Cahiers marxistes-léninistes – n°1 (III)

PROCESSUS RÉEL ET PROCESSUS PENSÉ

(Sur « LA METHODE DE L’ECONOMIE POLITIQUE », dans « l’INTRODUCTION GENERALE A LA CRITIQUE DE L’ECONOMIE POLITIQUE » de MARX).

***

Ed. Sociales = K. Marx   Contribution à la Critique de l’Économie Politique, Traduit de l’allemand par M. Husson et G. Badia, Éditions sociales, Paris, 1957.

Pléiade = K. Marx       Introduction générale à la critique de l’économie politique, traduction par M. Rubel et L. Evrard, in Œuvres, t. I, Bibliothèque de la Pléiade, NRF, Paris, 1963.

Dietz = K. Marx       Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie, Dietz, Berlin, 1953.

***

AVERTISSEMENT

Il ne peut s’agir dans limites que nous nous sommes ici fixées de présenter un véritable commentaire de l’ensemble d’un texte long et dense. Peut-être n’était-il pas vain cependant d’en faciliter l’accès, en déterminant ses niveaux essentiels et en précisant certains de ses thèmes.

Il serait néanmoins tout à fait contraire à la visée de cet exposé que d’y rechercher l’indication, même sommaire de tous les niveaux dont ce texte formule ou aide à formuler les concepts, et notamment en ce qui touche la distinction fondamentale des pratiques spécifiques, dont il tire pourtant sa cohérence essentielle.1

LA DIFFÉRENCE DE LA SCIENCE ET DE L’IDÉOLOGIE

En intitulant ce texte « Méthode de l’économie politique », Marx lui-même nous aide à définir les niveaux auxquels il se situe et peut être lu : il ne s’agit évidemment pas d’exposer les résultats obtenus par l’économie politique ; il ne s’agit pas non plus d’inventorier les méthodes entre lesquelles elle peut choisir en vue d’arriver le plus rapidement et le plus sûrement à des résultats, mais il s’agit de la méthode, c’est-à-dire d’un ensemble de conditions que l’économie politique doit observer pour avoir le droit de se présenter comme science, ensemble tel que si une seule n’en est pas observée, ce qui s’annonce comme économie politique n’est pas sciences mais idéologie.

C’est donc au niveau de la théorie des pratiques scientifiques et de ce qui définit leur caractère scientifique, au niveau de ce qui distingue la science de la non-science ou idéologie, que se déroule le texte de Marx.

Si la science est un procès de transformation au terme duquel est obtenu un savoir scientifique, le problème de sa méthode engage au premier chef celui des conditions qu’elle doit observer dans l’usage de ses instruments, c’est-à-dire ses concepts ou « catégories ». Ce problème peut en droit se ramener à une interrogation des conditions de validité, du statut légitime des catégories économiques.

Si elles sont dites abstraites, qu’est-ce que cette abstraction ? Si elles forment un ensemble, quels sont les rapports qu’elles y entretiennent ? Si elles doivent constituer une connaissance, quel est leur rapport à leur objet : l’économique ? Si elles constituent les éléments de la science économique, quel est leur rapport à cet ensemble structuré qui les intégrant, se présente comme savoir ?

C’est à répondre à ces interrogatoires que Marx vise, en posant le problème de la méthode et c’est sur ce point que tend son développement et où il parvient à son terme.

Il est impossible pourtant que ce mouvement se développe de façon linéaire. Si en effet le trait distinctif de la science est d’abord un ensemble de conditions positives et négatives, si cet ensemble est tel qu’illégitimes, le refus et l’acceptation, en chacun de ses points, définissent une structure idéologique, non scientifique, Marx a le droit et le devoir de ne pas poser directement le terme scientifique où il entend parvenir. Il ne peut en développer les conditions qu’en posant et réfutant simultanément les erreurs spécifiques que comporte chacune d’entre elles.

Le situant au niveau précis où la science se différencie de la non-science, ce texte devait combiner à l’énoncé scientifique, la réfutation scientifique de la non-science : implicite ou explicite, celle-ci est toujours présente, et tout au long du développement, une double lecture se révèle nécessaire.

LE PROBLEME DU POINT DE DEPART

Mais il fallait un point d’accrochage qui unît la problématique de la théorie de la science et cette articulation obligée d’une réfutation et d’une exposition : ce point, c’est le problème de l’ordre suivant lequel doit être exposé le savoir scientifique, le produit de ce procès de production qu’est la pratique scientifique. Problème crucial pour Marx qui introduit effectivement à un exposé de cet ordre, problème de plus à propos duquel pouvaient effectivement se dégager les présupposés qui animaient alors les économistes et la manière dont ils réfléchissaient le caractère scientifique de l’économie politique.

Marx donc part d’un ordre effectivement adopté par les économistes et le soumettant à critique, il mettra en lumière ses présupposés :

« Quand nous considérons un pays donné au point de vue de l’économie politique, nous commençons par étudier sa population, la division de celle-ci en classes, sa répartition dans les villes, à la campagne, au bord de la mer, les différentes banches de production (…) etc.

Il semble que ce soit la bonne méthode de commencer par le réel et le concret, qui constituent la base préalable effective, donc en économie politique, par exemple, la population qui est la base et le sujet de l’acte social de production tout entier »2.

Refuser de considérer l’ordre d’un exposé comme anecdotique, ce n’est pas autre chose que de reconnaître la réalité de certaines fonctions, dont l’une est, par exemple, celle de point de départ.

Or, dans le discours de l’économie politique, cette fonction peut être effectivement remplie par divers éléments : il s’agit, dans le cas présent, du « réel » et du « concret ».

La question critique de Marx est d’interroger cet élément sur les titres qu’il a à occuper cette place.

Or cet examen critique peut et doit porter sur 2 points :

1/ la constitution interne de cet élément dont le caractère composite est manifeste.

Est-il légitime de réunir en une même place et pour une même fonction « réel » et « concret » ?

2/ le titre même qu’il présente, ce relatif à sens causal : « qui constituent la condition préalable effective ». La qualité de « condition préalable effective » : si on la reconnaît au « réel » et au « concret », est-elle suffisante à fonder sa position de point de départ ?

Tout ici tient dans les liaisons, liaison du « et », et liaison du « qui ». Or, d’emblée, des exemples montreront combien elles sont démontables : l’expérience d’un discours qui commencerait par le « concret » le manifeste, de même que l’histoire des discours économiques. L’économiste qui prendrait son départ d’un concret réel, la population, par exemple le verrait s’inverser en abstraction, et se trouverait renvoyé d’abstraction en abstraction, jusqu’au point où « il faudrait faire le chemin à rebours jusqu’à ce qu’on arrive enfin de nouveau à la population ».

L’histoire des sciences montre de même que l’économie ne s’est appropriée la méthode scientifique qu’après que les « systèmes économiques » soient partis non plus « d’une totalité vivante » comme les économistes du XVIIe siècle, mais « des notions simples ».

Ce que ces exemples montrent, ce n’est pas la nécessité d’un double mouvement en tant que tel : il ne s’agit pas de la méthode scientifique, mais des effets qu’entraînent sa méconnaissance. Le processus scientifique en effet a des lois ; l’économiste peut bien s’illusionner et s’imaginer partir du concret, mais « la population est une abstraction si l’on néglige par exemple les classes dont elle se compose ».

L’économie politique naissante a bien pu commencer par une totalité vivante, mais les économistes du XVIIe siècle « finissent toujours par dégager par l’analyse quelques rapports généraux abstraits déterminants ».

Par le double mouvement où elle est entraînée, la méconnaissance manifeste seulement que :

1/ le réel dont on croit partir n’est pas un concret, mais un abstrait : il n’est pas légitime d’unir par un « et » identifiant « réel » et « concret ».

2/ le point dont il faut partir, ce n’est pas un concret, mais un abstrait : il n’est pas suffisant que le concret soit « la condition préalable effective » pour qu’il soit fondé à être point de départ dans la science.

Ce que cependant ces exemples visent, ce n’est pas simplement à montrer à l’observation les effets d’une méconnaissance, mais aussi à faire surgir une dimension implicite, la dimension précisément méconnue.

LE PROCESSUS SPECIFIQUE DE LA PENSEE

Que la pensée soit un processus spécifique c’est bien là le point qui est recouvert dans l’énoncé initial, où Marx a composé la formule même de l’erreur : « il semble que ce soit la bonne méthode de communier [sic] par le réel et le concret qui constituent la condition préalable effective »4.

A le bien lire, en vérité, outre ses liaisons non fondées, il apparaît que 2 termes y ont une présence toute implicite : l’abstrait qui n’est ici évoqué que par son opposé, mais qu’il faut restituer pour donner à l’énoncé toute sa portée, et aussi un autre élément, plus caché, qu’il faut situer au niveau même de l’interrogation qui sous-tend l’énoncé : il est affirmé que le point de départ est le réel, comme dans l’effectif, où il est base préalable ; mais fût-ce pour les identifier il faut 2 points de départ, et 2 domaines où ils fonctionnent.

Or ce point de départ, ce « commencer » si nous le référons au « nous commençons » de la 1ère phrase, il apparaît qu’il ne peut se situer que dans la sphère de la pratique scientifique, c’est-à-dire, précisera Marx, dans la pensée.

« La méthode qui consiste à s’élever de l’abstrait au concret, n’est pour la pensée que la manière de s’approprier le concret, de le reproduire sous la forme d’un concret pensé »5.

Mais étant simultanément omis, ces 2 termes, l’abstrait et la pensée dessinent un domaine commun, s’opposant en corps à un autre domaine, celui du concret et du réel.

Inversement, dès que la dimension du processus de pensée est réintroduite, les oppositions se déplacent et se recomposent ; l’abstrait s’oppose au concret, le réel au pensé.

C’est donc par une opération formellement illégitime que, supprimant un des termes en chaque opposition, l’économiste fait se superposer concret et réel.

Car il ne s’agit nullement d’opposition proportionnelle ; l’opposition concret / abstrait doit se subordonner à l’opposition réel / pensé, et il faut faire apparaître un concret de pensée, tout autant qu’un abstrait de pensée ; il est une « totalité pensée » qui « est en fait le produit de la pensée, de la conception »6, de même qu’il est des « déterminations abstraites » qui « conduisent à la re production du concret par la pensée ».

On aura de même un abstrait réel, par exemple le travail aux États-Unis7 et un concret réel, totalité structurée des relations sociales.

Pensée et réel deviennent ainsi deux champs spécifiques : il est donc illégitime de justifier la position du concret au point de départ par le fait qu’il est « condition préalable effective ». Que le concret soit « point de départ effectif »8, Marx ne le nie pas ; et, certes, il est de ce fait même point de départ de tout processus effectif, y compris le processus effectif de pensée.

Mais il s’agit alors du concret effectif réel. Or si la pensée est bien un processus spécifique de production, si le produit du processus de la pensée scientifique est un savoir, disons le savoir économique, toute loi d’ordonnance pour l’exposé de ce savoir doit être tirée de la sphère spécifique où il se tient, c’est-à-dire de la pensée.

« Le concret est concret parce qu’il est la synthèse de multiples déterminations (…). C’est pourquoi il apparaît dans la pensée comme procès de synthèse, comme résultat, non comme point de départ »9.

C’est là le rapport même que Marx désigne, en termes qui ne laissent aucune prise à l’idéologie comme une relation spécifiée de « simple » au « complexe » ; et c’est la seule signification rigoureuse qu’il est possible de donner à ce qu’on tient trop fréquemment pour une métaphore : si la méthode scientifique consiste à « s’élever de l’abstrait au concret », c’est que Marx détermine la constitution de niveaux hiérarchisés, différentiellement définis, d’abstraction et de concrétion corrélatives.

POUR CONCLURE  :     Marx a posé

1/ la distinction de deux processus spécifiques : le processus réel et le processus de pensée,

2/ l’ordre qui règne en chacun d’eux : dans le processus réel, le point de départ est le concret. Dans le processus de pensée, le point de départ est l’abstrait.

Il a posé les conditions d’une erreur idéologique :

1/ supprimer un des deux processus : le processus de pensée

2/ inverser les rapports entre les oppositions réel/pensée, concret/abstrait

Il reste à résoudre l’interrogation initiale ; Marx n’a pas déterminé en effet l’ordre suivant lequel devait être exposé le savoir scientifique, mais a seulement posé les conditions préalables d’une solution :

1/ le savoir scientifique est le produit d’un processus de pensée

2/ pour occuper la fonction de point de départ dans l’exposé, un élément ne peut donc revendiquer la fonction qu’il occupe dans le processus réel, mais doit tirer tous ses titres de sa fonction dans le processus de pensée.

Cela admis, l’ordre de l’exposé du produit n’est pas nécessairement l’ordre du procès de production : ce qui est point de départ dans le procès de pensée scientifique en tant que procès de production, doit présenter d’autres titres encore pour pouvoir être point de départ dans l’exposé de savoir.

Marx peut ainsi poser, ramenée enfin à ses éléments premiers, la question critique : Quels sont les titres de la catégorie simple à occuper la fonction de point de départ dans l’exposé ?

(Transcription Jean Quétier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *