuvre familiale : il s’agit d’une couche moyenne pauvre, comparable à l’artisanat, qui doit bénéficier soit de la suppression des fermages, soit des hypothèques, et d’une assistance économique immédiate de la part d’un État démocratique (puisqu’elle ne peut l’espérer du Monopole) et qui ne subsistera que dans le cadre d’un grand mouvement coopératif et revendicatif à la fois.

Le problème posé par cette couche sociale, celle qui est actuellement très atteinte par la pénétration de plus en plus grande du capitalisme monopoliste dans l’agriculture, donc celle qui nous intéresse spécialement dans le cadre de cette étude, est particulièrement complexe en effet : les solidarités rurales ne se nouent pas en fonction d’une association dans la production dissoute avec la vieille communauté paysanne de la féodalité, elles ne naissent pas d’une solidarité à distance. Il ne suffit pas de se ressembler pour être en état de se regrouper, de se donner une conscience et des institutions communes de façon à organiser activement une lutte efficace. Le passage de la classe en soi à la classe pour soi, de la ressemblance à la communauté d’action, s’avère irréalisable. Comme l’écrit encore Marx :

« La parcelle, le paysan et sa famille ; à côté une autre parcelle, un autre paysan et une autre famille. Un certain nombre de ces familles forment un village et un certain nombre de villages un département. […] Dans la mesure où des millions de famille paysannes vivent dans des conditions économiques qui les séparent les unes des autres et opposent leur genre de vie, leurs intérêts et leur culture à ceux des autres classes de la société, elles constituent une classe, c’est-à-dire une classe en soi, mais elles ne constituent pas une classe, c’est-à-dire une classe pour soi, dans la mesure où il n’existe entre les paysans parcellaires qu’un lien local et où la similitude d’intérêts ne crée entre eux aucune communauté, aucune liaison nationale, ni aucune organisation politique. »

En réalité (comme le souligne Mury dans son étude sur les classes sociales dans l’Agriculture publiée par le CERM) les relations entre l’exploitant familial et la société globale ne sont pas établies par le paysan lui-même. Elles passent par les notables dont les origines sont variées puisqu’ils peuvent appartenir aussi bien au clergé que plus récemment à l’enseignement laïque, puisqu’il peut s’agir du médecin ou du notaire, aussi bien que du propriétaire foncier. Ces notables tirent leur autorité de leur double appartenance : d’une part ils sont présents au village, d’autre part ils sont en liaison hiérarchique, scientifique ou d’affaires avec les puissances du chef-lieu, voire de Paris, et par là même ils s’offrent, pour suppléer à l’incapacité du paysan parcellaire, à se constituer en classe pour soi, à porter son action sur le plan national.

Nous retrouvons ici l’analyse de Marx pour qui la réduction des relations sociales au lien social empêche cette couche de se constituer en classe pour soi – c’est pourquoi ils sont incapables de défendre leurs intérêts de classe en leur propre nom par l’intermédiaire d’une assemblée. Ils ne peuvent se représenter eux-mêmes, ils doivent être représentés. Leurs Représentants doivent en même temps leur apparaître comme leurs maîtres, comme une autorité supérieure qui les protège contre les autres classes et leur envoie d’en haut la pluie et le beau temps.

C’est essentiellement à cette couche sociale que doit profiter la coopération, face à l’attaque du monopole. Cependant les différentes formes coopératives qui se sont développées en France depuis le début du siècle n’ont jamais posé le problème du travail en commun des exploitations familiales mais se sont placées soit au niveau de la vente des produits agricoles soit au niveau de l’achat de matériel commun, donc extérieurement au travail productif dans l’exploitation. Même à ce niveau l’observation montre que tous les paysans moyens et aisés dont partie d’une coopérative de vente ou de transformation (quand il en existe une) alors que bon nombre de paysans pauvres n’y adhèrent pas. Il est vrai que ces coopératives n’offrent pas beaucoup de perspectives aux petits agriculteurs, alors que d’autres formes moins développées résolvent plus concrètement bon nombre de questions qui se posent au petit exploitant familial.

LES DIFFÉRENTES FORMES DE COOPÉRATIVES AGRICOLES EXISTANT EN FRANCE

Nous allons définir les différentes coopératives agricoles par rapport à leur place face à l’exploitation paysanne : à l’aval, à l’amont, au niveau de la production.

Historiquement, la première forme coopérative qui est apparue est la coopérative de vente qui se situe donc à l’aval de l’exploitation agricole.

Cette forme s’est étendue au stockage, puis à la transformation de certains produits (sucre, vin, beurres et formages). Elles se sont développées surtout dans les régions de grande culture (blé, betterave, vigne, lait en Normandie). Les Coopérateurs apportent leurs produits et ils sont déchargés de nombreuses tâches économiques. De plus, la coopérative a une force économique importante sur le marché qui profite au petit paysan.

Ce sont les seuls avantages qu’il en retire. Pour lui rien n’a changé en ce qui concerne ses méthodes de travail et son mode de vie.

D’autre part ces coopératives sont en règle générale aux mains de gros agrariens qui peuvent participer concrètement à leur gestion, contrairement au petit paysan qui d’ailleurs leur délègue ses pouvoirs. Ce qui est plus grave c’est que bien souvent ces coopératives ont une politique en opposition avec les intérêts des petits coopérateurs (par exemple une certaine orientation de la vinification dans les régions vinicoles). Malheureusement ces derniers, bien souvent, ne s’en aperçoivent pas ou plutôt subissent la propagande intense des chambres d’agriculture réactionnaires ou des Technocrates gaullistes « orientant la production dans le sens du progrès ».

Pour ces coopératives de vente et stockage et de transformation se pose donc un problème d’antagonisme social entre deux couches : les petits paysans et les paysans riches. Malheureusement cet antagonisme existant ne se manifeste pas au niveau d’une opposition dans le conseil d’Administration des Coopératives et un des objectifs du syndicat démocratique, le modef, pourrait être l’épuration des coopératives afin d’en éliminer les gros agrariens. La tâche est ardue et se double d’un problème technique : la gestion de la coopérative par les paysans eux-mêmes. Dans la mesure où le développement de cette forme de coopérative est terminé, il semble que l’on doive s’orienter vers d’autres formes.

Depuis la libération s’est développée la coopérative d’utilisation du matériel agricole (CUMA). Cette forme se situe à l’amont de l’exploitation agricole et ses avantages sont nettement plus portants que la forme précédente. En effet, les coopérateurs achètent du matériel agricole adapté aux grandes surfaces et le coût de ce matériel se répercute sur le coût de production qui est plus faible que celui obtenu avec un matériel adapté à la petite exploitation. Les paysans en retirent un double avantage, la premier économique et le deuxième au point de vue du travail, en effet ils effectuent bien souvent les travaux ensemble et s’aperçoivent rapidement qu’un travail en commun est très bénéfique (le principe de la « coopération » s’effectue au niveau inférieur).

Cette forme coopérative se rapproche beaucoup de la troisième qui est en train de faire son apparition en France : le Groupement Agricole d’exploitation en commun : le GAEC, forme coopérative qui se situe au niveau de la production elle-même. Malheureusement cette forme coopérative ne peut être étudiée encore sérieusement car elle est très peu répandue.

Une constatation s’impose après l’étude de la coopération en France : aucune forme développée de Coopération ne fait appel au principe fondamental : le travail en commun à l’échelle de toute la production d’une exploitation. Or, fait étrange, c’est uniquement à cette forme coopérative que pensait Engels en 1895 dans sa brochure : « La Question paysanne en France et en Allemagne » (p. 24, Ed. sociales) :

« Notre intérêt n’est pas de gagner le paysan du jour au lendemain, pour que du jour au lendemain il nous quitte, lorsque nous ne pourrons pas tenir nos promesses. Du paysan qui demande de maintenir la propriété parcellaire nous ne pourrons jamais faire un camarade, pas plus que du petit patron qui veut rester éternellement patron. Notre Devoir envers le petit paysan est en premier lieu : faire passer sa propriété et son exploitation individuelles à l’exploitation coopérative non en l’y contraignant mais en l’y amenant par des exemples et en mettant à sa disposition le concours de la société. Et ici les moyens ne manquent pas pour faire entrevoir au petit paysan des avantages qui lui sauteront aux yeux dès aujourd’hui. Il y a presque vingt ans [donc vers 1875] les socialistes danois qui dans tout le pays ne possèdent qu’une seule vraie ville, Copenhague, et sont donc en dehors de celle-ci réduits à la propagande parmi les paysans, ont esquissé de tels projets. Les paysans d’un village ou d’une paroisse devaient réunir toutes leurs terres en un seul grand domaine, le cultiver à compte commun et partager les produits en proportion des terres versées, de l’argent avancé et du travail fourni. Au Danemark, la petite propriété ne joue qu’un rôle secondaire. Mais si nous appliquons cette idée à un pays de propriété parcellaire nous arrivons au résultat suivant : en réunissant des petits biens et en les cultivant suivant les méthodes de grande culture, une partie de la main d’œuvre jusqu’alors employée devient superflue ; c’est précisément cette économie de travail qui est un des avantages les plus importants de la grande culture [plutôt de la coopération telle qu’elle a été définie précédemment]. Cette main d’œuvre peut être employée de deux façons : ou bien on met à la disposition de la coopérative paysanne d’autres terres prises sur de grandes propriétés voisines, ou on lui donne les moyens d’un travail industriel accessoire, autant que possible et de préférence pour l’usage personnel. Dans les deux cas, on la met dans une meilleure situation économique et l’on assure en même temps à la direction générale de la société l’influence nécessaire pour faire passer progressivement [souligné par nous] la coopérative paysanne à une forme plus élevée [par exemple le GAEC] et pour équilibrer les droits et les devoirs tant de la coopérative dans son ensemble que de ses membres en particulier, avec ceux des autres branches de la grande communauté. […] L’essentiel en tout cas, c’est de faire comprendre aux paysans que nous ne pouvons sauver et conserver leur propriété qu’en la transformant en une propriété et une exploitation coopératives. Car c’est précisément l’exploitation individuelle, conséquence de la propriété individuelle, qui fait la perte des paysans. S’ils veulent conserver l’exploitation individuelle, nécessairement ils seront chassés de leurs propriétés, tandis que leur mode de production dépassé fera place à la grande exploitation capitaliste. Les choses en sont là ; et lorsque nous venons offrir aux paysans la possibilité d’introduire la grande exploitation, non pour le compte capitaliste mais pour leur propre compte commun, il ne serait pas possible de faire comprendre aux paysans que c’est dans leur intérêt, que c’est l’unique chemin de salut ? [souligné par nous] »

L’étude des différentes formes de coopératives existant en France nous montre donc que la coopérative de production n’existe pour ainsi dire pas (2 ou 3 GAEC en tout et pour tout à l’heure actuelle). Or c’est de cette unique forme coopérative que parlait Engels (cf. ci-dessus) il y a soixante-dix ans.

Nous ne sommes pas en possession de tous les éléments pour répondre à la question : « Comment se fait-il que la propagande et les programmes agraires des partis communistes occidentaux n’ont pas depuis Engels posé clairement le ‘problème de la réalisation de coopératives de production’ ? ». Nous pensons que cette question mérite réflexion et réponse.

En ce qui concerne les quelques GAEC existants, nous pensons que cette forme coopérative n’est pas actuellement à la portée des exploitants familiaux (en effet, le GAEC dont parlait récemment un numéro de Clarté a demandé 50 millions d’AF d’investissements en matériel et en fait il ne groupe que des paysans moyens et aisés).

Il serait intéressant de réaliser quelques expériences (dans des régions où le parti est solidement implanté) de mise en commun des exploitations, du matériel, du cheptel et d’effectuer l’exploitation commune par les paysans.

Au bout de quelques années ces vastes coopératives se moderniseraient d’elles-mêmes par l’achat de matériel plus puissant et mieux adapté à la superficie globale. On arriverait ainsi à des unités modernes qui sont un excellent placement pour la construction future du socialisme. À ce sujet continuons la lecture d’Engels dans le même ouvrage, p.26 :

« Plus sera grand le nombre de paysans auxquels nous éviterons la chute dans le prolétariat, que nous pourrons conquérir encore en tant que paysans, plus la transformation sociale sera rapide et facile. Il ne nous sert à rien d’être forcés d’attendre pour cette transformation que la production capitaliste se soit développée partout jusque dans ses dernières conséquences, que le dernier petit artisan, que le dernier petit paysan soient devenus les victimes de la grande entreprise capitaliste. Les sacrifices matériels qu’on peut faire dans ce sens, dans l’intérêt des paysans, à l’aide de fonds publics, ne peuvent paraître, du point de vue de l’économie capitaliste, que comme de l’argent jeté par la fenêtre, mais ils sont cependant un excellent placement, car ils économisent peut-être une part dix fois plus grande des frais de réorganisation sociale [C’est dans le cadre de la Démocratie véritable préconisée par le PCF que la société aidera réellement la paysannerie comme le suppose Engels car nous avons vu ci-dessus que sous le régime monopoliste au contraire tous les moyens sont mis en œuvre pour éliminer la petite propriété. Il est donc urgent de développer une campagne en faveur de l’exploitation coopérative même sous le régime actuel pour freiner au maximum l’exode rural et la concentration agraire (CML)]. »

Engels continue :

«  Il n’existe donc pas de pire service que nous puissions rendre et au parti et aux petits paysans que de faire des déclarations éveillant même l’impression que notre intention est de maintenir de façon durable la propriété parcellaire. Ce serait barrer la route à la libération des paysans, ce serait rabaisser le parti au niveau d’un antisémitisme tapageur. Au contraire, le devoir de notre parti est d’expliquer sans cesse aux paysans leur situation, qui est sans espoir aucun, aussi longtemps que le capitalisme sera au pouvoir ; de leur montrer qu’il est absolument impossible de conserver leur propriété parcellaire en tant que telle ; qu’il est certain que la grande production capitaliste passera par-dessus leur petite exploitation, impuissante et désuète, comme un chemin de fer écrase une brouette. Si nous agissons de la sorte, nous agirons dans le sens du développement économique inévitable et ce développement montrera aux petits paysans la justesse de nos paroles. »

CONCLUSION

La coopération en France s’est développée surtout au cours des phases d’élargissement de la démocratie : après 36 puis 45. Mais du fait de la domination capitaliste, elle n’a pas pu empêcher le développement du processus de la concentration capitaliste, ce qui ne signifie pas que la coopération n’ait pas rendu de sérieux services à la paysannerie.

Cependant la coopération par elle-même ne saurait résoudre les problèmes politiques. Elle ne peut rien changer sur le fond aux lois économiques qui régissent le mode de production capitaliste. Elle est désarmée devant la mévente et les bas prix agricoles. Elle ne peut que se conformer aux lois du marché, elle ne peut faire que peu de choses contre les prix de monopoles imposés par les trusts industriels. Elle est prisonnière à l’amont comme à l’aval du système capitaliste, même si en certains cas elle peut parvenir à en atténuer quelques effets.

Enfin nous devons considérer que la coopération n’est pas une chose en soi : elle est le reflet des rapports économiques et sociaux à la campagne.

Pour le moment présent les paysans ne peuvent choisir qu’entre la résignation, l’abandon ou la lutte pour défendre leurs conditions d’existence contre la grande bourgeoisie.

C’est en montrant le lien existant entre les difficultés matérielles des paysans et la politique pratiquée par la grande bourgeoisie que le PC fait participer la paysannerie à l’action politique. C’est également en montrant que face à l’évolution présente seules nos solutions offrent des perspectives réelles que nous les gagnerons politiquement.

[1] Marx, Le Capital, II, 2, p.18.

[2] Marx, Le Capital, II, 2, 27.

(transcription Paul Guerpillon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *