Cahiers marxistes-léninistes – n°4 (I)

SOMMAIRE – AGRICULTURE

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

  • INTRODUCTION AU NUMERO IV DES CAHIERS MARXISTES LENINISTES
  • L’ANALYSE DES STRUCTURES AGRICOLES
  • PROBLEME DE LA DETERMINATION DES CATEGORIES TECHNICO-ECONOMIQUES D’EXPLOITATIONS
  • PROBLEMES THEORIQUES ET POLITIQUES DE LA COOPERATION AGRICOLE

****

PRESENTATION

Agriculture :

A l’initiative de la « commission à l’étude des données actuelles de la lutte des classes » du cercle d’Ulm, s’est tenu un groupe de travail portant à la fois sur l’agriculture française et les problèmes théoriques posés par une analyse marxiste de l’agriculture. Participaient à ce groupe de travail les camarades :

  • Bénard (ingénieur agronome. Cercle E.S.A.T.)
  • Broyelle (cercle d’Ulm)
  • Larrère (ingénieur agronome, chercheur à l’INRA, cercle de l’agro)
  • Linhart (cercle d’Ulm)
  • Momiche (cercle des mines)

Nombres de problèmes ont été abordés sur lesquels nous reviendrons dans de prochains Cahiers Marxistes Léninistes. Nous présentons ici quelques textes qui ont servi de matière au travail et à la discussion. Il ne s’agit encore que d’une première approche et de nombreux points restent à revoir.

Deux thèmes essentiels sont abordés :

  • La concentration technique et sociale dans l’agriculture et les problèmes méthodologiques posés par son analyse.
  • Les classes sociales dans l’agriculture.

Le premier texte – « l’analyse des structures agricoles » – essaye à la fois de définir et de différentier les types de concentration dans l’agriculture. Il tente d’esquisser l’inventaire des moyens scientifiques de repérage des lois tendancielles qui régissent cette concentration. Il s’efforce de faire une distinction souvent négligée, entre une loi de concentration technique, directement liée au niveau des forces productives (intégration, industrialisation de l’agriculture) et le mode social selon lequel est réalisée cette concentration (intégration monopoliste ou au contraire coopérative démocratique). Le texte montre le caractère irréversible de la prolétarisation agricole, prolétarisation, phénomène progressif dans la mesure où il élève le niveau des besoins des travailleurs agricoles (cf. Lénine : question des marchés) et rapproche le prolétariat agricole de la classe ouvrière. Néanmoins l’essentiel du texte est dans l’analyse des divers types d’intégration et des nouveaux rapports qui s’établissent à l’intérieur des unités de production, ainsi qu’à l’amont et à l’aval de celles-ci.

La discussion a permis au groupe de travail de remettre en question un certain nombre de points abordés dans ce premier texte, en particulier,

L’affirmation, en p. 1, que l’accumulation du capital est plus faible dans l’agriculture que dans l’industrie reste problématique. Des études faites en Allemagne tendent à prouver le contraire, – au moins pour une agriculture moderne. De toute façon, la « domination » de l’agriculture par l’industrie reste incontestable, mais elle serait peut-être à définir comme une assimilation de l’agriculture aux autres branches de l’industrie, avec taux de profit moyen, etc. Encore faut-il voir que cette agrégation de capital agricole au capital social total n’en est qu’à ses débuts, et remonte des causes qui la contrecarrent. Pourquoi n’y a-t-il pas en France de grandes sociétés agricoles par actions (comme c’est le cas dans les pays colonisés ou victimes du néocolonialisme) ? Pourquoi l’agriculture n’est-elle pas entrée dans le système boursier, c’est-à-dire le système de régularisation du taux de profit et de l’espérance de profit ?

Nous aurons l’occasion de revenir sur ces questions, ainsi que sur les problèmes généraux qui y sont sous-jacents : qu’est-ce qu’un mode de production dominant ? Comment des secteurs de l’économie peuvent-ils à la fois participer aux rapports de production dominants – par le marché, etc. – et y occuper une place excentrique, non typique ? Quelles sont les causes qui contrecarrent l’intégration de ces secteurs au mode de production dominant : causes économiques, sociales, idéologiques ? Ces problèmes ne sont pas directement abordés dans ce premier numéro sur l’agriculture. Nous avons préféré nous arrêter à certains aspects méthodologiques de l’étude de l’intégration, et à une ébauche d’analyse de classe.

La note qui suit le premier texte (« problème de la détermination des catégories technico-économiques d’exploitation ») est le résultat d’une discussion dont l’objet était de donner un contenu au critère d’ « intensivité de la production » introduit à la p. 3 et préféré à celui de dimension dans une classification des exploitations agricoles.

Enfin le dernier article reprend sous l’angle d’une analyse marxiste de classe et à la lumière des analyses du Capital et d’Engels, les problèmes de la concentration agricole et des luttes à la campagne.

Ces documents ne sont qu’une introduction au travail ultérieur de la commission sur les problèmes théoriques posés par l’agriculture. Les publications qui suivent se proposeront :

1°) de poursuivre la recherche sur les problèmes déjà abordés.

2°) de constituer les dossiers théoriques à partir des textes fondamentaux de Marx, Engels et Lénine sur l’agriculture.

(transcription Vincent Berthelier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *