Cahiers marxistes-léninistes – n°1 (V)

LE CONCEPT IDEOLOGIQUE ET LE CONCEPT SCIENTIFIQUE DU TRAVAIL PARCELLAIRE

Le concept du travail parcellaire, qui occupe un lien spécifique dans le procès scientifique du « Capital », a connu depuis Lukàcs, une fortune singulière. Etudier les procédés de son importation idéologique, tel est le propos de cet exposé.

***

Selon Lukàcs, (« Histoire et conscience de classe » au chapitre intitulé : « la réification et la conscience du prolétariat ») le machinisme a rompu l’unité de l’homme et de son produit, et l’unité du produit lui-même s’est trouvée brisée ; du même coup, l’homme a été mutilé. Il est clair qu’une telle conception serait directement justiciable des critiques formulées par l’exposé précédent contre les idéologies de l’aliénation. Il s’agira seulement ici de dénoncer deux procédés complémentaires l’un de l’autre, qui, arrachant le concept du travail parcellaire à sa localisation historique, lui ôte toute scientificité pour l’utiliser à des fins idéologiques.

Le premier procédé consiste à présenter le travailleur de la grande industrie comme un travailleur parcellaire.

Le second procédé consiste à imputer ce soi-disant travail parcellaire à la division technique du travail.

Que dit l’idéologue ? Diviser le travail, c’est mutiler l’homme ; la science et la technique, en multipliant les spécialités, parcelliseraient le travail de chacun. C’est précisément en ces termes qu’André Gorz expose ses doléances12 :

« Ayant atterri dans une spécialité en vertu d’un processus dont l’intelligibilité comme d’ailleurs la finalité vous échappe vous n’en sortirez pas, vous ferez des polymères à vie… Votre compétence n’en est pas une pour vous ; elle est une limitation appauvrissante de votre champ ; pour croître en compétence il faut se mutiler comme homme ».

L’on dit « A chacun son métier » (métier = activité déterminée en altérité par le pratico-inerte et exigée par les Autres en tant qu’ils sont eux-mêmes définis en altérité par l’exigence inerte des appareils).

Gorz parle de l’homme « en général » face à la technique en général : si un ingénieur se trouve mutilé dans son travail a fortiori un ouvrier s’y trouvera-t-il brisé lui qui n’a aucune connaissance théorique des machines et des procès techniques auxquels il est affronté.

Il apparaît que Gorz fait abstraction d’une première division élémentaire : la division entre travail matériel et travail intellectuel qui est une division sociale reposant sur la division de la société en classes. La prise en considération de cette division élémentaire aurait évité à Gorz d’employer les catégories de métier et de spécialité à propos de l’homme-qui-travaille en général y compris l’ouvrier d’usine. Car Gorz prend le concept de division du travail dans une universalité indéterminée pour en faire l’application à une formation sociale précise. Cette division du travail qu’il utilise se trouve arrachée à l’histoire et rapportée au flux « neutre » du progrès technique et de la science qui pèse sur la société comme un destin ; nous sommes condamnés au machinisme qui lui-même nous condamne à aux spécialités et aux activités parcellaires. A la limite la division du travail se confond avec la tragédie éternelle de l’homme qui tombe sous la domination des outils qu’il utilise pour se libérer de la nature :

« l’homme, dit-on, domine la Nature ; mais il ne la domine qu’en instaurant un ordre qui, tout aussi inerte (et plus rigoureux) que celui de la Nature, n’est moins naturel qu’au prix d’un ordre humain moins humain ».

Prisonnier d’une telle conception mécaniste d’un développement autonome des forces productives Gorz ignore les rapports qu’entretiennent les hommes au cours de l’histoire sur la base de leurs rapports à leurs activités matérielles ; du même coup ces rapports de production ignorés et laissés dans l’ombre sont éternisés.13

I – CONFUSION ENTRE DIVISION TECHNIQUE DU TRAVAIL ET DIVISION SOCIALE DU TRAVAIL

Il semble que la bonne méthode soit de partir du plus concret et du plus immédiat ; l’ouvrier saisi sur le vif dans son travail, affronté à la machine. Or que voit-on ? L’ouvrier accomplit toute la journée, toute l’année, le même geste parcellaire. Si l’ouvrier est ainsi rivé à la machine, esclave du même geste, c’est le « machinisme » qui en est cause. La concomitance sert d’explication. Ainsi réagissaient les « luddistes » en brisant les machines qui, croyaient-ils, les « chassaient ». C’est un procédé des plus courant du patronat que de jouer sur cette illusion d’optique qui met en perspective capital et machines et voile le premier par les dernières ; lorsque l’ouvrier se trouve licencié du fait de l’introduction d’une nouvelle machine plus productive c’est un licenciement « technologique » dû au progrès technique ; lorsque les rythmes et les cadences se trouvent accélérés c’est une « rationalisation » de la marche de l’usine. L’ouvrier qui se dresse alors contre ces innovations fait figure de réactionnaire qui veut arrêter le progrès.

C’est que dans l’usine procès technique de production et procès d’exploitation se trouvent mêlés, ainsi que les divisions techniques et sociales du travail qui leur correspondent. Dans un procès coopératif de production comme celui d’une usine il existe certaines fonctions techniques de coordination : tout orchestre a besoin d’un chef d’orchestre. Or le procès de production est avant tout procès d’exploitation ; c’est pour arracher le plus possible de plus value que le capitaliste se fait chef d’orchestre de l’usine et confie les postes de coordination à des ingénieurs formés dans les écoles de sa classe. Pour ces techniciens le réel caractère technique de leur intervention masque le rôle social que leur fait jouer e capital dont ils reçoivent es ordres dans l’usine et dont ils ont reçu les principes dans leur formation.

Ainsi pour les ouvriers « le lien entre leurs fonctions individuelles et leur unité comme corps productif se trouve en dehors d’eux dans le capital qui les réunit et les retient. L’enchaînement de leurs travaux leur apparaît idéalement comme le plan du capitaliste et l’unité de leur corps collectif leur apparaît pratiquement comme son autorité la puissance d’une volonté étrangère qui soumet leurs actes à son but »14.

2 – LE TRAVAILLEUR PARCELLAIRE N’EST PAS LE TRAVAILLEUR DE LA GRANDE INDUSTRIE

Lorsqu’il décrit l’ouvrier face à sa machine Marx dit bien que tant intellectuellement que physiquement, l’ouvrier est dépecé, mutilé, que son geste est parcellaire. Mais il ne fait jamais de l’ouvrier d’usine un travailleur parcellaire : il réserve cette catégorie scientifique uniquement à l’ouvrier de la manufacture. Car le travailleur parcellaire est nié par toute la base technique de la grande industrie, alors que Gorz par exemple opère une véritable inversion en imputant le geste parcellaire constaté à cette base technique.

Cette fixation dans une activité parcellaire Marx l’analyse comme dépassée par le caractère social des faces [sic] productives en place et maintenue exclusivement par le caractère social de la division du travail.

Ainsi écrit-il15

« Si la nature même de la grande industrie nécessite le changement dans le travail, la fluidité des fonctions, la mobilité universelle du travailleur, elle reproduit d’autre part, sous sa forme capitaliste l’ancienne division du travail avec ses particularités ossifiées. Nous avons vu que cette contradiction absolue entre les nécessités techniques de la grande industrie et les caractères sociaux qu’elle revêt sous le régime capitaliste, finit par détruire toutes les garanties de vie du travailleur, toujours menacé de se voir retirer avec le moyen de travail les moyens d’existence… »

Si nos modernes idéologues du travailleur parcellaire observaient l’ouvrier d’usine non pas une journée mais pendant toute sa vie ils verraient qu’un tel ouvrier n’est pas lié sa vie durant à telle activité déterminée ; loin qu’il tombe sous le coup de l’adage « à chacun son métier », « l’exigence inerte des appareils » comme dit Gorz appelle pour lui la plus grande mobilité dans ses fonctions.

Pour terminer la question, il faut encore situer l’usage scientifique du concept de travail parcellaire chez Marx. Il se rapporte à la naissance de la manufacture.16

La manufacture s’élabore sur la base des métiers de l’époque féodale. Dans la manufacture se trouvent réunis plusieurs métiers sous un même toit : charrons, selliers, tailleurs, serruriers etc… pour la manufacture de carrosses par exemple. Ou bien la manufacture se saisit d’un métier, décompose la panoplie des outils de l’artisan de ce métier et donne à chacun de ses ouvriers un de ces outils : par exemple la manufacture d’horloge fait faire à chacun de ses ouvriers une parcelle du travail de l’artisan horloger ; elle se compose de faiseurs de ressorts, de cadran, de pistons de spirale, de trous et leviers à rubis, d’aiguilles etc…

Cette manufacture pousse sur le terrain des métiers, est un produit de décomposition des métiers : chaque ouvrier se spécialise dans une parcelle du travail de l’artisan mais reste artisan maniant un outil, parcellaire seulement. L’aspect qualitatif du travail persiste bien que réduit ; l’ouvrier ne produit plus un chef d’œuvre ; mais comme dit Marx l’habileté de métier reste la base de la manufacture. L’accumulation capitaliste socialise au contraire le procès de production ; dans la manufacture le procès de production est encore subjectif17 c’est-à-dire que la base en est l’ouvrier qui se sert d’un outil ; le procès est interrompu en ce sens que le produit passe des mains d’un ouvrier aux mains d’un autre. Le machinisme objective le procès qui devient continu, cristallisé dans les machines. L’ouvrier ne se sert plus d’un outil il sert la machine.

Alors que dans la manufacture il y a un outil par ouvrier et un ouvrier par outil, la grande industrie crée des outils qui ne peuvent être utilisés qu’en commun, c’est-à-dire socialement. Du même coup toute différence d’habileté entre les ouvriers disparaît : l’ouvrier parcellaire « spécialisé » dans une opération de détail cède la place au travailleur social.

C’est cette socialisation des moyens de production qui fait le côté révolutionnaire du machinisme :

« Oui la grande industrie oblige la société sous peine de mort à remplacer l’individu morcelé, porte douleur d’une fonction productive de détail, par l’individu intégral qui sache tenir tête aux exigences les plus diversifiées du travail et ne donne, dans des fonctions alternées, qu’un libre essor à la diversité de ses capacités naturelles ou acquises »18.

« Ce qui caractérise la division du travail dans l’atelier automatique, c’est que le travail y a perdu tout caractère de spécialité. Mais du moment que tout développement spécial cesse, le besoin d’universalité, la tendance vers un développement intégral de l’individu commence à se faire sentir. L’atelier automatique efface les espèces et l’idiotisme du métier »19.

Incapable de voir ce seul côté révolutionnaire de la grande industrie qui jette les bases d’une socialisation de l’économie au niveau de la société, André Gorz a la nostalgie du métier du moyen âge :

« il y a incomparablement plus de souveraineté (d’initiative, de jeu, d’indétermination laissée au choix de l’agent) dans l’activité du potier, menuisier ou forgeron artisanal (qui pouvait d’ailleurs être tout cela à la fois) que dans celle de l’ingénieur en chef d’une usine d’électrolyse »20.

En somme, comme disait Proudhon, il suffit d’avoir fait une seule fois dans sa vie un chef d’œuvre, de s’être senti une seule fois homme.

On pourrait se demander si Gorz ne projette pas simplement sur le travail ouvrier les catégories de son milieu d’intellectuels (« spécialité », « métier »), qui, dans son travail, en est peut-être au stade… de la « manufacture ».

Quant au concept idéologique de travail parcellaire, il ne serait rien d’autre alors qu’un des alias innombrables du concept polyvalent de l’aliénation.

(Transcription Jean Quétier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *