Cahiers marxistes-léninistes – n°1 (II)

FONCTION DE LA FORMATION THEORIQUE

La théorie marxiste-léniniste requiert un enseignement qui ne se réduit pas la communication d’un ensemble d’énoncés et d’informations constitué en savoir : parce que le marxisme-léninisme donne le principe d’une organisation nouvelle du champ conceptuel, en rupture avec les références les plus constantes et les moins apparentes de notre activité intellectuelle ; – l’enseigner, c’est s’engager dans l’entreprise de modifier celui qui le reçoit. Le procès de cette transformation, nous le nommons : formation théorique.

S’il est vrai qu’on ne naît pas marxiste, qu’on se forme au marxisme, pour être membre de l’Union des Étudiants Communistes, on n’en est pas d’emblée de plain pied avec le matérialisme dialectique. C’est pourquoi ces Cahiers sont possibles, dirigés vers les étudiants communistes comme vers leurs camarades non-communistes. Sur le plan de la théorie, c’est souvent un combat identique que nous aurons à mener à l’extérieur et à l’intérieur de l’U.E.C.

Combat ? Certes. Il faut poser comme essentielle à la formation théorique sa liaison à la lutte idéologique. Car l’idéologie est première.

Dans le système structural où s’articule dans un mode spécifique la production, l’aire du déplacement du sujet, – pour autant qu’il se soutient au niveau de l’actuel, c’est-à-dire pour autant que la structure lui concède la perception de son état (de son mouvement apparent) en lui dérobant celle de son système, – se définit comme illusion.

Celle-ci, en tant que le sujet la réfléchit, la signifie, en un mot la redouble, se perpétue sous la forme de l’idéologie.

L’illusion et l’idéologie, si on les pense dans la continuité d’un « voir » à un « dire », forment l’élément, naturel à un sujet rigoureusement qualifié par son insertion dans la structure d’une formation sociale.

Justement parce que l’économie est la dernière instance, à situer comme le référent de toutes les manifestations de la pratique sociale, son action est radicalement étrangère à la dimension de l’actuel, elle se donne par ses effets.

L’absence de cause suffit à accomplir l’inversion des déterminations structurales au niveau de la conscience individuelle.

L’inversion comme perception est illusion. Comme discours, idéologie.

Convertir la perception, réformer le discours, c’est la tâche de la formation théorique.

Dans les cercles d’étudiants communistes, elle devrait être assurée par une commission particulière, favorisée par les rapports incessants des militants.

Quant à ceux qui ne sont pas communistes, qu’ils acceptent de se tenir en ce lieu dont parle Marx, le seuil de la science, où il faudrait, dit-il, comme à la porte des enfers, placer ce commandement :

« Qui si convien lasciare ogni sospetto

Ogni viltà conven che qui sia morta »

(« Il convient ici de laisser tout soupçon ; toute lâcheté, il convient ici qu’elle soit morte » (Dante) cité par Marx : « Avant-propos à la Critique de l’Économie politique »).

***

La commission à la formation théorique entend travailler en paix, sans pourtant s’isoler. La science demande que les discussions soient aisées. Mais aussi : disciplinées.

Nous ne refusons de parler avec personne. Nous demandons seulement qu’on emprunte les défilés – et ils ne sont pas sans rigueur – de la connaissance adéquate. Le cercle multipliera les séances ouvertes aux élèves non-communistes de l’École comme aux membres de l’Union. Qu’ils apportent seulement de la bonne foi et – plus important que toute disposition psychologique – qu’ils travaillent.

***

De ce travail, nous essayons ici de donner les moyens et quelques exemples.

La théorie de Marx, qui a pour champ spécifique « l’économie politique » ne s’y enferme pas. Si nous parlons comme nous parlons c’est qu’elle l’excède, d’abord par ce qu’elle comporte d’une théorie générale de la science. Non pas qu’elle prescrive leurs méthodes à des pratiques scientifiques spécifiques ; nous ne croyons pas que les trois lois de la dialectique formulées par Engels donnent la clef universelle pour la science. Mais Marx distribue les éléments nécessaires à l’analyse du procès constitutif de la science comme telle, donc à la connaissance de la différence de la science à l’idéologie.

***

Maintenant radicale la connexion de la lutte idéologique à la formation théorique, les quatre exposés prononcés au Cercle de l’E.N.S., qui sont reproduits ici sous une forme abrégée et simplifiée, mettent en avant la différence du procès scientifique et des procédés idéologiques.

(Transcription Jean Quétier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *