Cahiers marxistes-léninistes – n°3 (I)

[1]

LE CONCEPT MARXISTE DE RAPPORT DE PRODUCTION

Ce texte n’a d’autre ambition que de fournir un instrument pour la formation théorique de base, en présentant les données essentielles à la compréhension d’un des concepts fondamentaux du matérialisme historique.

Rappelons d’abord ce qu’est le matérialisme historique : la science du développement (ou non développement) des formations sociales. Au concept idéologique de société, concept dont la pensée bourgeoise ne peut rendre compte qu’en recouvrant à d’autres concepts idéologiques, ceux de culture, de civilisation, voire d’esprit du temps ou de conception du monde, Marx a substitué un nouveau concept décisif : celui de formation sociale. Ce qui détermine l’unité d’une formation sociale ce n’est pas une culture ou une conception du monde, c’est une structure qui repose sur un mode de production déterminé.

On appelle mode de production le mode spécifique, historiquement déterminé selon lequel s’exerce le procès du travail, le procès de production humain (activité matérielle de l’homme transformant la nature). Ce mode de production est une structure déterminée par le jeu des éléments : les forces productives et les rapports de production. L’antagonisme de ces deux éléments forme ce qu’on appelle la contradiction d’un mode de production, et cette contradiction est le moteur qui détermine le passage d’un mode de production à un autre mode de production.

Forces productives et rapports de production

Explicitions d’abord le premier de ces deux éléments : les forces productives : Ce sont les éléments de procès de travail en général, les moyens dont l’homme dispose dans son activité matérielle de transformation de la nature, la production des valeurs d’usage.

Soulignons ici l’importance de ce concept de procès. Marx, dans le premier livre du Capital (éditions sociales p. 181) la définit comme suit :

« Le mot procès exprime un développement considéré dans l’ensemble de ses conditions réelles. »

Quand nous parlons de forces productives en général, nous ne nous occupons pas d’un procès de production déterminé (tel que le procès capitaliste) mais d’un procès de travail en général. Nous ne pouvons cependant appliquer à ce procès les [2] caractéristiques qui définissent tout procès : les éléments n’y sont pas définis par leur nature mais par leur place ; leur fonction ; en conséquence les concepts scientifiques qui en rendent compte définissent non pas les propriétés inhérentes à des objets, mais la place, la fonction que ces objets occupent dans un procès déterminé.

Quels sont les éléments, les facteurs du procès de travail ? Marx répond à cette question dans le septième chapitre du livre I : la production de valeur d’usage et la production des plus value.

« Voici les éléments simples dans lesquels le procès de travail se décompose : 1) activité personnelle de l’homme au travail proprement dit ; 2) objet sur lequel le travail agit ; 3) moyen par lequel il agit » (p. 181)

Dans le procès de travail l’activité de l’homme modifie à l’aide des moyens de travail l’objet de travail. Considérons maintenant cette action du point de vue du résultat.

« Si l’on considère l’ensemble de ce mouvement au point de vue de son résultat, du produire, alors tous deux, moyen et objet de travail se présentent comme moyens de production et le travail lui-même comme travail productif. » (p. 183)

Nous pouvons poser :

Moyens de production + travail productif = forces productives

Notons cependant qu’à un stade avancé du développement des forces productives la division du travail entre elle-même dans les forces productives.

Comment caractériser maintenant les rapports de production ? Ceux-ci apparaissent d’abord comme des manières de combiner les facteurs du procès de production, les forces productives.

« Quelques soient les formes sociales de la production, les travailleurs et les moyens de production en restent toujours les facteurs. Mais les uns et les autres ne le sont qu’à l’état virtuel tant qu’ils se trouvent séparés. Pour une production quelconque, il faut leur combinaison. C’est la manière sociale d’opérer cette combinaison qui distingue les différentes époques économiques par lesquelles la structure sociale est passée. » (Capital, Tome IV p. 38)

« Dans cette manière sociale d’opérer cette combinaison » qui distingue les « différentes époques économiques par [3] lesquelles la structure sociale est passée » nous pouvons reconnaître les différents rapports de production que distinguent les modes de production successifs (communauté primitive, mode de production asiatique, antique, esclavagiste, germanique, féodal, capitaliste). Le développement des forces productives les fait entrer dans des rapports de production nouveaux caractérisant un nouveau mode de production. Les rapports de production sont ainsi les rapports sociaux, historiquement déterminés dans lesquels entrent les forces productives au cours de leur développement. Dans un mode de production donné les forces productives prennent des formes particulières lesquelles expriment les rapports sociaux.

Le rapport entre forces productives et rapports de production est donc réciproque :

  1. Les rapports sociaux de production sont le produit du développement des forces productives. Ce développement commande la disparition des rapports de production existants lorsque ceux-ci constituent pour lui une entrave.
  2. Ces rapports donnent aux forces productives des formes spécifiques, imposent à leur développement les lois d’un mode production déterminé. Le développement des forces productives se passe à l’intérieur de ces rapports de production. Ceux-ci permettent d’abord de libérer des forces productives nouvelles mais se changent ensuite à leur tour en obstacle à leur développement. Ainsi le procès de production est toujours un procès social de production, reposant sur des rapports de production. Ces rapports de production déterminent le caractère d’une formation sociale.

« Les rapports sociaux suivant lesquels les individus produisent, les rapports sociaux de production changent, se transforment avec la modification et le développement des moyens de production matériels des forces de production. Dans leur totalité, les rapports de production forment ce qu’on appelle les rapports sociaux notamment une société à un stade de développement déterminé, une société à caractère distinct original. La société antique, la société féodale, la société bourgeoise sont des ensembles de rapports de production de ce genre dont chacun caractérise en même temps un stade particulier de développement dans l’histoire de l’humanité. » (Travail salarié et capital p. 29)[i]

Les rapports de production capitalistes

Illustrons ces considérations générales en un exemple précis : l’étude des rapports de production qui caractérisent les modes de production capitalistes. Ce sont le capital et le travail salarié.

[4] « Le rapport entre capital et travail salarié détermine entièrement le caractère du mode de production. Les principaux agents de ce mode de production, le capitaliste et l’ouvrier salarié, en soi, sont simplement l’incarnation, la personnification du capital et du travail salarié ; ce sont des caractères sociaux déterminés que le procès social de production imprime aux individus : ils sont le produit de ces rapports sociaux de production déterminés. » (Capital, Tome VIII p. 254)

Que signifie la définition du capital comme rapport de production ? Il faut le comprendre par rapport aux définitions vulgaires du Capital. La première et la plus naïve définit le capital comme la masse d’argent consacrée à la production. Une définition plus élaborée présente le capital comme un travail accumulé. Cette seconde définition est plus satisfaisante. Elle pose le capital comme le résultat d’un procès. Mais elle n’exprime pas le caractère social de ce procès. Le capital apparaît ici comme le résultat du procès de production en général. Comme une donnée éternelle de la production.

En définissant le capital comme un rapport social de production, Marx exprimera, lui, le fait qu’il est le résultat et en même temps le point de départ d’un procès social.

Nous pouvons suivre l’analyse de Marx dans Travail salarié et capital. Marx part de la conception classique qui range dans le capital les instruments de travail et les matières premières (moyens de production) et les moyens de subsistance des ouvriers.

« Le capital ne consiste pas seulement en moyens de subsistance, en instrument de travail et en matières premières, il ne consiste pas seulement en produits matériels. Il consiste au même degré en valeurs d’échange. Tous les produits dont il se compose sont des marchandises. Le capital n’est donc pas seulement une somme de produits matériels, c’est aussi une marchandise, des valeurs d’échange, de grandeur sociales… La matière du capital peut se modifier constamment sans que le capital subisse le moindre changement. » (p. 30)

Dans cette première étape, Marx établit que le capital n’est pas seulement une accumulation de choses, mais une somme de grandeurs sociales, de valeurs. Ces valeurs expriment les quantités de travail social moyen. Or ce n’est que sur la base d’un mode de production déterminé que les produits se présentent comme expression du travail social moyen. Le capital apparaît ainsi comme exprimant un procès social.

[5] Marx passe maintenant au second niveau de l’analyse.

« Si tout capital est une somme de marchandises, c’est-à-dire de valeurs d’échange, toute somme de marchandises, de valeurs d’échange n’est pas encore du capital…

Comment une somme de marchandises, de valeurs d’échange se change-t-elle en capital ?

Par le fait que, en tant que fore sociale indépendante, c’est-à-dire en tant que force d’une partie de la société, elle se conserve et s’accroît par son échange contre la force de travail immédiate, vivante. L’existence d’une classe ne possédant rien que sa capacité de travail est une condition première nécessaire au capital.

Ce n’est que la domination de l’accumulation du travail passé, matérialisé, sur le travail immédiat, vivant, qui transforme le travail accumulé en capital.

Le capital ne consiste pas dans le fait que du travail accumulé sert au travail vivant de moyen pour une nouvelle production. Il consiste en ceci que le travail vivant sert de moyen de production au travail accumulé pour maintenir et accroître la valeur d’échange de celui-ci. »

La somme des valeurs que constitue le capital a donc ceci de particulier qu’elle sert à acheter le travail vivant.

Cette forme très particulière d’échange repose sur la structure du mode de production capitaliste (produits de travail passé) sont la possession privée des capitalistes [sic]. Ce qui caractérise en effet le mode de production capitaliste, c’est l’appropriation privée des moyens de production. A l’origine de ce mode de production les producteurs directs (paysans, artisans, etc…) produisant sur une échelle limitée avec leurs propres moyens de production ont été dépossédés, séparés de leurs moyens de production. C’est ce processus de séparation entre les producteurs directs et les moyens de production, réalisé notamment par l’expropriation des paysans, qui est décrit par Marx dans la section du livre I consacré à l’accumulation primitive.

De ce fait, il existe une séparation à l’intérieur des forces productives, séparation entre moyens de production et travail. Marx dira dans le livre III du Capital (tome VI p. 259) que « c’est cette séparation entre conditions de travail, d’un côté et producteurs de l’autre qui constitue le concept de capital. » Cette séparation entre producteurs directs et moyens de production détermine la forme spécifique de l’union, de la combinaison sociale des forces productives. Séparés des moyens de production [6] les producteurs directs sont contraints, pour assurer leur existence de vendre aux propriétaires des moyens de production, leur force de travail. Ainsi le procès qui transforme les moyens de production en capital, transforme les travailleurs en travailleurs salariés.

Nous voyons comment les forces productives (moyens de production et travail productif) entrent dans les rapports de production déterminés.

Moyens de production                                      travail productif

capital                                                                          travail salarié

Cette métamorphose peut s’exprimer d’une autre manière par la composition organique d’un capital.

Du point de vue organique – c’est-à-dire du point de vue d’une composition de valeur – le capital se compose du capital constant (C) et du capital variable (V), le premier représente le capital assuré en moyens de productions, le second le capital assuré en salaire. Nous avons donc :

Moyens de production                                                   Travail

 capital constant                                                           capital variable

Nous voyons donc comment s’opère la combinaison des forces productives séparées, elle s’opère à l’intérieur du capital, c’est-à-dire non pas seulement à l’intérieur d’une somme C+V mais à l’intérieur d’un rapport de production. C’est ce que Marx exprime en disant que les forces productives sont devenues les forces productives du capital. Le procès de travail est ainsi devenu le procès de production capitaliste, le procès de création des valeurs d’usage, procès de la création de la plus value.

Montrons de même brièvement comment le travail salarié est un rapport de production. On sait que l’une des grandes difficultés de l’économie classique réside dans sa définition du salaire comme prix de travail. Marx découvre que cette expression de prix du travail est une expression irrationnelle qui cache la véritable détermination du salaire : celui-ci est le prix de la force de travail. Dans le mode de production capitaliste l’ouvrier vend sa force de travail à titre de marchandise. Il reçoit la valeur de cette marchandise, c’est-à-dire la valeur des moyens de subsistance nécessaire à sa reproduction. La force de travail voit ainsi, comme toutes les sortes de marchandises, sa valeur déterminée par le temps de travail social nécessaire à la reproduire. Mais cette marchandise est une marchandise tout à fait [7] particulière. Sa valeur d’usage propre consiste à créer des valeurs. Non seulement elle reproduit sa propre valeur mais elle crée une valeur supplémentaire, cette valeur constitue la plus value.

« Que se passe-t-il dans l’échange entre le capitaliste et le salarié ?

L’ouvrier reçoit les moyens de subsistance en échange de sa force de travail, mais le capitaliste en échange de ses moyens de subsistance, reçoit du travail, l’activité productive de l’ouvrier, la force créatrice au moyen de laquelle l’ouvrier non seulement restitue ce qu’il consomme, mais donne au travail accumulé une valeur plus grande que celle qu’il possédait auparavant. » (Travail salarié et capital p. 30)

Définit-on le salaire comme prix de travail, après avoir défini le travail comme source de valeur, on tombe dans un cercle et l’on s’interdit de comprendre la plus value. Celle-ci n’est compréhensible que par la différence entre la valeur de la force de travail achetée par le capitaliste et la valeur créée par le travail dont le capitaliste a dès lors la disposition. Il apparait alors clairement que l’échange entre le capitaliste et l’ouvrier (l’achat de la force de travail) est un échange tout à fait particulier. Il se présente sous la forme d’un rapport entre le capitaliste et l’ouvrier en tant que personnification du capital et du travail salarié. Il exprime une condition sociale préalable, le fait que les ouvriers soient séparés des moyens de production et doivent vendre leur force de travail en marchandise.

Nous pouvons maintenant comprendre ce qu’est cette manière sociale d’espérer la combinaison entre les facteurs de production qui définissent les rapport de production dans le texte, cité plus haut, du livre II, texte que Marx poursuit ainsi :

« Dans le cas qui nous occupe le point de départ est donné par la séparation de l’ouvrier libre d’avec ses moyens de production ; nous avons vu comment et dans quelles conditions ces deux éléments se réunissent entre les mains du capitaliste : en qualité de mode d’existence productif de son capital. Le procès effectif où entrent, associés de la sorte, les éléments formateurs de marchandise, tant personnels que matériels, le procès de production devient ainsi lui-même une fonction du capital : c’est le procès de la production capitaliste… Chaque entreprise de production de marchandise devient en même temps une entreprise d’exploitation de la force de travail. »

[8] Le problème de la contradiction

Après avoir définit les rapports de production il conviendrait de se poser le problème de la « contradiction » entre forces productives et rapports de production. Nous avons déjà vu que le développement des forces productives déterminait la nécessité de nouveaux rapports de production. Ceux-ci permettent une plus grande extension du développement des forces productives. Ainsi le capitalisme permet le développement des forces productives entravées par les rapports de production féodaux. Il permet la coopération, la division technique poussée du travail, le développement de sa productivité, etc… mais à un certain stade de développement les forces productives, les rapports capitalistes deviennent pour lui une entrave. C’est ainsi qu’il y a contradiction entre la tendance capitaliste à la réalisation d’un profit maximum et le développement optimal de la productivité du travail. Cette contradiction est dégagée par Marx dans l’étude de la loi tendancielle de la baisse des taux de profit.

Rappelons ici la différence entre le taux de plus value et le taux de profits. On sait que Marx détermine la valeur des marchandises par la formule

           C                 +               V                +                 P

(Valeur du                 (Valeur du                   (plus value)

capital constant)    capital variable)

Le capital constant ne fait que reproduire sa propre valeur dans la valeur des marchandises. Il ne crée aucune valeur nouvelle. Au contraire le capital variable – dépensé en achats de la force de travail – crée une valeur nouvelle, la plus value P1. Le taux de plus value s’exprime par rapport Pl/V (puisque seul V est créateur de plus value).

Dans le profit, au contraire, on considère non les rapports de la plus value au capital variable, mais son rapport à l’ensemble du capital (C+V) le taux de profit s’exprime par le rapport Pl/V+C. Ce taux est évidemment d’autant plus élevé que V est élevé et que C l’est moins. Des taux de plus value égaux peuvent ainsi déterminer des taux de profit très inégaux selon le rapport entre C et V (la composition organique du capital). Or, à mesure que la productivité du travail augmente, il faut moins de capital variable V par rapport à un capital constant C. Le capital constant tend de plus en plus à gonfler par rapport au capital variable. Il en résulte que même si le taux de plus value est en hausse et même si la masse de profit augmente, les taux de profit doivent baisser. La contradiction apparaît ici entre les lois propres des rapports de production capitalistes et le développement optimal des forces productives[ii].

[9] « Pour lui donner une expression tout à fait générale, voici en quoi consiste la contradiction : le système de production capitaliste implique une tendance à un développement absolu des forces productives sans tenir compte de la valeur et de la plus value que cette dernière recèle, ni non plus des rapports sociaux dans lesquels a lieu la production capitaliste, tandis que, par ailleurs, le système a pour but la conservation de la valeur-capital existante et sa mise en valeur au degré maximum (c’est-à-dire à un accroissement sans cesse accéléré de cette valeur). Son caractère spécifique est fondé sur la valeur-capital existante considérée comme moyen de mettre en valeur au maximum cette valeur. Les méthodes par lesquelles la production capitaliste atteint ce but impliquent : diminution du taux de profit, dépréciation du capital existant et développement des forces productives du travail au dépens de celles qui ont déjà été produites.

……………………………………..

Si donc le mode de production capitaliste est un moyen historique de développer la force productive matérielle et de créer le marché mondial correspondant, il représente en même temps une contradiction permanente entre cette tâche historique et les rapports de production sociaux qui lui correspondent. » (Capital, Tome IV p. 262-3)

C’est cette contradiction qui nécessité le passage à un mode de production nouveau : le mode de production socialiste.

Quelques remarques

Nous voudrions montrer en terminant comment le concept de rapports de production établit la spécificité du marxisme par rapport à l’économie classique et à l’économie vulgaire et comment il dissipe un certain nombre d’illusions.

1. Le concept est décisif dans la critique marxiste de l’économie politique classique. Celle-ci considère en effet les formes de la production capitaliste comme les formes de toute production en général. Pour elle, les moyens de production sont naturellement du capital, le travail est naturellement du travail salarié. Marx montre que cette transformation est le fait d’un mode de production déterminé historique né de la dissolution de modes de production antérieurs et appelé lui-même à disparaitre dans un nouveau mode de production. Il saisit ainsi les crises du système capitaliste comme étant non pas ses accidents mais le signe de la limite propre du mode de production capitaliste, limite par les [10] rapports de production au développement des forces productives.

Marx réfute là toute conception des problèmes économiques qui tend à les réduire à un problème technique de développement des forces productives. Une telle conception se manifeste de nos jours :

  • Dans l’idéologie de la « société industrielle », laquelle tend à méconnaître la différence spécifique entre rapports de production capitaliste et rapport de production socialiste.
  • Dans l’idéologie du développement, laquelle conçoit comme simple retard quantitatif une situation qui est l’expression de rapports de production contraignant et veut assurer le développement des pays dits sous-développés sans toucher à ces rapports de production (Cf à ce sujet les numéros 1 et 2 des Cahiers marxistes léninistes).

2. Le concept de rapport de production permet en même temps de critiquer toutes les idéologies de la « justice sociale ». Pour celles-ci, en effet, le problème se situe au niveau des rapports de distribution. Il s’agit alors de promouvoir la justice sociale en assurant une meilleure répartition du revenu national, une politique des revenues etc… Marx montre que les rapports de distribution (salaires, profits, etc.) ne font que traduire les rapports de production. Il est donc parfaitement vain de vouloir changer les premiers sans vouloir toucher aux seconds.

3. Précisions, s’il est besoin, que les rapports sociaux de production n’ont rien à voir avec quelque forme que ce soit de « relations intersubjectives » ou de « rapports humains ». Il est particulièrement intéressant de suivre l’évolution de Marx à ce sujet. Lorsqu’il formule pour la première fois ce concept dans l’Idéologie Allemande, il n’est pas encore totalement libéré de l’anthropologie feuerbachienne. De l’Idéologie Allemande au Capital, en passant par la contribution et la critique de l’économie politique, tout l’effort de Marx vise à purifier ce concept de toute implication intersubjectiviste.

Il s’ensuit que la tentative chère aux jeunes patrons sociaux avancés d’aménager des relations humaines dans l’entreprise, de créer des « structures de dialogue » n’est rien d’autre que de l’idéologie et qu’elle ne saurait à ce titre avoir que l’efficace, au demeurant nullement négligeable, de l’idéologie. Elle ne saurait toucher à la nature des rapports de production donc à l’opposition des classes.

4. Il conviendrait enfin de relever l’utilisation incertaine qui est faite dans les débats qui se tiennent actuellement à l’UNEF du concept des rapports de production. Ce concept ne saurait en aucun cas recouvrir ce que l’on appelle « l’économie » d’un pays et il est tout à fait erroné de le prendre en ce sens. Poser comme [11] on le fait actuellement à l’UNEF le problème de « la place de l’étudiant dans les rapports de production » c’est confondre le niveau de la description empirique avec le niveau proprement théorique. Le concept de rapport de production est un concept théorique qu’on ne saurait directement confronter au concept, encore très empirique et idéologique d’étudiant.

Notons, d’ailleurs que la méconnaissance de la distinction entre forces productives et rapports de production est à l’origine d’un embarras très sensible dans le texte de l’UNEF (Voir le Manifeste de l’UNEF). On y oppose les « besoins de l’économie », tels que les classes dirigeantes les déterminent à ce qu’on appelle « les besoins réels de l’économie », expression complètement vide de sens. De même on y parle du développement de l’économie sans voir que cette expression peut désigner aussi bien le développement des forces productives que le développement des rapports de production capitalistes.

Notons, par ailleurs, que la méconnaissance de ce concept est à l’origine de la confusion qui règne en ce moment à l’UNEF, à l’UEC et dans une bonne partie de la gauche sur le concept de néo-colonialisme. Définir le néo-colonialisme comme capitalisme de l’abondance c’est encore confondre la théorie avec la description idéologique et vulgaire. Ce concept ne saurait acquérir de valeur théorique que si l’on localisait théoriquement une modification des rapports de production capitalistes. Une telle détermination théorique n’a évidemment rien à voir avec le verbiage sur l’aliénation des besoins, la massification, etc…

De tout cela l’on peut conclure que la critique du capitalisme ne peut se faire que par le retour aux concepts scientifiques rigoureux du marxisme et non par l’importation et la domestication des concepts de l’idéologie « moderniste bourgeoise ».

[12]

BIBLIOGRAPHIE

Marx :

– L’Idéologie allemande (1° partie Feuerbach)

– Travail salarié et capital

– Contribution à la critique de l’économie politique (préface et introduction générale)

– Le Capital

– Livre I, Ch. VII (Tome I. éditions sociales) La production de valeurs d’usage et la production de plus value

– Livre II, 1° section (Tome IV) Les métamorphoses du capital et leurs cycles (spécialement Ch. 1 : Le cycle du capital argent)

– Livre III, 7° section (Tome VIII) Les revenus et leurs sources

Lénine :

– Ce que sont les amis du peuple et comment ils luttent contre les social-démocrates.

[i] Notons que dans ce texte, qui date de 1849, Marx ne dispose pas encore du concept de formation sociale. Il emploie encore le terme de société bien qu’il ait abandonné le concept idéologique de société. Notons également que « société bourgeoise » signifie ici société capitaliste.

[ii] Rappelons que cette loi est présentée par Marx comme une loi tendancielle, loi qui trouve dans le procès capitaliste un certain nombre de causes qui la contrecarrent, causes dont nous n’avons pas ici à faire l’étude détaillée.

(Transcription Ana Podvrsic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *