Cahiers marxistes-léninistes – n°12/13 (V)

Document 1

A PROPOS DU MARXISME EN LINGUISTIQUE

Joseph STALINE

Un groupe de jeunes camarades m’a prié d’exposer dans la presse mon opinion sur les problèmes de linguistique, et spécialement dans la partie qui concerne le marxisme en linguistique. N’étant pas linguiste, je ne puis naturellement pas donner pleine satisfaction aux camarades. Quant au marxisme en linguistique, comme dans les autres sciences sociales, c’est une question dont je peux parler en connaissance de cause. Voilà pourquoi j’ai consenti à répondre à quelques questions posées par des camarades.

Question. – Est-il vrai que la langue est une superstructure par-dessus une base ?

Réponse. – Non, c’est faux.

La base est le régime économique de la société dans une étape donnée de son développement. La superstructure, ce sont les vues politiques, juridiques, religieuses, artistiques, philosophiques de la société et les institutions politiques, juridiques et autres qui leur correspondent.

Toute base a sa propre superstructure, qui lui correspond. La base du régime féodal a sa superstructure, ses vues politiques, juridiques et autres, avec les institutions qui leur correspondent ; la base capitaliste a sa superstructure à elle, et la base socialiste, la sienne. Lorsque la base est modifiée ou liquidée, sa superstructure est, à sa suite, modifiée ou liquidée ; et lorsqu’une base nouvelle prend naissance, à sa suite prend naissance une superstructure qui lui correspond.

La langue à cet égard diffère radicalement de la superstructure. Prenons, par exemple, la société russe et la langue russe. Au cours des trente dernières années l’ancienne base, la base capitaliste, a été liquidée en Russie et il a été construit une base nouvelle, socialiste. En conséquence, la superstructure de la base capitaliste a été liquidée et il a été créé une nouvelle superstructure correspondant à la base socialiste. Aux anciennes institutions politiques, juridiques et autres se sont donc substituées des institutions nouvelles, socialistes. Cependant la langue russe est demeurée, pour l’essentiel, ce qu’elle était avant la Révolution d’Octobre.

Qu’y a-t-il de changé depuis lors dans la langue russe ? Le lexique de la langue russe a changé en une certaine mesure ; il a changé dans ce sens qu’il s’est enrichi d’un nombre considérable de mots nouveaux et d’expressions nouvelles qui ont surgi avec l’apparition de la nouvelle production socialiste, avec l’apparition d’un nouvel Etat, d’une nouvelle culture socialiste, d’un nouveau milieu social, d’une nouvelle morale et, enfin, grâce au progrès de la technique et de la science ; quantité de mots et d’expressions ont changé de sens et acquis une signification nouvelle, un certain nombre de mots surannés ont disparu du vocabulaire. En ce qui concerne le fonds essentiel du lexique et le système grammatical de la langue russe, qui en constituent le fondement, loin d’avoir été liquidés et remplacés, après la liquidation de la base capitaliste, par un nouveau fonds essentiel du lexique et un nouveau système grammatical de la langue, ils se sont au contraire conservés intacts et ont survécu sans aucune modification un peu sérieuse ; ils se sont conservés précisément comme fondement de la langue russe d’aujourd’hui.

Poursuivons. La superstructure est engendrée par la base, mais cela ne veut point dire qu’elle se borne à refléter la base, qu’elle soit passive, neutre, qu’elle se montre indifférente au sort de sa base, au sort des classes, au caractère du régime. Au contraire, une fois venue au monde, elle devient une immense force active, elle aide activement sa base à se cristalliser et à s’affermir ; elle prend toutes mesures pour aider le nouveau régime à achever la destruction de la vieille base et des vieilles classes, et à les liquider.

Il ne saurait en être autrement. La superstructure est justement engendrée par la base pour servir celle-ci, pour l’aider activement à se cristalliser et à s’affermir, pour lutter activement en vue de liquider la vieille base périmée avec sa vieille superstructure. Il suffit que la superstructure se refuse à jouer ce rôle d’outil, il suffit qu’elle passe de la position de défense active de sa base à une attitude indifférente à son égard, à une attitude identique envers les classes, pour qu’elle perde sa qualité et cesse d’être une superstructure.

La langue à cet égard diffère radicalement de la superstructure. La langue n’est pas engendrée par telle ou telle base vieille ou nouvelle, au sein d’une société donnée ; elle l’est par toute la marche de l’histoire de la société et de l’histoire des bases au cours des siècles. Elle n’est pas l’œuvre d’une classe quelconque, mais de toute la société, de toutes les classes de la société, des efforts accomplis par des centaines de génération. Elle est créée pour donner satisfaction aux besoins non pas d’une classe quelconque, mais de toute la société, de toutes les classes de la société. C’est pour cette raison précisément qu’elle est créée en tant que langue du peuple tout entier, unique pour la société et commune à tous les membres de la société. Par suite, le rôle d’outil que joue la langue comme moyen de communication entre les hommes ne consiste pas à servir une classe au détriment des autres, mais à servir indifféremment toute la société, toutes les classes de la société. C’est là précisément la raison pour laquelle la langue peut servir l’ancien régime agonisant aussi bien que le nouveau régime ascendant ; l’ancienne base aussi bien que la nouvelle, les exploiteurs aussi bien que les exploités.

Ce n’est un secret pour personne que la langue russe a aussi bien servi le capitalisme russe et la culture bourgeoise russe avant la Révolution d’Octobre, qu’elle sert actuellement le régime socialiste et la culture socialiste de la société russe.

Il faut en dire autant des langues ukrainienne, biélorusse, ouzbèque, kazakhe, géorgienne, arménienne, estonienne, lettonne, lituanienne, moldave, tatare, azerbaïdjanaise, bachkire, turkmène et autres langues des nations soviétiques, qui ont aussi bien servi l’ancien régime bourgeois de ces nations qu’elles servent le régime nouveau, socialiste.

Il ne saurait en être autrement. La langue existe précisément, elle s’est précisément constituée pour servir la société comme un tout, en tant que moyen de communication entre les hommes, pour être commune aux membres de la société et unique pour la société, pour servir au même titre les membres de la société indépendamment de la classe à laquelle ils appartiennent. Il suffit que la langue quitte cette position d’instrument commun à tout le peuple, il suffit qu’elle prenne une position tendant à préférer, à soutenir un groupe social quelconque au détriment des autres groupes sociaux, pour qu’elle perde sa qualité, pour qu’elle cesse d’être un moyen de communication entre les hommes dans la société, pour qu’elle devienne le jargon d’un groupe social quelconque, pour qu’elle déchoie et se voue à la disparition.

Sous ce rapport, la langue qui diffère en principe de la superstructure, ne se distingue cependant pas des instruments de production, par exemple, des machines qui, indifférentes à l’égard des classes comme l’est la langue, peuvent servir également le régime capitaliste et le régime socialiste.

Ensuite, la superstructure est le produit d’une époque au cours de laquelle vit et agit une base économique donnée. C’est pourquoi la vie de la superstructure n’est pas d’une longue durée ; elle est liquidée et disparaît avec la liquidation et la disparition de la base donnée.

La langue, au contraire, est le produit de toute une série d’époques au cours desquelles elle se cristallise, s’enrichit, se développe et s’affine. C’est pourquoi la vie d’une langue est infiniment plus longue que celle d’une base quelconque, que celle d’une superstructure quelconque. C’est ce qui explique proprement que la naissance et la liquidation non seulement d’une base et de sa superstructure, mais de plusieurs bases et des superstructures qui leur correspondent, ne conduisent pas dans l’histoire à la liquidation d’une langue donnée, à la liquidation de sa structure et à la naissance d’une langue nouvelle avec un nouveau lexique et un nouveau système grammatical.

Plus de cent ans se sont écoulés depuis la mort de Pouchkine. Durant ce temps, les régimes féodal et capitaliste furent liquidés en Russie, et il en a surgi un troisième, le régime socialiste. Par conséquent, deux bases avec leurs superstructures ont été liquidées, et il en est apparu une nouvelle, la base socialiste avec sa nouvelle superstructure. Mais si l’on prend par exemple la langue russe, on constate que, pendant ce long intervalle de temps, elle n’a subi aucune refonte et que, par sa structure, la langue russe de nos jours diffère peu de celle de Pouchkine.

Qu’y a-t-il eu de changé pendant ce temps dans la langue russe ? Le lexique de la langue russe s’est, pendant ce temps, notablement enrichi ; un grand nombre de mots surannés ont disparu du lexique ; le sens d’une quantité importante de mots s’est modifié ; le système grammatical de la langue s’est amélioré. En ce qui concerne la structure de la langue de Pouchkine avec son système grammatical et le fonds essentiel de son lexique, elle s’est conservée dans ses grandes lignes comme fondement de la langue russe d’aujourd’hui.

Cela se conçoit fort bien. En effet, pourquoi serait-il nécessaire qu’après chaque bouleversement la structure existante de la langue, son système grammatical et le fonds essentiel de son lexique soient anéantis et remplacés par de nouveaux, comme cela a lieu ordinairement pour la superstructure ? A qui cela profiterait-il que « eau », « terre », « montagne », « forêt », « poisson », « homme », « aller », « faire », « produire », « commercer », etc., ne s’appellent plus eau, terre, montagne, etc., mais d’une autre façon ? A qui cela profiterait-il que les changements des mots dans la langue et la combinaison des mots dans la proposition aient lieu non pas d’après la grammaire existante, mais d’après une grammaire tout autre ? Quelle utilité la révolution retirerait-elle de ce bouleversement dans la langue ? L’histoire en général ne fait rien d’essentiel sans que la nécessité s’en impose tout spécialement. On se demande quelle serait la nécessité de ce bouleversement linguistique, lorsqu’il a été prouvé que la langue existante avec sa structure est, dans ses grandes lignes, parfaitement apte à satisfaire aux besoins du nouveau régime ? On peut, on doit détruire la vieille superstructure et lui en substituer une nouvelle en quelques années, afin de donner libre cours au développement des forces productives de la société, mais comment détruire la langue existante et fonder à sa place une langue nouvelle en quelques années, sans apporter l’anarchie dans la vie sociale, sans créer la menace d’une désagrégation de la société ? Qui donc, sinon les Don Quichotte, pourraient s’assigner une tâche pareille ?

Enfin, encore une différence radicale entre la superstructure et la langue. La superstructure n’est pas liée directement à la production, à l’activité productive de l’homme. Elle n’est liée à la production que de façon indirecte, par l’intermédiaire de l’économie, par l’intermédiaire de la base. Aussi la superstructure reflète-t-elle les changements relatifs au niveau du développement des forces productives non d’une façon immédiate ni directe, mais à la suite des changements dans la base, par réfraction des changements de la production dans les changements de la base. C’est dire que la sphère d’action de la superstructure est étroite et limitée.

La langue, au contraire, est liée à l’activité productive de l’homme directement, et pas seulement à l’activité productive, mais à toute autre activité de l’homme dans toutes les sphères de son travail depuis la production jusqu’à la base, depuis la base jusqu’à la superstructure. C’est pourquoi la langue reflète les changements dans la production d’une façon immédiate et directe, sans attendre les changements dans la base. C’est pourquoi la sphère d’action de la langue, qui embrasse tous les domaines de l’activité de l’homme, est beaucoup plus large et plus variée que la sphère d’action de la superstructure. Bien plus, elle est presque illimitée.

C’est ce qui explique avant tout la raison pour laquelle la langue, son lexique proprement dit, est dans un état de changement à peu près ininterrompu. La croissance ininterrompue de l’industrie et de l’agriculture, du commerce et des transports, de la technique et de la science exige de la langue qu’elle enrichisse son lexique de nouveaux mots et de nouvelles expressions nécessaires à leur travail. Et la langue qui reflète directement ces besoins enrichit son lexique de nouveaux mots, perfectionne son système grammatical.

Ainsi :

  1. a) un marxiste ne peut considérer la langue comme une superstructure par-dessus une base ;
  2. b) confondre la langue avec une superstructure, c’est commettre une grave erreur.

Question. – Est-il vrai que la langue a toujours porté et porte un caractère de classe, qu’il n’existe pas de langue commune et unique pour la société, langue dépourvue d’un caractère de classe, mais appartenant au peuple tout entier ?

Réponse. – Non, c’est faux.

Il n’est pas difficile de comprendre que dans une société sans classes il ne saurait être question d’une langue de classe. Le régime de la communauté primitive, le régime des clans, ignorait les classes et, par conséquent, il ne pouvait y avoir de langue de classe ; la langue y était commune, unique pour toute la collectivité. L’objection suivant laquelle il faut entendre par classe toute collectivité humaine, y compris celle de la communauté primitive, n’est pas une objection, mais un jeu de mots qui ne mérite pas d’être réfuté.

En ce qui concerne le développement ultérieur à partir des langues de clans jusqu’aux langues de tribus, à partir des langues de tribus jusqu’aux langues de nationalités, et à partir des langues de nationalités jusqu’aux langues nationales, – partout, à toutes les phases du développement, la langue comme moyen de communication entre les hommes dans la société a été unique et commune dans la société, a servi au même titre les membres de la société indépendamment de leur condition sociale.

Il ne s’agit pas ici des empires des périodes d’esclavage ou médiéval, par exemple, de l’empire du [sic] Cyrus et d’Alexandre le Grand, ou de l’empire de César et de Charlemagne, qui étaient dépourvus d’une base économique propre et représentaient des formations militaires et administratives éphémères et peu solides. Ces empires n’avaient ni ne pouvaient avoir de langue unique pour l’empire et intelligible pour tous les membres de ce dernier. Ils représentaient un conglomérat de tribus et de nationalités qui vivaient de leur propre vie et possédaient leurs propres langues. Il ne s’agit donc pas de ces empires et d’autres semblables, mais des tribus et des nationalités qui faisaient partie de l’empire, possédaient une base économique propre et avaient des langues formées d’ancienne date. L’histoire nous apprend que les langues de ces tribus et nationalités ne portaient pas un caractère de classe, mais étaient des langues communes aux populations, aux tribus et aux nationalités et accessibles à leur entendement.

Certes, il existait parallèlement des dialectes, des parlers locaux, mais la langue unique et commune de la tribu ou de la nationalité prévalait sur ces parlers et se les subordonnait.

Par la suite, avec l’apparition du capitalisme, avec la liquidation du morcellement féodal et la formation d’un marché national, les nationalités se développèrent en nations et les langues des nationalités en langues nationales. L’histoire nous apprend qu’une langue nationale n’est pas une langue de classe, mais une langue commune à l’ensemble du peuple, commune aux membres de la nation et unique pour la nation.

Il a été dit plus haut que la langue comme moyen de communication entre les hommes dans la société sert également toutes les classes de la société et manifeste à cet égard une sorte d’indifférence pour les classes. Mais les hommes, les divers groupes sociaux et les classes sont loin d’être indifférents pour la langue. Ils s’attachent à l’utiliser dans leur intérêt, à lui imposer leur propre lexique, leurs termes particuliers et leurs expressions particulières. Sous ce rapport, se distinguent particulièrement les couches supérieures des classes possédantes qui se sont détachées du peuple et qui le haïssent : l’aristocratie nobiliaire et les couches supérieures de la bourgeoisie. Il se forme des dialectes et jargons « de classe », des « langues » de salon. En littérature, ces dialectes et jargons sont souvent qualifiés à tort de langues : la « langue noble », la « langue bourgeoise », à l’opposé de la « langue prolétarienne », de la « langue paysanne ». C’est pour cette raison que certains de nos camarades, si étrange que cela puisse paraître, en arrivent à conclure que la langue nationale est une fiction, qu’il n’existe en réalité que des langues de classe.

Je pense qu’il n’y a rien de plus erroné que cette conclusion. Peut-on regarder ces dialectes et ces jargons comme des langues ? Non, c’est impossible. Impossible, d’abord, parce que ces dialectes et ces jargons n’ont pas leur propre système grammatical, ni leur fonds lexique [sic] essentiel, – ils les empruntent à la langue nationale. Impossible ensuite, parce que les dialectes et les jargons ont une sphère étroite de circulation parmi les couches supérieures de telle ou telle classe, et ne conviennent nullement comme moyen de communication entre les hommes, pour la société dans son ensemble. Qu’est-ce qu’on y trouve donc ? On y trouve un choix de mots spécifiques qui reflètent les goûts spécifiques de l’aristocratie ou des couches supérieures de la bourgeoisie ; un certain nombre d’expressions et de tournures qui se distinguent par leur raffinement et leur galanterie, et qui sont exemptes des expressions et tournures « grossières » de la langue nationale ; on y trouve enfin un certain nombre de mots étrangers. L’essentiel cependant, c’est-à-dire l’immense majorité des mots et le système grammatical, est emprunté à la langue nationale, à la langue du peuple entier. Par conséquent, les dialectes et les jargons constituent des rameaux de la langue nationale commune à tout le peuple, sont privés de toute indépendance linguistique et condamnés à végéter. Penser que dialectes et jargons puissent devenir des langues distinctes, capables d’évincer et de remplacer la langue nationale, c’est perdre la perspective historique et abandonner les positions du marxisme.

On se réfère à Marx, on cite un passage de son article « Saint Max », où il est dit que le bourgeois a « sa langue », que cette langue « est le produit de la bourgeoisie », qu’elle est pénétrée de l’esprit de mercantilisme et des intérêts d’achat et de vente. Certains camarades veulent démontrer par cette citation que Marx était soi-disant pour le « caractère de classe » de la langue, qu’il niait l’existence d’une langue nationale unique. Si ces camarades avaient fait preuve d’objectivité dans cette question, ils auraient dû citer encore un autre passage du même article « Saint Max », où Marx traitant des voies de formation d’une langue nationale unique, parle de « la concentration des dialectes en une langue nationale unique, conditionnée par la concentration économique et politique ».

Par conséquent, Marx reconnaissait la nécessité d’une langue nationale unique, en tant que forme supérieure à laquelle sont subordonnés les dialectes en tant que formes inférieures.

Dès lors, qu’est-ce donc que la langue du bourgeois, qui, d’après Marx, « est un produit de la bourgeoisie ». Marx la considérait-il comme une langue telle que la langue nationale avec sa structure linguistique spéciale ? Pouvait-il la considérer comme une telle langue ? Evidemment non ! Marx voulait dire simplement que les bourgeois avaient souillé la langue nationale unique de leur lexique de mercantis, que les bourgeois avaient donc leur jargon de mercantis.

Il s’ensuit que ces camarades ont déformé la position de Marx. Et ils l’ont déformée parce qu’ils ont cité Marx non en marxistes, mais en scolastiques, sans aller au fond des choses.

On se réfère à Engels, on cite de sa brochure, La situation des classes laborieuses en Angleterre les passages où il dit que « … la classe ouvrière anglaise est devenue à la longue un peuple tout autre que la bourgeoisie anglaise » ; que « les ouvriers parlent un autre dialecte, ils ont d’autres idées et d’autres conceptions, d’autres mœurs et d’autres principes moraux, une autre religion et une autre politique que la bourgeoisie ». Forts de cette citation, certains camarades en viennent à conclure qu’Engels a nié la nécessité d’une langue nationale commune à tout le peuple, qu’il était par conséquent, pour le « caractère de classe » de la langue. Engels, il est vrai, ne parle pas ici de la langue, mais du dialecte ; il comprend fort bien que le dialecte en tant que rameau de la langue nationale ne peut remplacer celle-ci. Mais ces camarades, visiblement, ne se montrent guère sensibles à la différence existant entre la langue et le dialecte…

Il est évident que la citation n’est pas à sa place, car Engels ne parle pas ici des « langues de classe », mais principalement des idées, des conceptions, des mœurs, des principes moraux, de la religion, de la politique de classe. Il est tout à fait juste que les idées, les conceptions, les mœurs, les principes moraux, la religion et la politique sont directement opposés chez les bourgeois et les prolétaires. Mais que vient faire ici la langue nationale ou le « caractère de classe » de la langue ? Est-ce que l’existence des contradictions de classe dans la société peut servir d’argument en faveur du « caractère de classe » de la langue ou contre la nécessité d’une langue nationale unique ? Le marxisme dit que la communauté de la langue est un des indices les plus importants de la nation, tout en sachant parfaitement qu’il y a des contradictions de classe à l’intérieur de la nation. Les camarades susnommés reconnaissent-ils cette thèse marxiste ?

On se réfère à Lafargue en rappelant que dans sa brochure La langue française avant et après la Révolution il reconnaît le « caractère de classe » de la langue et qu’il nie soi-disant la nécessité d’une langue nationale commune à tout le peuple. C’est faux. Lafargue parle effectivement de la langue « noble » ou « aristocratique » et des « jargons » des diverses couches de la société. Mais ces camarades oublient que Lafargue, sans s’intéresser à la différence existant entre la langue et le jargon, et tout en qualifiant les dialectes soit de « langue artificielle », soit de « jargon », déclare explicitement dans sa brochure que la « langue artificielle qui distinguait l’aristocratie… était extraite de la vulgaire, parlée par le bourgeois et l’artisan, la ville et la campagne. ».

Lafargue reconnaît donc l’existence et la nécessité d’une langue commune à tout le peuple, comprenant fort bien le caractère subordonné et la dépendance de la « langue aristocratique » et des autres dialectes et jargons par rapport à la langue commune à tout le peuple.

Il s’ensuit que la référence à Lafargue manque son but.

On rappelle le fait qu’à une époque donnée, en Angleterre, les féodaux anglais ont parlé le français « durant des siècles », alors que le peuple anglais parlait la langue anglaise, et que ce fait serait un argument en faveur du « caractère de classe » de la langue et contre la nécessité d’une langue commune à tout le peuple. Mais ce n’est point là un argument, c’est plutôt une anecdote. Premièrement, à cette époque tous les féodaux ne parlaient pas le français, mais seulement un nombre insignifiant de grands féodaux anglais à la cour du roi et dans les comtés. Deuxièmement, ils ne parlaient pas une « langue de classe » quelconque, mais la langue française ordinaire, la langue commune à tout le peuple. Troisièmement, on sait que cet engouement de ceux qui s’amusaient à parler la langue française a disparu ensuite sans laisser de trace, faisant place à la langue anglaise commune à tout le peuple. Ces camarades pensent-ils que les féodaux anglais et le peuple anglais se sont « durant des siècles » expliqués au moyen d’interprètes, que les féodaux anglais ne se servaient pas de la langue anglaise, que la langue anglaise commune à tout le peuple n’existait pas alors, que la langue française était alors en Angleterre quelque chose de plus qu’une langue de salon, uniquement employée dans le cercle étroit de la haute aristocratie anglaise ? Comment peut-on, sur la base de tels « arguments » anecdotiques, nier l’existence et la nécessité d’une langue commune à tout le peuple ?

Les aristocrates russes se sont également amusés un certain temps à parler français à la cour des tsars et dans les salons. Ils se vantaient qu’en parlant le russe ils bégayaient en français, et qu’ils ne savaient parler le russe qu’avec un accent français. Est-ce à dire qu’il n’existait par [sic] alors en Russie une langue russe commune à tout le peuple, que la langue commune au peuple entier était une fiction, et les « langues de classe » une réalité ?

Nos camarades commettent ici, pour le moins, deux erreurs.

La première est qu’ils confondent la langue avec la superstructure. Ils pensent que si la superstructure a un caractère de classe, la langue de même ne doit pas être commune à tout le peuple, mais doit porter un caractère de classe. J’ai déjà dit plus haut que la langue et la superstructure sont deux notions différentes, et qu’il n’est pas permis à un marxiste de les confondre.

La seconde erreur est que ces camarades conçoivent l’opposition des intérêts de la bourgeoisie et du prolétariat, leur lutte de classes acharnée, comme une désagrégation de la société, comme une rupture de tous les liens entre les classes hostiles. Ils estiment que, puisque la société s’est désagrégée et qu’il n’existe plus de société unique, mais seulement des classes, il n’est plus besoin d’une langue unique pour la société, il n’est plus besoin d’une langue nationale. Que reste-t-il donc si la société s’est désagrégée et s’il n’y a plus de langue nationale, commune à tout le peuple ? Restent les classes et les « langues de classe ». Il va de soi que chaque « langue de classe » aura sa grammaire « de classe », grammaire « prolétarienne », grammaire « bourgeoise ». Il est vrai que ces grammaires n’existent pas en réalité ; mais cela n’embarrasse guère ces camarades : ils sont persuadés que ces grammaires verront le jour.

Il y avait chez nous, à un moment donné, des « marxistes » qui prétendaient que les chemins de fer restés dans notre pays après la Révolution d’Octobre étaient des chemins de fer bourgeois ; qu’il ne nous seyait pas, à nous marxistes, de nous en servir ; qu’il fallait les démonter et en construire de nouveaux, des chemins de fer « prolétariens ». Ce qui leur valut le nom de « troglodytes »…

Il va de soi que ces vues d’anarchisme primitives sur la société, sur les classes, sur la langue, n’ont rien de commun avec le marxisme. Mais elles existent incontestablement et continuent d’habiter les cerveaux de certains de nos camarades désorientés.

Sans doute est-il faux que, par suite de la lutte de classes acharnée la société se soit désagrégée en classes qui, économiquement ne sont plus liées les unes aux autres au sein d’une société unique. Au contraire, aussi longtemps que le capitalisme existe, bourgeois et prolétaires seront attachés ensemble par tous les liens de la vie économique, en tant que parties constitutives d’une société capitaliste unique. Les bourgeois ne peuvent vivre et s’enrichir s’ils n’ont pas à leur disposition des ouvriers salariés ; les prolétaires ne peuvent subsister s’ils ne s’embauchent pas chez les capitalistes. La rupture de tous liens économiques entre eux signifie la cessation de toute production ; or, la cessation de toute production conduit à la mort de la société, à la mort des classes elles-mêmes. On conçoit qu’aucune classe ne veuille se vouer à la destruction. C’est pourquoi la lutte de classes, si aigüe soit-elle, ne peut conduire à la désagrégation de la société. Seules l’ignorance des questions du marxisme et l’incompréhension totale de la nature de la langue ont pu suggérer à certains de nos camarades la fable sur la désagrégation de la société, sur les langues « de classe », sur les grammaires « de classe ».

On se réfère ensuite à Lénine, et l’on rappelle que Lénine reconnaissait l’existence en régime capitaliste de deux cultures, bourgeoise et prolétarienne ; que le mot d’ordre de culture nationale, sous le capitalisme, est un mot d’ordre nationaliste. Tout cela est juste, et Lénine sur ce point a tout à fait raison. Mais que vient faire ici le « caractère de classe » de la langue ? En invoquant les paroles de Lénine sur les deux cultures en régime capitaliste, ces camarades veulent apparemment donner à entendre au lecteur que l’existence dans la société de deux cultures, bourgeoise et prolétarienne, signifie qu’il doit y avoir également deux langues, la langue étant liée à la culture ; c’est dire que Lénine nie la nécessité d’une langue nationale unique, c’est dire que Lénine est pour les langues « de classe ». L’erreur de ces camarades consiste ici à identifier et à confondre la langue avec la culture. Or la culture et la langue sont deux choses différentes. La culture peut être bourgeoise ou socialiste, tandis que la langue, comme moyen de communication entre les hommes, est toujours commune à tout le peuple, elle peut servir et la culture bourgeoise et la culture socialiste. N’est-ce pas un fait que les langues russe, ukrainienne, ouzbèque servent actuellement la culture socialiste de ces nations, tout aussi bien qu’elles servaient leurs cultures bourgeoises avant la Révolution d’Octobre ? Par conséquent, ces camarades se trompent gravement en affirmant que l’existence de deux cultures différentes mène à la formation de deux langues différentes et à la négation de la nécessité d’une langue unique.

En parlant de deux cultures, Lénine partait justement de cette thèse que l’existence de deux cultures ne peut conduire à la négation d’une langue unique et à la formation de deux langues ; que la langue doit être unique. Lorsque les bundistes accusèrent Lénine de nier la nécessité d’une langue nationale et de regarder la culture comme étant « sans appartenance nationale », Lénine, on le sait, protesta vivement contre cette accusation et déclara qu’il combattait la culture bourgeoise et non la langue nationale dont il considérait la nécessité comme incontestable. Il est étrange de voir certains de nos camarades marcher sur les traces des bundistes.

En ce qui concerne la langue unique, dont Lénine aurait soi-disant nié la nécessité, il conviendrait d’entendre les paroles suivantes de Lénine :

« La langue est un moyen de communication très important entre les hommes ; l’unité de la langue et son développement sans entraves sont une des conditions les plus importantes des échanges commerciaux réellement libres et larges, correspondant au capitalisme contemporain, ainsi que du libre et large groupement de la population dans les différentes classes. »

Il s’ensuit donc que nos honorables camarades ont déformé les vues de Lénine.

On se réfère enfin à Staline. On cite de Staline un passage disant que « la bourgeoisie et ses partis nationalistes ont été et restent, au cours de cette période, la principale force dirigeante de ces nations. » Tout cela est juste. La bourgeoisie et son parti nationaliste dirigent effectivement la culture bourgeoise, de même que le prolétariat et son parti internationaliste dirigent la culture prolétarienne. Mais que vient faire ici le « caractère de classe » de la langue ? Ces camarades ne savent-ils pas que la langue nationale est une forme de la culture nationale ; que la langue nationale peut servir la culture bourgeoise comme la culture socialiste ? Est-ce que nos camarades ignoreraient la formule bien connue des marxistes, suivant laquelle les cultures actuelles russe, ukrainienne, biélorusse et autres sont socialistes par le contenu et nationales par la forme, c’est-à-dire par la langue ? Sont-ils d’accord avec cette formule marxiste ?

L’erreur de nos camarades est qu’ils ne voient pas de différence entre la culture et la langue, et ne comprennent pas que la culture change de contenu à chaque nouvelle période de développement de la société, tandis que la langue reste, pour l’essentiel, la même pendant plusieurs périodes et sert également la nouvelle et l’ancienne culture.

Ainsi :

  1. a) la langue comme moyen de communication a toujours été et reste unique pour la société et commune pour ses membres ;
  2. b) l’existence des dialectes et des jargons, loin de nier, confirme l’existence d’une langue commune au peuple entier, langue dont ils constituent les rameaux et à laquelle ils sont subordonnés ;
  3. c) la formule relative au « caractère de classe » de la langue est une formule erronée, non marxiste.

Question. – Quels sont les signes caractéristiques de la langue ?

Réponse. – La langue compte parmi les faits sociaux qui agissent pendant toute la durée de l’existence de la société. Elle naît et se développe avec la naissance et le développement de la société. Elle meurt en même temps que la société. Pas de langue en dehors de la société. C’est pourquoi la langue et les lois de son développement ne peuvent être comprises que si l’on étudie la langue en relation étroite avec l’histoire de la société, avec l’histoire du peuple à qui appartient la langue étudiée et qui en est le créateur et le porteur.

La langue est un moyen, un instrument à l’aide duquel les hommes communiquent entre eux, échangent leurs idées et arrivent à se faire comprendre. Directement liée à la pensée, la langue enregistre et fixe dans les mots et les combinaisons de mots formant des propositions, les résultats du travail de la pensée, les progrès des travaux de l’homme pour étendre ses connaissances et c’est ainsi qu’elle rend possible l’échange des idées dans la société humaine.

L’échange des idées est une nécessité constante et vitale, car il est impossible autrement d’organiser l’action commune des hommes dans la lutte contre les forces de la nature, dans la lutte pour la production des biens matériels nécessaires, – il est impossible de réaliser des progrès dans l’activité productive de la société, impossible, par conséquent, l’existence même de la production sociale. Par conséquent, sans une langue intelligible pour la société et commune à ses membres, la société arrête la production, se désagrège et cesse d’exister en tant que société. Dans ce sens la langue, instrument de communication, est en même temps un instrument de lutte et de développement de la société.

Comme on sait, tous les mots existant dans une langue forment ensemble ce qu’on appelle son lexique. Le principal dans le lexique d’une langue, c’est le fonds lexique essentiel où entrent tous les mots-racines en tant que noyau de la langue. Ce noyau est beaucoup moins étendu que le lexique de la langue, mais il vit très longtemps, durant des siècles, et fournit à la langue une base pour la formation de mots nouveaux. Le lexique reflète l’état de la langue : plus le lexique est riche et varié, plus riche et évoluée est la langue.

Cependant le lexique pris en lui-même ne constitue pas encore la langue, – ce sont plutôt les matériaux nécessaires pour construire la langue. De même que les matériaux de construction dans le bâtiment ne sont pas l’édifice, encore qu’il soit impossible à leur défaut, de bâtir l’édifice, de même le lexique d’une langue ne constitue pas la langue elle-même, encore que sans lui toute langue soit impossible. Mais le lexique prend une énorme importance quand il est mis à la disposition de la grammaire d’une langue ; la grammaire définit les règles présidant à la modification des mots, à la combinaison des mots dans le corps d’une proposition, et donne ainsi à la langue un caractère harmonieux et réfléchi. La grammaire (morphologie et syntaxe) est un recueil de règles sur la modification des mots et leur combinaison dans le corps d’une proposition. Par conséquent, c’est précisément grâce à la grammaire que la langue a la possibilité de revêtir la pensée humaine d’une enveloppe matérielle, linguistique.

Le trait distinctif de la grammaire est qu’elle fournit les règles présidant à la modification des mots, non pas des mots concrets, mais des mots en général, dépourvus de tout caractère concret ; elle donne les règles qui président à la formation des propositions, non pas des propositions concrètes, par exemple, un sujet concret, un verbe concret, etc., mais d’une façon générale toutes propositions indépendamment de la forme concrète de telle proposition ou telle autre. Par conséquent, en faisant abstraction du particulier et du concret, aussi bien dans les mots que dans les propositions, la grammaire prend ce qu’il y a de général à la base des modifications des mots et de la combinaison des mots au sein d’une proposition ; elle en tire les règles grammaticales, les lois grammaticales. La grammaire est le résultat d’un travail prolongé d’abstraction de la pensée humaine, l’indice d’immenses progrès de la pensée.

A cet égard, la grammaire rappelle la géométrie qui pose ses lois en faisant abstraction des objets concrets en considérant ceux-ci comme des corps dépourvus d’un caractère concret, et en définissant les rapports entre eux non point comme les rapports concrets de tels ou tels objets concrets, mais comme les rapports entre des corps en général, dépourvus de tout caractère concret.

A la différence de la superstructure qui n’est pas liée à la production directement, mais par l’intermédiaire de l’économie, la langue est directement liée à l’activité productive de l’homme, de même qu’à toute autre activité dans toutes les sphères de son travail, sans exception. Aussi le lexique d’une langue étant le plus susceptible de changement, se trouve-t-il dans un état de transformation à peu près ininterrompue ; en même temps, à la différence de la superstructure, la langue n’a pas à attendre la liquidation de la base, elle apporte des changements dans son lexique avant la liquidation de la base et indépendamment de l’état de la base.

Cependant le lexique de la langue change non pas comme la superstructure, en abolissant ce qui est ancien et en construisant du nouveau, mais en enrichissant le vocabulaire existant de mots nouveaux engendrés par les changements survenus dans le régime social, par le développement de la production, le progrès de la culture, de la science, etc. En même temps, bien qu’un certain nombre de mots surannés s’éliminent d’ordinaire du lexique de la langue, il s’y agrège un nombre bien plus considérable de mots nouveaux. Quant au fonds essentiel du lexique, il se conserve dans ses grandes lignes, et est employé comme base du lexique de la langue.

Cela se conçoit. Point n’est besoin de détruire le fonds essentiel du lexique, alors qu’il peut être employé avec succès pendant plusieurs périodes historiques, sans compter que la destruction du fonds essentiel du lexique accumulé pendant des siècles, vu l’impossibilité d’en constituer un nouveau à bref délai, amènerait la paralysie de la langue, la désorganisation totale des relations des hommes entre eux.

Le système grammatical de la langue change avec encore plus de lenteur que le fonds essentiel du lexique. Etabli à travers des époques entières et faisant corps avec la langue, le système grammatical change encore plus lentement que le fonds essentiel du lexique. Bien entendu, il subit à la longue des changements, il se perfectionne, il améliore et précise ses règles, s’enrichit de règles nouvelles, mais les bases du système grammatical demeurent pendant une très longue période de temps car, comme le montre l’histoire, elles peuvent servir avec succès la société pendant plusieurs époques.

Ainsi, le système grammatical de la langue et le fonds essentiel du lexique constituent la base de la langue, l’essence de ses particularités spécifiques.

L’histoire enregistre une extrême stabilité et une résistance énorme de la langue à une assimilation forcée. Certains historiens, au lieu d’expliquer ce phénomène, se bornent à marquer leur étonnement. Mais il n’y a là aucun sujet d’étonnement. La stabilité de la langue s’explique par la stabilité de son système grammatical et du fonds essentiel du lexique. Durant des siècles les assimilateurs turcs s’étaient attachés à mutiler, à détruire et à anéantir les langues des peuples balkaniques. Au cours de cette période le lexique des langues balkaniques a subi de sérieuses transformations, bon nombre de mots et d’expressions turcs furent adoptés ; il y eut des « convergences » et des « divergences », mais les langues balkaniques ont résisté et survécu. Pourquoi ? Parce que le système grammatical et le fonds essentiel du lexique de ces langues se sont conservés dans leurs grandes lignes.

De tout cela il ressort que la langue et sa structure ne sauraient être considérées comme le produit d’une époque quelconque. La structure de la langue, son système grammatical et le fonds essentiel du lexique sont le produit de plusieurs époques.

Il est à croire que les éléments de la langue moderne se sont établis dès la plus haute antiquité, avant l’époque d’esclavage. C’était une langue peu compliquée, avec un vocabulaire très pauvre, possédant toutefois un système grammatical à elle, primitif il est vrai, mais cependant un système grammatical.

Le développement ultérieur de la production, l’apparition des classes, l’apparition de l’écriture, la naissance d’un Etat qui avait besoin, pour son administration, d’une correspondance plus ou moins réglée, le développement du commerce ayant encore plus besoin d’une correspondance réglée, l’apparition de la presse à imprimer, les progrès de la littérature, tous ces faits apportèrent de grands changements dans l’évolution de la langue. Durant ce temps, les tribus et les nationalités se fragmentaient et se séparaient, se mêlaient et se croisaient, et l’on vit apparaître ensuite des langues nationales et des Etats nationaux, il y eut des bouleversements révolutionnaires, les anciens régimes sociaux firent place à d’autres. Tous ces faits apportèrent encore plus de changements dans la langue et dans son évolution.

Cependant, ce serait une grave erreur de croire que la langue s’est développée de la même manière que se développait la superstructure, c’est-à-dire en détruisant ce qui existait et en édifiant du nouveau. En réalité, la langue s’est développée non pas en détruisant la langue existante et en en constituant une nouvelle, mais en développant et perfectionnant les éléments essentiels de la langue existante. Et le passage d’une qualité de la langue à une autre qualité ne se faisait point par explosion, ni en détruisant d’un seul coup l’ancien et en construisant du nouveau, mais en accumulant peu à peu, pendant une longue période, les éléments de la nouvelle qualité, de la nouvelle structure de la langue, – le passage se faisait par voie d’extinction graduelle des éléments de la qualité ancienne.

On dit que la théorie de l’évolution de la langue par stades est une théorie marxiste, car elle reconnaît la nécessité de brusques explosions comme conditions du passage de la langue de la qualité ancienne à une qualité nouvelle. C’est faux, évidemment, car il est difficile de trouver quoi que ce soit de marxiste dans cette théorie. Et si la théorie de l’évolution par stades reconnaît effectivement les brusques explosions dans l’histoire du développement de la langue, tant pis pour la théorie. Le marxisme ne reconnaît pas les brusques explosions dans le développement de la langue, la brusque disparition de la langue existante et la constitution brusque d’une langue nouvelle. Lafargue avait tort lorsqu’il parlait de « la brusque révolution linguistique qui s’accomplit de 1789 à 1794 » en France (voir la brochure de Lafargue La langue française avant et après la Révolution). A cette époque il n’y eu en France aucune révolution linguistique, et encore moins une brusque révolution. Bien entendu, durant cette période le lexique de la langue française s’est enrichi de nouveaux mots et d’expressions nouvelles ; des mots surannés ont disparu, le sens de certains mots a changé, et c’est tout. Mais de tels changements ne décident aucunement des destinées d’une langue. Le principal dans une langue, ce sont le système grammatical et le fonds essentiel du lexique. Mais, loin de disparaître au cours de la révolution bourgeoise française, le système grammatical et le fonds essentiel du lexique de la langue française se sont conservés sans avoir subi de notables changements. Pas seulement conservés, mais ils continuent de vivre jusqu’à présent dans la langue française moderne. Sans compter que pour liquider une langue existante et constituer une nouvelle langue nationale (« brusque révolution linguistique » !) un délai de cinq à six ans est ridiculement bref, – il faut pour cela des siècles.

Le marxisme estime que le passage de la langue de la qualité ancienne à une qualité nouvelle ne se produit pas par explosion ni par destruction de la langue existante et la constitution d’une nouvelle, mais par accumulation graduelle des éléments de la nouvelle qualité, et donc par l’extinction graduelle des éléments de la qualité ancienne.

Il faut dire en général, à l’intention des camarades qui se passionnent pour les explosions, que la loi présidant au passage de la qualité ancienne à une qualité nouvelle, au moyen d’explosions n’est pas seulement inapplicable à l’histoire du développement de la langue, mais qu’on ne saurait non plus l’appliquer toujours à d’autres phénomènes sociaux se rapportant à la base ou à la superstructure. Elle est obligatoire pour une société divisée en classes hostiles. Mais elle ne l’est pas du tout pour une société qui ne comporte pas de classes hostiles. Pendant huit à dix ans, nous avons effectué, dans l’agriculture de notre pays, le passage du régime bourgeois, du régime de l’exploitation paysanne individuelle, au régime kolkhozien, socialiste. Ce fut une révolution qui a liquidé l’ancien régime économique bourgeois à la campagne, et créé un régime nouveau, socialiste. Cependant cette transformation radicale ne s’est pas faite par voie d’explosions, c’est-à-dire par le renversement du pouvoir existant et la création d’un pouvoir nouveau, mais par le passage graduel de l’ancien régime bourgeois à la campagne à un régime nouveau. On a pu le faire, parce que c’était une révolution d’en haut, parce que la transformation radicale a été faite sur l’initiative du pouvoir existant, avec l’appui de la masse essentielle de la paysannerie.

On dit que les faits nombreux de croisement de langues qui se sont produits dans l’histoire, donnent lieu de supposer que, lors du croisement, il se constitue une langue nouvelle par voie d’explosion, par le brusque passage de la qualité ancienne à une qualité nouvelle. C’est absolument faux.

On ne saurait considérer le croisement des langues comme un seul acte, un coup décisif donnant ses résultats au cours de quelques années. Le croisement des langues est un long processus qui s’échelonne sur des siècles. Il ne saurait donc être question ici d’aucune explosion.

Poursuivons. Il serait absolument faux de croire que, par exemple, le croisement de deux langues en produit une nouvelle, une troisième, qui ne ressemble à aucune des langues croisées et se distingue qualitativement de chacune d’elles. En réalité, une des langues sort généralement victorieuse du croisement, conserve son système grammatical, conserve le fonds essentiel de son lexique et continue d’évoluer selon les lois intérieures de son développement, tandis que l’autre langue perd peu à peu sa qualité et s’éteint graduellement.

Par conséquent, le croisement ne produit pas une langue nouvelle, une troisième langue, mais conserve une des langues, son système grammatical et le fonds essentiel de son lexique, lui permettant ainsi d’évoluer suivant les lois intérieures de son développement.

Il est vrai qu’il se produit alors un certain enrichissement du lexique de la langue victorieuse aux dépens de la langue vaincue, mais cela, loin de l’affaiblir, la fortifie.

Il en fut ainsi, par exemple, de la langue russe avec laquelle se sont croisées, au cours du développement historique, des langues d’autres peuples, et qui est demeurée toujours victorieuse.

Evidemment, le lexique de la langue russe s’est complété dès lors par l’assimilation du lexique des autres langues, mais ce processus, loin d’affaiblir la langue russe, l’a, au contraire, enrichie et fortifiée.

Quant à l’originalité nationale de la langue russe, elle n’a pas subi la moindre atteinte, car en conservant son système grammatical et le fonds essentiel de son lexique, la langue russe a continué d’évoluer et de se perfectionner suivant les lois intérieures de son développement.

Il est hors de doute que la théorie du croisement ne peut rien donner de sérieux à la linguistique soviétique. S’il est vrai que l’étude des lois intérieures du développement de la langue constitue le problème principal de la linguistique, il faut reconnaître que la théorie du croisement ne résout pas ce problème ; bien plus, elle ne le pose même pas ; tout simplement, elle ne le remarque pas, ou bien ne le comprend pas.

Question. – La « Pravda » a-t-elle eu raison d’ouvrir une discussion libre sur des questions de linguistique ?

Réponse. – Oui, elle a eu raison.

Le sens dans lequel seront résolus les problèmes de linguistique apparaîtra clairement au terme de la discussion. Mais, dès à présent, il est permis de dire que la discussion a été très utile.

La discussion a établi avant tout que dans les institutions de linguistique, au centre comme dans les républiques, il régnait un régime incompatible avec la science et la qualité d’hommes de science. La moindre critique de la situation dans la linguistique soviétique, même les tentatives les plus timides pour critiquer la « doctrine nouvelle » en linguistique, étaient poursuivies et étouffées par les milieux dirigeants de la linguistique. Pour une attitude critique à l’égard de l’héritage de N. Marr, pour la moindre désapprobation de la doctrine de N. Marr, de précieux collaborateurs et chercheurs en linguistique étaient relevés de leurs postes ou rétrogradés. Les linguistes étaient appelés à de hautes fonctions non pour leurs qualités de travail, mais selon qu’ils reconnaissaient sans réserve la doctrine de N. Marr.

Tout le monde reconnaît qu’il n’est point de science qui puisse se développer et prospérer sans une lutte d’opinions, sans la liberté de critique. Mais cette règle universellement reconnue était ignorée ou foulée aux pieds sans façon. Il s’est constitué un groupe restreint de dirigeants infaillibles qui, après s’être prémunis contre toute possibilité de critique, ont sombré dans le bon plaisir et l’arbitraire.

Voici un exemple : le « Cours de Bakou » (conférences faites dans cette ville par N. Marr), considéré comme défectueux et dont la réimpression avait été interdite par son auteur même, a été cependant, sur l’ordre de la caste des dirigeants (le camarade Mechtchaninov les appelle « disciples » de N. Marr), réimprimé et compris parmi les manuels recommandés aux étudiants sans réserve d’aucune sorte. C’est dire qu’on a trompé les étudiants en leur présentant un « Cours » reconnu défectueux, pour un manuel de pleine valeur. Si je n’étais pas convaincu de la probité du camarade Mechtchaninov et des autres personnalités de la linguistique, je dirais qu’une pareille conduite équivaut à du sabotage.

Comment cela a-t-il pu se produire ? Cela s’est produit parce que le régime Araktchéev créé dans la linguistique cultive l’esprit d’irresponsabilité et favorise de tels excès.

La discussion s’est avérée fort utile avant tout parce qu’elle a tiré au grand jour ce régime Araktchéev, qu’elle a démoli à fond.

Mais là ne se borne pas l’utilité de la discussion. Elle n’a pas seulement démoli l’ancien régime dans la linguistique, mais elle a montré aussi l’incroyable confusion de vues qui règne sur les problèmes les plus importants de la linguistique, dans les milieux dirigeants de ce domaine de la science. Jusqu’au début de la discussion ils se taisaient et passaient sous silence le fait que cela n’allait pas bien dans la linguistique. Mais la discussion une fois ouverte, il n’était plus possible de garder le silence, – ils durent exposer leur opinion dans la presse. Et après ? Il s’est avéré que la doctrine de N. Marr comporte nombre de lacunes, d’erreurs, de problèmes imprécisés, de thèses insuffisamment élaborées. La question se pose : Pourquoi les « disciples » de N. Marr se sont-ils mis à en parler maintenant seulement, après l’ouverture de la discussion ? Pourquoi ne l’ont-ils pas fait plus tôt ? Pourquoi ne l’ont-ils pas dit en temps opportun, ouvertement et en toute franchise, comme il sied à des hommes de science ?

Après avoir reconnu « certaines » erreurs de N. Marr, les « disciples » de celui-ci pensent, comme il s’avère, qu’on ne peut développer plus avant la linguistique soviétique que sur la base de la théorie « précisée » de N. Marr, qu’ils considèrent comme marxiste. Eh bien non, faites nous grâce du « marxisme » de N. Marr. Effectivement, N. Marr voulait être marxiste, et il s’y est efforcé, mais il n’a pas su devenir marxiste. Il n’a fait que simplifier et banaliser le marxisme, dans le genre des membres du « Proletkoult » ou de la « R.A.P.P. ».

  1. Marr a introduit dans la linguistique une formule erronée, non marxiste, au sujet de la langue considérée comme une superstructure, – il s’est empêtré lui-même et a empêtré la linguistique. Il est impossible de développer la linguistique soviétique sur la base d’une formule erronée.
  2. Marr a introduit dans la linguistique une autre formule, également erronée et non marxiste, au sujet du « caractère de classe » de la langue, – il s’est empêtré lui-même et a empêtré la linguistique. Il est impossible de développer la linguistique soviétique sur la base d’une formule erronée contredisant toute la marche de l’histoire des peuples et des langues.
  3. Marr a introduit dans la linguistique un ton d’immodestie, de vantardise et d’arrogance, incompatible avec le marxisme et conduisant à nier gratuitement et à la légère tout ce qu’il y avait dans la linguistique avant N. Marr.
  4. Marr stigmatise tapageusement la méthode historique comparée qu’il qualifie d’ « idéaliste ». A noter que la méthode historique comparée, malgré ses défauts graves, vaut cependant mieux que l’analyse à quatre éléments véritablement idéaliste de N. Marr, car la première pousse au travail, à l’étude des langues, tandis que la seconde ne pousse qu’à rester couché sur le flanc et à faire le marc de café au sujet de ces fameux quatre éléments.
  5. Marr rejette avec hauteur toute tentative d’étudier les groupes (familles) de langues, comme une manifestation de la théorie de la « langue originaire ». Or, on ne saurait nier que la parenté linguistique des nations telles que les nations slaves, par exemple, ne donne lieu à aucun doute ; que l’étude de la parenté linguistique de ces nations pourrait être d’une grande utilité pour la linguistique quant à l’étude des lois du développement de la langue. Sans compter que la théorie de la « langue originaire » n’a rien à voir ici.

A entendre N. Marr et surtout ses « disciples », on croirait qu’avant Marr, il n’existait aucune linguistique ; que la linguistique a commencé avec l’apparition de la « doctrine nouvelle » de N. Marr. Marx et Engels furent bien plus modestes : ils estimaient que leur matérialisme dialectique est le produit du développement des sciences, y compris la philosophie, durant la période antérieure.

Ainsi la discussion a été encore utile en ce sens qu’elle a mis à jour les lacunes idéologiques dans la linguistique soviétique.

Je pense que plus tôt notre linguistique se débarrassera des erreurs de N. Marr, et plus rapidement on pourra la sortir de la crise qu’elle traverse à l’heure actuelle.

Liquider le régime Araktchéev dans la linguistique, renoncer aux erreurs de N. Marr, introduire le marxisme dans la linguistique : telle est à mon avis la voie qui permettra d’assainir la linguistique soviétique.

Pravda, 20 juin 1950.

Question. – Marx et Engels définissent la langue comme la « réalité immédiate de la pensée », comme la « conscience réelle… pratique ». « Les idées, dit Marx, n’existent pas en dehors de la langue. » Dans quelle mesure, à votre avis, la linguistique doit-elle s’occuper du sens de la langue, de la sémantique, de la sémasiologie historique et de la stylistique, ou bien la linguistique ne doit-elle avoir que la forme pour objet ?

Réponse. – La sémantique (sémasiologie) est une des parties importantes de la linguistique. L’aspect sémantique des mots et des expressions a une importance sérieuse dans l’étude de la langue. C’est pourquoi la sémantique (sémasiologie) doit recevoir, dans la linguistique, la place qui lui convient.

Cependant, quand on étudie les questions de la sémantique et qu’on en utilise les données, il ne faut en aucun cas surestimer son importance, et encore bien moins en abuser. J’ai en vue certains linguistes qui ont une passion exagérée pour la sémantique et négligent la langue en tant que « réalité immédiate de la pensée », indissolublement liée à la pensée, qui détachent la pensée de la langue et affirment que la langue arrive au terme de son existence, que l’on peut se passer d’elle.

Voyez ce que dit N. J. Marr :

« La langue n’existe que dans la mesure où elle s’exprime dans les sons ; l’opération de la pensée se produit aussi sans s’exprimer… Le langage (phonétique) a commencé dès aujourd’hui à transmettre ses fonctions aux inventions modernes qui triomphent sans réserve de l’espace, tandis que la pensée, partant de ce que le langage a accumulé, sans s’en servir, dans le passé, et de ce qu’il a acquis récemment, marche vers les sommets, étant appelée à destituer et à remplacer complètement le langage. La langue de l’avenir, c’est la pensée grandissant dans une technique libérée de la matière naturelle. Aucun langage ne pourra lui résister, même le langage phonétique, cependant lié aux règles de la nature. » (Cf. : N. J. Marr, « Œuvres choisies ».)

Si l’on traduit en langage simple ce grimoire « magique », on peut conclure que :

  1. a) N. J. Marr détache la pensée de la langue ;
  2. b) N. J. Marr estime que les hommes peuvent communiquer entre eux sans l’usage de la langue, à l’aide de la pensée même, libérée de la « matière naturelle », libérée des « règles de la nature » ;
  3. c) En détachant la pensée du langage et en la « libérant » de sa « matière naturelle », le langage, N. J. Marr tombe dans le marais de l’idéalisme.

On dit que les pensées viennent à l’esprit de l’homme avant de s’exprimer dans le discours, qu’elles naissent sans le matériau de la langue, sans l’enveloppe de la langue, nues pour ainsi dire. Mais c’est absolument faux. Quelles que soient les pensées qui viennent à l’esprit de l’homme, elles ne peuvent naître et exister que sur la base du matériau de la langue, que sur la base des termes et des phrases de la langue. Il n’y a pas de pensées nues, libérées de matériaux du langage, libérées de la « matière naturelle », le langage. « La langue est la réalité immédiate de la pensée. » (Marx). La réalité de la pensée se manifeste dans la langue. Seuls des idéalistes peuvent parler d’une pensée détachée de la « matière naturelle », le langage, d’une pensée sans langage.

En bref, parce qu’il a surestimé la sémantique et abusé d’elle, N. J. Marr en est arrivé à l’idéalisme.

Par conséquent, si l’on préserve la sémantique (sémasiologie) des exagérations et des abus du genre de ceux que commettent N. J. Marr et certains de ses « disciples », elle peut être d’un grand profit pour la linguistique.

Question. – Beaucoup de linguistes considèrent que le formalisme est une des principales causes de la stagnation dans la linguistique soviétique. Je voudrais bien savoir, en quoi, à votre avis, réside le formalisme en linguistique et comment le vaincre ?

Réponse. – N. J. Marr et ses « disciples » accusent de « formalisme » tous les linguistes qui ne partagent pas la « doctrine nouvelle » de N. J. Marr. Evidemment, ce n’est pas sérieux et ce n’est pas raisonnable.

  1. J. Marr considérait que la grammaire était une « chose de pure forme » et que les gens considérant la structure grammaticale comme la base de la langue étaient des formalistes. C’est pure sottise.

Je crois que le « formalisme » a été inventé par les auteurs de la « doctrine nouvelle » pour faciliter leur lutte contre leurs adversaires en linguistique.

La cause de la stagnation dans la linguistique soviétique, ce n’est pas le « formalisme » inventé par N. J. Marr et ses « disciples », mais le régime à la Araktchéev et les lacunes théoriques en linguistique. Ce sont les « disciples » de N. J. Marr qui ont instauré le régime à la Araktchéev. Le confusionnisme théorique a été apporté dans la linguistique par N. J. Marr et ses plus proches compagnons d’armes. Pour qu’il n’y ait plus de stagnation, il faut faire disparaître l’un et l’autre. La disparition de ces plaies assainira la linguistique soviétique, lui ouvrira de larges perspectives et permettra à la linguistique soviétique de prendre la première place dans la linguistique mondiale.

29 juin 1950 (Bolchévik, n° 12).

Il ressort de la lettre du camarade Belkine, qu’il met sur un même plan le « langage parlé » (langage phonétique) et le « langage des gestes » (langage « des mains », d’après N. J. Marr). Il pense, visiblement, que le langage des gestes et le langage parlé sont équivalents, qu’il fut une époque où la société humaine n’avait pas de langage parlé, que le langage « des mains » remplaçait alors le langage parlé venu plus tard. Mais si le camarade Belkine pense véritablement ainsi il commet une erreur sérieuse. Le langage phonétique ou langage parlé a toujours été l’unique langage de la société humaine capable d’être un moyen pleinement valable de communication entre les hommes. L’histoire ne connaît aucun [sic] société humaine aussi arriérée soit-elle, qui ne possède son langage phonétique. L’ethnographie ne connaît aucun petit peuple arriéré – fût-il aussi ou encore plus primitif que, par exemple, les Australiens ou les habitants de la Terre de Feu au siècle dernier – qui ne possède son langage phonétique. Le langage phonétique est, dans l’histoire de l’humanité, une des forces qui ont aidé les hommes à se distinguer du monde animal, à se rassembler en sociétés, à développer leur faculté de penser, à organiser la production sociale, à mener avec succès la lutte contre les forces de la nature et à arriver au progrès que nous connaissons à l’heure actuelle.

Sous ce rapport, l’importance du langage dit de geste est insignifiante du fait de son extrême pauvreté et de son caractère autre, remplacer le langage phonétique, mais un moyen auxiliaire aux possibilités très limitées dont use parfois l’homme pour souligner tel ou tel moment de son discours. On ne peut pas plus comparer le langage des gestes au langage phonétique, qu’on ne peut comparer la houe de bois primitive au tracteur à chenille moderne avec une charrue à cinq rangs et une semeuse tractée.

(Transcription Vincent Berthelier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *