Cahiers marxistes-léninistes – n°12/13 (VII)

Document n° 2

TOLSTOÏ, MIROIR DE LA RÉVOLUTION RUSSE

Lénine

Il peut sembler, à première vue, étrange et artificiel d’accoler le nom du grand artiste à la révolution qu’il n’a manifestement pas comprise et dont il s’est manifestement détourné. On ne peut tout de même pas nommer miroir d’un phénomène ce qui, de toute évidence, ne le reflète pas de façon exacte. Mais notre révolution est un phénomène extrêmement complexe ; dans la masse de ses réalisateurs et de ses participants immédiats, il existe beaucoup d’éléments sociaux qui, eux aussi, ne comprenaient manifestement pas ce qui se passait et qui, de même, se détournaient des tâches historiques véritables qui leur étaient assignées par le cours des événements. Et si nous sommes en présence d’un artiste réellement grand, il a dû refléter dans ses œuvres quelques uns au moins des côtés essentiels de la révolution.

La presse russe légale, remplie d’articles, de lettres et de notices à l’occasion du 80e anniversaire de Tolstoï, s’intéresse fort peu à l’analyse de ses œuvres, du point de vue du caractère de la révolution russe et de ses forces motrices. Toute cette presse déborde jusqu’à l’écœurement d’hypocrisie, d’une double hypocrisie : officielle et libérale. La première est l’hypocrisie grossière des écrivassiers vénaux qui avaient, hier, ordre de traquer L. Tolstoï et, aujourd’hui, de rechercher en lui le patriote et de tâcher d’observer les convenances devant l’Europe. Que les écrivassiers de cette espèce soient payés pour leurs écrits, tout le monde le sait, et ils ne tromperont personne. Beaucoup plus raffinée et, par suite, beaucoup plus nuisible et dangereuse, est l’hypocrisie libérale. A écouter les Balalaïkine de la Riétch, leur sympathie pour Tolstoï est la plus complète et la plus chaude. En fait, cette déclamation calculée et ces phrases pompeuses sur « le grand chercheur de Dieu » ne sont que faussetés, car le libéral russe n’a ni foi dans le Dieu de Tolstoï, ni sympathie pour la critique de Tolstoï à l’égard du régime existant. Il s’accroche à un nom populaire pour augmenter son petit capital politique, pour jouer le rôle de chef de l’opposition nationale, il essaie d’étouffer sous le tonnerre et le fracas des phrases le besoin d’une réponse directe et claire à la question : d’où viennent les contradictions criantes du « tolstoïsme », quels défauts et quelles faiblesses de notre révolution reflètent-elles ?

Les contradictions dans les œuvres, les opinions et la doctrine de l’école de Tolstoï sont, en effet, criantes. D’une part, un artiste génial qui, non seulement, a peint des tableaux incomparables de la vie russe, mais qui a donné à la littérature mondiale des œuvres de premier ordre. D’autre part, un propriétaire foncier faisant l’innocent du village. D’une part, une protestation d’une énergie remarquable, directe et sincère contre l’hypocrisie et la fausseté sociales ; de l’autre, un « tolstoïen », c’est-à-dire cet être débile, usé, hystérique, dénommé l’intellectuel russe, qui, se frappant publiquement la poitrine, dit : « Je suis un méchant, je suis un vilain, mais je m’occupe d’autoperfectionnement moral ; je ne mange plus de viande et je me nourris maintenant de boulettes de riz. » D’une part, la critique impitoyable de l’exploitation capitaliste, la dénonciation des violences exercées par le gouvernement, de la comédie de la justice et de l’administration de l’Etat, la révélation de toute la profondeur des contradictions entre l’accroissement des richesses, les conquêtes de la civilisation, et l’accroissement de la misère, de la sauvagerie et des souffrances des masses ouvrières ; d’autre part, l’innocent qui prêche la « non-résistance au mal par la violence ». D’une part, le réalisme le plus lucide, l’arrachement de tous les masques quels qu’ils soient ; d’autre part, la prédication d’une des choses les plus ignobles qui puissent exister au monde, à savoir : la religion, la tendance à substituer aux popes fonctionnaires d’Etat des popes par conviction, c’est-à-dire une propagande en faveur du règne des popes sous sa forme la plus raffinée et, par suite, la plus abjecte. En vérité :

Tu es misérable, et tu es féconde,
Tu es puissante, et tu es sans forces,
Mère Russie !

Il est évident qu’avec de pareilles contradictions Tolstoï ne pouvait absolument pas comprendre le mouvement ouvrier et son rôle dans la lutte pour le socialisme, ni la révolution russe. Mais les contradictions dans les vues et les enseignements de Tolstoï ne sont pas l’effet du hasard, elles sont l’expression des conditions contradictoires dans lesquelles se déroulait la vie russe durant le dernier tiers du XIXe siècle. La campagne patriarcale qui venait seulement de se libérer du servage avait été livrée au Capital et au fisc pour être littéralement mise à sac. Les vieux fondements de l’économie paysanne et de la vie paysanne, qui s’étaient maintenus au cours des siècles, furent démolis avec une rapidité incroyable. Aussi faut-il juger les contradictions dans les opinions de Tolstoï, non du point de vue du mouvement ouvrier contemporain et du socialisme contemporain (un tel jugement est, certes, nécessaire, pourtant il ne suffit pas), mais du point de vue de la protestation contre le capitalisme en marche, contre la ruine des masses dépouillées de leurs terres, protestation qui devait venir de la campagne patriarcale russe. Tolstoï prête à rire en tant que prophète qui aurait découvert de nouvelles recettes pour le salut de l’humanité, – et c’est pourquoi ils sont vraiment pitoyables, les « tolstoïens », étrangers et russes, qui ont voulu transformer en dogme le côté justement le plus faible de sa doctrine. Tolstoï est grand comme interprète des idées et des états d’âme qui se sont formés chez les millions de paysans russes, à l’avènement de la révolution bourgeoise en Russie. Tolstoï est original, car l’ensemble de ses idées, prises en bloc, exprime justement les particularités de notre révolution, en tant que révolution bourgeoise paysanne. Les contradictions dans les idées de Tolstoï, de ce point de vue, sont un véritable miroir des conditions contradictoires dans lesquelles s’est déroulée l’activité historique de la paysannerie au cours de notre révolution. D’un côté, les siècles d’oppression servile et les dizaines d’années de ruine à marche forcée, consécutive à la réforme, avaient accumulé des montagnes de haine, de colère et de résolutions désespérées. Le désir de balayer d’une façon radicale et l’Eglise officielle et les grands propriétaires fonciers et le gouvernement de ces propriétaires fonciers, d’anéantir toutes les anciennes formes et coutumes de propriété foncière, de nettoyer la terre, de créer à la place de l’Etat policier de classe une communauté de petits paysans libres et égaux en droits, – ce désir traverse comme un fil rouge toute l’action historique des paysans dans notre révolution, et il n’est pas douteux que le contenu idéologique des écrits de Tolstoï correspond beaucoup plus à ce désir paysan qu’à l’ « anarchisme chrétien » abstrait, comme on définit parfois le « système » de ses idées.

D’un autre côté, la paysannerie, qui aspirait à de nouvelles formes de communauté, avait une attitude fort inconsciente, patriarcale, une attitude d’innocents de village à l’égard de ce que devait être cette communauté, des moyens de lutte par lesquels il lui fallait conquérir sa liberté, des chefs qu’elle pouvait avoir dans cette lutte, des sentiments de la bourgeoisie et des intellectuels bourgeois envers la révolution paysanne, des raisons qui rendaient nécessaires le renversement par la violence du pouvoir tsariste, afin d’anéantir la propriété foncière des hobereaux. Toute la vie passée de la paysannerie lui avait appris à haïr le seigneur et le fonctionnaire, mais ne lui avait pas appris et n’avait pu lui apprendre où chercher la réponse à toutes ces questions. Dans notre révolution, la minorité de la paysannerie a effectivement lutté, en s’organisant tant soit peu à cette fin, et une partie infime s’est levée, les armes à la main, pour exterminer ses ennemis, pour abattre les serviteurs du tsar et les défenseurs des grands propriétaires fonciers. La plus grande partie de la paysannerie pleurait et priait, ratiocinait et rêvait, écrivait des requêtes et envoyait des « solliciteurs », – tout à fait dans l’esprit de Léon Nicolaïévitch Tolstoï ! Et comme il arrive toujours dans des cas pareils, l’abstention tolstoïenne de toute politique, la renonciation tolstoïenne à la politique, l’absence d’intérêt et de compréhension pour elle ont fait qu’une minorité seulement a suivi le prolétariat conscient et révolutionnaire, et que la majorité est devenue la proie de ces intellectuels bourgeois serviles et sans principes, qui, sous le noms de cadets, couraient, de l’assemblée des troudoviks, faire antichambre chez Stolypine, mendiaient, marchandaient, conciliaient, promettaient de concilier, – jusqu’à ce qu’un soldat les chassât à coup de botte. Les idées de Tolstoï sont le miroir de la faiblesse, des insuffisances de notre insurrection paysanne, le reflet de l’apathie de la campagne patriarcale et de la lâcheté foncière du « moujik aisé ».

Prenez les insurrections de soldats en 1905-1906. La composition sociale de ces lutteurs de notre révolution c’est le milieu entre la paysannerie et le prolétariat. Ce dernier est en minorité ; c’est pourquoi le mouvement dans les troupes ne montre pas, même approximativement, cette cohésion nationale, cette conscience de parti que manifeste le prolétariat devenu, comme au signal d’un coup de baguette, social-démocrate. D’autre part, il n’est pas d’opinion plus erronée que celle qui attribue l’échec des insurrections de soldats à l’absence de dirigeants officiers. Au contraire, le progrès gigantesque de la révolution, depuis les temps de la Narodnaïa Volia, s’est manifesté justement dans le fait que c’est le « bétail obscur » qui a recouru aux armes contre ses supérieurs et dont l’indépendance a tellement fait peur aux propriétaires fonciers libéraux et aux officiers libéraux. Le soldat était rempli de sympathie pour la cause paysanne ; ses yeux s’allumaient au seul mot de terre. Plus d’une fois, le pouvoir passa, dans l’armée, aux mains de la masse des soldats – mais il n’y eut presque pas d’utilisation résolue de ce pouvoir ; les soldats hésitaient ; au bout de quelques jours, quelquefois au bout de quelques heures, après avoir tué quelque chef haï, ils rendaient la liberté aux autres, entraient en pourparlers avec les autorités et se laissaient ensuite fusiller, fouetter, se mettaient de nouveau sous le joug – tout à fait dans l’esprit de Léon Nicolaïévitch Tolstoï !

Tolstoï a reflété la haine accumulée, l’aspiration enfin mûre vers un avenir meilleur, le désir de s’affranchir du passé – et la non-maturité des rêveries, le manque d’éducation politique, l’apathie en face de la révolution. Les conditions historiques et économiques expliquent à la fois la nécessité de l’apparition de la lutte révolutionnaire des masses et leur manque de préparation pour cette lutte, la non-résistance tolstoïenne au mal, qui fut parmi les causes les plus sérieuses de la défaite de la première campagne révolutionnaire.

On dit que la défaite est une bonne école pour les armées. Sans doute, comparer les classes révolutionnaires à des armées n’est juste que dans un sens très limité. Le développement du capitalisme modifie et aggrave à chaque heure les conditions qui poussaient à la lutte révolutionnaire démocratique les millions de paysans, unis par la haine contre les propriétaires féodaux et leur gouvernement. Dans la paysannerie même, l’accroissement des échanges, de la domination du marché et du pouvoir de l’argent, éliminent de plus en plus les anciennes mœurs patriarcales et l’idéologie patriarcale tolstoïenne. Mais il est une conquête des premières années de la révolution et des premières défaites dans la lutte révolutionnaire des masses qui n’est pas douteuse : c’est le coup mortel porté à l’ancienne mollesse, à l’ancienne veulerie des masses. Les lignes de démarcation sont devenues plus tranchées. Les classes et les partis se sont délimités. Sous le marteau des leçons de Stolypine, grâce à l’agitation obstinée, organisée des social-démocrates révolutionnaires, non seulement le prolétariat socialiste, mais encore les masses démocratiques de la paysannerie pousseront inévitablement en avant des lutteurs toujours plus aguerris, de moins en moins capables de tomber dans notre péché historique du tolstoïsme !

Léon Tolstoï est mort. Son importance mondiale comme artiste, sa renommée mondiale de penseur et de prédicateur produisent, l’une et l’autre, chacune à sa manière, la portée mondiale de la révolution russe.

L.N. Tolstoï s’est fait connaître comme grand écrivain dès l’époque du servage. Dans une série d’œuvres géniales qu’il composa au cours de sa carrière littéraire de plus d’un demi-siècle, il peignit surtout la vieille Russie d’avant la révolution, demeurée, même après 1861, dans un état de demi-servitude, la Russie villageoise, la Russie du propriétaire foncier et du paysan. Décrivant cette période historique de la vie russe, L. Tolstoï a su poser dans ses écrits un si grand nombre d’immenses problèmes, il a su atteindre à une telle puissance artistique que ses œuvres ont pris place au premier rang de la littérature internationale. L’époque préparatoire de la révolution dans un des pays opprimés par les tenants du servage apparut, grâce à la peinture géniale de Tolstoï, comme un pas en avant dans le développement artistique de l’humanité tout entière.

Tolstoï artiste n’est connu que d’une infime minorité, même en Russie. Pour que ses œuvres grandioses puissent effectivement être mises à la portée de tous, il faut lutter et lutter encore contre l’ordre social qui a condamné des millions et des dizaines de millions d’hommes à l’ignorance, à l’hébétement, à un labeur de forçat et à la misère ; il faut la révolution socialiste.

Et Tolstoï n’a pas seulement créé des œuvres d’art que les masses apprécieront et liront toujours, quand, après avoir brisé le joug des grands propriétaires fonciers et des capitalistes, elles se seront créé des conditions humaines d’existence, – il a su rendre, avec une force remarquable, l’état d’esprit des grandes masses, opprimées par le régime actuel, décrire leur situation, exprimer leur sentiment spontané de protestation et de colère. Appartenant surtout à l’époque qui va de 1861 à 1904, Tolstoï a incarné dans ses œuvres, avec un relief extraordinaire – comme artiste, comme penseur et prédicateur – les traits historiques particuliers de la première révolution russe tout entière, sa force et sa faiblesse.

Un des principaux traits distinctifs de notre révolution, c’est qu’elle fut une révolution bourgeoise paysanne, à une époque où le capitalisme avait atteint un degré de développement extrêmement élevé dans le monde entier et relativement élevé en Russie. Ce fut une révolution bourgeoise, car elle avait pour tâche immédiate de renverser l’autocratie tsariste, la monarchie tsariste, et de détruire la propriété foncière des hobereaux, et non de renverser la domination de la bourgeoisie. La paysannerie, surtout, ne se rendait pas compte de ce qu’était cette dernière tâche, ni en quoi elle différait des objectifs plus proches et plus immédiats de la lutte. Ce fut aussi une révolution bourgeoise paysanne, car les conditions objectives avaient mis en avant le problème de la transformation des conditions fondamentales de la vie des paysans, de la destruction de l’ancien mode médiéval de propriété foncière, du « déblaiement du terrain » pour le capitalisme ; les conditions objectives poussèrent les masses paysannes dans l’arène d’une action historique plus ou moins indépendante.

Dans les œuvres de Tolstoï se sont exprimées et la force et la faiblesse, et la puissance et l’étroitesse précisément du mouvement paysan de masse. Sa protestation chaleureuse, passionnée, parfois impitoyablement acerbe, contre l’Etat et l’Eglise officielle policière, traduit les sentiments de la démocratie paysanne primitive, au sein de laquelle des siècles de servage, d’arbitraire et de brigandage administratifs, de jésuitisme ecclésiastique, de mensonges et d’escroqueries ont accumulé des montagnes de colère et de haine. Sa négation intransigeante de la propriété foncière privée traduit la mentalité de la masse paysanne à un moment historique où l’ancien mode médiéval de propriété foncière, des hobereaux, de la couronne et des « apanages », avait fini par former un obstacle intolérable au développement ultérieur du pays et devait, inéluctablement, être détruit de la manière la plus rigoureuse et la plus impitoyable. Sa dénonciation incessante du capitalisme, empreinte du sentiment le plus profond et de la plus véhémente indignation, exprime toute l’horreur du paysan patriarcal qui voit s’avancer sur lui un nouvel ennemi, invisible, inconcevable, venant sans doute de la ville ou de l’étranger, détruisant tous les « fondements » de la vie villageoise, apportant une ruine sans précédent, la misère, la mort par la famine, le retour à l’état sauvage, la prostitution, la syphilis – tous les fléaux de l’ « époque de l’accumulation primitive », aggravés au centuple par le transfert sur le sol russe des procédés les plus modernes de brigandage, élaborés par Monsieur Coupon.

Mais, en même temps, l’ardent protestataire, l’accusateur passionné, le grand critique, montra, dans ses œuvres, une incompréhension des causes de la crise qui fonçait sur la Russie et des moyens d’en sortir, digne tout au plus d’un naïf paysan patriarcal, mais non d’un écrivain de formation européenne. La lutte contre l’Etat féodal et policier, contre la monarchie, se réduisit, chez lui, à nier la politique, conduisit à l’enseignement de la « non-résistance au mal », aboutit à l’écarter complètement de la lutte révolutionnaire des masses en 1905-1907. La lutte contre l’Eglise officielle s’accompagna de la prédication d’une religion nouvelle, épurée, c’est-à-dire d’un nouveau poison épuré, raffiné, à l’usage des masses opprimées. La négation de la propriété foncière privée conduisit, non pas à concentrer toute la lutte contre l’ennemi véritable, la propriété foncière des hobereaux et son instrument de domination politique, la monarchie, mais à des soupirs rêveurs, vagues et impuissants. La dénonciation du capitalisme et des fléaux qu’il apporte aux masses s’accompagna d’une attitude absolument apathique à l’égard de la lutte libératrice mondiale que mène le prolétariat socialiste international.

Les contradictions dans les vues de Tolstoï ne sont pas celles de sa pensée strictement personnelle ; elles sont le reflet des conditions et des influences sociales, des traditions historiques, au plus haut point complexes et contradictoires, qui ont déterminé la psychologie des différentes classes et des différentes couches de la société russe à l’époque postérieure à la réforme, mais antérieure à la révolution.

Aussi n’est-il possible de porter un jugement exact sur Tolstoï qu’en se plaçant au point de vue de la classe qui, par son rôle politique et sa lutte lors du premier règlement de ces contradictions, lors de la révolution, a prouvé sa vocation de chef dans le combat pour la liberté du peuple et pour l’affranchissement des masses exploitées, prouvé son attachement indéfectible à la cause de la démocratie et ses capacités de lutte contre l’étroitesse et l’inconséquence de la démocratie bourgeoise (y compris la démocratie paysanne) ; ce jugement n’est possible que du point de vue du prolétariat social-démocrate.

Voyez le jugement que portent sur Tolstoï les journaux du gouvernement. Ils versent des larmes de crocodile, protestant de leur respect à l’égard du « grand écrivain », et défendant en même temps le « saint »-synode. Or, les saints-pères viennent de perpétrer une vilénie, particulièrement abjecte, en dépêchant des popes auprès du moribond, afin de rouler le peuple et de dire que Tolstoï s’est « repenti ». Le saint-synode a excommunié Tolstoï. Tant mieux. Il lui sera tenu compte de cet exploit à l’heure où le peuple règlera ses comptes avec les fonctionnaires en soutane, les gendarmes en Jésus-Christ, les sinistres inquisiteurs qui ont encouragé les pogroms antijuifs et les autres exploits de la bande tsariste des Cent-Noirs.

Voyez le jugement que portent sur Tolstoï les journaux libéraux. Ils s’en tirent avec ces phrases creuses, ces poncifs libéraux, ces lieux communs universitaires sur la « voix de l’humanité civilisée », l’ « écho mondial unanime », les « idées de la vérité, du bien », etc., pour lesquelles Tolstoï avait si fort – et si justement – stigmatisé la science bourgeoise. Ils ne peuvent pas exprimer clairement et franchement leur point de vue sur les opinions de Tolstoï concernant l’Etat, l’Eglise, la propriété foncière privée, le capitalisme – non parce que la censure les en empêche ; au contraire, la censure leur permet de se tirer d’embarras ! – mais parce que chaque affirmation dans la critique faite par Tolstoï est une gifle administrée au libéralisme bourgeois ; – parce que le seul énoncé intrépide, franc, d’une âpreté implacable, des problèmes les plus douloureux, les plus maudits de notre temps, porte un coup droit aux phrases stéréotypées, aux girouettes banales, aux mensonges « civilisés » évasifs de notre presse libérale (et libérale populiste). Les libéraux sont tout feu tout flamme pour Tolstoï, contre le synode – et, en même temps, ils sont pour… les viékhistes, avec lesquels « on peut discuter », mais avec qui « on doit » s’accommoder au sein d’un même Parti, « on doit » travailler ensemble en littérature et en politique. Or, les viékhistes reçoivent les embrassades d’Antonius Volynski.

Les libéraux mettent en avant que Tolstoï a été « une grande conscience ». N’est-ce pas là une phrase creuse que répètent sur tous les modes le Novoïé Vrémia et tous ses pareils ? N’est-ce pas là une échappatoire aux problèmes concrets de la démocratie et du socialisme, posés par Tolstoï ? Cela ne met-il pas au premier plan ce qui, en Tolstoï, exprime ses préjugés et non sa raison, ce qui, en lui, appartient au passé et non à l’avenir, à sa négation de la politique et à sa prédication d’autoperfectionnement moral, et non à sa protestation véhémente contre toute domination de classe ?

Tolstoï est mort, et la Russie d’avant la révolution a sombré dans le passé, la Russie dont la faiblesse et l’impuissance se sont exprimées dans la philosophie, ont été dépeintes dans les œuvres du génial artiste. Mais il y a, dans son héritage, ce qui ne sombre pas dans le passé, ce qui appartient à l’avenir. Cet héritage, le prolétariat russe le recueille, et il l’étudie. Il expliquera aux masses des travailleurs et des exploités le sens de la critique tolstoïenne de l’Etat, de l’Eglise, de la propriété foncière privée, – non pour que les masses se bornent à leur autoperfectionnement et à des soupirs en invoquant une vie selon Dieu, mais pour qu’elles se lèvent pour porter un nouveau coup à la monarchie tsariste et à la propriété foncière qui, en 1905, n’ont été que légèrement entamées et qu’il faut anéantir. Il expliquera aux masses la critique du capitalisme faite par Tolstoï, non pour que les masses se bornent à maudire le Capital et le pouvoir de l’argent, mais pour qu’elles apprennent à s’appuyer, à chaque pas de leur vie et de leur lutte, sur les conquêtes techniques et sociales du capitalisme, pour qu’elles apprennent à se fondre en une seule armée de millions de combattants socialistes, qui renverseront le capitalisme et créeront une société nouvelle sans misère du peuple, sans exploitation de l’homme par l’homme.

(Transcription Vincent Berthelier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *