Cahiers marxistes-léninistes – n°4 (III)

 PROBLÈME DE LA DÉTERMINATION DES CATÉGORIES TECHNICO-ÉCONOMIQUES D’EXPLOITATION

(à partir d’un exemple d’application de la méthode des corrélations)

Nous prendrons en compte une étude statistique effectuée dans les Basses-Pyrénées[1], dont l’intention était de rechercher des corrélations entre diverses notions (surface fourragère de l’exploitation – produit brut de l’élevage – nombre de vaches à l’hectare – unités de travail humain – etc.). Plus précisément, nous retiendrons la corrélation observée entre le produit brut de l’élevage par hectare (y) et le nombre de vaches par hectare (x).

A – Plausibilité des résultats

Trois corrélations linéaires satisfaisantes ont été observées pour les classes correspondant respectivement à :

–       800 T.       y       2300 T.

–     2300 T.       y

                           y         800 T.

Le graphique résultant est du type ci-dessous :

Graphique

1) Est-il possible que l’on observe deux points sur une même verticale ? C’est-à-dire des résultats financiers – très – différents pour la même charge animale par hectare ? Cela tient à l’introduction de races sélectionnées, meilleurs productrices de lait.

2) Est-il possible que l’on observe une branche descendante, c’est-à-dire un résultat financier inférieur pour un nombre de vaches à l’hectare plus élevé ? Il faut prendre en compte d’une part ce que serait la courbe théorique pure pour une race donnée. Au-delà d’un certain seuil apparaissent de graves difficultés d’une part quant à la quantité de nourriture par tête, d’autre part quant à l’hygiène, et une grande propension aux épidémies et à la contagion. D’où l’apparition d’un maximum. Les exploitants chercheront à ne pas le dépasser. Une série de maximums successifs et la dispersion statistique des résultats expliqueront alors la branche supérieure descendante.

B – Différences structurelles entre les exploitations représentées sur les divers segments

1) Capital investi

Il est bien évident qu’intervient un problème d’investissement ; car d’une part les diverses races ont des prix de vente différents[2]. Et le paysan informé des performances de production laitière est d’abord arrêté par la question des liquidités financières dont il dispose. Seule une « grosse exploitation » capable de faire un calcul de rentabilité et d’engager ses capitaux en conséquence peut tirer de cette information tout son intérêt.

D’autant que ces races sélectionnées nécessitent une alimentation plus élaborée (industrielle) et des soins plus importants (dans la mesure où d’une part ce sont des races importées dans des conditions géographiques étrangères, et où d’autre part la sélection ne vise pas corrélativement la productivité et la résistance physiologique).

Donc, corrélativement à l’intensification de la production laitière par hectare, est nécessaire l’intensification de capital total investi à l’hectare (vaches et étables plus modernes = capital fixe ; salaires d’ouvriers agricoles = capital variable ; alimentation industrielle = capital circulant).

2) Intégration au marché capitaliste

L’alimentation composée – dans le même temps où elle suppose une mise de fonds importante – implique une intégration supplémentaire de l’exploitation agricole au marché capitaliste. Car les races locales sont alimentées en autarcie – cultures fourragères sur l’exploitation elle-même – alors que cette source n’est plus que partielle pour les races sélectionnées qui réclament l’achat à l’industrie d’une alimentation spéciale.

Donc les exploitations correspondant à la branche supérieure réclament un capital investi à l’hectare très supérieur et une rupture accrue d’avec un type d’économie autarcique.

C – Critique de la classification dimensionnelle

Les nomenclatures les plus répandues adoptent systématiquement une classification dimensionnelle des exploitations basée sur le seul critère de superficie (1 à 5 ha, 10 à 50 ha, etc.)[3] et [4].

1) Nous venons de montrer que d’autres facteurs, telle l’intensité d’investissement à l’hectare, ont un rôle essentiel dans la puissance des exploitations (intensité et capacité d’investissement).

2) Nous assistons d’autre part à un redoublement de ces facteurs ; car sur l’exemple étudié, la capacité d’investissement, qui dépend déjà d’un taux de profit plus élevé, détermine à son tour divers taux de profit. D’où une tendance à la polarisation des exploitations suivant leur puissance ; c’est-à-dire une discontinuité de la répartition statistique, que la classification dimensionnelle par la superficie tend à masquer.

3) Nous venons également de voir que la puissance diverse des exploitations induit des structures diverses (autarcie – liaison avec le marché capitaliste). Ce qui est vrai également au niveau des rapports de production mis en œuvre dans l’exploitation. Ces catégories (rapports de production différents, etc.) sont trop importantes pour que l’on puisse comparer des exploitations à structures différentes et de même superficie, comme le réalise l’amalgame habituel de la classification dimensionnelle.

D – Catégories technico-économiques et dimension

Nous en sommes au moment de notre démarche où la critique – sommaire – des concepts de base utilisés dans le champ idéologique est « achevée », et où il nous faut proposer, sur la base de cette critique, une méthode.

1) Dans la mesure où le concept de dimension implique une comparaison, voire un classement, il ne saurait s’appliquer en ce sens :

– à des spéculations diverses (mélange des cultures maraîchères, des cultures céréalières, de l’élevage, etc.) ;

– à des types sociaux divers (exploitations familiales – capitalistes – semi-autarciques, etc.).

2) Les critères de dimension ne sauraient être généraux. Pour chaque type d’exploitation, il faut définir les critères les plus significatifs d’une part, mais également les plus simples à obtenir. Car qui peut, par exemple, déterminer le capital investi dans une exploitation de type autarcique ou semi-autarcique ?

3) Le concept de dimension devra être décomposé en son terme classique (superficie – avec les corrélatifs habituels) et celui que nous avons défini plus haut (intensité du capital investi). Leur influence respective pourra être abordée par la recherche des corrélations entre :

– la valeur ajoutée et l’intensité du capital investi (à superficie égale) ;

– la valeur ajoutée et la superficie (à même capital investi).

P.S. On ne verra ici que l’application limitée et imparfaite d’une démarche théorique correcte.

[1] Bien évidemment, ceci est un artifice d’exposition ; en réalité il faudra, dans le processus de recherche, exploiter de multiples études ayant trait à des situations diverses, et exploiter chacune de ces études dans sa globalité, et non pas dans l’un de ses détails, abstrait arbitrairement de l’étude.

[2] On peut se demander d’où vient la différence des valeurs marchandes. Car si les frais de sélection et de soins sont plus élevés pour les bonnes races, il n’est pas évident qu’ils déterminent toute la différence. Il est probable que la différence des valeurs d’usage intervient dans la disposition d’esprit des acheteurs.

[3] Voir par exemple les tableaux économiques de l’INSEE 1960.

[4] Cette aberration a en réalité une fonction idéologique. Premièrement, elle tend à masquer la qualité de discontinuité et les sauts qualitatifs observables sur les dimensions des exploitations. Deuxièmement, elle tend à éliminer d’autres déterminations, fondamentales, et bien évidemment la nature des rapports de production mis en œuvre dans telle ou telle exploitation.

(transcription Paul Guerpillon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *