Cahiers marxistes-léninistes – n°4 (II)

L’ANALYSE DES STRUCTURES AGRICOLES

Nous sommes fort mal renseignés sur les structures économiques des exploitations agricoles. Ce texte ne comprend pas leur analyse, mais il contient

  • Des informations sur leur évolution
  • Une ébauche d’explication des phénomènes fondamentaux
  • Quelques précisions sur les exigences d’une analyse quantitative.

Avant même de parler des structures, il ne semble pas superflu de dégager quelques idées sur le développement du secteur agricole dans un pays industriel.

Inutile d’insister sur les manifestations vécues d’un « malaise agricole » (émigration professionnelle – disparité des revenus entre agriculteurs et non-agriculteurs – accroissement des distorsions régionales).

De nombreux faits conduisent à penser que, dans notre économie l’agriculture est un secteur dominé. C’est ainsi que la part de la valeur ajoutée agricole dans la V.A. nationale tend à décroître au cours du développement. Par les phénomènes d’intégration, dont nous reparlerons, le capital industriel et commercial (parfois d’origine étrangère) tend à dominer certaines branches de la production agricole en monopolisant le contrôle de leurs approvisionnements et de leurs débouchés.

Ce déséquilibre ne résulte pas uniquement d’une carence du pouvoir en matière de politique agricole, ni du traditionalisme bien connu du milieu paysan. Les causes sont à rechercher dans deux voies, liées au développement même de l’économie.

  • Tout d’abord, la loi d’Engel. Ainsi que le font remarquer de nombreux économistes, la part des produits d’origine agricole dans les dépenses du consommateur décroît lorsque son revenu augmente. Dans un système où les prix ne sont pas planifiés, on assiste à une détérioration des termes de l’échange entre l’agriculture et l’industrie.
  • Mais cela ne saurait être l’unique raison et l’on doit prendre en considération la participation de l’agriculture à l’accumulation du capital. Ceci est un point fondamental. L’accumulation est plus faible dans ce secteur que dans l’industrie. Les travailleurs agricoles ne sont pas moins « exploités » que les ouvriers, mais, leur productivité étant actuellement moins forte, et la rotation des capitaux en agriculture étant moins rapide, la plus value récupérée est plus faible que dans les autres secteurs productifs. Ainsi le secteur agricole ne peut financer à lui seul les investissements nécessaires à l’intensification de sa production, à l’industrialisation de certaines de ses branches. D’où l’implantation de capitaux extérieurs et leur domination progressive[1].

Mais les malheurs des paysans sont aussi le résultat d’une stagnation historique des « structures agricoles ». L’agriculture française a une structure bien déséquilibrée. Dans un pays industrialisé, à côté d’unités modernes, la ferme artisanale est, de loin, la plus répandue. Cette stagnation a freiné considérablement le développement interne du secteur agricole.

Il convient de montrer comment l’évolution des structures s’intègre dans la logique du développement économique d’un pays, de telle sorte que, malgré une politique agricole officielle souvent axée vers la cristallisation des structures existantes, nous assistons à des changements irréversibles.

Les dimensions optimales des fermes, l’organisation du processus de production sont liés au développement des forces productives. Ces rapports que nous tenterons de dégager, dans la première partie de l’exposé, font que l’analyse des structures est un élément essentiel de la détermination de toute politique agricole. Ce n’est certes pas le seul élément. Encore faut-il connaître le marché des produits et des capitaux et posséder des hypothèses sur le schéma général du développement économique. Mais ceci est un autre problème.

I/ QUELQUES REMARQUES SUR LES STRUCTURES DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

La notion de structure a besoin d’être précisée.

Les exploitations sont en effet caractérisées, dans le processus de production, par leur taille et par la nature de leurs relations avec leur encadrement économique.

L’observation de l’évolution du secteur agricole montre ainsi,

  • une concentration (changements intervenus dans la dimension des entreprises)
  • et des phénomènes de groupement et d’intégration verticale (changements intervenus au niveau des liens entre les exploitations et les secteurs en amont et en aval de leurs activités).

1 – Dimension des exploitations

Généralement, lorsqu’on parle d’évolution des structures, on entend par là « concentration capitaliste » au niveau de l’unité de production (et au profit des agrariens). C’est le sens courant.

Or, nous rejoignons là un problème « d’économie d’échelle »… la taille optimale (rentable) correspond au niveau des forces productives (nous y reviendrons).

Mais il faut préciser que dans le cas d’une entreprise agricole la dimension est difficile à définir. Elle est liée à l’intensivité de la production.

Ainsi s’il est possible de considérer une ferme céréalière de 35 hectares comme une « petite ferme », 35 hectares de cultures maraichères ou de fraisiers formeront une exploitation immense. Cette notion de système de production intensif a besoin d’être précisée.

Normalement, une culture est d’autant plus intensive que les « charges » par hectares sont plus élevées. Cependant ce critère est d’une utilisation pratique délicate et nous verrons ultérieurement la possibilité d’en employer d’autres (composition organique du capital, rapport capital d’exploitation/capital foncier).

2 – Nature des liaisons entre les unités et leur environnement

Une exploitation n’est jamais complètement isolée. Elle achète à l’extérieur des moyens de production (semences, aliments, engrais, matériel) et fournit des produits sur le marché. Ces relations avec l’extérieur peuvent être inorganisées ou contractuelles. Dans le premier cas, l’exploitation garde tout son pouvoir de décision, son autonomie et se situe dans un marché (plus ou moins) concurrentiel. Dans le second, elle est intégrée à un processus de production plus global ; le pouvoir de décision est transféré au niveau des firmes qui l’alimentent ou qui écoulent ses produits.

Il existe divers types d’exploitations non-intégrées :

  • ferme familiale vivant dans une certaine autarcie
  • entreprise agricole individuelle de type capitaliste
  • groupements de producteurs.

Dans le système intégré, un centre unique de décision détermine et coordonne les étapes successives du processus de production (approvisionnements, unités de production, transformation et distribution des produits). L’entreprise agricole est devenue un « atelier de sous-traitance ».

II – LES PHENOMENES AUXQUELS NOUS ASSISTONS. PEUT-ON EN EXPLIQUER LES CAUSES OBJECTIVES ?

Les changements intervenus dans les structures agricoles se traduiront par une concentration capitaliste et par le développement des systèmes intégrés. Pour simplifier l’exposé, les deux phénomènes sont envisagés séparément. En fait, il convient de préciser qu’ils sont extrêmement liés. Les techniques modernes permettent une certaine « maîtrise » de quelques productions agricoles (les aléas dus aux variations du milieu naturel sont minimisés, le processus de production est relativement bien connu). Mais la diffusion de ces techniques doit être effective. Les exploitations trop petites ne peuvent les rentabiliser. La concentration apparaît donc comme un facteur favorable à ce que l’on pourrait appeler « l’industrialisation » de l’agriculture. Enfin il faut noter que l’intégration n’est possible que si le processus de production est maîtrisé.

1 – Quelques données (surtout qualitatives) sur la « concentration capitaliste ».

L’ensemble du pays peut avoir atteint le stade du capitalisme monopoliste, il est à noter que le secteur agricole sort à peine de l’état artisanal. Ce décalage résulte largement de la faible accumulation dans les entreprises agricoles.

Cependant, les besoins croissants de l’industrie, le développement des forces productives ont brisé le cadre autarcique des fermes.

Nous assistons à la disparition de nombreuses exploitations. L’« exode rural » est connu. Cette migration professionnelle hors du secteur agricole fournit à l’industrie une « armée de réserve » et pose des problèmes d’urbanisation, de formation professionnelle que les gouvernements se sont dispensés de résoudre, préférant clamer leur volonté de maintenir les gens à la terre.

Le tableau ci-dessous indique l’évolution, aux différents recensements, du nombre d’exploitations réparties par classes de surface. Ces résultats sont, nous le verrons, difficiles à interpréter, mais ils peuvent illustrer la réalité et l’importance de la concentration capitaliste jusqu’en 1955.

Catégories Enquête 1929 Enquête 1942 Enquête 1955
Moins de 1 hectare 1.014.731 220.641 150.260
1 à 5 ha 1.146.255 615.673 642.658
5 à 10 ha 717.612 503.587 472.084
10 à 20 ha 513.147 539.879 532.387
20 à 50 ha 380.373 380.334 375.171
50 à 100 ha 81.744 77.459 74.901
100 à 200 ha 23.473 19.510 16.721
Plus de 200 ha 8.995 6.632 3.522
Total 3.996.330 2.363.715 2.267.704
Total des exploitations de plus de 5 ha 1.805.344 1.527.401 1.474.786

D’après les Tableaux de l’Agriculture française (1964), « Revue paysans ».

Des études sociologiques montrent que cette migration se fait surtout au bénéfice du secteur tertiaire, où les employés d’origine agricole forment une main-d’œuvre non-qualifiée, non-organisée, n’ayant pas de conscience de classe.

Selon certaines estimations (cf. Revue paysans n° 48, Juin 1964) si l’on met à part les exploitations de moins de 2 hectares (étant donné leur caractère limite d’entreprises agricoles) le nombre des exploitations est passé de 1 887 400 en 1955 à 1 650 000 en 1963.

Il n’est pas nécessaire d’insister sur les conséquences sociales de ce fait. Il paraît plus intéressant de dégager la nécessité économique de la concentration, ou plus exactement son insertion dans la logique du développement des forces productives.

On peut d’abord schématiser en disant que la petite ferme n’est pas rentable. Elle ne peut pas s’équiper (si elle s’équipe elle peut bien devenir moins rentable encore), d’où le déclin de la ferme traditionnelle, la migration professionnelle et la concentration des terres et des moyens de production. Mais il convient de pousser plus loin l’analyse du processus d’évolution de la structure.

  • Il existe une relation réciproque entre la diffusion du progrès technique, l’augmentation de la productivité et les dimensions des exploitations agricoles. Plus l’entreprise est importante, plus la vulgarisation est rapide et plus les techniques implantées sont rentables (plein emploi du matériel). Parallèlement les investissements en équipements modernes ne peuvent être amortis que si le volume de production est suffisant et les exploitations de faible taille où le machinisme s’est implanté, se sont trouvées suréquipées, déficitaires. Ce suréquipement produira selon les cas un abandon, ou un besoin de croissance ; dans tous les cas un changement de structure.

La mécanisation de la production agricole est un facteur de concentration important.

  • Second point : l’évolution de la demande (loi d’Engel) fait que la part du revenu global de l’agriculture dans le revenu national diminue.

La disparité des revenus entre l’agriculteur et l’ouvrier augmente au cours du développement économique. Seule une diminution de la population agricole active peut compenser partiellement ce phénomène.

Par ailleurs, dans un marché concurrentiel, où les agriculteurs se trouvent dispersés, la nécessité de présenter un volume important de produits joue en faveur de la concentration.

Ce que nous avons dit sur la logique de la concentration n’est pas spécifique au secteur agricole : les mêmes phénomènes se sont produits et se produisent encore dans l’industrie. La concentration est ainsi en rapport étroit avec le développement des forces productives.

La diminution de la population agricole active, conséquence immédiate de ce phénomène de concentration est un fait général dans tous les pays industrialisés ainsi que le montre le tableau suivant :

Evolution comparée de la population agricole active

Pays Date Population agricole active/pop. active totale en % Population agr. active en millions
G.B. 1841 25 3.5
1881 2.5
1931 6 1.4
1951 5 1.16
USA 1820 75 2
1880 50 9
1910 33 12
1950 11 7
France 1881 47.5
1911 41.2
1921 41.5
1954 30.9
1962 20
URSS recueil Etats Moscou (1962) 1913 75 D’après Rosier, Evolution historique du secteur agricole, 1963
1928 80
1937 56
1955 43

Pour certains économistes (Laurent, INRA), la concentration capitaliste en France est relativement lente. Plus lente que dans de nombreux pays. Cependant, en raison de la faiblesse de nos informations statistiques, il est difficile de se prononcer sur ce point.

Il existe en effet des freins à l’évolution de la structure. On invoque faussement la lenteur de réaction des paysans, l’insuffisance de leur formation économique et politique. Mais il ne faut pas négliger deux faits :

  • Les structures actuelles freinent la diffusion des progrès techniques qui pousseraient à la concentration
  • Toute la politique agricole française basée sur les interventions de l’Etat au niveau des prix a pour effet de maintenir rentables des exploitations marginales.

Enfin, l’intégration elle-même peut freiner la concentration des unités de production dans la mesure où par un apport financier extérieur et par l’implantation de « productions sans terres » elle établit un équilibre artificiel.

Malgré ces freins, il est logique de s’attendre à observer une accélération du phénomène de concentration. Si l’on parlait, avant 1960 d’un rythme de diminution de population active agricole de l’ordre de 100 à 120.000, ce rythme est actuellement selon Mainie (INRA) de 160.000 personnes par an. (D’ici 1980 la population active agricole serait ainsi de 2.500.000 personnes et nous serions aux environs de 10% de la population active totale).

Cette accélération est à prévoir du fait de la structure démographique des campagnes. Un grand nombre de fermes ne sont pas « viables » parce que leur exploitant a dépassé l’âge de la retraite (d’après le recensement de 55 il y en aurait 225.000 parmi les 790.000 exploitations de moins de 5 hectares) et que les descendants travaillent à l’extérieur. Ces fermes apparaitront dans les années à venir sur le marché des terres et ce fait accélèrera la concentration capitaliste.

2 – Le groupement de producteurs

Depuis quelques années, surtout depuis les lois d’orientation agricole, l’agriculture de groupe est le cheval de bataille qui a pris le relais – pour certains – de l’exploitation familiale.

On peut distinguer, schématiquement, plusieurs types :

  • Groupement pour l’achat ou l’utilisation en commun de moyens de production (engrais, aliments, semences – CUMA[2]…)
  • pour l’organisation de la vente des produits
  • pour l’organisation de tout ou partie des travaux (de l’atelier commun à la coopérative de production)
  • Groupement intégrateur dont nous reparlerons dans le chapitre réservé à l’intégration.

Au niveau des structures économiques le groupement de producteurs ne diffère pas fondamentalement de la concentration capitaliste. Il revient à augmenter la dimension de l’unité de production (pour l’achat, la vente ou pour l’organisation du travail, ou à tous ces niveaux) et à concentrer le pouvoir de décision au niveau de cette unité. La différence essentielle vient des rapports de production internes à l’entreprise. Le pouvoir de décision, dans le cas d’un groupement, est concentré de façon démocratique. Il y a en outre coopération de producteurs, détermination en commun de la répartition des bénéfices et du niveau des investissements et non exploitation par le chef d’entreprise du travail salarial.

Il sera nécessaire d’étudier ce problème des rapports de production dans un prochain numéro des cahiers. Mais, limitant cet exposé à l’analyse des structures économiques, nous pouvons (provisoirement) intégrer le développement de l’agriculture de groupe dans le schéma général de la concentration.

Encore faut-il préciser que le groupement de paysans, cherchant à maîtriser ses débouchés et ses approvisionnements peut jouer un rôle essentiel dans le développement des structures intégrées.

3 – L’Intégration verticale

Ayant l’intention de parler dans un prochain cahier de l’intégration, de l’intervention du capital étranger dans l’agriculture, de l’évolution des rapports de production liée à l’introduction du capital monopoliste, nous ne donnerons sur l’intégration verticale que des informations partielles.

Dans une première approche, nous pouvons dire que l’intégration correspond à l’introduction du capitalisme monopoliste dans le secteur agricole, et, plus particulièrement, à la généralisation de la sous-traitance. On peut la considérer comme un système d’organisation du processus de production, et comme une modalité de croissance pour les firmes qui se situent en amont ou en aval du secteur agricole (ou pour les groupements de producteurs).

Système d’organisation

Le centre intégrateur contrôle :

  • les flux de matières,,-usine ,d.aliments, fourniture ,d.animaux, apport ,d.engrais ou de semence en amont.-transformation et écoulement des produits en aval...
  • les flux financiers ,,–financement des investissements et des campagnes.-concentration de ,l.accumulation de capital effectué aux différentes étapes du processus de production...
  • les flux d’information,,-connaissance du marché en vue ,d.une planification-diffusion du progrès technique.(les firmes intégrantes ont leurs techniciens et même des organismes de recherche appliquée)..

Cette organisation a une très grande efficience technique. Toutes les étapes de la production sont coordonnées dans le but de satisfaire une demande connue.

  • Modalité de croissance

Dans le système monopoliste, une firme peut assurer son expansion selon deux modes de croissance.

Croissance interne : L’entreprise se développe à partir de ses propres ressources et de l’appel au crédit. Par un programme d’investissements approprié elle assure sa modernisation et l’augmentation du volume produit.
Croissance externe : L’entreprise assure son expansion en utilisant les acquis des autres. Cette technique est de plus en plus répandue : on bénéficie des acquis des firmes absorbées qui avaient fait les frais de la première phase de croissance ; on ne court pas le risque d’aggraver le suréquipement ; on partage les risques.

La croissance externe peut provenir d’une fusion, d’une absorption, de la création de filiales communes ou de l’intégration par contrat.

En fait, le contre-intégrateur n’absorbe pas les unités de productions agricoles. Il les a simplement inféodées par contrat. Il sous-traite. L’autonomie de gestion assure une certaine souplesse au système. Le centre bénéficie des installations et du capital foncier des fermes qu’il intègre. Il ne supporte pas les aléas de la culture.

En accumulant les surplus effectués aux différents stades du processus de production le centre intégrateur peut d’abord consolider son avance technique et ce n’est pas un fait du hasard si Findus possède l’une des premières stations de sélection de pois du monde et si la recherche avicole a fait, depuis quelques années, un bond en avant remarquable.

Afin d’illustrer ce qui vient d’être dit, prenons un exemple concret : Findus. C’est un cas typique de centre intégrateur. Il s’agit en réalité d’une filiale de Nestlé (au même titre que les potages Maggi, le café soluble Nescafé et Ricoré, la SOPAD, les glaces Gervais, la déshydratation artificielle SITPA).

Le groupe Findus contrôle 80% de l’industrie des surgelés en Suède. Il s’est fixé comme objectif un contrôle de 50% de la production européenne et s’implante en France, dans l’Aisne.

Le schéma suivant donne une idée de l’organisation :

Pour le pois, Findus prend sous contrat une parcelle d’au moins 10 ha (bientôt 20), indemne de maladie, dans un rayon de 50 km autour du centre.

Le contrat est collectif entre Findus et un groupement de producteurs.

Findus impose le plan de fertilisation, les techniques culturales, la semence. L’agriculteur n’a plus à intervenir après le semis. Les techniciens circulent en voiture radio dans les plantations et signalent toute apparition de maladie. Les traitements décidés par la station de recherche sont effectués par avion. Récolte effectuée par Findus, livraison au centre de surgélation moins d’une heure après la récolte…

Le prix à la distribution est un prix invariable. Cette stabilité se répercute au niveau de la production.

Ceci n’est qu’un exemple d’organisation. L’intégration prend, dans la réalité, des formes très diverses.

TYPES D’INTEGRATION :

Quelquefois, les pouvoirs de décision concernant la production et la commercialisation ne sont qu’en partie transférés au centre coordinateur : c’est la quasi-intégration. On la rencontre rarement et l’intégration complète est le stade le plus répandu.

  • La firme peut remonter vers ses marchés d’approvisionnement : c’est le mode d’intégration ascendante. Il peut s’agir d’un abattoir traitant sous contrat avec des élevages et construisant une usine d’aliments, ou d’une chaîne de distribution intégrant abattoirs, producteurs, fournisseurs. Dans ce cas le centre intégrateur possède l’infrastructure nécessaire à l’écoulement des produits. Il maîtrise les débouchés et peut fournir des ordres précis au secteur productif. C’est le modèle le plus efficient.
  • La firme peut avoir la volonté de contrôler les débouchés de ses produits : on a alors une intégration descendante. C’est le cas du fabricant d’aliments du bétail qui cherche à s’assurer des débouchés plus stables.
  • Il existe des firmes aussi, ou des coopératives de producteurs qui ont intégré à la fois de manière ascendante et descendante (dans ce cas l’intégration est dite complète ou circulaire).

Notons enfin que l’intégration n’est pas uniquement le fait d’entreprises privées comme Findus, la Libby Mac Neill, Duqueste Purina ou Uniliva.

Défavorisées sur le marché, par rapport à ces organismes, certaines coopératives dynamiques ont compris les avantages à tirer de ce modèle d’organisation. UNICOPA en Bretagne, l’UDCA dans l’Ain par exemple, sont des coopératives polyfonctionnelles (aviculture, porcs et même bovins) ayant intégré : usine d’aliments, abattoirs et centres de conditionnement et même des comptoirs de commerce de gros.

La différence essentielle entre les intégrations coopérative et capitaliste réside dans les rapports de production, dans la façon dont sont établis les plans de production et dans la circulation des informations. Ces différences ont des incidences importantes sur la dynamique de l’entreprise. Mais leur étude nécessiterait un long développement qu’il n’est pas question d’aborder dans cet article.

IMPLANTATION DES STRUCTURES INTEGREES DANS L’AGRICULTURE FRANCAISE.

L’agriculture intégrée s’est largement développée dans les pays industriels (USA, Suède, Grande-Bretagne – des systèmes d’organisation semblables se sont installés en Hongrie). Pour la France, la faiblesse des moyens d’information ne permet pas d’avoir une vue objective de la rapidité et de l’ampleur de cette implantation. Quelques données seulement :

Pour que l’intégration se développe, les mécanismes de la production et des échanges doivent être préalablement connus. Aussi l’intégration s’est-elle développée primitivement en France dans le secteur avicole.

Dans la production du poulet de chair, les premières expériences remontent à 1953 (coopérative de Castelnaudary et Coopérative Rurale Morbihannaise).

Quelques chiffres marquent l’évolution :

1953 Quelques milliers de poulets
1957 4.5 millions
1959 Plus de 10 millions
1960 Plus de 35 millions
1961 Environ 50 millions
1962 75 millions
1963 85 millions

En 1963, 60% de la production française de poulet de chair est intégrée. Il est possible de prévoir pour 1965 un pourcentage de 80 à 85% soit autant qu’aux USA.

Dans la production de l’œuf de consommation, les élevages intégrés représentent :

900 000 pondeuses en 1960-1961
1 800 000 pondeuses en 1962
2 000 000 pondeuses en 1963 soit 6% de la production nationale.

« Une offensive est à noter dans ce secteur et l’on peut penser que la production d’œuf soit intégrée à 25% en 1965 » (Le Bihan).

Les groupes intégrateurs sont d’importance égale. Pour le poulet de chair le groupement le plus faible contrôlait 100 000 poulets, le plus fort 2 000 000 en 1959 (rapport 1 à 20). En 1962 l’écart s’était accru : 200 000 pour le plus faible et 10 000 000 pour le plus fort (rapport 1 à 50).

L’implantation de l’intégration s’accompagne donc d’une concentration horizontale au niveau des centres intégrateurs.

Pour contrôler le marché, les firmes intégrantes tendent à prendre une position dominante. D’où la formation d’oligopoles puissants. Comment alors, pour une firme assurer sa croissance ? Il ne peut être question, dans la plupart des cas, d’absorber des géants.

En dehors des ententes, la stratégie de la firme monopoliste consistera à effectuer une croissance externe en se diversifiant. Cette diversification qui rompt les lois classiques de la division du travail correspond à 2 nécessités :

  • rechercher le plein emploi des circuits de distribution et des installations
  • minimiser les risques dus aux crises d’un marché où l’offre s’ajuste mal à la demande.

C’est ainsi que de nombreux centres d’intégration avicole se sont lancés dans la production porcine. Dans la mesure où, d’ici quelques temps, les processus de production de viande bovine et ovine seront maîtrisés, il est à prévoir que la diversification s’étendra largement à ces spéculations.

INTEGRATION ET DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE :

Tout porte à croire que cette évolution est irréversible.

  • L’augmentation du niveau des forces productives, l’intensification des cultures et de l’élevage ont développé les échanges entre l’exploitation et l’extérieur. Les entreprises dépendent de plus en plus de leur encadrement. Dans le cas des structures intégrées, cette dépendance est organisée et constitutionnelle.
  • La maîtrise progressive des processus de production nécessite des investissements que l’accumulation de capital du secteur agricole ne peut permettre à lui seul. En l’absence d’une aide efficace de l’Etat (prêts aux coopératives pour s’équiper et intégrer en aval et en amont), qui peut fournir les capitaux sinon les firmes qui, par leur rôle dans le processus de production, sont directement liées au secteur agricole ?
  • La demande des produits agricoles est inélastique. Dans un marché proche de la surproduction, la maîtrise des débouchés est une nécessité ressentie à toutes les étapes. Et cette maîtrise ne peut être obtenue que par une position de monopole.
  • Dans ce marché où joue la loi de la jungle il est tout indiqué de posséder un réseau d’information rapide et d’entreprendre des études de marché. Et cela n’est pas du ressort d’une exploitation isolée, quelle que soit sa taille.
  • Enfin, en raison du rôle stratégique essentiel de la recherche appliquée dans la croissance des entreprises, une liaison complète, rapide, entre la production et la recherche est un facteur essentiel du développement.

Dans la mesure où tous les flux de matières, d’informations, de capitaux, sont contrôlés par le centre intégrateur, celui-ci est à même de développer avec la plus grande efficacité le niveau des forces productives.

Dans la logique du développement économique, l’intégration est amenée à se généraliser resserrant la domination du capital sur l’agriculture (et cela d’autant plus qu’elle est facilitée par le désir de petits exploitants voulant améliorer leur revenus par l’installation d’un atelier de production sans terre – aviculture, porcherie).

De la concurrence entre des entreprises plus ou moins dispersées, nous passons à une concurrence entre des monopoles (allant jusqu’à la guerre économique : cf. l’implantation de l’abattoir de Duquesne Purina en Bretagne).

Concentration, croissance externe des entreprises, intégrations, ne retrouverait-on pas les mêmes phénomènes, les mêmes relations dans une étude sur l’évolution du secteur industriel entre la manufacture et le monopole ?

Devons-nous considérer encore le conflit qui oppose les moujiks aux koulaks comme le conflit principal de l’agriculture, ou bien entre celui qui oppose l’agriculteur au monopole qui l’intègre ?

L’agriculture pourrait avoir bientôt le visage suivant : à côté d’une masse d’exploitations fragiles, dominées sur le marché, dont la main-d’œuvre serait une armée de réserve ; un secteur moderne, organisé, intégré, où le paysan est transformé en « travailleur à domicile ».

L’intégration conduit à une prolétarisation de l’agriculteur et cela ne sera pas sans influencer l’idéologie paysanne. Les rapports de production se rapprochant de ceux de l’industrie, le syndicalisme agricole sera conduit à mieux coordonner sa lutte à celle du syndicalisme ouvrier. (Sera-t-il question encore d’alliance entre la petite-paysannerie et le prolétariat, alors que les paysans seront eux-mêmes des prolétaires ?)

Les coopératives peuvent entrer dans la lutte en intégrant à leur profit des installations en amont et en aval de leurs activités. Cela nécessite un apport de capitaux.

La caisse nationale de Crédit Agricole Mutuel aurait un rôle essentiel à jouer dans ce domaine du financement, mais, ses fonds ne sont pas réservés aux coopératives (loin de là) et sa structure administrative est trop rigide. Enfin le dynamisme des coopératives intégrantes ne peut se réaliser que si celles-ci possèdent des militants conscients et des cadres économiques et techniques (l’UNICOPA contrôle une station expérimentale).

L’intégration, considérée comme système d’organisation, comme modalité de croissance n’est pas obligatoirement liée aux rapports de production du capitalisme monopoliste. La division technique du travail ne doit pas se confondre avec sa division sociale. Le développement des coopératives intégrantes le prouve. En fait, les rapports de production à l’intérieur de ces coopératives sont influencés par ceux du système capitaliste dans lequel elles évoluent. Mais ils ne sont pas exactement ceux du système capitaliste : les coopérateurs possèdent les moyens de production, et les décisions sont prises par le groupe.

Implantation des monopoles dans le secteur agricole, transformation des rapports de production et prolétarisation progressive d’une partie du milieu rural, voilà des faits que nous ne pouvons combattre mais qui obligent à repenser notre stratégie de la lutte dans les campagnes.

III – CE QUE REQUIERT UNE ANALYSE QUANTITATIVE.

Beaucoup d’informations ont pu paraître insuffisamment étayées de chiffres. Il existe, hélas, trop peu de données pour prétendre analyser quantitativement l’évolution des structures agricoles. Comment se rendre compte de l’importance relative des différents phénomènes, de leur dynamique ? Il conviendrait de mettre un peu partout des ?

1 – Le matériel statistique

1892, 1929, 1942, 1955 : les recensements agricoles successifs ont tenté de répartir les exploitations françaises par classes dimensionnelles.

L’échantillon-maître de 1962, dont les résultats ne sont pas encore disponibles devrait permettre une répartition plus analytique.

Le plus récent recensement (celui de 55) répartissant les exploitations d’après leur superficie et, par ailleurs, d’après l’importance de leur cheptel.

Il faut noter à ce sujet que les données fournies ne sont pas très significatives.

  • Parmi les exploitations recensées 700 000 soit plus d’un tiers, ayant moins de 5 hectares, peuvent difficilement être considérées comme des exploitations agricoles.
  • La division arithmétique utilisée pour la répartition en classes est arbitraire et ne se base pas sur une analyse technico-économique de la structure. C’est ainsi que sont rangés dans des classes différentes des élevages de 25 et 55 bovins, dont la structure est cependant techniquement très proche et que seront classés dans la même série (celle des élevages de plus de 50 bovins) des troupeaux aussi différents que ceux de 3 ou 400 bêtes.
  • Enfin, et nous en reparlerons, la notion d’intensification n’apparaît pas dans cette répartition dimensionnelle.

En utilisant le recensement de 1942 (dont les résultats, en raison des événements politiques de l’époque sont dignes d’être soupçonnés) et les évaluations sur la valeur de la production agricole effectuées en 1949, M. Klatzmann tenta de calculer la répartition des rendements bruts par catégorie d’exploitations (ceci dans le but d’approcher une répartition des résultats financiers par catégorie). Selon Klatzmann, le matériel statistique de bas n’avait pas grande valeur, et, de plus, pour arriver à une évaluation il fallait des hypothèses simplificatrices qui ne correspondent pas forcément à la réalité (on admettait ainsi que les rendements des diverses cultures étaient les mêmes dans les différentes classes d’exploitation. Il fallait aussi une hypothèse sur la part de la production végétale donnée au bétail dans chaque catégorie…)

Parmi les autres sources d’information, il faut noter les enquêtes des divers organismes professionnels. Il peut s’agir de sondages régionaux ou d’enquêtes qui, en dehors de leur intérêt historique et sociologique, n’ont pas une valeur statistique (cf. les articles de la Revue Paysans par exemple).

Il existe une étude à l’INRA-Economie sur l’agriculture de groupe. Enfin, l’INRA dispose aussi d’enquêtes partielles sur l’intégration et la coopération, une enquête complète est en voie de gestation (et, en ce sens cet article semble assez prématuré).

Les prévisions démographiques, les enquêtes sociologiques peuvent enfin apporter des indications précieuses sur l’évolution de la population active, l’accélération de la concentration du fait de la non-viabilité de très nombreuses firmes.

Cette énumération est loin d’être exhaustive. Sans doute traîne-t-il ici ou là des enquêtes ou projets d’enquêtes qui peuvent revêtir une certaine importance. Une information détaillée sur ce matériel disponible (auprès de l’INSEE et des chercheurs de l’INRA) s’impose.

Sans même posséder ces renseignements il n’est pas superflu de préciser (provisoirement) ce que requiert une première approche de l’analyse quantitative des changements de structure, ne serait-ce que pour mettre en lumière la complexité des problèmes.

2 – De quoi avons-nous besoin, dans un premier temps ?

  • D’une détermination de catégories d’exploitations qui ait une signification économique et agronomique,
  • De données sur la viabilité des fermes dans différentes classes,
  • De chiffres sur l’état, le développement et les modalités de l’intégration verticale

A – Définition des classes de dimension en fonction de l’intensification

Le critère permettant de se rendre compte du niveau d’intensification est difficile à trouver, à préciser, à utiliser.

Une première approche serait d’employer la notion de « systèmes de production ». On arrive à définir ainsi, sur des bases agronomiques, des zones plus ou moins intensives (c’est-à-dire des zones où les systèmes de production possibles requièrent plus ou moins de main-d’œuvre et de capitaux). De la confrontation de cette zonation avec les données du recensement 55 (qui sont fournies au niveau départemental) on aurait une idée approximative de la répartition par classes en tenant compte de l’intensification. Idée grossière parce que la définition de ces zones ne peut être (actuellement) qu’approximative et provisoire ; parce que la zone ne correspond pas à la division départementale.

Pour étudier la liaison structure-intensification d’autres critères peuvent être utilisés.

  • Il semble exclu de prendre comme critère d’intensification le niveau des charges d’exploitations à l’hectare. Car il faudrait alors demander aux agriculteurs, dans une enquête, de fournir leurs comptes d’exploitation (qu’ils sont loin de connaître tous et que, souvent, ils ne veulent pas donner). Les centres de gestion régionaux possèdent de telles données mais pour un échantillon d’agriculteurs (de pointe) qui n’est pas représentatifs de l’ensemble du pays.
  • La composition du capital [en] capital fixe/capital circulant serait d’une utilisation délicate. Ou ranger, par exemple, le cheptel ? Quel est le capital fixe et le capital circulant d’entreprises artisanales ? (sans doute ce critère est-il plus adapté à des exploitations modernes).
  • Le rapport capital d’exploitation/capital foncier. Plus la valeur des installations et des moyens de production est grande par rapport à celle de la terre, plus la production est intensive.

Une enquête par sondage sur le matériel existant, le cheptel, les installations, la surface peut être effectuée. Le problème délicat sera d’estimer les valeurs et plus particulièrement la valeur de la terre. On ne peut en effet se baser sur le prix. Le prix de la terre, du fait d’une pression de la demande et de la spéculation foncière reflète plus une valeur de situation qu’une valeur foncière (agronomique). Or il peut être débattu très longuement sur les critères d’estimation de la valeur de la terre…

Se rendre compte de l’intensification est un problème délicat. Il mériterait à lui seul un long développement. Peut-être n’était-il pas inutile d’en montrer la complexité.

De même, s’il est facile de critiquer l’arbitraire de la définition des limites de classes dans les recensements, il est bien plus ardu de proposer une répartition qui ait une signification technique.

Sans doute convient-il de fondre dans une même catégorie des exploitations de faible surface ou à petits troupeaux et de décontracter en plusieurs classes celle qui correspond dans les recensements aux exploitations de plus de 200 ha et de plus de 50 têtes de bétail.

La définition des classes dimensionnelles qui permette d’analyser la structure des exploitations est un problème assez complexe et nous avons plus de questions à poser que de propositions à faire.

B – Etat, développement, modalités de l’intégration verticale

Les moyens d’information actuels sont dans leur période de rodage, les enquêtes en gestation. Nous avons l’intention de revenir sur ce point, avec plus de détails dans un prochain cahier. Deux raisons pour n’effleurer que très succinctement ce problème de l’information sur les structures intégrées.

Les firmes intégrantes étant peu nombreuses (oligopole), et possédant des bilans détaillés, il est possible d’en faire un répertoire et de les caractériser d’après les renseignements suivants :

  • Nature du centre intégrateur : firme privée (française ou étrangère)/coopérative de producteurs/association d’une coopérative et d’une firme par contrat.
  • Sens de l’intégration (ascendante, descendante, circulaire)
  • Type de contrat.
  • Productions intégrées (aviculture, porc, surgelé, conserves…)
  • Infrastructure (usine d’aliment, abattoir, conserverie, infrastructure commerciale, station expérimentale).
  • Nombre d’agriculteurs intégrés et dimension des unités de production.
  • Tonnages traités et formation des prix.

Dans quelques circuits de production, certaines entreprises, prenant une position dominante, peuvent envisager l’intégration à leur profit. Un réseau d’information sur les activités de ces firmes serait d’un intérêt primordial pour se rendre compte du développement de l’intégration. Il devrait s’intéresser :

  • aux coopératives
  • à l’industrie des aliments du bétail
  • aux industries de transformation
  • aux magasins à succursales multiples (du type Casino)
  • aux holdings internationaux

Trop de données nous font défaut pour étudier quantitativement et préciser les rapports entre les structures agricoles et le développement des forces productives.

Malgré son insuffisance, l’analyse qualitative des phénomènes fondamentaux qui transforment l’agriculture peut être l’occasion d’une prise de conscience. L’occasion de s’apercevoir que les changements actuels, dans leur complexité et leur confusion, répondent à des nécessités économiques ; que le secteur agricole passe de l’artisanat au capitalisme et du capitalisme à la domination monopoliste ; que les rapports de production en sont profondément modifiés. Cette évolution ne déplace-t-elle pas le niveau des contradictions ? Le conflit traditionnel entre les intérêts du petit exploitant et ceux du capitaliste rural demeure. Mais d’autres conflits apparaissent : d’abord entre l’agriculteur intégré et le paysan traditionnel, ensuite et surtout entre l’agriculteur intégré – prolétaire et le capital industriel.

Il serait très intéressant de cerner de plus près l’évolution des rapports de production en agriculture, de préciser les moyens de lutte contre le capitalisme dans les campagnes.

Pour cela, après avoir évoqué les changements intervenus au niveau des structures économiques, nous envisageons de donner dans les cahiers une série d’informations :

  • le mouvement coopératif en France
  • l’intégration et l’intervention du capital étranger
  • l’évolution des rapports de production, ses conséquences prévisibles.

[1] Il est intéressant de noter à ce sujet que l’agriculture, exportatrice de capitaux dans les phases primitives du développement capitaliste – car c’est alors le seul secteur productif qui a une existence économique solide et peut participer à l’accumulation – devient importatrice dans les phases ultérieures.

[2] Coopérative d’utilisation de matériel agricole (N. du transcripteur)

(transcription Vincent Berthelier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *