Cahiers marxistes-léninistes – n°12/13 (IV)

MARXISME ET LINGUISTIQUE

Etienne BALIBAR

Nous reproduisons ici les principaux passages d’un opuscule de Staline devenu aujourd’hui introuvable en librairie. Après avoir été largement diffusées parmi les militants communistes et au-delà, les œuvres de Staline ont été retirées de la circulation. Cette politique ne favorise pas, selon nous, une juste appréciation de la place historique, de l’importance et du sens objectif de l’œuvre de Staline. Nous voulons dire une appréciation critique fondée sur les principes du matérialisme dialectique. On ne peut en cette matière se fier à des souvenirs, d’autant que rien ne prouve que ces textes aient été en leur temps véritablement lus ; tout nous incite à penser, au contraire, qu’ils ont été le plus souvent simplement cités. Enfin il va de soi qu’aucune formation théorique n’est possible aujourd’hui pour des militants communistes qui n’étudie soigneusement l’histoire même de la théorie marxiste et de ses avatars idéologiques.

« A propos du marxisme en linguistique » est, avec le recueil sur « Les Problèmes économiques du socialisme » (1952) dont l’intérêt n’est pas moindre, un texte théorique important datant de la dernière période de la vie de Staline. Un débat avait été ouvert en mai 1950 dans les colonnes de la Pravda entre les partisans et les adversaires des théories « gauchistes » de Marr, qui semblent avoir joui en U.R.S.S. d’un statut analogue à celui de la biologie « mitchourinienne » (beaucoup mieux connue hors d’U.R.S.S. et sans doute beaucoup plus intéressante)[1].

Que Staline ait été amené à prendre part à ce débat, au double titre de théoricien du marxisme et de dirigeant politique d’un Etat socialiste, bien loin de nous sembler typique du « dogmatisme » stalinien, doit au contraire nous apparaître comme l’application d’une politique typiquement léniniste. (Il n’est que de rappeler l’existence de Matérialisme et Empiriocriticisme.) Si « dogmatisme » il y a, il faudra donc le chercher ailleurs, très précisément dans la nature des thèses qui sont ici avancées par Staline, et qui ne peuvent être examinées en bloc. Quant au fait de l’intervention lui-même, à son style très nettement « directif », Staline s’en explique pour commencer, en des termes qui retiendront notre attention.

« Un groupe de jeunes camarades m’a prié d’exposer dans la presse mon opinion sur les problèmes de linguistique, notamment en ce qui concerne le marxisme en linguistique. N’étant pas linguiste, je ne puis naturellement pas donner pleine satisfaction aux camarades. Quant au marxisme en linguistique, comme dans les autres sciences sociales, c’est une question dont je peux parler en connaissance de cause. C’est pourquoi j’ai accepté de répondre à une série de questions posées par les camarades. » (souligné par nous)

Une telle déclaration liminaire montre au moins clairement une chose : la justification de l’intervention de Staline passe par la délimitation exacte de ses « compétences ». Autrement dit : il est clair (et toute la suite le montrera) que la controverse des linguistes possède une importance politique ; parce que la recherche en linguistique et l’organisation de la recherche dépendent d’une politique théorique ; et de plus, parce que la linguistique est considérée comme l’une des « sciences sociales », que les découvertes et mises au point qui la concernent devront retentir dans l’ensemble du champ des sciences sociales, et que la pratique politique en général est conçue selon la théorie marxiste-léniniste dans une union étroite avec la pratique théorique des sciences sociales ; ces points étant clairs pour tous les lecteurs comme pour les participants de la discussion, la question préalable des « compétences » signifie que la validité de la direction politique et son efficacité sont suspendues à la reconnaissance du primat bien délimité de la théorie.

Staline ne prend pas la parole purement et simplement en « politique », il doit d’abord préciser sa « compétence » de théoricien. Ou même, plus exactement : c’est parce que Staline est supposé posséder la compétence d’un théoricien (et dans l’exacte mesure où il la possède) qu’il peut fonctionner comme dirigeant politique léniniste, et en particulier engager la recherche des sciences sociales dans une direction déterminée. Qu’on entende donc bien ce « primat de la théorie » ; il ne remet pas en cause la thèse marxiste générale du primat de la pratique ; il ne signifie pas que la théorie vient ici se substituer à la pratique, disons plus clairement la pratique théorique à la pratique politique de transformation des rapports sociaux ; il signifie, sous la dépendance des fins générales qui sont celles de la pratique politique, la reconnaissance du moment nécessaire de la théorie, dans son autonomie relative, qui implique que les connaissances produites à cet effet orientent la pratique, au lieu que la pratique enveloppe par elle-même une connaissance (elle ne serait jamais que l’imposture d’une idéologie non reconnue). On peut se convaincre par là (et Staline le reconnaît très clairement dans la fin du texte, que nous citerons tout à l’heure) qu’il n’y a pas de plus mauvaise forme de « position de parti dans les sciences » ou dans la théorie, que celle qui méconnaît cette autonomie et ce primat relatif de la théorie, remplace la discussion et l’appréciation de la validité des connaissances par un jugement immédiat de leur « signification politique », voire de leur « sens de classe ».

Un des points forts de notre texte est justement de rappeler cette différence capitale, qui sépare la science de l’idéologie : l’idéologie est en dernière instance « au service » d’une classe déterminée, en elle la fonction sociale l’emporte sur la fonction de connaissance ; dans la science, au contraire, (et c’est ce qui constitue l’autonomie relative de sa pratique), la fonction de connaissance l’emporte sur la fonction sociale ; c’est pourquoi, par exemple, il y a absurdité théorique et , au-delà, grave erreur politique à condamner la grammaire en général sous prétexte de son « formalisme » (et par conséquent de son « idéalisme », et par conséquent de son essence bourgeoise). Il faut donc distinguer l’indispensable appréciation des effets idéologiques et des effets politiques que produit toujours la mise au jour d’une œuvre (même artistique ou scientifique) et la lecture directement, immédiatement politique du discours de la science ou de l’art, telle qu’on a pu la pratiquer à la même époque très généralement dans les partis communistes. L’appréciation des effets politiques est capitale pour le parti révolutionnaire parce que les productions intellectuelles, même artistiques ou scientifiques, peuvent selon la conjoncture peser dans tel ou tel sens sur l’issue de la lutte des classes. Dans le texte précisément qui nous occupe, Staline expose à propos de la langue une thèse remarquable, qui doit s’étendre rigoureusement à l’art et à la science : si, dit-il, la langue est « indifférente » à la division des classes et à leur lutte, il ne s’ensuit pas que les classes soient indifférentes à la langue. Elles l’utilisent, au contraire, de façon déterminée dans le champ de leur antagonisme, notamment de leur lutte politique. Nous aurons l’occasion de revenir de près sur la démonstration de cette thèse. De même les classes et leurs représentants idéologiques et politiques utilisent de façon déterminée les productions de l’art et de la science. Au contraire, le jugement politique immédiat est une grave erreur, non pas tant en ce que, méconnaissant l’inestimable « valeur » autonome de l’art ou de la science, il les réduirait à la politique, mais surtout en tant qu’il fonde toujours ses appréciations sur l’oubli de la distinction effet esthétique/effet idéologique, ou effet de connaissance/effet idéologique, et s’expose ainsi pour un maigre bénéfice immédiat aux pires erreurs de diagnostic. On ne peut s’empêcher de noter ici qu’une telle mise au point pouvait et devait s’étendre d’elle-même à d’autres débats, tant dans le champ de la biologie que dans celui de l’économie.

Examinons cependant de plus près la nature de ces « compétences » qui permettent d’assurer le primat de la théorie (de « parler en connaissance de causes » comme dit Staline). On sera certainement étonné, comme d’une naïveté, voire inquiet, comme d’un aveu, de ces mots : « N’étant pas linguiste, – je peux parler en connaissance de cause… du marxisme en linguistique. » ! Voilà bien, dira-t-on, le dogmatisme, et c’est un fameux gain de l’avoir placé sous le patronage du léninisme ! Il serait cependant curieux de se demander ce qu’il faut entendre par marxisme et linguistique : manifestement, nous en aurons une idée plus nette en examinant la teneur des questions auxquelles Staline accepte de répondre ; les voici résumées :

1° La langue est-elle une superstructure ?

2° La langue peut-elle être divisée selon la structure de classes de la société ?

(Nous montrerons tout à l’heure que ces deux questions peuvent être réunies sous la suivante : la langue peut-elle être désignée comme une instance de la formation sociale ? et par conséquent : la langue est-elle, en tant que telle, un objet de connaissance dans le champ du matérialisme historique ?)

3° Quels sont les traits caractéristiques de la langue ? » (ou encore : quel est l’objet de la linguistique ?).

Il apparaît aussitôt que la réponse à ces questions ne s’accommoderait pas d’une véritable « incompétence » linguistique ; c’est particulièrement clair pour la troisième, s’il est vrai que l’objet d’une science ne saurait être défini dans l’ignorance ou la demi-connaissance de sa théorie et de sa méthode, sauf à retomber dans l’erreur classique de la philosophie (dicter à la science ce qu’elle doit connaître, les « limites » de son domaine). On verra bien d’ailleurs que Staline ne donne pas, malgré sa très grande prudence, une réponse satisfaisante à la troisième question, et c’est l’effet à la fois de sa relative « incompétence » et de l’état des théories linguistiques auxquelles il se réfère (à cet égard, on peut bien dire qu’aujourd’hui le problème est seulement en voie de clarification ; nous dirons pourquoi au passage). La réponse à ces questions ne s’accommoderait pas d’une véritable incompétence linguistique, mais il est clair aussi qu’elles ne sont pas du ressort de la linguistique. Ce n’est pas à la linguistique de se demander et de dire quel est son objet, et quel est le rapport éventuel de cet objet à celui d’une autre science (le matérialisme historique ou science de l’histoire), pas plus que ce n’est du ressort d’aucune science proprement dite de définir son objet. En vérité, la pratique théorique elle-même de cette science peut-être désignée comme une « définition » en acte de son objet, et celle-ci ne figure pas ailleurs que dans le système des concepts théoriques de la science (et même dans l’histoire du système des concepts théoriques, car chaque révolution de la théorie scientifique implique une nouvelle définition de son objet). Mais le travail théorique qui permet de formuler cette définition est extérieur à la linguistique (en l’occurrence) et, disons-le dès maintenant, appartient au matérialisme dialectique. C’est pourquoi nous pouvons compléter l’expression de Staline en écrivant ceci : « N’étant pas seulement linguiste, je peux poser ces questions, qui ne sont pas proprement linguistiques, et y répondre. »

Ecartons cependant une confusion possible. Que signifie, dans le champ du matérialisme dialectique, « formuler la définition de l’objet de la linguistique » ? S’agit-il d’une opération réflexive qui, par une abstraction de second degré, prenant pour objet, non pas la réalité linguistique (dont s’occupe une science particulière), mais les concepts de cette science elle-même, viendrait lui accorder un nom, un domaine et en somme le « supplément d’âme » d’une définition philosophique ? S’il en était ainsi, on n’aurait pas fait un pas hors de la tradition « transcendantale » de la philosophie classique, on aurait assigné au matérialisme dialectique l’objet illusoire d’un redoublement de la science elle-même (ou encore, selon la conception positiviste qui fut un temps celle de Marx et Engels, d’une simple « généralisation des résultats de la science »). Mais le texte de Staline, sur ce point encore, pourra nous servir de guide : il montre clairement (et déjà dans les questions que nous avons résumées) qu’une telle définition, même partielle, et par conséquent dans son principe, n’a pas affaire à une seule science, elle n’est pas réflexion des concepts d’une seule science, mais elle a affaire à plusieurs sciences, à leurs objets respectifs et au rapport de ces objets, elle est toujours une définition différentielle. Autrement dit, le matérialisme dialectique ne peut se proposer de formuler pour la linguistique, à la place de la linguistique, une définition isolée de son objet (de la langue) ; mais il peut par exemple se proposer de définir différentiellement la linguistique et le matérialisme historique, c’est-à-dire leurs objets respectifs : la langue et la formation sociale. Il distingue la langue et la formation sociale, comme objets de connaissance, et il énonce des conditions que doit satisfaire toute connaissance de leur articulation réelle et de ses effets particuliers.

Toute définition appartenant au matérialisme dialectique est d’ailleurs une définition différentielle. De même que nous n’avons pas affaire ici, à une science et à son objet mais au rapport de deux objets appartenant à deux sciences distinctes, de même nous n’avons pas affaire à la science seule, mais au rapport de la science et de l’idéologie qu’elle conteste. C’est ici d’une définition différentielle de l’objet (théorique) scientifique et de l’objet (théorique) idéologique qu’il s’agit (d’où l’importance capitale pour le matérialisme dialectique de l’histoire des sciences, puisque ce rapport n’existe que spécifié dans une histoire). Nous pouvons donc compléter ainsi notre éclaircissement : dans « A propos du marxisme en linguistique », le matérialisme dialectique a affaire à la différence de la science et de l’idéologie à propos du rapport de deux sciences : la linguistique et le matérialisme historique. Cette précision ne paraîtra pas inutilement scolastique si l’on se reporte à ce qui est en cause dans le texte, puisque Staline s’y emploie effectivement à réfuter des idéologies qui déforment tant le matérialisme historique que la linguistique par assimilation pure et simple (dirons-nous « synthèse » ?) de leurs objets différents. La langue assimilée par Marr à une superstructure conduit à une linguistique fantaisiste. A moins qu’une correction malencontreuse mais révélatrice de nouveaux effets déformants, ne vienne doter la structure sociale (objet du matérialisme historique) de nouvelles instances « intermédiaires » entre la base et la superstructure » (p. 43). On remarquera que la tentative de Staline de formuler une définition de la langue est une conséquence directe de cette critique. Et même on verra que les limites et les imprécisions de cette définition sont directement fonction des obstacles idéologiques non surmontés par Staline, notamment ceux qui lui sont communs avec ses propres adversaires.

Staline est donc parfaitement justifié de délimiter une problématique du « marxisme en linguistique ». En tant que science, la linguistique n’est pas plus « marxiste » qu’aucune autre science positive. Mais les questions soulevées font intervenir le marxisme à un double-titre : comme matérialisme historique, science des instances de la formation sociale ; comme matérialisme dialectique ou philosophie. Il faut reconnaître que ces deux disciplines (que Staline, dans une célèbre brochure, avait pourtant contribué à définir) ne sont pas ici clairement distinguées. Il se contente de mentionner l’appartenance de la linguistique au domaine des « sciences sociales », et de suggérer ainsi que le marxisme est une théorie générale des phénomènes « sociaux » qui peuvent être, soit rapportés aux concepts de base et de superstructure, constitutifs du matérialisme historique, soit relativement indépendants (comme dans le cas de la langue). On voit donc intervenir ici un concept de « société » qui ne suffiraient [sic] pas à définir les concepts fondamentaux du matérialisme historique. Telle est aussi la conséquence du texte suivant, où le procédé de définition par genre et différence spécifique est utilisé de façon explicite :

« Question. – Dans votre article, vous montrez de façon convaincante que la langue n’est ni une base, ni une superstructure. Serait-on en droit de considérer la langue comme un phénomène propre à la base et à la superstructure, ou serait-il plus juste de considérer la langue comme un phénomène intermédiaire ?

Réponse. – Il est évident que l’élément commun présent dans tous les phénomènes sociaux, y compris la base et la superstructure, est également propre à la langue en tant que phénomène social, c’est-à-dire qu’elle est au service de la société comme tous les autres phénomènes sociaux, y compris la base et la superstructure. Mais c’est à cela précisément que s’arrête l’élément commun présent dans tous les phénomènes sociaux. Ensuite les phénomènes sociaux commencent à se différencier sérieusement.

Le fait est qu’à part cet élément commun, les phénomènes sociaux ont leurs particularités spécifiques qui les distinguent l’un de l’autre et qui ont pour la science une importance primordiale. Les particularités spécifiques de la base résident dans le fait qu’elle est au service de la société du point de vue économique. Les particularités spécifiques de la superstructure résident dans le fait qu’elle met au service de la société les idées politiques, juridiques, esthétiques et autres et crée pour la société les institutions politiques, juridiques et autres correspondantes. En quoi consistent les particularités spécifiques de la langue qui la distinguent des autres phénomènes sociaux ? En ceci que la langue est au service de la société en tant que moyen pour les hommes de communiquer entre eux, en tant que moyen d’échange des idées dans la société, en tant que moyen permettant aux hommes de se comprendre entre eux et de mettre au point un travail commun dans toutes les sphères de l’activité humaine, aussi bien dans le domaine de la production que dans celui des rapports économiques, dans le domaine de la politique que dans celui de la culture, dans le domaine de la vie sociale que dans celui de la vie de tous les jours. Ces particularités ne sont propres qu’à la langue et c’est justement parce qu’elles ne sont propres qu’à la langue que la langue fait l’objet de l’étude d’une science indépendante : la linguistique. Sans ces particularités de la langue, la linguistique perdrait son droit à une existence indépendante.

En bref, on ne peut ranger la langue ni dans la catégorie des bases, ni dans celle des superstructures.

On ne peut non plus la ranger dans la catégorie des phénomènes « intermédiaires » entre la base et la superstructure, étant donné qu’il n’existe pas de phénomènes « intermédiaires » de ce genre. »

Lettre à E. Kracheninnikova.

Les difficultés sont ici d’autant plus grandes que Staline réaffirme plus nettement les principes du matérialisme historique (pas de phénomène « intermédiaire » entre la base et la superstructure) ; qu’est-ce donc que ce concept de « société » qui n’est pas identique au concept scientifique de formation sociale (définie par sa base et sa superstructure, et appartenant au matérialisme historique) ? Nous aurons bientôt à nous le demander, en le voyant réapparaître dans le corps des réponses. Du moins ce concept (suspect) est-il, pour le moment, rigoureusement insituable, et du même coup insituables sont les « sciences sociales » qui tirent de son apparition un semblant d’existence. Par ce biais, Staline réussit donc bien à assurer l’indispensable distinction de la science de l’histoire des formations sociales et de la linguistique, mais il ne réussit pas pour autant à donner à la langue une véritable localisation théorique. En tient lieu cette fonction que la langue remplit « au service » d’une société vraisemblablement mythique. Du même coup, il s’interdit de mettre à jour les fondements solides de son entreprise, que nous avons explicités plus haut.

Etienne Balibar.

[1] Sans vouloir entrer ici dans le détail chronologique, nous empruntons textuellement les précisions suivantes, données par Marcel Cohen, Pour une Sociologie du langage, Albin Michel, Paris, 1956 :

« Etudiant scientifiquement les Sociétés, K. Marx et F. Engels ont rencontré la question du langage dès le début de leur activité, comme on le voit dans DIE DEUTSCHE IDEOLOGIE. Des références sont à prendre par la suite surtout dans L’ANTI-DUHRING, L’ORIGINE DE LA FAMILLE et la DIALECTIQUE DE LA NATURE.

Divers passages de Lénine et Staline (avant 1950) seraient en outre à utiliser pour une étude complète. Mais il n’y avait pas là la matière d’une doctrine linguistique développée.

En U.R.S.S., après 1918, N. Marr a cru pouvoir constituer une pareille doctrine, alors qu’il n’avait pas vraiment compris le matérialisme historique et dialectique et que sa technique linguistique était en grande partie mauvaise. Lui-même, jusqu’à sa mort en 1934, certains de ses élèves après lui, ont essayé d’imposer le pseudo-marxisme linguistique, malgré la résistance d’une partie des linguistes soviétiques.

La littérature linguistique de cette période n’est pas à rejeter entièrement. Dans leur désir d’être « sociaux », les linguistes de l’école de Marr (qui ne le suivaient pas toujours en tout) ont donné des contributions qu’on peut utiliser en exerçant la critique nécessaire.

Malheureusement, peu de choses ont été traduites ou même analysées dans les langues non-slaves.

On doit utiliser l’article de Margaret Schlauch, Recent Soviet studies in linguistics, dans Science and Society, vol. I, 1936, pp. 152-158, qui analyse N. Zirmunsky, Natsional’ny jazyk i sotsial’nye dialekty (langue nationale et dialecte sociaux), Leningrad, 1936, parle des oppositions à Marr, et aborde elle-même certains points de linguistique sociologique.

Un article important de L.O. Reznikov, Contributions aux problèmes des rapports entre le langage et la pensée, a paru dans Voprosy filosofii, vol. 2, Moscou 1942. La seconde partie, sur Langage et société a paru en traduction française dans Cah. int., 1949 (en partie, dans La Pensée, n°21, nov. déc. 948, pp. 124-136). Voir aussi l’article Linguistique soviétique, dans Lingua, III, 2, déc. 1952, où se perpétuent des tendances marristes.

Une discussion publique a été ouverte en 1950 dans le journal La Pravda. J. Staline y a pris part en réfutant la doctrine de Marr par de bonnes interprétations matérialistes dialectiques et en fixant divers points importants de sociologie marxiste appliquée au langage.

La bibliographie est assez abondante ; tout ou partie de la discussion a paru en différentes langues slaves et autres ; de même pour la réunion des contributions de Staline seul ; de même encore pour certains extraits des échanges de vue postérieurs en Union Soviétique et dans certaines démocraties populaires.

Une traduction intégrale de la controverse en anglais a été publiée à l’Université Columbia (New-York) en 1951 sous le titre : The Soviet linguistic controversy. Pour les articles, voir de Marcel Cohen, Une leçon de marxisme à propos de linguistique, dans la Pensée n° 34, nov. déc. n° 50 ( ?), Herbert Rubenstein, The Recent conflict in soviet Linguistics, dans Language, july-sept. 1951 ; des c. r. de M. Cohen et R. Lhermitte, dans B.S.L. t. 47, 1951 et de M. Cohen et A.G. Haudricourt dans A.S., 1952 et 1953 ; de R. Lhermitte dans la Pensée, 42-43, 1952.

Le titre original du recueil des articles de Staline est (en russe) : Le Marxisme et les problèmes de linguistique.

Postérieurement à la création de l’Institut de Linguistique de l’Académie des Sciences de l’U.R.S.S., sous la direction de V.V. Vinogradov, l’activité de la linguistique soviétique a été vive. Des périodiques nouveaux et des collections nouvelles ont commencé à paraître, les publications d’ouvrages soviétiques et de traductions d’ouvrages étrangers se sont multipliées.

Diverses contributions développent les points de vue de Staline ou s’y ajoutent, études en particuliers sur les langues communes et nationales, les dialectes, les différentes parties des vocabulaires. Malheureusement, les traductions ou analyses en langues autres que le russe ne suivent pas assez vite…

(Transcription Vincent Berthelier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *